:: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Feu - Hi no Kuni :: Konohagakure :: Domaines des Clans :: Domaine Aburame Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

"Entrainement" au fond des bois

avatar
Aburame Hako
Konoha no Genin
Messages : 53
Date d'inscription : 15/03/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Genin Rang C
Ryos: 0
Expérience:
0/500  (0/500)
Voir le profil de l'utilisateur
"Entrainement" au fond des bois

Avec un juron obscène à la bouche, Hako s'écroula, vaincue. Pas étonnant, cela faisait bien une minute qu'elle se battait sans chakra ou presque.
Reprenant son souffle, elle contempla un instant la belle Hyûga qui l'avait vaincue, dans sa posture parfaite. Splendide et mortelle. Sa petite amie était du tonnerre... Et faisait une rivale géniale.
"Trente-deux à dix-sept..." siffla-t-elle en se redressant, en sueur et percluse de douleur suite à (beaucoup) trop de coups de Jûken. "Bon sang, j'étais pourtant sûre de t'avoir cette fois... Comment tu peux bouger aussi vite avec des melons pareils !"

Cette dernière remarque trahissait un tantinet de jalousie de la part de la minuscule kunoichi aux insectes. Yume avait tellement d'avantages pour elle : plus grande, elle avait une meilleure allonge. Elle était aussi plus agile et souple que le petit lutin vert de Konoha. Le moindre effleurement de ses paumes pouvait s'avérer mortel (ou simplement handicapant). Et par dessus tout, ses merveilleux yeux lavandes lui permettaient de tout voir.
Or le style de combat de la petite Aburame se basait essentiellement sur la surprise, la fourberie de son essaim et son imagination fertile. Bon, et aussi un sacré rentre-dedans. Mais affronter une Hyûga en taijutsu était déjà assez difficile en soi...
Bien évidement, ce n'était pas ça qui allait arrêter ou ne serait-ce que faire hésiter un instant la petite excité toute de vert-vêtue.

Tout comme sa relation toute particulière avec coéquipière, son amie, son amante. Retenir ses coups ? Hésiter ? Très peu pour la kunoichi vert-pomme ! Et il semblait que Yum-Yum aimait ça, chez elle : quelqu'un qui n'hésitait pas un instant, qui osait défier l'imbattable Jûken. Elles se poussaient mutuellement à donner le meilleur d’elles-mêmes. Et si Hako faisait souvent sa tête de cochon quand elle perdait (ce qui arrivait souvent) , c’était toujours en plaisantant à moitié (et en fourbissant une ignoble revanche). Et quand les deux jeunes filles finissaient les sessions d’entrainement, épuisées, il arrivait parfois que le dernier échange vire à l’échange de chatouilles, voire de câlins. C’était l’avantage d’essayer de se tabasser mutuellement entre petites amies.

C'est pour ça (entre autre) que les deux jeunes filles se retrouvaient à l'occasion toutes les deux dans un coin sauvage et reculé du Domaine Aburame.
L'endroit était charmant (si on faisait abstraction d’une faune riche en insectes) : une vague clairière en bordure d'un étang alimenté par une petite cascade jaillissant à flan de colline, le tout entouré des forêts épaisses et mystérieuses des terres du clan aux insectes.

Cela faisait des années que Hako c'était accaparée cet endroit. Et de fait, connaissant la passion coupable de la petite kunoichi pour les explosions et les "tests" de jutsu ou de "stratagèmes géniaux", les membres de son clan évitaient au possible d'y mettre les pieds.
Avec ses kikaichuu en éclaireurs et le Byakugan de Yume, elles pouvaient s'entrainer au calme, loin des regards. Ou faire autre chose.
Yum-Yum semblait apprécier l'endroit, où elle pouvait pratiquer son Jûken à fond avec une partenaire (suicidaire) enthousiaste, loin des regards indiscrets de la Sôke.

Hako se redressa, chassant la poussière de ses vêtements bariolés.
"Petite pause, le temps que je récupère un peu l'usage de mon système circulatoire de chakra et que je régénère une nouvelle génération de bestioles." souffla-t-elle à sa belle Hyûga. Elle ôta son bonnet fantaisie, trempé de sueur. Glamour.

La jeune Aburame se dirigea vers l'étang, sortant de l'eau deux gourdes de bambou pleine de thé glacé qu'elle avait mis à rafraichir. Elle en expédia une droit vers Yume (accompagné d'un peu trop d'eau pour être honnête), confiant dans la capacité de sa petite amie à intercepter le projectile humide, avant de boire goulument et sans manière à la sienne.
"Je pue ! J'ai chaud ! J'ai du sable et des feuilles partout après que tu m’aie envoyée dans les ronces..." gémit la kunoichi vert-pomme. "Je vais me débarbouiller."

Elle voulue s'élancer sur l'étang pour gagner la petite cascade et ce n'est qu'à mi-hauteur de son saut qu'elle réalisa son erreur.
Elle s'écrasa comme une loque dans l'eau avec moult jurons, ayant complétement oubliée que son chakra était encore bloqué par les coups de Jûken subit. Et que donc, elle ne pouvait plus marcher sur l’onde encore froide en cette saison.
Revenue à la surface, Hako cracha de l’eau et de la vase, dardant un regard noir sur sa petite amie et vouant aux gémonies ses techniques injustes te fourbes.
Mais bien vite, elle éclata de rire, pataugeant gaiement pour regagner la berge après avoir passée sa tignasse châtain sous la cascade glacée.
"Bon, me voilà propre, mais trempée..." grogna-t-elle, avant qu'un sourire taquin illumine son visage poupin.

Lentement, sensuellement (enfin, c'est Hako quand même, c'était plus risible qu'autre chose tellement c'était exagérée), elle ôta sa tenue complexe désormais trempée,  s’effeuillant pour le plaisir des yeux de sa belle Hyûga, pour ne rester au final qu'en sous-vêtements (hélas peu sexy aujourd'hui : elles avaient prévues un entrainement intensifs, pas... autre chose).
Riant et se pavanant de manière impudique devant sa Hyûga, Hako esquissa des pas mi-danse, mi-kata de taijutsu.

Se faisant, elle avisa quelques bleus naissant sur son corps minuscule mais finement musclé.
Elle grogna, jetant à œil envieux à la peau lisse et pâle de son amante.
"Tiens, Yum-Yum, comment tu fais pour pas avoir plus de bleus quand tu t'entraines au Jûken ?" demanda la jeune Aburame, curieuse, se remémorant quelques expériences douloureuses d'avec le taijutsu du clan aux yeux pâles. "Connaissant ton joyeux paternel, je le sens pas du style à retenir ses coups..."

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hyûga Yume
Konoha no Genin
Messages : 56
Date d'inscription : 16/03/2017
Age : 19
Localisation : Konoha

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Genin Rang C
Ryos: 0
Expérience:
0/500  (0/500)
Voir le profil de l'utilisateur
D'un coup de talon j'envoyais Hako-chan volait loin de moi. C'était un combat actuellement pas une dispute amoureuse. Un entraînement qui se devait être réaliste au possible. Connaissant Hako elle pouvait m'avoir d'une farce. Masi non elle resta au sol. Bon … En même temps je l'avais privé de toute utilisation de son chakra pour un petit bout de temps. Trente deux à Dix sept ? Déjà ? Non ! Elle devait m'avoir rajouté quelques victoires. Mais je ne dis rien, elle savait mieux que moi. Je lui fis un délicieux sourire avant de lâcher ma garde. Euh … Melon pareil ?! Je baissais les yeux sur ma petite poitrine. Certes, j'en avais plus que Hako mais je ne faisais qu'un honorable 90C rien de plus. Mais je me contentais de lever les yeux au ciel en secouant la tête.

