:: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Feu - Hi no Kuni :: Konohagakure :: Domaines des Clans :: Domaine Aburame Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

"Entrainement" au fond des bois

avatar
Aburame Hako
Konoha no Genin
Messages : 40
Date d'inscription : 15/03/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Genin Rang C
Ryos: 0
Expérience:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur
"Entrainement" au fond des bois

Avec un juron obscène à la bouche, Hako s'écroula, vaincue. Pas étonnant, cela faisait bien une minute qu'elle se battait sans chakra ou presque.
Reprenant son souffle, elle contempla un instant la belle Hyûga qui l'avait vaincue, dans sa posture parfaite. Splendide et mortelle. Sa petite amie était du tonnerre... Et faisait une rivale géniale.
"Trente-deux à dix-sept..." siffla-t-elle en se redressant, en sueur et percluse de douleur suite à (beaucoup) trop de coups de Jûken. "Bon sang, j'étais pourtant sûre de t'avoir cette fois... Comment tu peux bouger aussi vite avec des melons pareils !"

Cette dernière remarque trahissait un tantinet de jalousie de la part de la minuscule kunoichi aux insectes. Yume avait tellement d'avantages pour elle : plus grande, elle avait une meilleure allonge. Elle était aussi plus agile et souple que le petit lutin vert de Konoha. Le moindre effleurement de ses paumes pouvait s'avérer mortel (ou simplement handicapant). Et par dessus tout, ses merveilleux yeux lavandes lui permettaient de tout voir.
Or le style de combat de la petite Aburame se basait essentiellement sur la surprise, la fourberie de son essaim et son imagination fertile. Bon, et aussi un sacré rentre-dedans. Mais affronter une Hyûga en taijutsu était déjà assez difficile en soi...
Bien évidement, ce n'était pas ça qui allait arrêter ou ne serait-ce que faire hésiter un instant la petite excité toute de vert-vêtue.

Tout comme sa relation toute particulière avec coéquipière, son amie, son amante. Retenir ses coups ? Hésiter ? Très peu pour la kunoichi vert-pomme ! Et il semblait que Yum-Yum aimait ça, chez elle : quelqu'un qui n'hésitait pas un instant, qui osait défier l'imbattable Jûken. Elles se poussaient mutuellement à donner le meilleur d’elles-mêmes. Et si Hako faisait souvent sa tête de cochon quand elle perdait (ce qui arrivait souvent) , c’était toujours en plaisantant à moitié (et en fourbissant une ignoble revanche). Et quand les deux jeunes filles finissaient les sessions d’entrainement, épuisées, il arrivait parfois que le dernier échange vire à l’échange de chatouilles, voire de câlins. C’était l’avantage d’essayer de se tabasser mutuellement entre petites amies.

C'est pour ça (entre autre) que les deux jeunes filles se retrouvaient à l'occasion toutes les deux dans un coin sauvage et reculé du Domaine Aburame.
L'endroit était charmant (si on faisait abstraction d’une faune riche en insectes) : une vague clairière en bordure d'un étang alimenté par une petite cascade jaillissant à flan de colline, le tout entouré des forêts épaisses et mystérieuses des terres du clan aux insectes.

Cela faisait des années que Hako c'était accaparée cet endroit. Et de fait, connaissant la passion coupable de la petite kunoichi pour les explosions et les "tests" de jutsu ou de "stratagèmes géniaux", les membres de son clan évitaient au possible d'y mettre les pieds.
Avec ses kikaichuu en éclaireurs et le Byakugan de Yume, elles pouvaient s'entrainer au calme, loin des regards. Ou faire autre chose.
Yum-Yum semblait apprécier l'endroit, où elle pouvait pratiquer son Jûken à fond avec une partenaire (suicidaire) enthousiaste, loin des regards indiscrets de la Sôke.

Hako se redressa, chassant la poussière de ses vêtements bariolés.
"Petite pause, le temps que je récupère un peu l'usage de mon système circulatoire de chakra et que je régénère une nouvelle génération de bestioles." souffla-t-elle à sa belle Hyûga. Elle ôta son bonnet fantaisie, trempé de sueur. Glamour.

La jeune Aburame se dirigea vers l'étang, sortant de l'eau deux gourdes de bambou pleine de thé glacé qu'elle avait mis à rafraichir. Elle en expédia une droit vers Yume (accompagné d'un peu trop d'eau pour être honnête), confiant dans la capacité de sa petite amie à intercepter le projectile humide, avant de boire goulument et sans manière à la sienne.
"Je pue ! J'ai chaud ! J'ai du sable et des feuilles partout après que tu m’aie envoyée dans les ronces..." gémit la kunoichi vert-pomme. "Je vais me débarbouiller."

