:: Votre Personnage :: Présentations :: Fiches Présentations :: Présentations Validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sting like a bee, dance like a butterfly [test RP terminé]

avatar
Hiruma Tôzen
Suna no Jonin
Messages : 11
Date d'inscription : 24/10/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: JOUNIN - RANG A
Ryos: 16
Expérience:
0/2000  (0/2000)
Voir le profil de l'utilisateur



Matricule ninja
NOM : 蛭魔 — Hiruma
PRÉNOM : 東禅 — Tōzen
GROUPE : 砂隠れの里 — Sunagakure no Sato
GRADE : 上忍 — Jônin
RANG : A
SEXE :
ÂGE : 20 ans
SITUATION : Célibataire
FAMILLE : Un frère de cœur

Personnalité
QUALITÉS
Fiable
Perspicace
Compréhensif
Lucide
Subtil
Joueur
Déterminé
Décalé
Ouvert
DÉFAUTS
Impatient
Désinvolte
Provocateur
Gueulard
Rancunier
Borné
Inflexible
Nonchalant
Bagarreur
AIME
Castagner
Manger
Boire
Courtiser
Compétiter
Dormir
N'AIME PAS
L'ennui
La faim
La soif
Les râteaux
La diplomatie
La discrétion
AUTRES
Omae wa
Mou
Shindeiru
PHYSIQUE
TAILLE :
1m85
POIDS :
75kg
PEAU :
Blanche
CHEVEUX :
Blonds
Mi-longs
YEUX :
Verts
En amande
VISAGE :
Visage fin aux traits fins, souvent exprimant une certaine colère
CORPS :
Corps svelte, souple et musclé, très athlétique en somme
AUTRE :
Reconnaissable à sa grande touffe, sa gestuelle sauvage et ses airs peu commodes
Histoire

La « vie de famille »

Nous sommes à mes tous premiers pas. Fils unique d'une modeste paysanne des Plaines désertiques, région en bordure de Kaze no Kuni, je n'ai pas eu une enfance facile. La disette n'épargnant pas les plus jeunes, j'ai dû apprendre très tôt à vivre avec la faim au ventre. Je me rappelle encore de ma tendre mère qui sacrifiait ses repas afin de m'assurer une survie toutefois précaire. Ma mère vivait avec un homme qui n'était pas mon père, et qui avait dû intégrer un enfant à son foyer afin d'épouser la femme dont il était épris. Et quel gosse ! Turbulent depuis ma plus tendre jeunesse, il faut avouer que je lui ai causé pas mal de tort. Dès mes cinq ans, il était courant qu'on me ramène à la maison par la peau des fesses après avoir causé une bagarre. Il n'était pas rare que je me dispute avec des gosses plus âgés que moi : naturellement, je semblais être capable d'utiliser une source d'énergie spirituelle qui améliorait mes capacités, telles que ma résistance, ma force, ou ma vitesse. L'ordre établi ne me convenait pas, et du haut des sept ans, je souhaitais mener ma vie comme je l'entendais. Peu à peu, je créais des problèmes à mes parents en causant toujours plus de tumultes au sein de notre petit village. Jusqu'au jour où j'en vins à blesser un ninja qui gardait notre domaine. Conscient des problèmes que cela pouvait lui coûter, mon père adoptif tenta de m'assassiner sous le regard dévasté de ma mère. Les temps étaient particulièrement durs en ces terres arides, déjà tant hostiles à l'agriculture. Une troisième bouche à nourrir pouvait s'avérer être un poids létal pour notre petite famille, d'autant plus qu'elle n'était pas issu de l'union des deux piliers. Alors si en plus, cette tierce personne rapportait des problèmes, le mieux à faire était de l'éliminer. Je parvins néanmoins à échapper à l'assaut de mon père adoptif, étant assez vif grâce à mes capacités fraîchement acquises. Je compris alors très rapidement que je n'avais plus ma place sous ce toit, et prit la fuite sans jamais me retourner.

Les « sentiers de la mort »

Dès lors, manger ou boire est devenu pour moi une priorité absolue. Je n'avais pas le temps de me demander pourquoi ce sort me tombait dessus. Fatalité ou non, je l'acceptais avec une foi en la vie presque religieuse. Cultiver le moindre sentiment de haine ou de regret ne m'apporterait aucunement les éléments nécessaires à ma survie. Je me focalisais donc uniquement sur le présent, n'ayant plus aucune attention adressée ni envers le passé, ni envers l'avenir. La faim me tiraillait chaque jour un peu plus, mes forces s'amenuisaient. Pourtant, je me suis accroché. Et la vie me l'a rendu.