Il faisait bon dans cette petite clairière au calme, c'était l'endroit le plus agréable pour s'entraîner avec Hako qui était dans son éléments, et au moins aucun membre de la Soke ne viendrait me voir ici. Je me devait d'être parfaite aux yeux de la Soke, je devais briller pour que ma sœur puisse à son tour briller. Je devais être parfaite. Simplement. Et bien que j'aimais profondément Hako … Entre elle et on clan je choisirais mon clan. Cela avait déjà été assez difficile de lui avouer mon amour … et je craignais qu'à tout moment quelqu'un nous remarque, alors je limitais beaucoup nos interactions. Mais ici … Il n'y aurait rien. Personne ne venait dans « le coin de Hako » . Elle aimait vraiment trop les explosions, mais dans ce cas là … Moi j'appréciais sa passion ! Nous avions notre coin secret où nous pouvions un peu plus être proche nous câlinant ou nous embrassant.

J'attrapais au vol, et en m'éclaboussant je me vengerais !, la gourde de thé et bus délicatement une gorgée. Le commentaire de Hako sur son odeur et sa propreté me fis rire et au moment où j'allais lui dire de faire attention, puisqu'elle n'avait plus de chakra, de ne pas sauter dans l… Trop tard.Je ne put m’empêcher et je me mis à rire de tout mon soûl en me tenant les côtes. Je n'arrivais plus à m'arrêter, j'en aurait fait pipi dans ma culotte mais je renversais déjà bien assez mon thé froid par terre. Mais la tête de Hako … Je riais en avoir les larmes qui coulaient sur les joues. Je réussis à me calmer uniquement quand elle ressortit plus ou moins propre de l'eau et qu'elle commença à se dévêtir presque avec grâce. Je repartis en éclat de rire mais un peu de thé glacé et je me repris. J'avais chaud ! J'ôtais d'un mouvement mon faut à manches longues pour juste garder mon débardeur noir. Je posais mon haut à côté des affaires de Hako avant de m'asseoir par terre. Je bus encore un peu quand la question de Hako tomba.

Je plissais le nez en réfléchissant et sa remarque sur mon père me tira une grimace. Maintenant il ne pouvait plus taper aussi fort qu'avant. Ce n’était pas un secret après tout. Nous avions nos propres techniques pour ôter la plupart des bleus. Il fallait pas rire ! Nous en avions quand même. Je tendis ma gourde à Hako en repoussant une de ses mèches de cheveux qui lui tombait dans le visage. Je haussais les épaules avant de répondre

« Et bien … J'ai des bleus. Mais … Mmmh … Comment dire, nous avons quelques medicnin parmi nous pour les plus grosses blessures … Puis entre nous après un combat Quelques coups de jûken bien appliqué remette en place le système de chakra et évite les bleus. Enfin … pas tous ! Il en reste toujours. Avec mon père j'en avais surtout sur le buste, après … avec Ichigo, j'en ai plus sur les jambes. Cela dépend. Mais contrairement à toi je n'en ai pas beaucoup, surtout parce qu'entre nous on se remet tout bien en place après des combats. Puis les membres de la Bunke doivent toujours être en assez bon état pour protéger la Soke. »

Je préférais parfois rire de mon statue de bouclier de membre de clan. Bien que sous mon bandeau frontale et ma frange un sceau était gravé dans ma chair pouvant me tuer dans d'affreuses souffrance. Je l'avais déjà vu appliquer. Et il m'arrivait de faire des cauchemars où j'entendais encore les cris du malheureux. Dire qu'il m'avait rien fait de mal … Il avait simplement fondé une famille hors du clan … Je secouais la tête je ne voulais pas repenser à ça. Je pinçais gentiment le nez de Hako avant de regarder son système de chakra. J'étais obligé de retenir certains coup pour ne pas la blesser gravement, mais son système se remettait bien. D'ici une petite demie heure elle pourrait reprendre le combat.

« Dans une demie heure ton système de chakra devrait être opérationnel Hako-chan. Au fait … Pourquoi cette question sur mes bleus ? Tu as peur qu'on m'abîme dans mon clan ? »

J'eus un petit rire presque un ricanement. Bien sûr que mon clan décidait de ma vie mais aussi de ma mort. Un pas hors du bon chemin et je mourrais. Je le savais.




Merci Ikki pour le Kit
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Aburame Hako
Konoha no Genin
Messages : 53
Date d'inscription : 15/03/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Genin Rang C
Ryos: 0
Expérience:
0/500  (0/500)
Voir le profil de l'utilisateur
"Entrainement" au fond des bois

Hako aimait entendre le rire de son amante, fusse à ses dépends. Détendre la trop sérieuse Hyûga, le bouclier autoproclamé de la Soke, voilà une mission glorieuse qui valait bien quelques bleues, bosses, humiliation et boue dans les cheveux.
Elle dédia donc un sourire étincelant à la belle demoiselle qui riait aux larmes de ses (pitreries) mésaventures.

Après son strip-tease impromptu (bon sang, une tenue de plus trempées, couvertes d'herbes et de boue... Elle avait bien fait d'en commander plein, même si ça signifiait moins de ryô pour acheter des parchemins explosifs), la jeune Aburame eut l'agréable surprise de voir sa petite amie ôter son haut, pour ne rester qu'en débardeur noir.
Alors qu'elle provoquait par son déshabillage langoureux (enfin... c'est Hako et le coté sexy de la chose n'était donc pas terrible), ce fut elle qui rougit, détournant promptement le regard de la poitrine (opulente !) ainsi mise en valeur de son amante.
Bon sang, comment faisait-elle pour toujours être aussi... désirable. Si… femme. Elle se sentait comme une gamine intenable et maladroite à coté d’elle…

Elle posa sa question, en profitant pour masquer sa gêne dans la conversation. Yume lui tendit sa gourde, que la petite Aburame accepta sans hésitation, la remerciant d'un hochement de tête. Baiser indirect ? Certains le pensaient, mais Hako n'en voyait pas trop l'intérêt. Elle préférer le vrai truc, l'approche directe.
Son regard s'attarda un peu trop sur le doux sourire de sa Hyûga qui lui répondait.

"Et bien … J'ai des bleus. Mais … Mmmh … Comment dire, nous avons quelques medicnin parmi nous pour les plus grosses blessures … Puis entre nous après un combat Quelques coups de jûken bien appliqué remette en place le système de chakra et évite les bleus. Enfin … pas tous ! Il en reste toujours. Avec mon père j'en avais surtout sur le buste, après … avec Ichigo, j'en ai plus sur les jambes. Cela dépend. Mais contrairement à toi je n'en ai pas beaucoup, surtout parce qu'entre nous on se remet tout bien en place après des combats. Puis les membres de la Bunke doivent toujours être en assez bon état pour protéger la Soke." l'informa sa belle coéquipière.

Hako grogna et renversa la tête en arrière, contemplant le bleu de ciel avant de râler, pour le principe.
Le concept des branches familiales du clana Hyûga était étrange et pour tout dire, lui déplaisait. Surtout quand il s'agissait de Yume.
Elle même n'aurait aucun problème à mettre sa vie en danger pour la Hyûga, pour servir de bouclier à ce corps parfait et à ces beaux yeux lavandes.
Mais, petit un, elle n'avait pas l'intention de faire un sacrifice héroïque. C'était un concept idiot. Il fallait gagner, de manière absolue et définitive, et non pas se contenter une victoire éphémère, qui en plus vous coutez la vie, votre futur.
Petit deux, l’idée qu'un quasi-inconnu puisse exiger pareille chose de Yume, sous le prétexte fallacieux qu'il faisait partie d'une branche "principale" de sa famille, dont Hako peinait d'ailleurs à voir la supériorité effective, était détestable aux yeux de la bouillante Aburame amoureuse.