Elle voulue s'élancer sur l'étang pour gagner la petite cascade et ce n'est qu'à mi-hauteur de son saut qu'elle réalisa son erreur.
Elle s'écrasa comme une loque dans l'eau avec moult jurons, ayant complétement oubliée que son chakra était encore bloqué par les coups de Jûken subit. Et que donc, elle ne pouvait plus marcher sur l’onde encore froide en cette saison.
Revenue à la surface, Hako cracha de l’eau et de la vase, dardant un regard noir sur sa petite amie et vouant aux gémonies ses techniques injustes te fourbes.
Mais bien vite, elle éclata de rire, pataugeant gaiement pour regagner la berge après avoir passée sa tignasse châtain sous la cascade glacée.
"Bon, me voilà propre, mais trempée..." grogna-t-elle, avant qu'un sourire taquin illumine son visage poupin.

Lentement, sensuellement (enfin, c'est Hako quand même, c'était plus risible qu'autre chose tellement c'était exagérée), elle ôta sa tenue complexe désormais trempée,  s’effeuillant pour le plaisir des yeux de sa belle Hyûga, pour ne rester au final qu'en sous-vêtements (hélas peu sexy aujourd'hui : elles avaient prévues un entrainement intensifs, pas... autre chose).
Riant et se pavanant de manière impudique devant sa Hyûga, Hako esquissa des pas mi-danse, mi-kata de taijutsu.

Se faisant, elle avisa quelques bleus naissant sur son corps minuscule mais finement musclé.
Elle grogna, jetant à œil envieux à la peau lisse et pâle de son amante.
"Tiens, Yum-Yum, comment tu fais pour pas avoir plus de bleus quand tu t'entraines au Jûken ?" demanda la jeune Aburame, curieuse, se remémorant quelques expériences douloureuses d'avec le taijutsu du clan aux yeux pâles. "Connaissant ton joyeux paternel, je le sens pas du style à retenir ses coups..."

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hyûga Yume
Konoha no Genin
Messages : 28
Date d'inscription : 16/03/2017
Age : 18
Localisation : Konoha

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Genin Rang C
Ryos: 0
Expérience:
0/500  (0/500)
Voir le profil de l'utilisateur
D'un coup de talon j'envoyais Hako-chan volait loin de moi. C'était un combat actuellement pas une dispute amoureuse. Un entraînement qui se devait être réaliste au possible. Connaissant Hako elle pouvait m'avoir d'une farce. Masi non elle resta au sol. Bon … En même temps je l'avais privé de toute utilisation de son chakra pour un petit bout de temps. Trente deux à Dix sept ? Déjà ? Non ! Elle devait m'avoir rajouté quelques victoires. Mais je ne dis rien, elle savait mieux que moi. Je lui fis un délicieux sourire avant de lâcher ma garde. Euh … Melon pareil ?! Je baissais les yeux sur ma petite poitrine. Certes, j'en avais plus que Hako mais je ne faisais qu'un honorable 90C rien de plus. Mais je me contentais de lever les yeux au ciel en secouant la tête.

Il faisait bon dans cette petite clairière au calme, c'était l'endroit le plus agréable pour s'entraîner avec Hako qui était dans son éléments, et au moins aucun membre de la Soke ne viendrait me voir ici. Je me devait d'être parfaite aux yeux de la Soke, je devais briller pour que ma sœur puisse à son tour briller. Je devais être parfaite. Simplement. Et bien que j'aimais profondément Hako … Entre elle et on clan je choisirais mon clan. Cela avait déjà été assez difficile de lui avouer mon amour … et je craignais qu'à tout moment quelqu'un nous remarque, alors je limitais beaucoup nos interactions. Mais ici … Il n'y aurait rien. Personne ne venait dans « le coin de Hako » . Elle aimait vraiment trop les explosions, mais dans ce cas là … Moi j'appréciais sa passion ! Nous avions notre coin secret où nous pouvions un peu plus être proche nous câlinant ou nous embrassant.