Alors que j'étais sur le point d'expirer mon dernier souffle, je fis la rencontre d'un shinobi solitaire. Je ne connaissais ni son nom, ni son visage qu'il gardait masqué constamment. Ce dernier avait sûrement pris pitié de moi en me voyant user malhabilement de mon chakra, le gaspillant au lieu de le conserver précieusement pour les situations les plus cruciales. Il me ramassa pour me nourrir, m'abreuver, et me prit sous son aile durant les deux semaines qui suivirent.

Il m'apprit durant ce court laps de temps les bases rudimentaires du ninpô, grâce auxquelles je devins un petit forban, doué dans le vol à l'arrachée. Du genre rapide et malin, il était facile pour moi de subtiliser de quoi me sustenter, à hauteur d'une paire de repas, ou deux, par semaine. Je vécus ainsi seul, livré à moi-même, jusqu'à mes dix ans. Bien que ma situation pouvait paraître périlleuse, je m'en satisfaisais tout à fait. Je m'en délectais même parfois. Je n'admettais aucun supérieur, aucune loi, si ce ne sont celles de la vie-même. La morale et les codes sociaux n'étaient pour moi que des formalités, des problèmes que s'inventaient les hommes ne faisant pas face à la dure réalité de la vie, celle que l'on ne découvre qu'à travers la grande pauvreté, ou toute autre situation d'un péril autant indescriptible. Ce qui semblait être une forme de potentiel caché en moi s'éveilla durant ces quelques années. Sans aucun autre enseignement, n'écoutant que ce que mon instinct avait à me dire, je développais des capacités physiques et spirituelles insoupçonnées.

Il fallait dire que peu d'enfants auraient été capables d'échapper à l'agression d'un adulte à sept ans, et de survivre par ses propres moyens. J'avais cependant un don, qui pourrait provenir de mon père d'ailleurs, car d'après ma mère, je lui ressemblais beaucoup. Une capacité innée me poussait à me démarquer de mes contemporains : j'avais un chakra supérieur à la moyenne des civils, et celui-ci se développa à mesure que j'apprenais à me centrer sur moi, sur l'instant présent, ce que ma vie de vagabond solitaire m'inculquait bon gré mal gré.

Une « nouvelle famille ? »

Après quelques années livré à moi-même, voilà que je fis la rencontre d'un groupe de brigands. Deux enfants des rues, comme moi, qui avaient fui leur village après un affrontement entre shinobis. L'un d'eux, Tsune, était un grand braillard dont il était impossible de discerner s'il était très courageux ou simplement juste inconscient quand on voit les risques qu'il prenait sans jamais s'en soucier. Kumaru, le second, manquait cruellement de confiance en lui et restait toujours sur ses gardes : c'était sans doute grâce à lui que le premier était toujours vivant. Tsune avait reçu quelques enseignements d'art shinobi et se prenait dès lors pour un grand guerrier. Il s'entraînait depuis plusieurs mois et transmettait son savoir à Kumaru. Après un petit guet-apens organisé tous les trois, nous décidions de former un trio : ainsi le nom des 三子 — SanKo résonnait à travers les Plaines désertiques.

Nous restâmes ensemble durant les cinq années qui suivirent. De nos dix à quinze ans, notre quotidien se résumait à s'entraîner, voler, et parfois à semer la zizanie pour s'amuser. C'est à cette époque que j'ai appris à manier le sabre, le portant toujours sur mon dos depuis. Ah la vie était belle quand nous formions ce trio infernal ! Trois gosses intenables qui faisaient régner la terreur en échappant au contrôle des quelques clans shinobis qui occupaient les lieux. Malgré la faim qui n'était jamais très loin, nous fîmes des progrès incroyables à mesure que nous grandissions. Les années passaient, et le brasier qui animait Tsune lorsqu'il affrontait les ninjas des plaines s'amenuisait. Son tempérament de leader laissait peu à peu place à un caractère plus détaché et beaucoup moins hargneux. La haine qu'il avait contre les shinobis depuis que son village natal avait été détruit par une bataille s'estompait. Il avait fini par accepter son sort, sa nouvelle vie lui convenant. Seulement, à nos quinze ans, maintenir cette vie stable commençait à devenir insoutenable
.
En effet, nous étions tellement habitués à voler, se cacher, errer sans but et ne rien posséder de plus que nos armes toujours sur nous, qu'il devenait difficile de progresser. La précarité de notre situation était devenue une véritable routine. Le train-train quotidien est quelque chose dont j'ai horreur. La vie n'est pas quelque chose d'immuable, et ceux qui veulent se maintenir dans une boule sans fin ne vivent tout simplement plus à mes yeux. Et c'était tragiquement le destin vers lequel Kumaru semblait nous guider. Comment dormir paisiblement en se demandant si l'on pourra manger en se réveillant le lendemain ? Si l'on aura le temps de se couvrir avant l'arrivée des prochaines tempêtes de sable ? Qui voudrait rester ici sans jamais tenter sa chance ailleurs ?