Mais plutôt que de revenir sur ce sujet qui fâche, Hako décida de jouer la légèreté.
"Quoi ? Vous avez donc des techniques de massage-Jûken pour vous remettre des combats ?! Et tu n'as même pas encore proposée de faire courir tes douces mains aux Doigts Souples sur mon petit corps si affriolant que tu as battu comme plâtre ? Je suis très désappointée, mademoiselle Hyûga..." déclara-t-elle en se pendant au cou de sa petite amie."Hummm... Ton Père serait par contre fière que tu ne succombes pas aux sirènes de la chair malgré mes tentations diaboliques..."

Yume lui pinça le nez, avant de l'examiner à l'aide de son Byakugan. Cela faisait un moment que le lutin vert de Konoha ne réagissait plus devant l'inquiétant regard Hyûga.
Au contraire, elle prit un malin plaisir à prendre des poses de pin-up (ou ce qu'elle imaginait en être, fort de l'expérience de ses quatorze ans).

"Dans une demie heure ton système de chakra devrait être opérationnel Hako-chan." affirma la grande Hyûga, avant d'enchainer dans un rictus nerveux. "Au fait … Pourquoi cette question sur mes bleus ? Tu as peur qu'on m'abîme dans mon clan ?"

La kunoichi vert-pomme (bon, actuellement plutôt en sous-vêtements gris. Elle s'en voulait de pas avoir mis un truc plus sexy, d'ailleurs) connaissait assez sa partenaire pour discerner sa nervosité sur le sujet.
Elle essaya de désamorcer la tension en continuant à faire de l'humour. C'était d'ailleurs son mécanisme de défense de base.
"Ton papounet est tellement délicat et sensible dans ses entrainements..." persiffla-t-elle après avoir haussée les épaules. "Et les vieux barbons de la Soke vous font faire tout le sale boulot, en restant le cul vissé sur un coussin de soie en sirotant leur thé... J'ai pas envie que tu te retrouves plein de marques sur ta belle peau si douce ou que tu t'exténues à réaliser leurs caprices..."
Grand sourire étincelant plein de dents.
"ça, c'est mon rôle !"
Elle enchaina avec quelques chatouilles.

Quelques instant après, la jeune kunoichi allait chercher quelques onigiri dans une boite à bento posée à l'ombre d'un arbre. Un autre des (nombreux) avantages du clan Aburame : tu pouvais laisser de la nourriture dans un coin, y'aura jamais d'insectes qui viendront gâcher le piquenique. Elle en offrit un à Yume, pour aller avec le thé. Hako les avait fait elle-même, et de fait ils se rapprochaient plus de la boule explosive ultra-dense que d’un triangle parfait.
Alors qu'elle "restaurait son énergie" (comprendre se baffer de boulettes de riz), Hako réfléchit et comme d'habitude, sa bouche suivit toute seule.
"Je ne pense pas que ça soit très sain, d'ailleurs, cette histoire de Bunke et Soke. Au niveau de l'évolution de la puissance du clan, j’entends. C'est pas à moi de juger, sinon, même si je le fais - regarde je fronde les sourcils. C'est qu'à force de trop se reposer sur vous pour les défendre, je pense que les membres de la branche principale vont s'affaiblir. Sans stimulation, pas de motivation, pas d'évolution. Même s'ils gardent leurs meilleures techniques pour eux, ces égoïstes - pardon, je juge encore - C'est pas comme s'ils pouvaient vous les cacher bien longtemps, hein mon tourbillon lavande ? Je pense que c'est dangereux, en plus. Un jour, les membres de la Bunke vont se retrouver plus forts et ne supporteront plus de... venir en second."

Hako n'était pas bête : ce n'était pas une révolution qui pourrait arriver rapidement. Mais elle était dans son esprit inévitable. Les Hyûga avaient leur sale tatouage maudit pour la ralentir... Mais à long terme, cela ne suffirait pas. Hako elle-même avait bien une douzaine de plans (majoritairement foireux) envisageables pour se défaire de la Soke.

Elle réalisa que, bêtement, elle avait remit sur le tapis les affaires de clan de sa petite amie. Un domaine sensible où une métis à peine intégrée à Konoha et à son clan, une gamine bravache et rentre-dedans, n'avait probablement pas son mot à dire.
Elle lança un sourire timide d'excuse à Yume, avant d'enchainer au plus vite, sur le premier sujet qui lui passait par la tête.


"Oh, j'ai aussi demandé à P'pa si c'était important pour le clan Aburame de rester vierge jusqu'au mariage..." commença-t-elle, avant de réaliser que ce n'était peut être pas non plus un super sujet à aborder tout de suite. Mais bon, le vin était tiré, il fallait donc le boire. Et connaissant Hako, jusqu'à la lie.
"...Hum. Après qu'il est dégelé de sa transe de stupeur et que M'man qui écoutait de la cuisine est arrêtée de se rouler par terre de rire, il m'a expliqué par monosyllabes que c'était une tradition, mais qu'elle n'avait en réalité aucune importance ni obligation pour notre clan..."
Raaah, mais pourquoi elle racontait ça à Yume ! Elle s'en voulait déjà d'avoir pris la virginité de sa belle sur un (plaisant) coup de tête, de presque l'avoir forcée (eh, elle n'avait pas vraiment protesté !) à succomber à l'appel du désir et de la curiosité...

"...Aheum. Du coup, j'ai eut droit à la Très Sainte Inquisition Parentale, même si M'man avait des yeux bien trop rieurs. J'ai bien sûr rien dit sur nous. Mais le lendemain j'ai aperçu le dossier de Fumi', mon ex-coéquipier de l'équipe 13 sur le bureau de mon Père et dans l'après-midi, y'a un policier Uchiha qui est venue rapporter une femelle kikaichuu de P'pa qui c'était 'perdue' dans leur domaine... J'crois qu'à cause de moi, tous les garçons que je vais croiser dans les six prochain mois vont entendre d'étranges bourdonnements... Je suis presque étonné que P’pa t’ai pas demandée de me chaperonner."

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hyûga Yume
Konoha no Genin
Messages : 56
Date d'inscription : 16/03/2017
Age : 19
Localisation : Konoha

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Genin Rang C
Ryos: 0
Expérience:
0/500  (0/500)
Voir le profil de l'utilisateur
Entraînement au fond des bois
Je souris à Hako-chan qui râlait de ne pas avoir de massage après Jûken … La pauvre … Si elle se doutait ! Ce n'était pas des massages mais des coups de jûken, particulièrement douloureux dans les parties du corps atteintes. Je savais ce que cela faisait … C'était comme enfoncer un senbon dans une partie névralgique de son corps très lentement. La douleur duré une ou deux secondes mais selon les endroits … Cela suffisait à mettre à sol. Surtout dans les jambes. J'hésitais à montrer ce que cela faisait à Hako … Puis je lui donnais un petit coup dans l'épaule pour qu'elle retrouve plus vite des sensations en la serrant contre moi.