J'attrapais au vol, et en m'éclaboussant je me vengerais !, la gourde de thé et bus délicatement une gorgée. Le commentaire de Hako sur son odeur et sa propreté me fis rire et au moment où j'allais lui dire de faire attention, puisqu'elle n'avait plus de chakra, de ne pas sauter dans l… Trop tard.Je ne put m’empêcher et je me mis à rire de tout mon soûl en me tenant les côtes. Je n'arrivais plus à m'arrêter, j'en aurait fait pipi dans ma culotte mais je renversais déjà bien assez mon thé froid par terre. Mais la tête de Hako … Je riais en avoir les larmes qui coulaient sur les joues. Je réussis à me calmer uniquement quand elle ressortit plus ou moins propre de l'eau et qu'elle commença à se dévêtir presque avec grâce. Je repartis en éclat de rire mais un peu de thé glacé et je me repris. J'avais chaud ! J'ôtais d'un mouvement mon faut à manches longues pour juste garder mon débardeur noir. Je posais mon haut à côté des affaires de Hako avant de m'asseoir par terre. Je bus encore un peu quand la question de Hako tomba.

Je plissais le nez en réfléchissant et sa remarque sur mon père me tira une grimace. Maintenant il ne pouvait plus taper aussi fort qu'avant. Ce n’était pas un secret après tout. Nous avions nos propres techniques pour ôter la plupart des bleus. Il fallait pas rire ! Nous en avions quand même. Je tendis ma gourde à Hako en repoussant une de ses mèches de cheveux qui lui tombait dans le visage. Je haussais les épaules avant de répondre

« Et bien … J'ai des bleus. Mais … Mmmh … Comment dire, nous avons quelques medicnin parmi nous pour les plus grosses blessures … Puis entre nous après un combat Quelques coups de jûken bien appliqué remette en place le système de chakra et évite les bleus. Enfin … pas tous ! Il en reste toujours. Avec mon père j'en avais surtout sur le buste, après … avec Ichigo, j'en ai plus sur les jambes. Cela dépend. Mais contrairement à toi je n'en ai pas beaucoup, surtout parce qu'entre nous on se remet tout bien en place après des combats. Puis les membres de la Bunke doivent toujours être en assez bon état pour protéger la Soke. »

Je préférais parfois rire de mon statue de bouclier de membre de clan. Bien que sous mon bandeau frontale et ma frange un sceau était gravé dans ma chair pouvant me tuer dans d'affreuses souffrance. Je l'avais déjà vu appliquer. Et il m'arrivait de faire des cauchemars où j'entendais encore les cris du malheureux. Dire qu'il m'avait rien fait de mal … Il avait simplement fondé une famille hors du clan … Je secouais la tête je ne voulais pas repenser à ça. Je pinçais gentiment le nez de Hako avant de regarder son système de chakra. J'étais obligé de retenir certains coup pour ne pas la blesser gravement, mais son système se remettait bien. D'ici une petite demie heure elle pourrait reprendre le combat.

« Dans une demie heure ton système de chakra devrait être opérationnel Hako-chan. Au fait … Pourquoi cette question sur mes bleus ? Tu as peur qu'on m'abîme dans mon clan ? »

J'eus un petit rire presque un ricanement. Bien sûr que mon clan décidait de ma vie mais aussi de ma mort. Un pas hors du bon chemin et je mourrais. Je le savais.




Merci Ikki pour le Kit
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Aburame Hako
Konoha no Genin
Messages : 40
Date d'inscription : 15/03/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Genin Rang C
Ryos: 0
Expérience:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur
"Entrainement" au fond des bois

Hako aimait entendre le rire de son amante, fusse à ses dépends. Détendre la trop sérieuse Hyûga, le bouclier autoproclamé de la Soke, voilà une mission glorieuse qui valait bien quelques bleues, bosses, humiliation et boue dans les cheveux.
Elle dédia donc un sourire étincelant à la belle demoiselle qui riait aux larmes de ses (pitreries) mésaventures.

Après son strip-tease impromptu (bon sang, une tenue de plus trempées, couvertes d'herbes et de boue... Elle avait bien fait d'en commander plein, même si ça signifiait moins de ryô pour acheter des parchemins explosifs), la jeune Aburame eut l'agréable surprise de voir sa petite amie ôter son haut, pour ne rester qu'en débardeur noir.
Alors qu'elle provoquait par son déshabillage langoureux (enfin... c'est Hako et le coté sexy de la chose n'était donc pas terrible), ce fut elle qui rougit, détournant promptement le regard de la poitrine (opulente !) ainsi mise en valeur de son amante.
Bon sang, comment faisait-elle pour toujours être aussi... désirable. Si… femme. Elle se sentait comme une gamine intenable et maladroite à coté d’elle…

Elle posa sa question, en profitant pour masquer sa gêne dans la conversation. Yume lui tendit sa gourde, que la petite Aburame accepta sans hésitation, la remerciant d'un hochement de tête. Baiser indirect ? Certains le pensaient, mais Hako n'en voyait pas trop l'intérêt. Elle préférer le vrai truc, l'approche directe.
Son regard s'attarda un peu trop sur le doux sourire de sa Hyûga qui lui répondait.