Ce n'est qu'un « au revoir »

Porté par un besoin pressant de nouveaux horizons, je pris mes clics et mes clacs avant de partir pour Kaze no Kuni. La région était témoin de nombreux affrontements entre shinobis, il y avait donc beaucoup de primes à récupérer sur la tête d'individus recherchés. La chasse aux primes et le mercenariat avaient leurs avantages et pas des moindres : une vie pleine de sensations, des situations dangereuses nécessaires à ma progression, et pas mal d'argent à la clé. Rien de tel pour attirer un électron libre et indomptable tel que moi. Mais mon départ n'était pas au goût de tout le monde. Chaque fois que ce sujet était évoqué, cela créait une dispute entre Kumaru et moi. Ce dernier entendait cela d'une mauvaise oreille. Seulement, il était impossible pour moi de me cloîtrer dans une petite vie sans véritable challenge... Je pris donc les mesures nécessaires pour disparaître sans ne laisser aucune trace, si ce n'est une petite note laissée sur un parchemin pour leur dire « au revoir ».

Je fis donc mon entrée en scène parmi les batailles qui faisaient rage par-ci par-là au Pays du Vent. La situation politique en ces lieux était tout à fait particulière, et je fus très rapidement mis au courant. Le village caché du Sable était une institution militaire terriblement puissante, menée d'une main de fer par le Kazekage. M'attirer les foudres de ces belligérants pouvait s'avérer fatal, ainsi, je faisais en sorte de participer à des conflits ne les concernant pas, à moins d'être certain de pouvoir masquer mon identité. Lors d'une mission, je fis la rencontre d'un certain Taka, un jeune homme au potentiel encore inexploité, mais dont l'instruction avait été très complète. C'était, malgré son jeune âge, un excellent ninja. Notre amitié se scella dès nos premiers échanges. Ses connaissances en ninjutsu me permirent de perfectionner mon art ninja et d'exploiter mes capacités à leur maximum. Deux ans s'écoulèrent, plus d'une vingtaine de mois durant lesquels j'enchaînais les missions et progressais à grande vitesse. C'est après cette longue période que je décidai de rendre visite à mes anciens partenaires, tout sourire à l'idée de revoir ces deux gaillards avec lesquels j'avais vécu de belles années.

« Désynchronisation »

Contre toute attente, mon retour parmi les SenKo n'avait pas été bien accueilli. Au contraire, Kumaru avait gardé contre moi une certaine rancune qu'il ne s'empêcha pas de me faire ressentir. En effet, dès que Tsune avait eu vent de mon retour, il fit mettre Kumaru au courant qui ne tarda pas à débouler. Celui-ci, à ma vue, s'attaqua à moi sans sommation. La raison ? Il voyait mon départ comme une trahison, une attaque personnelle et déployait plus de hargne à me le faire payer que Tsune n'en avait contre les clans dominants des Plaines désertiques à l'époque de nos premières batailles. Malheureusement pour lui, mon niveau n'était plus le même que celui que j'avais quand je suis parti pour Kaze no Kuni. De plus, Tsune décida de ne pas se mêler de nos histoires et n'appuya pas l'offensive de Kumaru.

Ma victoire durant ce petit affrontement fut rapide ; et bien que je n'eus aucune hésitation lorsque chacun de mes coups était porté, je ne pouvais me résigner à l'achever. Blessé à mes pieds, je lui dis cette fois-ci adieu avec une petite larme à l'œil, laissant à Tsune le soin de s'occuper de lui. Je repris alors la route pour le Pays du Vent, souhaitant retrouver mon seul et unique ami restant : Taka.