         
« Ce n'est pas des massages, mais des frappes précises de Jûken plutôt douloureuses comme je viens de t'en donner une. Et ce n'est pas beau de réclamer. »


Je lui volais un baiser légers avant qu'elle ne râle et ne recommence à s'agiter dans tous les sens. Parfois elle était fatigante ! Un vrai jeune chien fous ! Mais je l'adorais pour ça. Je ris quand elle essaya de détendre l'atmosphère en affirmant qu'elle était la seule à pouvoir me maltraiter ! Enfin … Actuellement c'était plutôt l'inverse, c'était moi qui marquait la peau de Hako de bleus même si je retenais volontairement mes coups de Jûken pour ne pas lui faire trop mal, ou simplement pour ne pas la tuer d'un coup trop violent dans des zones sensible. Se taper une hémorragie interne j'avais testé plusieurs fois … Très peu pour moi … C'était douloureux et assez … Ieurk quand on regardait véritablement les dégâts. Mais là était toute la force de notre taijutsu, enfin pas besoin d'expliquer, je préférais que les gens découvrent cela en combattant les Hyûga …

Je fixais l'espèce de balle de pétanque de riz que Hako-chan m'avait donné. Qu'est ce que c'était censé … Un onigiri ! C'était un onigiri ! Je levais les yeux au ciel en me jurant de donner un court pour ça à Hako … Sinon mon estomac ne supporterait pas. Je saisis le … Euh … boule de riz dans en sens et croquais prudemment dedans. Alors … IL y avait quinze fois trop de sel, mais sinon … Ça allait ! Par contre je manquait de m'étrangler quand elle commença à parler de mon clan, et un long soupire, presque un sifflement de serpent m'échappa. Je détestais quand elle parlait de ça et j'arrêtais pour ma part de manger attendant simplement qu'elle finisse sa tirade habituelle sur mon clan. Parfois j'avais envie de la bailloner pour qu'elle ne parle plus de ça. C'était à moi de faire changer les choses. Pas à elle. Mais tout le temps elle revenait avec ce sujet là.

Elle dû percevoir mon agacement dans mon silence et dans mon refus de parler de ça puisqu'elle partie sur le sujet de la virginité. Chose que nous n’avions plus réellement toute les deux. Par un commun accord bien sûre. Je ne pus m'empêcher de rire aux éclats lorsqu'elle me raconta la scène avec son père et ses parents. Moi en chaperonne de Hako-chan ? Et bien ! Ah ! Non ! Jamais ! J'en profiterais longuement ! Et mon père refuserait tout net … Moi ? Servir de chaperon à une « Hybride » ? À part si la branche principale lui ordonnait … Jamais il ne le permettrait. Je secouais la tête en riant avant de manger une nouvelle bouchée de riz trop salée.

         
« Toi tu veux que je meurs étripé par mon père ? Jamais il n'acceptera que je te couvre. Et puis j'en profiterais trop pour faire quelques petites choses … Et pour l'amour des dieux ou de je ne sais quoi Hako ! Arrête de parler de mon clan ! Tu sais bien qu'une fois sur deux on si dispute à cause de ça ! Ah et ne pense même pas à me déposer une femelle insecte dessus ! Si tu fais ça … Je te jure que tu préféra les enfers à ma colère. Ah et … Je devrais te donner de nouveau cours de cuisine parce que tes Onigiris … »


Je repris une bouchée de riz avant de le reposer. Si je continuais jamais je n'aurais assez d'eau pour tout l'entraînement. C'était une vérité. Si jamais Hako-chan m'espionnait … J'étais très souvent calme, et malgré tout ce que je pouvais subir au sein du clan. Jamais je ne devais accepter d'élever la voix ou laisser transmettre ma colère dans ma voix au seins de mon clan. Je ne devais être qu'obéissance et calme. Rien de plus.  Mais on ne provoque pas la colère des Hyûga. Même si ne n'étais que d'une branche secondaire, je pouvais frapper et être violente. J'avais appris à baisser la tête. Mais lorsque je la relevais je pouvais mordre.

Je caressais doucement les cheveux bruns de Hako avant de déposer un baiser légers sur son crane. J'aimais être là avec elle au calme. Même si elle était remuante je l'aimais. C'était elle que j'aimais, et j'avais peur. Peur qu'on me retire ce droit d'être avec elle, de ne plus pouvoir la voir, de la perdre au cours d'un combat. J'avais besoin de sa présence pour tenir face à la pression de mon clan et de mon père. Je me devais d'être droite et parfaite face à mon clan. Mais j'avais besoin de Hako pour tenir cette image. Sans elle … Depuis longtemps je serais partie de Konoha, du monde, et de la vie. Trop de pression, trop de peur … D'incertitude et de souffrance. Mais j'étais là en partie grâce à elle. Je la tirais un peu à moi pour poser mon menton sur son crâne

         
Tu commence à récupérer toi au fait ?


   




Merci Ikki pour le Kit
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Aburame Hako
Konoha no Genin
Messages : 53
Date d'inscription : 15/03/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Genin Rang C
Ryos: 0
Expérience:
0/500  (0/500)
Voir le profil de l'utilisateur
"Entrainement" au fond des bois

Alors qu'elle mendiait (plus ou moins, surtout moins) discrètement un massage à son amante, la jeune Hyûga remit à sa place le lutin vert de Konoha en lui clouant l'épaule d'un coup de Jûken de démonstration, lui arrachant un petit cri de surprise et de douleur.
Mais elle l'avait bien cherchée.
"Ce n'est pas des massages, mais des frappes précises de Jûken plutôt douloureuses comme je viens de t'en donner une. Et ce n'est pas beau de réclamer." affirma alors Yume d'un ton docte.
Hako lui dédia un sourire faussement boudeur (ses yeux riaient déjà, alors que la douleur du coup s'estompait doucement).
"Ok, j'ai pigé ! C'est pas des délicats et sensuels massages, mais de l'acupuncture au burin... J'ai toujours sut que vous aviez une petite tendance sadomasochiste, vous autres yeux blancs. Bien cachée, derrière votre masque de politesse et de noblesse."
Elle rit et changea de sujet, ramenant hélas la conversion vers un sujet sensible pour sa douce amie.

Yume siffla d'agacement alors que la petite Aburame toute de vert vêtue analysait (critiquait) une fois de plus le clan Hyûga et son organisation.
Hako le perçut, se mordant la langue. Elle s'était encore laissée emporter. Elle se posait en héroïne et redresseuse de tord, négligeant la sensibilité de son amante. Et surtout, oubliant qu'elle n'avait aucun pouvoir, aucun poid politique, ni la moindre petite idée pour ressouder les branches du clan Hyûga, même si quelqu'un aurait été assez fou pour la nommer Kage.
Mais elle était jeune et idéaliste, ayant grandit avec ce nouveau rêve d'entente et d'égalité qu'on appelait Konoha...
Bah, plus tard, elle trouverait bien un moyen pour que Yum-Yum arrête de se voir comme un simple bouclier de quelque coincé aux yeux pâle qui avait eut la chance de naître du "bon coté" de la famille.
Elle décida donc illico de changer de sujet pour un plus léger et amusant (enfin, sur le coup ça avait été quand même un poil gênant. Surtout pour ne pas éclater de rire devant ses parents. S'ils savaient...).

D'un coup d'oeil, Hako vit que Yume contemplait longuement sa peu banale boulette de riz. Ouais, ok, elle avait fait ça un peu vite, tellement pressée de revoir sa petite amie et de se livrer à un entrainement à corps perdue avec elle...
En tout cas, la diversion avait été un succès et de vaguement boudeuse et silencieuse, elle riait et souriait. La jeune Aburame adorait ça. La faire rire, voir ses magnifiques yeux lavande pâles devenir étincelant de joie de vivre et de gaité. Alors Hako faisait la pitre, provoquait, titillait, chatouillait... C'était facile pour la pétulante demi-Inuzuka, c'était presque son nindô.

"Toi tu veux que je meurs étripé par mon père ? Jamais il n'acceptera que je te couvre. Et puis j'en profiterais trop pour faire quelques petites choses … Et pour l'amour des dieux ou de je ne sais quoi Hako ! Arrête de parler de mon clan ! Tu sais bien qu'une fois sur deux on si dispute à cause de ça ! Ah et ne pense même pas à me déposer une femelle insecte dessus ! Si tu fais ça … Je te jure que tu préféra les enfers à ma colère. Ah et … Je devrais te donner de nouveau cours de cuisine parce que tes Onigiris …" rétorqua alors la belle Hyûga.
La lutin vert de Konoha lui répondit d'un sourire faussement contrit (ses yeux émeraude étaient beaucoup trop pétillants pour qu'il fut vrai) et d'une vague grimace d'excuse.

Elle nota dans un coin de ne pas espionner son amante, cachant son déglutissement coupable par une gorgée de thé froid. Car elle avait bel et bien déjà "espionnée" sa petite amie avec ses kikaichuu. Cela la rassurait de savoir qu'une minuscule partie de l'essaim veillait sur Yume. D'autant plus après qu'elle eut perdue sa mère et que son père est tenté de... Laissons ce souvenir de coté.
Elle se fit la promesse de ne plus le faire. Yume était une guerrière. Elle devait lui faire confiance, elle saurait se débrouiller seule dans son clan inquiétant aux coutumes bizarres et figées. Et qui était-elle pour juger d'ailleurs ? Les Aburame offrant en sacrifice leurs jeunes aux insectes ne valaient guère mieux...

"Promis, j'parlerais plus de tes cousins au balais dans l'cul." maugréa la petite Aburame avec un sourire canaille. "Et je plaide coupable, j'étais tellement enthousiaste que tu viennes participer à mon entrainement que j'ai un peu... précipité la préparation de ces en-cas..."
Toujours trop vive, trop impétueuse, trop brouillonne. Même pour la cuisine. Mais peu à peu, sous l'influence de la maternelle et sérieuse Hyûga, la kunoichi vert-pomme apprenait. S'améliorait.
Qui sait, Yume parviendrait peut être à faire d'elle un être humain acceptable en société...

Après une pause pensive, la belle Hyûga attira Hako contre son sein (quel délice !) et posa son menton sur la chevelure en bataille (son bonnet fantaisie séchait dans un arbre) de l'Aburame blottie contre elle.
Hako se laissa aller, savourant l'instant intime, dans les bras de sa belle. C'était... Doux. Chaleureux. Au delà de confortable. Elle entendait battre le cœur de son amante, la pulsation rythmique la berçant.
Elle aurait voulu restait comme ça à jamais.

"Tu commence à récupérer toi au fait ?" fini par demander la jeune fille aux yeux lavande, brisant gentiment la magie de l'instant et ramenant la kunoichi aux insectes sur terre.
Elle s'agita doucement, s'étirant et se frottant un peu trop à Yume pour que ça soit honnête. Elle vola un baiser  sur le menton de sa douce amie.
"Yep !" pépia-t-elle joyeusement. "Tes seins...euh... soins me revigorent toujours ! Mon réseau de chakra fonctionne à nouveau. Je suis en train de régénérer mes troupes. Je vais avoir besoin d'un essaim entier pour t'affronter encore. Cela ne devrait pas prendre très longtemps : les kikaichuu sont motivés, surtout qu'ainsi enlacées, ils perçoivent ton délicieux chakra..."
La petite Aburame ne fit cependant aucun geste pour quitter les bras de sa coéquipière. Son regard dériva sur les environ, déjà à la recherche de plan et fourberie à opposer joyeusement à Yume.
Fichu Byakugan, c'était tellement dur de la surprendre... Et avec le Jûken pour compléter ça... Sans parler de la différence d'allonge.
Elle devait trouver un moyen de contrer les trop nombreux avantages de son amante.

Son regard revint sur l'étang.
Ah, voilà une idée. L'air de rien, il était relativement profond. La boue de la berge pourrait lui permettre de déstabiliser la Hyûga. Ensuite... La pousser à l'eau. Sous l'eau même. L'empêcher de concentrer son chakra en visant les pieds avec des kikaichuu et des coups de Gôken.
Yume était vive et rapide, plus que la kunoichi vert-pomme. Et elle avait plus d'allonge. Mais sous l'eau, elle serait ralentie et ne pourrait plus virevolter et tourbillonner aussi vite. L'eau atténuerait-elle la puissance du Jûken ? Peut être. Il ne fallait pas trop miser là dessus, mais plus sur l'affolement et le manque d'habitude d'un combat sous-marin.
Il fallait l'empêcher de remonter après l'avoir précipité à l'eau. Clones d'insectes au départ, pour qu'elle ne soupçonne rien, puis une fois qu'Hako l'aurait précipité à l'eau, les dissiper pour qu'ils forment des nuages voletant au dessus de l'onde, prêt à se précipiter sur une proie qui essaierait de s'extraire de l'eau.
Hummm, ça pouvait marcher. Et préparer un parchemin explosif. Dans l'eau, elle pourrait s'en servir sans risquer de faire trop mal à Yume. L'onde de choc pourrait peut être l'assommer...

Toute à ses réflexions et plans diabolique, Hako souriait comme un requin. Elle se laissa aller encore plus dans les bras accueillant de sa petite amie, avant de s'y arracher à contrecœur, cueillant les lèvres de Yume au passage. Délicieux. Dans ses bois isolées, personnes pour les surveiller, pour contrecarrer leur amour, leur désir...
Mais elle était une kunoichi et une fille passionnée par le combat. Elles pourraient s'enlacer après.
"Voilà. Je suis légion à nouveau. Prête à en découdre à nouveau et cette fois, je compte bien te mettre la fessée. Hummm.... ça pourrait être un gage, ça..."

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hyûga Yume
Konoha no Genin
Messages : 56
Date d'inscription : 16/03/2017
Age : 19
Localisation : Konoha

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Genin Rang C
Ryos: 0
Expérience:
0/500  (0/500)
Voir le profil de l'utilisateur
Entraînement au fond des bois
Je pinçais gentiment la joue de ma petite lutine favorite qui avait fait un lapsus révélateur et je la serrais un peu plus contre moi. Pourtant je n'avais pas une aussi grosse poitrine que ça. Elle était juste tout à fait normale non. Enfin, j'en avais plus que Hako-chan qui avait presque plus d'omoplates que de seins la pauvre. Mais je l'aimais comme ça. Même quand elle parlait de mes « cousins au balais dans l'cul » aux tendances sadomasochistes comme elle disait si bien. Hako me faisait bien rire et c'était toujours agréable de rire, j'en perdais l'habitude vu la tête de ma famille et de mon père. C'était plus gai dans un cimetière. Plus gai devant la tombe de ma mère.

Je croquais dans une balle de riz et toussais un peu. Oui … un peu bousculé la préparation hein ? Je lui pinçais le nez de nouveau en me jurant de lui apprendre à en faire des vrai. Et de préférence la veille ! Et par pitié qu'elle apprenne à doser le sel ! Je ris quand elle se frotta un peu trop à moi en s'agitant pour que cela soit tout à fait innocent. Avec ma petite amie rien n'était innocent de toute manière. Ou si peu que cela ne comptait pas vraiment. Mais on s'y habitué ! Parfois un seul regard lui faisait comprendre qu'elle allait bien trop loin. On se connaissait assez bien maintenant, et j'avais le fol espoir qu'elle apprenne à ce contrôler seule. Un jour peut-être. Je lui embrassait une nouvelle fois le sommet du crâne quand elle me rappela que ses insectes adoraient mon chakra.

« Faudra que tu m'explique pourquoi tes insectes aiment tant mon chakra, il n'a rien de particulier.


Je lui mordillais l'oreille avec un petit sourire en la voyant faire un sourire de requin, elle avait un plan. E lui rendis son baiser et éclatais de rire lorsqu'elle proposa en gage une fessée. Je me relevais souplement et lui donnais une pichenette sur le front et riant. Je rangeais mon en cas avant de relever mes cheveux en queue de cheval, je secouais la tête et m'étirais de nouveau longuement à m'en faire craquer le dos. Je me plaçais dos à l'étant et activais mon Byakugan. Je stoppais aussitôt Hako d'un geste. Il y avait une silhouette dans les buissons. Assez loin elle ne bougeait pas mais elle était accroupis. Je plissais les yeux. Ce n'était pas un chakra étranger, je l'avais déjà vue, j'en étais sûre. Mais ce n'était pas ma sœur. Ni Ichigo. Je tournais mes pupilles pâles vers Hako.