"Et bien … J'ai des bleus. Mais … Mmmh … Comment dire, nous avons quelques medicnin parmi nous pour les plus grosses blessures … Puis entre nous après un combat Quelques coups de jûken bien appliqué remette en place le système de chakra et évite les bleus. Enfin … pas tous ! Il en reste toujours. Avec mon père j'en avais surtout sur le buste, après … avec Ichigo, j'en ai plus sur les jambes. Cela dépend. Mais contrairement à toi je n'en ai pas beaucoup, surtout parce qu'entre nous on se remet tout bien en place après des combats. Puis les membres de la Bunke doivent toujours être en assez bon état pour protéger la Soke." l'informa sa belle coéquipière.

Hako grogna et renversa la tête en arrière, contemplant le bleu de ciel avant de râler, pour le principe.
Le concept des branches familiales du clana Hyûga était étrange et pour tout dire, lui déplaisait. Surtout quand il s'agissait de Yume.
Elle même n'aurait aucun problème à mettre sa vie en danger pour la Hyûga, pour servir de bouclier à ce corps parfait et à ces beaux yeux lavandes.
Mais, petit un, elle n'avait pas l'intention de faire un sacrifice héroïque. C'était un concept idiot. Il fallait gagner, de manière absolue et définitive, et non pas se contenter une victoire éphémère, qui en plus vous coutez la vie, votre futur.
Petit deux, l’idée qu'un quasi-inconnu puisse exiger pareille chose de Yume, sous le prétexte fallacieux qu'il faisait partie d'une branche "principale" de sa famille, dont Hako peinait d'ailleurs à voir la supériorité effective, était détestable aux yeux de la bouillante Aburame amoureuse.

Mais plutôt que de revenir sur ce sujet qui fâche, Hako décida de jouer la légèreté.
"Quoi ? Vous avez donc des techniques de massage-Jûken pour vous remettre des combats ?! Et tu n'as même pas encore proposée de faire courir tes douces mains aux Doigts Souples sur mon petit corps si affriolant que tu as battu comme plâtre ? Je suis très désappointée, mademoiselle Hyûga..." déclara-t-elle en se pendant au cou de sa petite amie."Hummm... Ton Père serait par contre fière que tu ne succombes pas aux sirènes de la chair malgré mes tentations diaboliques..."

Yume lui pinça le nez, avant de l'examiner à l'aide de son Byakugan. Cela faisait un moment que le lutin vert de Konoha ne réagissait plus devant l'inquiétant regard Hyûga.
Au contraire, elle prit un malin plaisir à prendre des poses de pin-up (ou ce qu'elle imaginait en être, fort de l'expérience de ses quatorze ans).

"Dans une demie heure ton système de chakra devrait être opérationnel Hako-chan." affirma la grande Hyûga, avant d'enchainer dans un rictus nerveux. "Au fait … Pourquoi cette question sur mes bleus ? Tu as peur qu'on m'abîme dans mon clan ?"

La kunoichi vert-pomme (bon, actuellement plutôt en sous-vêtements gris. Elle s'en voulait de pas avoir mis un truc plus sexy, d'ailleurs) connaissait assez sa partenaire pour discerner sa nervosité sur le sujet.
Elle essaya de désamorcer la tension en continuant à faire de l'humour. C'était d'ailleurs son mécanisme de défense de base.
"Ton papounet est tellement délicat et sensible dans ses entrainements..." persiffla-t-elle après avoir haussée les épaules. "Et les vieux barbons de la Soke vous font faire tout le sale boulot, en restant le cul vissé sur un coussin de soie en sirotant leur thé... J'ai pas envie que tu te retrouves plein de marques sur ta belle peau si douce ou que tu t'exténues à réaliser leurs caprices..."
Grand sourire étincelant plein de dents.
"ça, c'est mon rôle !"
Elle enchaina avec quelques chatouilles.