« Nouveau départ »

De retour dans le désert des alentours du village de Suna, Taka et moi avions cette fois la prétention de servir des intérêts plus grands. Aussi dénués de désirs que nous pouvions l'être, après avoir chacun connu la misère à sa manière, nous pensions à notre avenir. Nous avions besoin de mettre notre force au service d'une grande cause, notre accomplissement personnel en dépendait. La situation géopolitique mondiale se globalisait : les factions étaient de moins en moins nombreuses mais de plus en plus grandes, ainsi prendre part aux conflits ponctuels de la région ne faisait plus aucun sens. Depuis l'émergence des villages cachés, la tendance était à la centralisation des pouvoirs. Il ne faisait nul doute que le mieux à faire pour nous était d'intégrer les rangs de Suna. Nos quelques faits d'armes ayant fait du bruit ainsi que notre petite démonstration de force lors de notre rencontre avec le Kazekage nous valurent une place plutôt généreuse pour de nouveaux arrivants. En effet, notre test d'entrée fut plutôt bien reçu car il s'agissait simplement d'une démonstration de force par le combat singulier : typiquement le genre de tests dont je raffolais. Rapidement, notre nouvelle vie nous séduisit. Avoir un salaire, des missions, et le temps libre nécessaire pour nos quelques activités annexes étaient des avantages auxquels nous avions jamais eu droit. Pouvoir manger, boire, dormir à souhait était déjà presque miraculeux pour moi. Peu à peu, ma reconnaissance envers ce village fit naître en moi une forme d'attachement, pour lequel j'étais prêt à mettre ma vie en jeu. Suna comptait un nouveau protecteur parmi les siens.

Test RP

Aujourd'hui, je pars en mission. La situation géopolitique de Suna semble s'être complexifiée récemment. Quelques litiges auraient eu lieu. C'est ce qu'on raconte, en tout cas. Pour ma part, je ne suis officiellement au courant de rien. Le village ne m'accorde pas encore sa confiance totale. N'ayant que faire du regard des autres, je n'y vois là aucun problème. Cependant, pour garantir ma propre sécurité, je préférerais trouver un moyen de savoir ce qu'il se passe. Assis sur le toit d'un bâtiment tout proche de la sortie du village qui donne sur le grand désert, je laisse mes pensées m'emporter, à tel point que je n'entends pas cette voix qui résonne au loin...
- Eh l'clochard ! Retourne jouer au voleur dans le désert avec les chacals de ton espèce !
Voilà quelques semaines maintenant que je suis parmi les rangs Sunajin. Je reste la plupart du temps dans mon coin, vaquant à mes occupations en solitaire. Néanmoins, il m'arrive d'effectuer des missions en équipe, voire en escouade. J'ai donc eu l'occasion de rencontrer quelques-uns de mes confrères shinobi du Sable. Je dois dire que je ne suis pas trop déçu. Tous, à peu près, m'ont laissé une bonne impression, sur le plan technique tout du moins. Moi qui aie pratiquement tout appris tout seul, je vois en chacun de leurs gestes la dextérité des pratiquants d'arts martiaux, ayant appris à se battre dans un dojo. C'est là la principale différence entre nos styles. Mes mouvements se veulent plus bestiaux et basés sur l'instinct plutôt que calculés et affinés comme les leurs. Bien que je ne manque absolument pas d'efficacité sur le terrain, mes allures désinvoltes et toutes mes façons de faire non-conventionnelles en dérangent plus d'un. Pour être tout à fait honnête, la plupart ne me tolèrent même pas du tout. Il est très courant qu'on me reproche le fait de ne pas avoir suivi de formation classique pour devenir shinobi. Rhétorique qui me tape d'ailleurs légèrement sur le système, sûrement car je n'arrive pas à comprendre comment de si braves gaillards peuvent autant se conditionner et devenir psychorigides à ce point. Ah, rien que d'y penser, ça m'fout les glandes. M'enfin ! Tant qu'ils se battent loyalement pour Suna et qu'ils me permettent de vivre ici quelques décennies tranquillement, je ne vais pas m'en plaindre...