« Hako ! Y a quelqu'un ! »


Sans attendre je m'élançais vers la silhouette qui disparu brusquement et j'écartais les fourets en grand. Il n' y avait pas de traces ni rien. J'examinais la zone et je sentis mes entrailles se tordent violemment. Qui était-ce ? Un ninja de Konoha que je connaissais. Mais qui ? Et pourquoi être partie aussi brusquement ? Ce n'était pas normale ! Surtout que je ne me connaissais aucun ennemie. Et que je n'avais rien fait pour que le clan ne me surveille ! Qu'est ce que cette silhouette attendait ? Ou qu'avait-elle vue ? Ou entendue ? Dans cette forêt calme j'avais l'impression que toutes les paroles même les murmures pouvaient s'entendre. Tout comme mon cœur qui cognait trop vite et trop fort contre mes côtes. Pourquoi … qui ? Comment ? Il avait pu passer les insectes, donc cela voulait dire qu'il s'était présenté devant les gardes Aburame qui l'avaient laissé. Mais là il était partit comme un voleur … Comment c'était possible ? Je me mordillais la lèvres inférieure et je sentis la chaire de poule couvrir mes bras comme-ci une bise glacée venait de m'envelopper

« J'ai un mauvais pressentiment Hako. Je connaissais ce chakra mais je suis incapable de te dire qui c'était. »


J'avais activé mon Byakugan il y a environs une demie heure, pendant quelques minutes. Donc i avait eut vingt cinq minutes avant que je ne le repère. Combien de temps était-il là ? Comment nous avions pus le laisser venir aussi … non . Il n'était pas près, il était loin. Assez pour que les insectes ne le voient pas comme intrus ou une menace. Je jetais un regard vers notre coin. Il était trop loin pour entendre ou voir quoi que ce soit. À cette distance il aurait put être un senseur, ou un Hyûga ou un Uchiha … je baissais la tête. Pas la moindre trace. Je frappais de toute mes forces le tronc d'un arbre et je sentis la tension s’installait dans mon corps. J'avais peur.





Merci Ikki pour le Kit
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Aburame Hako
Konoha no Genin
Messages : 53
Date d'inscription : 15/03/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Genin Rang C
Ryos: 0
Expérience:
0/500  (0/500)
Voir le profil de l'utilisateur
"Entrainement" au fond des bois


Hako rassemblait son courage pour s'extraire de leur embrassade, tout en ourdissant moult tactiques pour l'entrainement en venir quand sa délicieuse Hyûga si confortable lui posa une question.
"Faudra que tu m'explique pourquoi tes insectes aiment tant mon chakra, il n'a rien de particulier." demanda Yume, avant de se mettre à lui "dévorer" l'oreille en retour, faisant à la fois rire et frissonner de plaisir.
Elle dédia un grand sourire à sa petite amie avant de répondre tout en la câlinant d'avantage (un peu de réconfort avant la baston).
"Probablement une histoire de phéromones. Tu agis sur moi, tu fais battre mon cœur et tu titilles mes hormones. Les kikaichuu le sentent, voient que c'est positif pour leur hôte et donc t'associent toi et ton chakra, au plaisir." répondit quand même avec un vague sérieux la kunoichi Aburame.

Elle aimait le fait qu'elle pouvait parler de la colonie avec Yume. La belle Hyûga l'avait vue de nombreuses fois utiliser ses techniques secrètes de son clan sans en être répugnée. Elle avait vu les kikaichuu sortir de son corps (et même de son corps nu), sans fuir ni être dégoutée.
Elle l'acceptait et acceptait de la toucher sans frissonner d'horreur.
Pas étonnant que les kikaichuu aiment Yume.

Elles finirent par se relever pour reprendre l'entrainement, Hako commença aussitôt quelques kata (sans s'être rhabillée entièrement, un peu de sexy pourrait peut être distraire quelques secondes son amante durant le combat) pour échauffer ses muscles alors que Yume, dos à l'étang, activait son Byakugan.
Bon, cette fois, elle allait lui montrer !

"Hako ! Y a quelqu'un !" s'exclama soudain sa belle Hyûga, à la grande surprise de la petite Aburame, coupant cours à la préparation de son assaut.
Personne ne venait jamais ici ! C'était connu comme "le coin d'Hako", un endroit riche en jurons et en explosions. Et même s'il était joli, ce n'était qu'une infime et reculée partie du domaine du clan.

Yume s'était déjà élancé dans les bois touffus, à la recherche de l'intrus.
Si elle n'avait pas était du clan aux yeux pâles à la vue parfaite, Hako se serait moquée de sa paranoïa.
Vaguement agacée par l'interruption (elle était si bien dans les bras de sa petite amie dont elle n’allait pas tarder à botter les jolies fesses avec un plan machiavélique), la kunoichi vert-pomme (enfin, il fallait qu'elle se ressape un peu) attrapa en grognant son bonnet et sautilla de manière disgracieuse tout en enfilant à nouveau ses vêtements pas encore tout à fait secs pour s'élancer dans une tenue décente à la poursuite de Yume.

Malgré ce départ inélégant et un peu précipité, la petite Aburame rejoignît assez vite son amante, moins au fait des chemins tordus dans la forêt sauvage du domaine du clan aux insectes.
Yeux alarmés, lèvres affolées, Hako reconnu en un clin d’œil les symptômes du désarroi de sa stressée de petite amie.
Leur relation contre-nature torturait la conscience de la jeune Hyûga, qui voulait être parfaite aux yeux de son clan austère et traditionaliste au possible.
La colère de Hako grandit en constatant le malaise de son amante.

"J'ai un mauvais pressentiment Hako. Je connaissais ce chakra mais je suis incapable de te dire qui c'était." balbutia-t-elle d'un air à la fois angoissé et courroucé.
La jeune Aburame lança un juron bien sentit.
La kunoichi toute de vert vêtue s'en voulut un instant de s'être laissée aller dans la fausse sécurité de son repaire boisée. Elle avait trop fait confiance aux gardes Aburame et à sa propre réputation "explosive" et elle n'avait pas mit d'essaim de kikaichuu en patrouille dans les bois. Bon sang ! Elle avait besoin de toute sa colonie pour se battre convenablement contre Yum-Yum !

Bon, on se calme et on réfléchit...
Elles étaient sur le domaine Aburame, dans le coin fétiche d'Hako. Seuls les membres du clan pouvaient donc s'y rendre, ou à la rigueur un invité de confiance (mais qu'est-ce qu'il viendrait faire dans ce coin perdu ?).
Les Aburame évitaient cet endroit quand Hako s'y entrainait et le clan savait bien qu'elle était là aujourd'hui. Elle ne s'en était pas cachée.

Ses parents ? Eux aurait peut être pu venir les déranger. Oui, mais sa mère n'était pas particulièrement discrète (sauf si elle le voulait et elle n’avait aucune raison de le faire) et son père aurait annoncé sa venue, pour ne pas surprendre deux adolescentes (et éviter un kunaï avec parchemin explosif perdu) esseulées par l’apparition soudaine de sa mâle présence... Non, pas ses parents donc.
Un visiteur de marque perdu, ayant entendu des éclats de voix et s'étant dirigé vers elles pour demander son chemin ?
Hum... Peu probable. Bien peu de gens étaient autorisés à parcourir les bois du domaine sans surveillance et généralement les invités restaient au salon de réception et avait une escorte qui lui aurait probablement déconseillé de se promener dans les fourrés (ou grouillaient les kami savaient quoi plein de mandibules) ou l'aurait accompagné.
Et un invité n'aurait normalement pas fuit.