Quelques instant après, la jeune kunoichi allait chercher quelques onigiri dans une boite à bento posée à l'ombre d'un arbre. Un autre des (nombreux) avantages du clan Aburame : tu pouvais laisser de la nourriture dans un coin, y'aura jamais d'insectes qui viendront gâcher le piquenique. Elle en offrit un à Yume, pour aller avec le thé. Hako les avait fait elle-même, et de fait ils se rapprochaient plus de la boule explosive ultra-dense que d’un triangle parfait.
Alors qu'elle "restaurait son énergie" (comprendre se baffer de boulettes de riz), Hako réfléchit et comme d'habitude, sa bouche suivit toute seule.
"Je ne pense pas que ça soit très sain, d'ailleurs, cette histoire de Bunke et Soke. Au niveau de l'évolution de la puissance du clan, j’entends. C'est pas à moi de juger, sinon, même si je le fais - regarde je fronde les sourcils. C'est qu'à force de trop se reposer sur vous pour les défendre, je pense que les membres de la branche principale vont s'affaiblir. Sans stimulation, pas de motivation, pas d'évolution. Même s'ils gardent leurs meilleures techniques pour eux, ces égoïstes - pardon, je juge encore - C'est pas comme s'ils pouvaient vous les cacher bien longtemps, hein mon tourbillon lavande ? Je pense que c'est dangereux, en plus. Un jour, les membres de la Bunke vont se retrouver plus forts et ne supporteront plus de... venir en second."

Hako n'était pas bête : ce n'était pas une révolution qui pourrait arriver rapidement. Mais elle était dans son esprit inévitable. Les Hyûga avaient leur sale tatouage maudit pour la ralentir... Mais à long terme, cela ne suffirait pas. Hako elle-même avait bien une douzaine de plans (majoritairement foireux) envisageables pour se défaire de la Soke.

Elle réalisa que, bêtement, elle avait remit sur le tapis les affaires de clan de sa petite amie. Un domaine sensible où une métis à peine intégrée à Konoha et à son clan, une gamine bravache et rentre-dedans, n'avait probablement pas son mot à dire.
Elle lança un sourire timide d'excuse à Yume, avant d'enchainer au plus vite, sur le premier sujet qui lui passait par la tête.


"Oh, j'ai aussi demandé à P'pa si c'était important pour le clan Aburame de rester vierge jusqu'au mariage..." commença-t-elle, avant de réaliser que ce n'était peut être pas non plus un super sujet à aborder tout de suite. Mais bon, le vin était tiré, il fallait donc le boire. Et connaissant Hako, jusqu'à la lie.
"...Hum. Après qu'il est dégelé de sa transe de stupeur et que M'man qui écoutait de la cuisine est arrêtée de se rouler par terre de rire, il m'a expliqué par monosyllabes que c'était une tradition, mais qu'elle n'avait en réalité aucune importance ni obligation pour notre clan..."
Raaah, mais pourquoi elle racontait ça à Yume ! Elle s'en voulait déjà d'avoir pris la virginité de sa belle sur un (plaisant) coup de tête, de presque l'avoir forcée (eh, elle n'avait pas vraiment protesté !) à succomber à l'appel du désir et de la curiosité...

"...Aheum. Du coup, j'ai eut droit à la Très Sainte Inquisition Parentale, même si M'man avait des yeux bien trop rieurs. J'ai bien sûr rien dit sur nous. Mais le lendemain j'ai aperçu le dossier de Fumi', mon ex-coéquipier de l'équipe 13 sur le bureau de mon Père et dans l'après-midi, y'a un policier Uchiha qui est venue rapporter une femelle kikaichuu de P'pa qui c'était 'perdue' dans leur domaine... J'crois qu'à cause de moi, tous les garçons que je vais croiser dans les six prochain mois vont entendre d'étranges bourdonnements... Je suis presque étonné que P’pa t’ai pas demandée de me chaperonner."

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hyûga Yume
Konoha no Genin
Messages : 28
Date d'inscription : 16/03/2017
Age : 18
Localisation : Konoha

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Genin Rang C
Ryos: 0
Expérience:
0/500  (0/500)
Voir le profil de l'utilisateur
Entraînement au fond des bois
Je souris à Hako-chan qui râlait de ne pas avoir de massage après Jûken … La pauvre … Si elle se doutait ! Ce n'était pas des massages mais des coups de jûken, particulièrement douloureux dans les parties du corps atteintes. Je savais ce que cela faisait … C'était comme enfoncer un senbon dans une partie névralgique de son corps très lentement. La douleur duré une ou deux secondes mais selon les endroits … Cela suffisait à mettre à sol. Surtout dans les jambes. J'hésitais à montrer ce que cela faisait à Hako … Puis je lui donnais un petit coup dans l'épaule pour qu'elle retrouve plus vite des sensations en la serrant contre moi.