Être accepté, ou bien même compris, n'a jamais été mon fort. De toute façon, je crois qu'on n'est jamais mieux compris que par soi-même. Alors à quoi bon s'évertuer à s'ouvrir aux autres ? Je connais mes capacités et ce que je peux apporter au village. Ce ne sont pas ces ignorants qui vont guider ma carrière, ni ma vie. Eux qui ont eu la chance de recevoir un enseignement shinobi dès le plus jeune âge, ne sont-ils pas censés être à un point plus avancé que moi justement ? Pourquoi accorderais-je le moindre crédit à des gens qui n'ont pas su mener leur propre vie finalement ? Tout ça commence doucement à me cogner sur le système...
- Fais pas semblant de m'ignorer, enfoiré !
La source de la voix de tout à l'heure se fait entendre de plus près cette fois-ci, tandis qu'une caillasse vient me taper l'arrière du crâne, me tirant hors de mes songes. Légèrement surpris, je tourne la tête en direction de mon interlocuteur en le fusillant du regard. Mes intentions sont claires : s'il ne me fout pas la paix, je ne garantis pas sa survie... Malgré mon avertissement visuel, celui-ci continue de s'avancer vers moi avec un sourire mesquin.
- Je ne sais pas ce que j'ai fait pour mériter une mission aussi peu gracieuse... Et on me fout en équipe avec le barbare de service en plus ! Mon pauvre, tes habits sont troués, je n'ose même pas voir l'état de tes armes.
Mon interlocuteur se trouvant dans mon dos est un peu plus haut sur la toiture. Il en profite pour me lancer un regard condescendant. Je me relève alors, me dressant de toute ma longueur, atteignant sa taille malgré le fait qu'il soit rehaussé. Mon regard se veut haineux et noirci exagérément. Ses offenses ne me font aucunement me sentir inférieur. Son manque de respect m'irrite néanmoins suffisamment pour vouloir le lui faire payer de quelque manière que ce soit.

Je me penche alors légèrement vers lui, afin de lui glisser quelques mots sur un ton sarcastique.
- Parce que tu sais tenir des armes, toi ? Avec tes petites mains ? Fufufu, ris-je. Ma main gauche vient se poser sur son épaule droite de manière à le rapprocher de moi. Je lui souffle alors à l'oreille : Fais gaffe, tu risquerais de te casser un ongle.
Je profite alors de l'étreinte que j'ai sur son épaule pour le tirer vers moi en pivotant, le faisant basculer en direction du bord du toit. D'un revers du bras, j'accélère alors son élan en direction du vide afin de le faire tomber par-dessus le rebord. Je fais ensuite un grand bond afin de me retrouver au-dessus de mon adversaire, toujours en chute libre, accélérant ma chute en me dressant droit comme un I. Pied droit en avant, je compte le lui enfoncer en plein buste avant de l'empaler contre le sol. Seulement, un instant avant que mon coup ne soit placé, une seconde personne surgit de nulle part et m'intercepte, bloquant ma descente piquée d'un bras ferme, m'enlaçant le buste. Il me repose alors dès son atterrissage, dévoilant alors qui il est.
- Veuillez excuser l'idiotie de notre collègue, Hiruma-san. Il ne mesure pas la portée de ses paroles, il est même bien trop idiot pour en comprendre le sens. Il se tourne vers mon agresseur. Raimon, viens t'excuser.

- Jinzô !!! Te mêle pas de ça ! Et qui c'est que tu traites d'idiot, hein ?! Pas moyen que je m'excuse devant ce type !

- Si tu t'excuses pas, c'est moi qui t'en colle une !

- C'est bon, laisse. Quand il implorera qu'on lui sauve la vie sur le champ de bataille, il comprendra pourquoi il s'est trompé, dis-je sur un ton toujours aussi moqueur.
Quelques instants plus tard...

Nous sommes en route pour le lieu de la mission. Jinzo a fait fermer son clapet à Raimon et nous a fait part des instructions des dirigeants de Suna. Il nous a expliqué les tenants et les aboutissants de notre quête du jour, puis, afin d'assurer la réussite de la mission, nous a également transmis des informations annexes relatives aux conflits auxquels Suna fait part. Tout en nous déplaçant à vitesse régulière, bond par bond, nous discutons désormais de ma situation au sein du village.
- Alors comme ça, c'est votre première mission en dehors du territoire du pays ? Par ailleurs, j'espère que vous ne prenez pas trop mal le rejet de nos compatriotes, Hiruma-san.