Un espion ?
Encore plus improbable. Franchir la sécurité du clan Aburame, des spécialistes de la traque et de l'assassinat, avec leurs millions d'yeux insectoïdes qui veillaient et les traqueurs de phéromone... Le domaine secret du clan était sans doute l'un des endroits les plus sûrs et les plus durs à infiltrer de tout Konoha.
En plus, Yum-Yum avait dit qu'elle avait déjà vu ce chakra.

Le plus probable restait donc... Un jeune ou un adolescent Aburame.
Derrière les lunettes noires et les vêtements ternes, il y avait quand même des hommes qui avaient les hormones bouillantes à un certain âge (même si les Aburame ne le montrait jamais).
Quelqu'un avait peut être fantasmé un peu (hum… à raison) sur ce que pouvait bien faire deux belles kunoichi (enfin, une) aux formes plantureuses (toujours qu’une) durant une belle journée ensoleillé, au bord d'un ruisseau qui invitait à la détente et aux histoires d'eau...
Peut être qu'il aurait alors risqué le courroux d'Hako et braver le risque d'explosion pour essayer de se rincer l'œil...
Yume avait semblait reconnaître le chakra... Un adolescent Aburame de leur âge, plus ou moins, qu'elle aurait croisée en visitant la famille d'Hako ou à l'Académie ? Possible…

Alors que la petite kunoichi réfléchissait, la jeune Hyûga, de plus en plus effrayée par la découverte potentielle de leur secret intime abattit lourdement son poing sur un arbre.
Le choc brutal tira Hako de ses réflexions.
Yume avait peur. Il fallait qu'elle agisse ! Sa haine envers l'intrus qui avait saboté leur bel après-midi ensemble grandit encore. Il affolait Yume. Impardonnable !
La jeune Aburame écarta les bras, un grésillement strident montant de son corps frissonnant de colère.
Un énorme nuage noir d'insectes vrombissant, avides de chakra et de destruction s'élança à toute allure hors ses manches vertes.
"Trouvez et capturez." tonna Hako d'une voix sinistre, presque maléfique et sifflante.
Formant des serpentins sombres et stridulants, l'essaim s'élança dans les sous-bois, obéissant à l'ordre de leur maitresse.
Si l'intrus était encore à sa portée, il allait affronter un cauchemar d'entomophobe si les kikaichuu lui tombaient dessus.

Sa meute affamée en chasse, Hako se tourna vers son amante pour la rassurer. Peu être qu'un peut d'humour la réconforterait...
"Casses pas mes arbres, Yum-Yum. C'est mon privilège de blesser le cœur des Senju en saccageant mon beau domaine boisé." ricana-t-elle, d'un ton un peu forcé.
Sans attendre  la réponse de la belle Hyûga, elle lui prit péremptoirement la main, cette main aux doigts fins, si agile dans ses caresses, si mortelle au combat.

"Même si y'avait vraiment quelqu'un... Il n'a pas pu voir grand chose." affirma-t-elle forçant sa certitude pour rassurer sa petite amie. "Et même dans le pire de cas... On appliquera le B-A-BA des ninjas : mentir. Deux jeunes kunoichi enlacée ? Vous projetez vos fantasmes, monsieur. Yum-Yum ne faisait que gentiment me masser après que j'ai prit quelques bons coups de Jûken durant notre entrainement... C’était surement qu’un ado’ du clan venu voir s’il pouvait entrevoir pour la première fois une poitrine. Je le trouverais et le réduirait au silence."

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hyûga Yume
Konoha no Genin
Messages : 56
Date d'inscription : 16/03/2017
Age : 19
Localisation : Konoha

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Genin Rang C
Ryos: 0
Expérience:
0/500  (0/500)
Voir le profil de l'utilisateur
Entraînement au fond des bois
Je crois que cette interruption avait également mit en colère Hako-chan qui libéra ses insectes. Mais je pensais que c'était une perte de temps. Pourquoi ? Parce que dans toute la zone que je pouvais voir avec mon Byakugan il n'y avait trace nulle part de l'homme que j'avais vu. J'avalais péniblement ma salive en scrutant le moindre recoin. Je sentis mon ventre se tordre et je savais qu'il me faudrait du temps avant que je n'arrête de fureter dans tout les coins. Je passais en revu toutes les personnes que je connaissais bien ou de vue, mais je fus incapable de mettre un nom sur cette personne. Je pinçai les lèvres sans rien dire.

Même la blague de Hako-chan sur les arbres ne me fit pas lever un sourcils ou esquisser le moindre sourire. À cet instant j'avais l'impression de n'être qu'une statue mes sens entier tendu dans mes pensées pour trouver qui était-ce cette personne. J'en sortis quand Hako me prit la main, je soupirais en secouant la tête. S'il était aussi loin mais qu'il regardait dans notre direction, cela voulait dire qu'il n'avait pas besoin d'être proche pour voir ce qu'il se passait réellement. Donc soit il avait une vue sur-développé, soit il possédait un dojutsu affectant la vue. Donc si on partait du postulat de la seconde option nous avions soit les Uchiha, mais que ferait un Uchiha ici ? À regarder vers nous, soit un Hyûga. Et si c'était la seconde solution. Même la solution de Hako ne passerait pas face aux yeux perçant d'un des miens. Je baissais la tête vers Hako.

Qui de nous deux avait le plus à perdre ? Elle ou moi ? Elle était une hybride du village, le clan de sa mère n'était pas rentrée encore à Konoha … Elle état une paria en quelque sorte. Mais c'était une genin du village … peut-être une remontrance ? Et moi … J'étais avant tout une Hûyga, de la branche secondaire, un pion qui se devait de se plier à tout ce que voulait mon clan, avant même le village, je n'avais pas le droit à l'erreur. Je ne savais plus quoi penser. Je tirais en arrière mes mèches folles, lâchant quelques secondes la main de Hako. Malgré ce qu'elle avait dit, je n'étais clairement pas rassurée, ni même apaisée. Mais je devais faire croire à Hako que oui. Je lui fis donc un grand sourire en hochant la tête avant de passer une main sous son bonnet.

« Tu as sûrement raison, j'ai dû paniquer pour rien … Retournons à la clairière nous entraîner un peu !


Sans lui laisser le temps de protester ou d'essayer de me faire changer d'avis, je lui serrais la main et la traînais un peu derrière moi jusqu'à notre endroit. Tout en marchant je comptais le nombre de mètres. Pour moi ce n'était pas « un ado’ du clan venu voir s’il pouvait entrevoir pour la première fois une poitrine », mais je n'allais clairement pas l’inquiéter plus. Nous avions autre chose à faire … Mais je ne pus m'empêcher de tourner une nouvelle fois mon regard autour de nous. Il n'y avait plus rien … Je me retiens de me mordiller la lèvre et me forçai à faire un sourire à Hako-chan avant de lui ôter son bonnet pour l'accrocher à une branche.

Je respirais à fond et me mis face à Hako. Je joignis mes mains à l'horizontale en respirant à fond. Je les montais tout doucement avant d’étendre les bras pour faire un cercle. Je rouvris lentement les yeux et je me mis en position de combat face à Hako. Je ne laisserais pas cet incident troubler notre entraînement pour l'instant. Nous ne faisions rien de mal actuellement, n'importe qui pouvait le constater. Je ne laisserais pas une fois encore Hako-chan gagner. Je n'avais qu'à bloquer le chakra de ses jambes et l'expédier dans le petit étang … de là … Je fis signe à Hako de venir.




Merci Ikki pour le Kit
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Aburame Hako
Konoha no Genin
Messages : 53
Date d'inscription : 15/03/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Genin Rang C
Ryos: 0
Expérience:
0/500  (0/500)
Voir le profil de l'utilisateur
"Entrainement" au fond des bois

Furieuse de l'interruption dans ses plans (une après-midi combat&câlins), Hako avait envoyé sans réfléchir la quasi-totalité de son essaim à la recherche d'intrus.
Cela ne donnerait sans doute rien : si Yume ne pouvait pas voir l'intrus, c'est qu'il devait être loin (si tant soit peu qu'il ait existé). Même si les kikaichuu étaient plus rapide qu'on le pensait, surtout sur leur terrain, ils ne pouvaient normalement pas rattraper un ninja décidé à fuir.

La jeune Aburame commença à décolérer un peu et tenta de rassurer Yume avec ses pitreries et sa morgue habituelle.
Elle espérait qu'un soupçon de son assurance optimiste déteindrait un peu sur sa si nerveuse petite amie.
Peine perdue. Même sans Byakugan ou la moindre compétence en psychologie, Hako vit bien que malgré ses assurances, sa belle Hyûga était encore troublée. Elle la connaissait bien et cette façon nerveuse de réajuster quelques mèches folles ne trompait pas.

"Tu as sûrement raison, j'ai dû paniquer pour rien … Retournons à la clairière nous entraîner un peu !" assura Yum-Yum, avec un geste d'affection et un sourire un peu trop grand et forcée.
Hako retint un soupir et afficha son air suffisant, genre "Je te l'avais bien dit !".
Sans plus attendre, la kunoichi aux yeux lavande l'entraina de force à nouveau vers leur terrain d'entrainement privée.
La petite Aburame en profita pour rappeler ses insectes, qui rentrèrent bredouilles, comme prévus.

Elle réfléchit sur le trajet, laissant sa petite amie à ses pensées paranoïaques.
Si voyeur il y avait eut, c'était un ninja, pour être aussi rapide. Probablement un traqueur ou quelqu'un de bien informé, pour les avoir trouvé dans l'épaisse forêt sauvage du domaine Aburame.
Le clan ne badinant pas sur la sécurité (tous ces insectes précieux, ces élevages secrets et les laboratoires où était mitonnée moult concoction dangereuses), c'était un konohajin, allié du clan. Donc autorisé. Connaissant sa famille, Hako savait qu'il y aurait sans doute un registre, une trace de son passage.
Mouaip... Peut être pas en cas d'entrevue secrète. Mais en cas de pareille réunion, pourquoi les Aburame laisseraient vadrouiller un invité sans escorte sur leurs terres, où il risquait d'être aperçu (ou pire, il y avait des coin du domaine qu'il fallait mieux éviter si on ne savait pas parler aux insectes).

Donc, probablement pas une entrevue secrète.
Une délégation. Un truc officiel et chiant.
Et l'un des membres avait demandé à aller faire un tour ou plus vraisemblablement s'était discrètement esquivé pour aller se dégourdir les jambes en forêt et fuir d'ennuyeuses palabres (spécialité du clan).
Bref, si intru il y avait eut, elle saurait. Registre, discussion avec les gardes, enquête auprès des serviteurs et des autres membres du clan : un jour où l'autre, elle saurait.
Et elle s'assurerait que qui que ce soit, il ne parlerait pas, s'il avait réussit à les surprendre dans une position compromettante.

Un coup d'œil à Yume. Hummm, toujours aussi nerveuse, malgré ses efforts pour ne pas le montrer... Mais je te connais, ma Yum-Yum, je sais ce que signifie ses lèvres qui s'affolent... Et hélas, ce n'est pas pour un baiser...
Sa douce Hyûga lui dédia néanmoins un sourire qui se voulait rassurant, mais qui ne fit que raviver la colère de la kunoichi vert-pomme.
La peste soit le malotru qui les avait dérangées ! Impossible de câliner Yume, maintenant ! Elle était en mode je-suis-miss-perfection-je-sers-la-Sôke-et-c'est-ma-joie. Du coup, pas question de lui proposer un massage crapuleux après l'entrainement ou de lui suggérer de rester cette nuit à la maison...

Hako récupéra ses insectes et se mit en position. Un peu d'action lui permettrait sans doute de ventiler sa frustration et de chasser ses pensées libidineuses indignes d'une jeune fille bien élevée de son âge.
Elle sourit, un vrai sourire, en voyant sa délicieuse Hyûga se mettre en garde.
Yume lui dédia un geste d'invite, véritablement provocation pour la fière Aburame toute de vert-vêtue. Ce round était à elle !
Yume était plus grande, avait sa vision absolue, connaissait ses techniques de clan, était plus rapide et plus souple. Son allonge était meilleure et elle avait le terrifiant Jûken en plus de connaître aussi bien le Taijutsu qu'elle. Devait-elle mentionner qu'en plus elle avait plus de réserves de chakra que les Genin de son âge et que ça prenait des plombes à ses insectes pour lui dévorer son énergie ?
La kunoichi vert-pomme saisit un kunai et renvoya un sourire canaille et un clin d'œil taquin à son amante.
Un combat était encore plus palpitant avec un handicap !
"Tes p'tites fesses sont à moi !" ricana la petite Aburame en chargeant. "J'arrive !"

Quelques temps plus tard, les deux kunoichi bondissaient à la surface de l'étang, échangeant des coups vifs et sans ménagement.
Hako ne souriait plus, son visage concentré sous l'effort trahissant un certain agacement.
Avec sa vivacité incroyable, Yume fut soudain sur elle, visant ses jambes.
La kunoichi aux yeux pâle eut soudain la surprise de voir Hako s'enfonçait soudain dans l'eau, alors qu'elle ne l'avait même pas touché ni bloqué ses tenkentsu. La petite rusée avait volontairement cessée d'émettre du chakra pour marcher sur l'eau !
Emportée par son élan, Yume dépassa l'endroit où s'était enfoncé le lutin vert de Konoha. A cet instant, une petite main jaillit de l'eau trouble, collant un parchemin explosif sur le mollet de la jeune Hyûga.
Sous l'eau, on pouvait deviner Hako, préparant déjà le sceau du Tigre.

La belle Hyûga s'arrêta aussitôt. Le combat était fini. Si Hako activait le parchemin, elle risquer de perdre sa jambe. Bien évidemment, la jeune Aburame ne le ferait pas.
La kunoichi vert-pomme sortie de l'eau, dégoulinante et pleine de vase. Elle masqua son irritation d'un grand sourire vantard.
"Trente-deux à dix-huit !" s'exclama-t-elle joyeusement. "Je sens une remonté inexorable qui aboutira à mon triomphe !"

Elle avait gagné, mais avait un goût amer dans la bouche. Yume n'avait pas été elle-même lors de ce duel. Malgré sa volonté d'oublier l'incident, la présence de l'intrus et de ce qu'il avait pu (peut être) surprendre lui pesait et l'avait distraite. Et on ne pouvait pas se permettre d'être inattentive quand on affrontait le lutin vert de Konoha.
"Mauvaise idée d'avoir voulue t'en prendre à mes splendides gambette, Yum-Yum…" expliqua la kunoichi Aburame d’un ton faussement professoral. "Je suis bien plus petite que toi, ça a rendu compliqué tes tentatives et à cause de ça, je me suis rendu compte de ton plan et je l'ai détourné à mon avantage. On n'apprends pas à une farceuse à faire des farces !"

Après un grand rire franc, elle éternua, réalisant qu'elle était encore trempée.
"Bon, tu as quand même réussit à me refaire prendre une douche forcée... Méchante Yum-Yum ! Tu aimes me voir toute humide et avec mes somptueux vêtements collant à mon corps de rêve, hein ?"
Si seulement il n'y avait pas eut cette interruption... J'aurais peut être réussit à te convaincre de me les enlever, songea la petite obsédée vert-pomme.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Feu - Hi no Kuni :: Konohagakure :: Domaines des Clans :: Domaine Aburame-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.