         
« Ce n'est pas des massages, mais des frappes précises de Jûken plutôt douloureuses comme je viens de t'en donner une. Et ce n'est pas beau de réclamer. »


Je lui volais un baiser légers avant qu'elle ne râle et ne recommence à s'agiter dans tous les sens. Parfois elle était fatigante ! Un vrai jeune chien fous ! Mais je l'adorais pour ça. Je ris quand elle essaya de détendre l'atmosphère en affirmant qu'elle était la seule à pouvoir me maltraiter ! Enfin … Actuellement c'était plutôt l'inverse, c'était moi qui marquait la peau de Hako de bleus même si je retenais volontairement mes coups de Jûken pour ne pas lui faire trop mal, ou simplement pour ne pas la tuer d'un coup trop violent dans des zones sensible. Se taper une hémorragie interne j'avais testé plusieurs fois … Très peu pour moi … C'était douloureux et assez … Ieurk quand on regardait véritablement les dégâts. Mais là était toute la force de notre taijutsu, enfin pas besoin d'expliquer, je préférais que les gens découvrent cela en combattant les Hyûga …

Je fixais l'espèce de balle de pétanque de riz que Hako-chan m'avait donné. Qu'est ce que c'était censé … Un onigiri ! C'était un onigiri ! Je levais les yeux au ciel en me jurant de donner un court pour ça à Hako … Sinon mon estomac ne supporterait pas. Je saisis le … Euh … boule de riz dans en sens et croquais prudemment dedans. Alors … IL y avait quinze fois trop de sel, mais sinon … Ça allait ! Par contre je manquait de m'étrangler quand elle commença à parler de mon clan, et un long soupire, presque un sifflement de serpent m'échappa. Je détestais quand elle parlait de ça et j'arrêtais pour ma part de manger attendant simplement qu'elle finisse sa tirade habituelle sur mon clan. Parfois j'avais envie de la bailloner pour qu'elle ne parle plus de ça. C'était à moi de faire changer les choses. Pas à elle. Mais tout le temps elle revenait avec ce sujet là.

Elle dû percevoir mon agacement dans mon silence et dans mon refus de parler de ça puisqu'elle partie sur le sujet de la virginité. Chose que nous n’avions plus réellement toute les deux. Par un commun accord bien sûre. Je ne pus m'empêcher de rire aux éclats lorsqu'elle me raconta la scène avec son père et ses parents. Moi en chaperonne de Hako-chan ? Et bien ! Ah ! Non ! Jamais ! J'en profiterais longuement ! Et mon père refuserait tout net … Moi ? Servir de chaperon à une « Hybride » ? À part si la branche principale lui ordonnait … Jamais il ne le permettrait. Je secouais la tête en riant avant de manger une nouvelle bouchée de riz trop salée.

         
« Toi tu veux que je meurs étripé par mon père ? Jamais il n'acceptera que je te couvre. Et puis j'en profiterais trop pour faire quelques petites choses … Et pour l'amour des dieux ou de je ne sais quoi Hako ! Arrête de parler de mon clan ! Tu sais bien qu'une fois sur deux on si dispute à cause de ça ! Ah et ne pense même pas à me déposer une femelle insecte dessus ! Si tu fais ça … Je te jure que tu préféra les enfers à ma colère. Ah et … Je devrais te donner de nouveau cours de cuisine parce que tes Onigiris … »


Je repris une bouchée de riz avant de le reposer. Si je continuais jamais je n'aurais assez d'eau pour tout l'entraînement. C'était une vérité. Si jamais Hako-chan m'espionnait … J'étais très souvent calme, et malgré tout ce que je pouvais subir au sein du clan. Jamais je ne devais accepter d'élever la voix ou laisser transmettre ma colère dans ma voix au seins de mon clan. Je ne devais être qu'obéissance et calme. Rien de plus.  Mais on ne provoque pas la colère des Hyûga. Même si ne n'étais que d'une branche secondaire, je pouvais frapper et être violente. J'avais appris à baisser la tête. Mais lorsque je la relevais je pouvais mordre.

Je caressais doucement les cheveux bruns de Hako avant de déposer un baiser légers sur son crane. J'aimais être là avec elle au calme. Même si elle était remuante je l'aimais. C'était elle que j'aimais, et j'avais peur. Peur qu'on me retire ce droit d'être avec elle, de ne plus pouvoir la voir, de la perdre au cours d'un combat. J'avais besoin de sa présence pour tenir face à la pression de mon clan et de mon père. Je me devais d'être droite et parfaite face à mon clan. Mais j'avais besoin de Hako pour tenir cette image. Sans elle … Depuis longtemps je serais partie de Konoha, du monde, et de la vie. Trop de pression, trop de peur … D'incertitude et de souffrance. Mais j'étais là en partie grâce à elle. Je la tirais un peu à moi pour poser mon menton sur son crâne

         
Tu commence à récupérer toi au fait ?