- Tu n'es pas obligé de te forcer avec les formalités ! Dis-je en riant doucement, avant de marquer une pause. Je reprends alors sur un ton plus sérieux. Sinon, je peux comprendre qu'on ne donne pas d'informations ni de mission capitale au premier venu qui intègre les rangs de Suna, même si l'on fait preuve de bonnes compétences. Néanmoins, étant donné que nous venons tous d'horizons si différents, je ne pensais pas qu'il y aurait tant de communautarisme entre nous. Tout gravite autour du schéma de pensée des Serika, c'est presque un dogme idéologique. Leurs coutumes, leurs gestes, tout semble être repris religieusement par la grande majorité des Sunajin. Je lance un regard discret et accusateur à Raimon, avant de me tourner à nouveau vers Jinzo. Et en effet, c'est ma première mission en dehors du pays.

- Comment crois-tu que l'on peut rassembler sous une même bannière autant de peuples différents ? Suna a besoin de se constituer un idéal commun, afin de tous avancer dans la même direction. Si tu veux imposer ton style ici, tu dois d'abord le relier à l'histoire du village. Fais-toi un nom, et dédie ta renommée à Suna : tu deviendras alors peut-être un modèle à ton tour.

- Tes sages paroles ne sont pas tombées dans l'oreille d'un sourd. Ta compréhension me va droit au cœur. Et pour te remercier pour les conseils, je ferai tout en mon possible pour atteindre cet objectif : devenir un grand ninja Sunajin, que l'on me trouve un épithète digne de mon allure, et que ce nom résonne par-delà le Sekai !
Un respect mutuel s'échange au travers de notre regard, tandis qu'un petit silence s'impose. Notre route commence à se faire longue, nos jambes deviennent peu à peu lourde, une courte halte ne ferait pas de mal. Etant particulièrement athlétique, en tant qu'adepte de Taijutsu, je pourrais courir jusqu'au point de mission d'une seule traite. Néanmoins, Raimon semble avoir du mal à suivre la cadence.
- Eh les mecs ! On ferait pas une p'tite pause ? s'inquiète-t-il.

- Oh bah non, lui dis-je sur un ton taquin, on vient de partir !

- Tu m'cherches, le punk ? Fais pas le malin parce que les nomades, vous savez gambader. Tu vois, même si tu cours vite, tu n'as aucune chance contre mes marionnettes. C'est ça la véritable force de Suna.

- Et c'est parti, on recommence...
Raimon commence à ralentir avant de s'arrêter complètement. Jinzo et moi nous arrêtons un peu plus loin. Je me retourne pour faire face à Raimon. Son attitude est toujours aussi désespérante. Toutefois, ma discussion avec Jinzo l'a rendu plus supportable. En effet, quand ils entendront tous parler du Démon rouge de Kiri, le rapport de force sera différent. Ils ne m'approcheront plus avec cette condescendance et ce dénigrement habituel. Pire, si je parviens à gravir les échelons dans la hiérarchie du village, je ne me retiendrai pas de rappeler en temps voulu à ceux qui m'en auront fait baver à qui est-ce qu'ils ont tenté de se frotter. Voilà pourquoi sur un ton plus qu'enchanté, je réplique à Raimon une dernière pique.

- Puisque c'est ainsi, pour tous vous clouer le bec, je défie en duel dès qu'on rentrera de mission le Kazekage en personne ! Ainsi, en cas de victoire, vous serez tous obligés de vous prosterner devant moi !
Suite à ces mots, un rire machiavélique irrépressible vient ajouter à mes airs mégalomanes un côté fou à lier. Courage ou pure idiotie ? Il faut croire que toute cette histoire me monte un peu trop à la tête...  
Derrière l'écran
PSEUDO : Yaaz'
ÂGE : 23 ans
CONNU PAR : Top site
AUTRE CHOSE ? I see you when you poo, Invité
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 572
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Bienvenue sur Dawn of Ninja !

J'aimerais que tu mentionnes l'âge auquel tu t'es éveillé à la maitrise du chakra et que tu évoques des entrainements, car à lire ton histoire, j'ai l'impression que tu as juste eu un chakra supérieur sans savoir le maitriser durant ton enfance, auquel cas il te serait impossible d'avoir survécu dans le désert.

Il faut aussi éviter de parler de la vie dans les Plaines désertiques comme d'un ennui, car tu donnes l'impression que la survie est facile pour vous. La façon dont est tourné ce que je lis semble prendre le désert trop à la légère.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiruma Tôzen
Suna no Jonin
Messages : 11
Date d'inscription : 24/10/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: JOUNIN - RANG A
Ryos: 16
Expérience:
0/2000  (0/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
Modifications effectuées !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 572
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Voici ton tes RP:
 

Tu disposes de deux semaines pour remplir le test. Courage !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiruma Tôzen
Suna no Jonin
Messages : 11
Date d'inscription : 24/10/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: JOUNIN - RANG A
Ryos: 16
Expérience:
0/2000  (0/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
Oye ! J'up afin d'annoncer que j'ai terminé mon test RP. J'ai voulu partir sur une sorte de dispute pendant un bagarre pour raconter ce que pense Tôzen, mais j'ai été surpris par le nombre de mots nécessaires pour décrire une scène d'affrontement, aussi j'ai été un peu gêné sur la fin. J'espère ne pas trop être pénalisé par la longueur qui dépasse légèrement. :X

À vous les studios !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 572
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur




Respect test-rp et originalité

Ton test est prenant ! Certes, tu as usé d'artifices comme la musique et des images, mais il a le mérite d'être dynamique et le combat est bien écrit, j'ai été pris par cette phase importante de ton récit, mais au moins, les divers coups étaient clairs et leur impact ressenti à mes yeux. Le combat est prenant et tu as pris le risque de jouer la lutte dynamique au lieu de l'introspection, ce courage a donné quelque chose d'agréable à lire !

Tu as manqué la description de l'intégration progressive, mais hormis cela, ton test RP était un régal !



Orthographe et grammaire

J'ai noté l'usage d'un passé simple pour un texte au présent, ce qui est malvenu car les deux temps se marient mal. Aussi, tu as utilisé l'imparfait alors qu'à certains moments, le passé composé aurait suffi, se rapprochant du présent.

«Tonne-je » s'écrit «tonné-je» et l'on écrit «tout se passe bien» car il s'agit de "se passer".

Certains mots ont été substitués à d'autres, comme «renseignaient» au lieu de «décrivaient» et «pensant» au lieu de «pesant».

À cela s'ajoutent d'autres fautes comme «[…] tandis que je fais mine d'observe la décoration.» J'espère que tu remarqueras la faute par toi-même.



Avis général et verdict

Le contenu du test RP est génial, mais malheureusement, il ne répond pas à l'attente. Il aborde trop peu la progression de l'intégration. J'ai bien compris ton ressenti, mais le chemin qui t'a mené à penser ce que tu penses actuellement ne me suffit pas car il ne s'agit justement pas d'un chemin, tu n'as donné que la conclusion. La consigne n'est donc pas respectée, aussi ton test RP est un échec. Tu peux être validé chuunin de rang C.

Tu peux accepter ce verdict, quoiqu'il ne colle pas tant avec le côté exceptionnel que tu te donnes dans ton histoire. Si tu le refuses, je te redonnerai un test RP. En temps normal, tu devrais refaire une fiche en réécrivant ton histoire au niveau de la forme ou du moins en changeant des éléments ou en en retravaillant, mais comme le verdict a tardé à tomber, tu pourras avoir un second test RP directement, sur ce sujet-même, sans en ouvrir un nouveau.

À toi de choisir.



Correction par Correcteur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiruma Tôzen
Suna no Jonin
Messages : 11
Date d'inscription : 24/10/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: JOUNIN - RANG A
Ryos: 16
Expérience:
0/2000  (0/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
Yosh !

Je m'attendais un peu à être à côté de la plaque au niveau du sujet, mais à ce point, j'aurais pas cru ! XD

D'un côté, je vois mal ce que j'aurais pu dire de plus, étant donné que mon personnage vient tout juste d'intégrer Suna. L'intégration au sein d'un village peut se faire en plusieurs mois, voire plusieurs années même, or un RP se passe durant l'instant présent, c'est donc assez difficile de répondre au thème du test pour le coup. Mon personnage s'est retrouvé à Suna par la force des choses, il n'a (pour l'instant) ni grande ambition, ni assez d'ego pour souhaiter être sur le devant de la scène, donc en soit être mis en retrait et devoir se faire petit n'est tellement pas un problème pour lui que j'avais rien à raconter et j'ai dû un peu "inventer" une histoire intéressante pour coller au test. En plus, 2000 mots n'étant largement pas suffisant, j'ai dû couper la fin, et je pense que c'est pourtant là que j'allais vraiment pouvoir développer son ressenti et mieux répondre aux attentes du test.

Enfin bref, va pour un nouveau test... x)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 572
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
La limite de 2000 mots permet de garantir que si les correcteurs sont chargés dans leur vie réelle, ils puissent ne pas prendre plus que le temps qui a été pris pour s'occuper de ta correction. Un test RP de 4000 mots prendrait plus de temps à lire et certains correcteurs font tout d'une traite afin de ne rien oublier dans leur verdict.

Tu demandais sur Discord le même test. Non. Cependant, comme tu l'as dit, en venant d'arriver à Suna, difficile d'aborder un long terme qui n'existe pas. Je ne me rendais pas compte que c'était vraiment si récent. Aussi, en cas d'hésitation quant au verdict, mon erreur joue en ta faveur pour ce second test et te hissera vers le haut. Mais en cas d'hésitation uniquement.

Voici ton second test RP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiruma Tôzen
Suna no Jonin
Messages : 11
Date d'inscription : 24/10/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: JOUNIN - RANG A
Ryos: 16
Expérience:
0/2000  (0/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
Oye ! J'up afin de prévenir que j'ai terminé mon test RP ! A vous de jouer ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 572
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur




Respect test-rp et originalité

Ce test RT est bien moins marqué que le précédent, qui contenait des illustrations qui lui donnaient un rythme pour l'instant unique et qui montrait un désir de faire ressembler le récit à un shonen nekketsu. Du moins, tel est le sentiment que j'ai eu et le texte que tu présentes est plus sage. Je retrouve toutefois un style que j'appellerai style de lecteur de mangas, mais avec un rythme moins intense qu'avant, mais pas nécessairement percutant intellectuellement, car même si la patte n'est pas la même ou du moins n'arrive pas au même résultat, la pertinence du propos est bien plus présente.

Ce test RP tient du shonen nekketsu, mais là n'est pas la seule particularité que je vois. Il y a un début d'intrigue et le thème de l'appartenance, même s'il est très présent, n'est pas martelé maladroitement. Au contraire, il sert de contexte et, de par les événements, prend une place de plus en plus importante jusqu'à mener à un but particulier.

Tu as bien représenté deux attitudes en utilisant deux personnages, je n'avais pas envisagé cette possibilité, mais cela t'a permis de respecter la consigne sans t'éparpiller.



Orthographe et grammaire

Je résumerai en disant qu'il y a peu de fautes de français. Je n'en ai même pas compté dix.



Avis général et verdict

Tu as montré être capable de bien écrire. Je me suis demandé si ton test RP tenait de la simple histoire du quotidien, avec des scènes de shonen nekketsu, ou si la part liée au contexte était aussi intentionnelle qu'elle peut sembler l'être. Les deux hypothèses sont crédibles, mais j'ai l'impression que tout est naturel et que sans rien forcer artificiellement, ce récit s'imbrique dans le contexte de Suna en offrant une perspective d'avenir. Je pense que ce que j'entrevois n'est pas une erreur et c'est ce doute quant à la richesse discrète du contenu et du futur qui me laisse t'accorder la touche supplémentaire qu'il faut à un rang B pour devenir rang A à la présentation. Dans ton cas, tu me rends curieux. J'espère profondément ne pas me tromper et que ton personnage a plus de profondeur qu'on pourrait croire en se contentant de la surface. Car j'ai malheureusement tendance à ne voir que la surface. Le bénéfice du doute t'est favorable.

Je te valide jounin de rang A à Suna.

Je t'invite à recenser ton avatar et créer ta fiche technique. Comme tu es Sunajin, n'oublie pas la promotion actuelle.

Cependant, avant de classer ta fiche, je te demande de corriger ce qui tient du physique et de m'avertir lorsque ce sera fait.



Correction par Jean-Pierre
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiruma Tôzen
Suna no Jonin
Messages : 11
Date d'inscription : 24/10/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: JOUNIN - RANG A
Ryos: 16
Expérience:
0/2000  (0/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
Physique modifié ! ~

Au passage, je tâcherai de ne pas te décevoir ! (Tes images m'ont tué d'ailleurs XD)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 572
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Les images, un petit plaisir qui donne au correcteur l'occasion de s'amuser en oeuvrant.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Votre Personnage :: Présentations :: Fiches Présentations :: Présentations Validées-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.