   




Merci Ikki pour le Kit
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Aburame Hako
Konoha no Genin
Messages : 40
Date d'inscription : 15/03/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Genin Rang C
Ryos: 0
Expérience:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur
"Entrainement" au fond des bois

Alors qu'elle mendiait (plus ou moins, surtout moins) discrètement un massage à son amante, la jeune Hyûga remit à sa place le lutin vert de Konoha en lui clouant l'épaule d'un coup de Jûken de démonstration, lui arrachant un petit cri de surprise et de douleur.
Mais elle l'avait bien cherchée.
"Ce n'est pas des massages, mais des frappes précises de Jûken plutôt douloureuses comme je viens de t'en donner une. Et ce n'est pas beau de réclamer." affirma alors Yume d'un ton docte.
Hako lui dédia un sourire faussement boudeur (ses yeux riaient déjà, alors que la douleur du coup s'estompait doucement).
"Ok, j'ai pigé ! C'est pas des délicats et sensuels massages, mais de l'acupuncture au burin... J'ai toujours sut que vous aviez une petite tendance sadomasochiste, vous autres yeux blancs. Bien cachée, derrière votre masque de politesse et de noblesse."
Elle rit et changea de sujet, ramenant hélas la conversion vers un sujet sensible pour sa douce amie.

Yume siffla d'agacement alors que la petite Aburame toute de vert vêtue analysait (critiquait) une fois de plus le clan Hyûga et son organisation.
Hako le perçut, se mordant la langue. Elle s'était encore laissée emporter. Elle se posait en héroïne et redresseuse de tord, négligeant la sensibilité de son amante. Et surtout, oubliant qu'elle n'avait aucun pouvoir, aucun poid politique, ni la moindre petite idée pour ressouder les branches du clan Hyûga, même si quelqu'un aurait été assez fou pour la nommer Kage.
Mais elle était jeune et idéaliste, ayant grandit avec ce nouveau rêve d'entente et d'égalité qu'on appelait Konoha...
Bah, plus tard, elle trouverait bien un moyen pour que Yum-Yum arrête de se voir comme un simple bouclier de quelque coincé aux yeux pâle qui avait eut la chance de naître du "bon coté" de la famille.
Elle décida donc illico de changer de sujet pour un plus léger et amusant (enfin, sur le coup ça avait été quand même un poil gênant. Surtout pour ne pas éclater de rire devant ses parents. S'ils savaient...).

D'un coup d'oeil, Hako vit que Yume contemplait longuement sa peu banale boulette de riz. Ouais, ok, elle avait fait ça un peu vite, tellement pressée de revoir sa petite amie et de se livrer à un entrainement à corps perdue avec elle...
En tout cas, la diversion avait été un succès et de vaguement boudeuse et silencieuse, elle riait et souriait. La jeune Aburame adorait ça. La faire rire, voir ses magnifiques yeux lavande pâles devenir étincelant de joie de vivre et de gaité. Alors Hako faisait la pitre, provoquait, titillait, chatouillait... C'était facile pour la pétulante demi-Inuzuka, c'était presque son nindô.

"Toi tu veux que je meurs étripé par mon père ? Jamais il n'acceptera que je te couvre. Et puis j'en profiterais trop pour faire quelques petites choses … Et pour l'amour des dieux ou de je ne sais quoi Hako ! Arrête de parler de mon clan ! Tu sais bien qu'une fois sur deux on si dispute à cause de ça ! Ah et ne pense même pas à me déposer une femelle insecte dessus ! Si tu fais ça … Je te jure que tu préféra les enfers à ma colère. Ah et … Je devrais te donner de nouveau cours de cuisine parce que tes Onigiris …" rétorqua alors la belle Hyûga.
La lutin vert de Konoha lui répondit d'un sourire faussement contrit (ses yeux émeraude étaient beaucoup trop pétillants pour qu'il fut vrai) et d'une vague grimace d'excuse.

Elle nota dans un coin de ne pas espionner son amante, cachant son déglutissement coupable par une gorgée de thé froid. Car elle avait bel et bien déjà "espionnée" sa petite amie avec ses kikaichuu. Cela la rassurait de savoir qu'une minuscule partie de l'essaim veillait sur Yume. D'autant plus après qu'elle eut perdue sa mère et que son père est tenté de... Laissons ce souvenir de coté.
Elle se fit la promesse de ne plus le faire. Yume était une guerrière. Elle devait lui faire confiance, elle saurait se débrouiller seule dans son clan inquiétant aux coutumes bizarres et figées. Et qui était-elle pour juger d'ailleurs ? Les Aburame offrant en sacrifice leurs jeunes aux insectes ne valaient guère mieux...

"Promis, j'parlerais plus de tes cousins au balais dans l'cul." maugréa la petite Aburame avec un sourire canaille. "Et je plaide coupable, j'étais tellement enthousiaste que tu viennes participer à mon entrainement que j'ai un peu... précipité la préparation de ces en-cas..."
Toujours trop vive, trop impétueuse, trop brouillonne. Même pour la cuisine. Mais peu à peu, sous l'influence de la maternelle et sérieuse Hyûga, la kunoichi vert-pomme apprenait. S'améliorait.
Qui sait, Yume parviendrait peut être à faire d'elle un être humain acceptable en société...

Après une pause pensive, la belle Hyûga attira Hako contre son sein (quel délice !) et posa son menton sur la chevelure en bataille (son bonnet fantaisie séchait dans un arbre) de l'Aburame blottie contre elle.
Hako se laissa aller, savourant l'instant intime, dans les bras de sa belle. C'était... Doux. Chaleureux. Au delà de confortable. Elle entendait battre le cœur de son amante, la pulsation rythmique la berçant.
Elle aurait voulu restait comme ça à jamais.

"Tu commence à récupérer toi au fait ?" fini par demander la jeune fille aux yeux lavande, brisant gentiment la magie de l'instant et ramenant la kunoichi aux insectes sur terre.
Elle s'agita doucement, s'étirant et se frottant un peu trop à Yume pour que ça soit honnête. Elle vola un baiser  sur le menton de sa douce amie.
"Yep !" pépia-t-elle joyeusement. "Tes seins...euh... soins me revigorent toujours ! Mon réseau de chakra fonctionne à nouveau. Je suis en train de régénérer mes troupes. Je vais avoir besoin d'un essaim entier pour t'affronter encore. Cela ne devrait pas prendre très longtemps : les kikaichuu sont motivés, surtout qu'ainsi enlacées, ils perçoivent ton délicieux chakra..."
La petite Aburame ne fit cependant aucun geste pour quitter les bras de sa coéquipière. Son regard dériva sur les environ, déjà à la recherche de plan et fourberie à opposer joyeusement à Yume.
Fichu Byakugan, c'était tellement dur de la surprendre... Et avec le Jûken pour compléter ça... Sans parler de la différence d'allonge.
Elle devait trouver un moyen de contrer les trop nombreux avantages de son amante.

Son regard revint sur l'étang.
Ah, voilà une idée. L'air de rien, il était relativement profond. La boue de la berge pourrait lui permettre de déstabiliser la Hyûga. Ensuite... La pousser à l'eau. Sous l'eau même. L'empêcher de concentrer son chakra en visant les pieds avec des kikaichuu et des coups de Gôken.
Yume était vive et rapide, plus que la kunoichi vert-pomme. Et elle avait plus d'allonge. Mais sous l'eau, elle serait ralentie et ne pourrait plus virevolter et tourbillonner aussi vite. L'eau atténuerait-elle la puissance du Jûken ? Peut être. Il ne fallait pas trop miser là dessus, mais plus sur l'affolement et le manque d'habitude d'un combat sous-marin.
Il fallait l'empêcher de remonter après l'avoir précipité à l'eau. Clones d'insectes au départ, pour qu'elle ne soupçonne rien, puis une fois qu'Hako l'aurait précipité à l'eau, les dissiper pour qu'ils forment des nuages voletant au dessus de l'onde, prêt à se précipiter sur une proie qui essaierait de s'extraire de l'eau.
Hummm, ça pouvait marcher. Et préparer un parchemin explosif. Dans l'eau, elle pourrait s'en servir sans risquer de faire trop mal à Yume. L'onde de choc pourrait peut être l'assommer...

Toute à ses réflexions et plans diabolique, Hako souriait comme un requin. Elle se laissa aller encore plus dans les bras accueillant de sa petite amie, avant de s'y arracher à contrecœur, cueillant les lèvres de Yume au passage. Délicieux. Dans ses bois isolées, personnes pour les surveiller, pour contrecarrer leur amour, leur désir...
Mais elle était une kunoichi et une fille passionnée par le combat. Elles pourraient s'enlacer après.
"Voilà. Je suis légion à nouveau. Prête à en découdre à nouveau et cette fois, je compte bien te mettre la fessée. Hummm.... ça pourrait être un gage, ça..."

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Feu - Hi no Kuni :: Konohagakure :: Domaines des Clans :: Domaine Aburame-
Sauter vers: