:: Zone Rp - Le Sekai :: Autres Régions :: Nord-Ouest :: L'enclave Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Des moutons et des bergères. [PV Yuriko]

avatar
Kisho Benkei
Indépendant
Messages : 318
Date d'inscription : 20/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Intendante - B
Ryos: 50
Expérience:
543/1200  (543/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
C'est dans les ruines d'une vieille bergerie abandonnée que j'ai trouvé refuge de la tempête à l'extérieur, à me rappeler dans un élan de nostalgie mes vertes années, quand j'étais encore une mercenaire. Une routière pour être précise, à me traîner dans les pires coins du monde pour me battre en échange de deniers, à l'époque pas si lointaine des temps troubles et des mercenaires en maraude. Maintenant les choses n'ont pas tant changé que ça, je suis commanditée une petite fortune pour former des soldats, guider des bandes sans chefs et certains me soupçonnent d'être une éminence grise au sein du clan.
En fait la seule chose qui a changé, c'est que c'est moi qui donne les ordres maintenant. Ça ne me dispense pas de craindre pour ma place et souvent pour ma vie, même si de moins en moins à mesure que l'expérience s'accumule. Mais... A l'occasion de cette halte de début d'après-midi alors que je cherchais un moyen d'accéder à la vieille tour de télégraphe aérien au loin, histoire de la remettre en état. Toutefois je ne suis pas certaine que le temps me laisse l'occasion de faire cela, surtout si cet orage n'est pas d'origine naturel (ce dont je doute fort mais le doute est permis), s'il s'éternise je serais obligé de rentrer à la forteresse. Qu'importe, je lance quelques branches dans le feu et contemple le petit brasier qui m'empêche de geler et observe le paysage au loin ; des montagnes, et à la ligne d'horizon Tetsu. Toujours Tetsu.
J'ai en horreur Tetsu, pour ce qu'ils font aux ninjas et pour ce qu'ils représentent, l'hypocrisie crasse et tous les samouraïs imbibés d'eux mêmes. Des simples d'esprits qui regardent la contrée de mes ancêtres avec envie, et moi j'attends, obligée de regarder la situation en priant pour que la situation se débloque de mon côté.
Puis la porte de la bergerie s'ouvre, du côté où elle est encore debout, alors que je suis près du mur dévasté qui donne un magnifique panorama sur l'horizon. Une konohajin.

-Mes respects, soldate du village caché des feuilles. Sans me relever, je m'incline en ajoutant un peu de cérémonieux à ma marque de respect, je suis la maîtresse des lieux mais je n'ai pas à être impolie. Que puis-je faire pour vous en cette humble ruine, moi Kisho Benkei l'intendante du clan éponyme.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tadake Yurikô
Konoha no Jonin
Messages : 84
Date d'inscription : 20/09/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jonin - A
Ryos: 87
Expérience:
299/2000  (299/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
Des moutons et des bergères
feat. Kisho Benkei

" La vie du loup est la mort du mouton. "




Il y avait des shinobis qui n'aimaient pas l'inaction, qui était passionnée et qui nourrissaient de nobles ambitions. Il serait bien difficile de savoir dans quelle case ranger Yurikô. Peut-être aucune, peut-être toute. Dans tous les cas, elle avait fait le choix de servir Konoha, ses maîtres et ses habitants. Elle avait choisi en suivant son frère de servir son prochain, de les protéger. Elle s'était engagée à poursuivre et étendre ses connaissances dans la médecine, mais pas uniquement. Si elle agissait généralement comme un soutien de poids, elle était tout aussi capable de prendre des initiatives qui pouvaient l'emmener en première ligne... ou sur des rivages où on ne l'attendait pas. D'ailleurs, n'était-ce pas le cas en ce moment même?

La jeune femme, suivant ses propres directives, était très attentive à ce qui se passait dans le monde. Elle n'était pas une meneuse ou une stratège, n'en ayant d'ailleurs aucunement la prétention, mais n'ignorait rien des conflits muets et de l'ombre. L'empire était à la porte du territoire du feu, ils étaient imprévisibles et leurs rêves de conquête n'étaient ignorés de personne. Bien qu'elle n'en reçut aucune l'ordre ou la mission, pour sa propre conscience et curiosité, elle avait fait le choix de prendre les devants et d'observer les frontières. Elle privilégia la discrétion, se faisant passer pour une voyageuse itinérante, parfois une médecin de campagne qui, au prétexte de traverser les forêts, cherchaient des plantes médicinales, etc... Mais elle eut la chance de ne croiser que quelque rares individus dans intérêts et auprès desquels elle n'avait aucunement à se justifier.

Lorsqu'elle parvint dans les territoires du Nord-Ouest, elle fut subitement surprise par une tempête. Pourquoi là bas? Parce qu'elle désirait étudier la topographie de l'Enclave, deuxième région ayant la plus grande frontière avec l'Empire. Ne pouvant rester négligemment sous la pluie, le hasard la mena vers une bergerie en ruine où elle crut voir la lumière d'un feu. Ne cherchant pas ailleurs, elle s'y invita naturellement, sans se soucier de ce qu'elle pourrait y trouver. S'il s'agissait d'un piège tendu, il aurait été bien grossier.

La kunoichi entra précipitamment, tout en faisant attention et sans aucun geste brusque. Elle abaissa la capuche de sa cape qui l'avait que peu protégeait de la tempête, mais assez pour pas qu'elle ne soit trempée, dévoilant le bandeau de son village qui pendait à son cou.

" Mes respects, soldate du village caché des feuilles.  Que puis-je faire pour vous en cette humble ruine, moi Kisho Benkei l'intendante du clan éponyme."

La jeune femme qui se trouvait présente avait un œil averti, au point qu'elle fut quelque peu étonnée. Mais puisqu'elle n'avait pas à expliquer dans les détails qui elle était, c'était du temps gagné.

" Je me nomme Tadake Yurikô. Vous semblez déjà avoir compris ma fonction, il est donc inutile pour moi de vous faire perdre votre temps. "

La ninja prit alors une place autour du feu, dans le silence, observant les montagnes qui se dressaient devant elle dans cet abri brisé et de fortune.

" Je suis venue visiter l'Enclave... étudier les environs. Vous pouvez peut-être m'en dire plus, notamment les lieux à éviter dans la région. Je n'aimerais pas faire de mauvaises rencontres inutilement. "

La voix de la jeune femme était posée et il n'y avait aucune animosité. Tout dans son attitude paraissait d'une grande neutralité. Elle n'était pas là pour chercher le moindre problème, mais il était évident que si elle pouvait ne pas y aller la tête baissée au travers, cela ne serait qu'un plus dans son entreprise.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kisho Benkei
Indépendant
Messages : 318
Date d'inscription : 20/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Intendante - B
Ryos: 50
Expérience:
543/1200  (543/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Visiter l'Enclave? Etudier les environs?
Konoha serait donc inquiet par l'Empire et prendrait des mesures pour contenir la bête loin de ses frontières? Analysant le relief géographique et la topographie des lieux pour comprendre un peu plus en détail comment les choses se passent ici? J'hausse les épaules, il est évident qu'à l'exception de mon clan et des locaux, peu de gens s'intéressent réellement à l'Enclave, alors reprocher à une membre de la feuille de ne pas connaitre le coin serait injuste.
Puis je sens son parfum, une vague odeur de lavande qui me parvient et je ne peux m'empêcher d'avoir une moue de constatation : une konohajin qui sent bon, d'accord. Je ferais bien un commentaire acerbe dessus, mais cela sous entendrait qu'une certaine finesse odorante m'est désagréable, là où la plupart des ninjas que je fréquente sentent le chien mouillé, la boue, la pluie et les relents de sang séché. Je ne vais pas me plaindre que mon interlocutrice prenne un peu soin de son hygiène, un peu trop peut-être, j'ai l'impression qu'il se dégage quelque chose de faux chez elle, un sortilège pour rester belle en toutes circonstances?
Quant aux lieux à éviter...

-Vous êtes une kunoichi tout comme moi. Plus belle que moi aussi, même s'il y aurait sans doutes moyen si j'arrêtais de porter des tenues d'hommes, que je commence à me maquiller, manucurer, parfumer et bien d'autres verbes de femmes. Nous sommes les personnes à éviter dans la région. Vous plus que moi je pense.

Je suis une Kisho, je vis dans la région, les gens savent à peu près ce qu'ils peuvent se permettre et ce qu'ils ne peuvent pas se permettre avec moi. Je suis une kunoichi qui inspire la peur, merci à ma hache, mais les habitants ont fini par s'accoutumer à mon existence, puisque je tolère la leur.
Elle c'est différent : c'est une étrangère, elle doit avoir une sacré patate pour voyager seul et sans armes. Mais bon, l'aura shinobi fait aussi un excellent travail quand il s'agit de se garantir un voyage tranquille, les gens ont peur des ninjas, à raison, j'espère que ça continuera encore un long moment comme ça.

-Il n'y a pas de lieu particulier à éviter si ce n'est la frontière avec l'Empire, pour des raisons assez évidentes. Je pointe du doigt le paysage que nous voyons s'étendre à l'horizon : l'Empire et ses rizières du Sud. L'Enclave est une grande région mais peu peuplée, vous ne craignez pas grand chose à voyager de nuit mais faites attention aux expéditions des samouraïs de Tetsu. Ils ne sont pas très aimables avec les pratiquants de ninjutsu. Sinon la sécurité est plutôt bonne.

Je concentre une partie de mon chakra pour chauffer, c'est toujours bien de pouvoir utiliser son affinité primaire pour maintenir sa température corporelle à un niveau stable.

-De toute manière, bienvenue à l'Enclave demoiselle Tadake. Vous verrez que c'est une région accueillante une fois que l'on s'est fait à son climat et ses habitants pour le moins particuliers.

Entre les samouraïs en maraudent qui profitent de l'occasion pour aller aux putes, loin des regards inquisiteurs de l'Empire, les ninjas qui viennent se faire oublier quelques temps dans une auberge paumée, les traînes savates qui veulent nous rejoindre pour avoir un travail... Il y a de quoi faire lorsqu'on est une personne de la nuit.

-Si je suis puis me permettre une question, comptez-vous séjourner longtemps ici?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tadake Yurikô
Konoha no Jonin
Messages : 84
Date d'inscription : 20/09/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jonin - A
Ryos: 87
Expérience:
299/2000  (299/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
Des moutons et des bergères
feat. Kisho Benkei

" La vie du loup est la mort du mouton. "




Les réponses de la kunoichi étaient assez lunaires, très évasives et n'allant pas réellement dans le détail. Pourquoi? Parce qu'elle était de nature méfiante et d'une certaine façon, ce qu'elle faisait ici ne la concernait qu'elle puisqu'elle n'était pas là par ordre de Konoha. Cela ne signifiait pas pour autant qu'elle devait se montrer désagréable, mais elle comprit - car elle était loin d'être stupide - que sa présence étonnait son homologue. C'était tout à fait légitime car elle n'avait rien dans son allure d'une kunoichi "classique". Il était donc naturel qu'elle inspirait méfiance : une femme seule, visiblement sans arme et armure, une allure qui n'avait rien de négligée. Il fallait soit être stupide, soit bien cacher son jeu. Yurikô faisait partie de la seconde catégorie.

" Vous êtes une kunoichi tout comme moi. Nous sommes les personnes à éviter dans la région. Vous plus que moi je pense. "

La réputation des ninjas, la crainte qu'ils étaient capable d'inspirer... il y avait du bon comme du mauvais en cela. Mais Konoha était une nation qui se battait pour la paix et non inspirer la peur - ou seulement à ces ennemis. Il fallait jouer avec le fil du rasoir en insufflant de la confiance, et non une impression de faiblesse... mais il y aurait toujours des Hommes pour se salir les mains pour le compte des autres. La politique était une pièce aux deux facettes opposées.

Se frottant les mains près du feu, la jeune femme écouta avec beaucoup d'attention les réponses de son interlocutrices. Il était évident qu'il y avait un monde qui les séparait toutes les deux, que cela soit dans leurs manières ou dans leurs attitudes. Il y avait quelque chose de plus masculin chez Benkei qu'elle ne jugerait pas le moins du monde. Elle ne connaissait rien de la vie qu'elle menait, et il aurait été bien mal avisé pour elle d’interpréter trop vite sa première impression. Toutefois, elle semblait être une femme de devoir et cela transpirait dans son regard. Une noblesse différente de la sienne.

" L'Enclave est une grande région mais peu peuplée, vous ne craignez pas grand chose à voyager de nuit mais faites attention aux expéditions des samouraïs de Tetsu. Ils ne sont pas très aimables avec les pratiquants de ninjutsu. "

" Je vois. Merci pour ces informations. "

Yurikô plongea son regard dans les flammes du feu, les laissant danser devant ses yeux alors qu'elle réfléchissait à tout ce qu'elle apprenait.... dont le fait que l'Enclave était une zone ouverte à qui vous voulait bien venir. Elle fut sortie de ces songes par le mot de bienvenue de Benkai à qui elle adressa un petit sourire.

" Vous pouvez m'appeler simplement Yurikô. Nous sommes entre kunoichi, et bien loin des endroits où ils seraient convenables de faire des manières. Je vous remercie de m'accueillir alors que je me suis invitée... sans demander. "

La shinobi n'était pas une bourgeoise, ni une aristocrate. Elle n'avait d'ailleurs aucune éducation de cette nature si ce n'est celle qu'elle s'était octroyée. Yurikô était une femme de la terre, fille de fermier que l'on aurait aujourd'hui bien du mal à imaginer dans une étable... et pourtant. Elle connaissait tous les travaux que cela nécessitait et n'était pas effrayée par les tâches manuelles et ingrates de ce métier. Elle n'avait aucune honte de ces origines... mais cela ne l'empêchait pas à apprécier les choses un peu plus distinguées. Elle entretenait un peu ce paradoxe.

" Si je suis puis me permettre une question, comptez-vous séjourner longtemps ici? "

" Je ne me suis rien fixée de précis. Je prendrais le temps qu'il me faudra pour me faire une aider de ce qu'il y a à voir.... Vous avez dit tout à l'heure que les samouraïs de Tetsu faisaient des expéditions dans l'Enclave? Vous en savez plus? "

Si l'empire avait des idées derrière la tête, n'était-il pas mieux de se renseigner sur le sujet? Si un milieu tel que l'enclave les intéressait, il était préférable de prendre les devant....

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kisho Benkei
Indépendant
Messages : 318
Date d'inscription : 20/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Intendante - B
Ryos: 50
Expérience:
543/1200  (543/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Elle ne sait donc pas pour les expéditions de samouraïs dans l'Enclave.
Je suis partagé entre le Ah! et le Bah...
Ah! parce qu'il est du devoir de tout ninja de se tenir informer des nouvelles dans le reste du monde, car cela constitue la meilleure manière de ne pas tomber dans une embuscade ou une bataille que l'on a pas choisi : savoir ce qui se passe dans les quatre coins du Sekai. La collecte d'informations est la base du métier de ninja.
Bah... Comme si l'Enclave était une région importante, je ne vais pas lui en vouloir d'ignorer ce qui se passe dans ce coin montagneux qui n'a même pas été découpé en plus petites parcelles. Je m'étire, baillant à m'en décrocher la mâchoire au passage de regarder les flammes danser.
La vérité c'est que l'Enclave ne dérange personne, et n'existe politiquement que par son Daimyo et dans une faible extension mon clan. L'Empire a des vues dessus ça ne fait aucun doute, mais comme pour beaucoup de choses il faut donner une bonne raisons aux villages ninja pour qu'ils agissent. A voir comment les choses vont évoluer.

-Des expéditions par-ci par là, des soldats qui se perdent en patrouille et traversent la frontière, d'autres qui cherchent des chemins dans les montagnes. Vous savez, le genre d'incursions à peine dissimulées qui ne valent pas le coup de déclencher un incident diplomatique, mais qui ne sont pas des erreurs involontaires. J'hausse les épaules.

Lorsque nous aurons les épaules pour ça, nous attraperons une patrouille et on les pendra par les pieds à un pont. Histoire de rappeler à Tetsu que l'Enclave ne se laisse pas faire quand elle en a les moyens.
Puis ensuite je prendrai un dernier thé avant que l'Empire ne se mette en branle et n'essaie de nous éradiquer après ce joli casus-belli (même si Nobushi a déjà fourni un très bon prétexte).

-Si vous voulez je vous ferai visiter la frontière, histoire que vous compreniez un peu mieux la situation, Konoha ferait bon de se souvenir que nous sommes sur un flanc de l'Empire. La situation, sans être catastrophique n'est pas non plus agréable pour les gens d'ici : la tension est constante. C'est le genre de climat qu'on retrouvait durant les guerres ninjas : on ne sait pas quand la situation va exploser, mais on sait que ça va exploser.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tadake Yurikô
Konoha no Jonin
Messages : 84
Date d'inscription : 20/09/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jonin - A
Ryos: 87
Expérience:
299/2000  (299/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
Des moutons et des bergères
feat. Kisho Benkei

" La vie du loup est la mort du mouton. "




La jeune femme n'ignorait pas tout ce qu'il se passait au delà des frontières du pays du feu, mais elle pouvait y apparaître moins attentive de par son attitude détachée et froide.  Elle n'était pas une indépendante, pas une chef de clan, elle obéissait généralement aux ordres que l'on lui donnait. Était-elle seulement un mouton qui se cantonnait à uniquement suivre les consignes de ses missions? Pas tout à fait, car cela serait la prendre pour plus stupide qu'elle ne l'était. Mais elle, elle était médecin, pas une politicienne, pas une espionne non plus... ce qui ne l'empêchait pas d'apporter sa contribution dans la partie d'échec qui se déroulait par delà le monde. Yuriko n'était pas une femme naïve et elle préférait se forger ses propres opinions, ne pas écouter que les rumeurs. Même si les présentations venaient d'être faite, la shinobi n'était pas le genre de personne à dévoiler toutes ces cartes et jouait avec sa fausse crédulité.

" Des expéditions par-ci par là, des soldats qui se perdent en patrouille et traversent la frontière, d'autres qui cherchent des chemins dans les montagnes. Vous savez, le genre d'incursions à peine dissimulées qui ne valent pas le coup de déclencher un incident diplomatique, mais qui ne sont pas des erreurs involontaires. "

Yuriko ne fit aucune remarque supplémentaire sur le sujet, elle afficha uniquement une petite moue qui donnait l'illusion de la réflexion. Néanmoins, il était clair que chacune des parties tâtait le terrain jusqu'à ce que l'une ou l'autre se montre plus audacieuse et entreprenante. L'Empire se sentait puissant, combien de temps lui faudra-t-il avait de complètement tourner son regard vers l'Enclave et ses possibilités. S'il venait à conquérir cette zone, cela deviendrait une porte ouverte sur toutes les régions des environs.

" Si vous voulez je vous ferai visiter la frontière, histoire que vous compreniez un peu mieux la situation, Konoha ferait bon de se souvenir que nous sommes sur un flanc de l'Empire. La situation, sans être catastrophique n'est pas non plus agréable pour les gens d'ici : la tension est constante. C'est le genre de climat qu'on retrouvait durant les guerres ninjas : on ne sait pas quand la situation va exploser, mais on sait que ça va exploser. "

Le regard de la kunoichi quitta celui des flammes pour se diriger vers celui de son interlocutrice.

" J'accepte votre proposition. Mais je ne peux pas parler à la place de l'Hokage, bien que je suis persuadée qu'il n'ignore pas vos difficultés. Selon ce que vous me montrerait, il me sera possible d'établir un rapport précis pour ce dernier. Il évaluera lui-même s'il est possible de vous offrir du soutien. Si c'est ce que vous souhaitez. "

La tempête au dehors ne semblait pas se calmer, il ne serait pas prudent de reprendre la route... bien que cela puisse faire office de couverture. Personne ne s'attendrait à ce que deux ninjas s'avancent dans pareil fourbi. Mais n'ayant pas l'avantage du milieu, Yuriko suivrait les indications de sa guide.

" Quand prendrons-nous la route? "

Les nuits semblaient noires dans les environs, et le précédent bâillement de Benkei lui laissait comprendre qu'elle était sans doute fatiguée. Elle s'attendait donc que sa réponse soit au lever du jour et qu'elles passeraient toutes deux la nuit dans cette ruine. Un système de garde alternée serait décidé jusqu'à la levée du camp pour jeter un œil à la frontière.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kisho Benkei
Indépendant
Messages : 318
Date d'inscription : 20/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Intendante - B
Ryos: 50
Expérience:
543/1200  (543/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
-Nous prendrons la route demain à l'aube.

Lorsque la tempête se sera calmée et que nous ne serons plus sous la menace constante des éclairs et de la pluie. J'aime voyager au sec et si la gadoue ne me fait pas peur, inutile de se rendre malade pour quelque chose comme ça. Je m'adosse contre un mur et jette un œil à la frontière ; vide, l'empire affectionne la pluie mais je connais Tetsu, ils ne tenteront rien par ce temps infect. La boue, le manque de visibilité, il est très simple de disparaître dans le brouillard pour échapper à la vue d'un adversaire, ou au contraire de se faire tailler en pièces sans que rien ne puisse le laisser entendre. En général quand les samouraï débarquent, c'est en surnombre et avec de puissants samouraïs qu'ils s'aventurent dans la région, pas en fonction de la météo.

-J'espère bien que le Hokage n'ignore pas la situation de l'Enclave, ni celle de la grande forêt d'ailleurs. Si nous tombons c'est Konoha qui sera en première ligne. Les Uchiha et les Hyuga auront intérêt à monter au créneau.

Ils vont se faire meuler si l'Empire arrive jusque la, avec tout le matériel et tout les soldats qu'ils auront pu rafler dans l'Enclave et la grande forêt, il ne fait aucun doute que le village du feu sera dans la fange jusqu'au cou.

-Inutile de prendre des tours de garde : personne ne passe par ici et surtout le chemin est difficilement praticable. Nous aurons besoin de toute l'énergie disponible demain, les pistes sont escarpées et si nous faisons une mauvaise rencontre nous aurons besoin de toutes nos forces. Je me trouve un coin ou la terre est un peu plus meuble qu'ailleurs, roule en boule mon ciré et m'étale au sol. Bonne nuit. Je sombre assez vite dans le sommeil, prenant le temps de répondre à d'éventuelles questions avant de m'assoupir.

Le lendemain c'est un oiseau qui me réveille en essayant de picorer ma jambe, il s'enfuit lorsque j'ai un spasme et que je me redresse. Mon hôte émerge elle aussi.
Plus qu'à déterminer une chose : quel chemin?

-Soit nous passons par la rivière jusqu'à remonter dans les collines, ce qui nous fera visiter la partie la plus vulnérable de la frontière, soit nous continuons dans les montagnes pour sonder la frontière du Nord. Comme vous le souhaitez.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tadake Yurikô
Konoha no Jonin
Messages : 84
Date d'inscription : 20/09/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jonin - A
Ryos: 87
Expérience:
299/2000  (299/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
Des moutons et des bergères
feat. Kisho Benkei

" La vie du loup est la mort du mouton. "




Benkei ne semblait pas être le genre de femme qui aimait prendre des gants ou qui faisait dans la subtilité. Elle semblait être faite dans un moule où il était plus efficace et plus appréciable de dire les choses le plus simplement. Là où Yuriko aurait pu avoir des airs d'une femme du monde, Benkei avait tout du soldat. Pourtant, cela ne les empêchait pas toutes les deux d'être des shinobis.... mais dans un registre totalement différent. Ainsi, son interlocutrice lui déclara clairement qu'elle partirait à l'aube, réponse à laquelle cette dernière hocha la tête en guise de réponse affirmative.

Le franc parler de Benkei, laissa alors échapper, avec un ton un peu acerbe, une remarque à propos de l'attention apportée par l'Hokage à ce qui se produisait dans l'Enclave.

" J'espère bien que le Hokage n'ignore pas la situation de l'Enclave, ni celle de la grande forêt d'ailleurs. Si nous tombons c'est Konoha qui sera en première ligne. "

Sur le principe, elle n'avait rien à dire car elle en avait fait les mêmes conclusions. L'activité des samouraïs était un problème contre lesquelles des mesures devaient être prises, et la topographie de la région Nord-Ouest, sa frontière et ses richesses, offraient un ensemble de ressources importantes pour les armées de Tetsu. Toutefois, Yuriko demeurait au service de l'Hokage et elle appliquerait les décisions qui seraient les siennes.

" Comme je vous l'ai dit, je pense qu'il ne l'ignore pas. Il connait les risques et il demeurera seul juge de ses priorités. Selon ce que je verrais, je pourrais appuyer l'urgence de votre cas... mais je ne vous ferai aucune promesse. "

La jeune femme lui indiqua alors qu'il était inutile d'instaurer un tour de garde, qu'il n'existait aucun danger immédiat qui méritait qu'elles sacrifient une partie de la nuit. Cela lui convenait. La kunoichi prit place alors près du mur aux côtés de la porte par laquelle elle était entrée. Elle s'y adossa et enroula son manteau en guise de couverture. Elle dormirait ainsi, calée contre le froid de la pierre.

" Bonne nuit également. "

La nuit passa, sans pour autant avoir été particulièrement agréable. L'humidité de la journée de pluie rendait le matin plutôt mordant, mais le cri perçant d'un oiseau apportait quelque chose de plus champêtre qui était tout à fait du goût de la shinobi. En guise de "bonjour", Yuriko adressa un salut de la tête, mais nul temps pour elles de bavasser. Il fallait partir.

" Et bien passons par les collines. Je préfère avoir une vue dégagée sur mon chemin... et si c'est l'endroit le plus vulnérable, il sera de bon ton de voir comment il serait possible à l'avenir de le renforcer. "

Yuriko avait répondu en même temps qu'elle se leva. Elle redressa ses vêtements, arrangea son manteau et les affaires qu'elle avait avec elle... puis elle jeta un dernier regard à Benkei.

" Ne perdons pas de temps. C'est quand vous voulez. "

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kisho Benkei
Indépendant
Messages : 318
Date d'inscription : 20/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Intendante - B
Ryos: 50
Expérience:
543/1200  (543/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Les collines.
Nous descendons assez vite les hauteurs par un chemin de berger qui tient plus de la piste tant il ne reste plus qu'une fine bande de terre battue. L'aube plonge le paysage dans des teintes orangées du plus bel effet et je m'abandonne un instant à la contemplation du soleil levant, nous inondant de sa lumière avant qu'il n'offre ce luxe à l'Empire. Je chasse les mauvaises pensées qui me viennent à l'esprit et nous continuons notre descente en direction de la rivière.

-Voilà le fleuve qui coupe cette partie de la frontière. Je pointe du doigt un vieux repère dévoré par la mousse et les herbes hautes. C'est ici qu'il y a un gué.

La végétation est peu dense ici, il y a de la forêt mais pas assez pour empêcher des hommes de passer sans encombres. En une journée on peut très facilement ouvrir un chemin en passant par là, à condition d'avoir quelques machettes et une cognée, la plupart du fleuve est constitué de bas fonds mais certaines zones sont traîtres. Des bas fonds qui sont suffisamment proches de la surface pour permettre à des soldats de traverser. Les températures sont un peu plus supportables ici bas, les collines sinueuses forment un excellent coupe vent qui réduit le ressenti.

-Il faudrait creuser le lit de la rivière pour faire disparaître ce gué, ce qui ne se fait pas en un jour et pour que cela se fasse... Il nous faudrait plus d'hommes et surtout des experts en géologie pour comprendre comment tout cela se fonctionne. Si je sais comment rendre impraticable un pont, un gué est tout autre chose, j'ignore même si cela est humainement possible.

L'endroit n'est pas défendable parce qu'il n'y a rien à défendre ici, plus loin il y a un village, le problème est que tenir un gué est extrêmement difficile. Si on le fortifie sa présence devient évidente, si on le laisse tel quel impossible de se défendre des archers qui nous tailleront en pièces. Le plus simple serait encore de miné la zone juste après, histoire de bloquer un peu plus l'Empire et le forcer à gaspiller du temps ou des ressources sur ce point chaud.
Certains se servent des mines et des pièges pour retarder l'adversaire, mais je suis persuadée qu'avec un peu plus de technique on peut les utiliser pour sécuriser un flanc et canaliser l'ennemi là où on veut qu'il aille.
La guerre c'est comme le shogi, avec du sang. Lorsque nous arrivons au sommet d'une butte qui surplombe le courant d'eau et une partie du paysage, je pointe du doigt l'autre côté de la rive.

-Les montagnes sont extrêmement simples à défendre, mais les contenir ici sera une plaie s'ils ont vent de cet endroit. Ce dont je ne doute pas. La rivière est une excellente défense mais s'ils réussissent à la passer et à établir une tête de pont, les batailles rangées seront dévastatrices pour sûr.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tadake Yurikô
Konoha no Jonin
Messages : 84
Date d'inscription : 20/09/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jonin - A
Ryos: 87
Expérience:
299/2000  (299/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
Des moutons et des bergères
feat. Kisho Benkei

" La vie du loup est la mort du mouton. "




Ce fut sans attendre que les deux jeunes femmes s'embarquèrent sur les chemins de montagnes. Même si la roche était l'élément principal qui foulait leur pied, la boue naît des précipitations de la nuit rendait la route guère agréable. Cependant, Yurikô n'était pas là pour faire du tourisme et s'en accoutuma sans problème. Suivant sa guide dans les collines, la kunoichi demeura silencieuse. Elle n'était pas le genre de femme à entamer de discussions futiles lorsqu'elle entreprenait quelque chose de sérieux, et à dire vrai, elle pensa qu'il en était de même pour sa collègue. Toutefois, elle fut surprise par le décor et la lumière de la région, s'étonnant même que sa comparse s'en émouvait à rester quelques minutes dans la contemplation. Cela fut de courte durée avant qu'elles reprirent la route en direction de la rivière.

" Voilà le fleuve qui coupe cette partie de la frontière. C'est ici qu'il y a un gué. "

Le regard noir de la jeune femme se posa sur ce qu'indiquait Benkei, et s'en fit une véritable photographie mentale. Elle discernait la fameuse zone où il était possible de traverser sans difficulté. Les alentours étaient arborés, mais ne l'étaient pas assez pour en faire une bonne défense naturelle. Elle écouta ensuite le discours de sa camarade qui lui expliquait qu'il faudrait se défaire de ce passage afin de ralentir les potentielles troupes ennemies. Yurikô ne pouvait n'être que d'accord avec ce qu'elle proposait... mais est-ce qu'il s'agissait d'une bonne stratégie? Cela demeurerait coûteux et dans tous les cas, l'activité humaine que cela nécessiterait attirerait l'attention. Si ma jeune femme devait choisir, elle serait plutôt d'avis d'utiliser cette faiblesse comme une force, faire croire à l'ennemi qu'il n'existait que ce seul point de passage. Peut-être serait-il bon de le rétrécir afin de resserrer les rangs des soldats qui traverseraient. Cela les ralentirait forcément, et si une attaque frontale ne pouvait être évitée, il y aurait moins de samouraïs en ligne rangée. Un peu comme un entonnoir mais il faudrait aussi le piéger. Bien évidemment, l'autre problème serait les attaques à distance exécutée par l'ennemi de l'autre côté de la rivière. Mais si on pouvait faire appel à des shinobis expert en doton ou suiton afin de faire barrière... peut-être...

Chassant ses idées de son esprit - car ce n'était pas son rôle de déterminer ce qui était à mettre en place - elle reprit sa route pour atteindre les sommets d'un monticule qui surplombait le cours d'eau. Encore une fois, elle laissa Benkei lui expliquer ce qu'il y avait à savoir sur l'endroit.

" Il est vrai que cette place est un casse-tête. Dans un cas comme dans l'autre, il y a des inconvénients évidents. "

Yurikô ne retint pas un soupir face à ce paysage. Il était facile d'imaginer les plans d'attaques... mais pas forcément l'issue.

" En tant qu'intendante de votre clan, souhaitez-vous soumettre une requête précise quant à l'aide à vous apporter? Je suppose que vous avez déjà réfléchi à la question.... Si vous faites une demande plus officielle et si vous avez un plan déjà organisé, vous aurez plus de chance d'obtenir ce que vous désirez. "

Le regard de la jeune femme n'avait pas quitté celui du paysage dominant. Un combat ici sans fortification, c'était des morts par centaine, et une rivière rougie par le sang.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kisho Benkei
Indépendant
Messages : 318
Date d'inscription : 20/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Intendante - B
Ryos: 50
Expérience:
543/1200  (543/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Une requête?
J'avais brièvement songé, à une époque ou la situation était moins tendue mais où mon inquiétude compensait largement, à demander de l'aide.
En réalité, je n'ai aucun plan militaire dans mes tiroirs ; aucun qui ne vaille le coup en considérant les forces en jeu. Nous ne sommes pas en mesure de démarrer la prochaine guerre, ni même de la terminer, l'Empire aligne des légions de samouraïs, d'archers et une cavalerie lourde dévastatrice. Là où nous hommes doivent apprendre à marcher en rang et à se battre en groupe ; il ne sert à rien d'avoir les meilleurs guerriers du pays sans la discipline. Les meilleurs combattants du Sekai ne vivent pas par delà les montagnes au pays du chrysanthème, ils existent à Suna, à Konoha, à Uzushio et même ici il y a des perles cachées.
Non, ce qui a permis l'Empire, c'est à des milliers de soldats de se battre comme un seul homme, ils n'ont pas les meilleurs guerriers du continent mais les meilleures armées, c'est en cela qu'ils ont pris le sud de ce qui jadis était un pays de rizières. Si nous devons nous battre, ce sera dans les montagnes selon nos propres termes.

-Nous avons besoin d'explosifs, des parchemins détonants, des caisses de grenades, de la poudre noire en quantités industrielles ; si nous faisons sauter les ponts, que nous minons les champs et que les différents cols de montagne, à défaut de tenir l'Enclave indéfiniment, cela nous permettra de nous regrouper et de laisser le temps aux villages de s'organiser. Avec nos effectifs nous ne tiendrons jamais l'Enclave seuls, si il nous faudrait beaucoup de renforts pour garantir l'intégrité du territoire. Toutefois dans les montagnes, les choses ne sont pas jouées d'avance ; nous avons les moyens de les empêtrer. A ce moment-là, soit Konoha enverra des troupes nous aider à terminer les troupes coincées dans les reliefs, soit ce sera notre fin. Mais qu'importe, j'ai des projets en tête. Pour pallier au manque de soldats. Ce qui compte n'est pas d'avoir des soldats en plus, l'empire en aura toujours en plus, le plus importante est de les empêcher de manœuvrer. Moins ils pourront mettre de pressions à nos troupes, plus il sera simple de faire durer un siège et d'attendre des renforts. L'Enclave n'est qu'une gigantesque poche à cause de ses routes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tadake Yurikô
Konoha no Jonin
Messages : 84
Date d'inscription : 20/09/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jonin - A
Ryos: 87
Expérience:
299/2000  (299/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
Des moutons et des bergères
feat. Kisho Benkei

" La vie du loup est la mort du mouton. "




La question de Yuriko était simple pourtant elle étonna son accompagnatrice. N'avait-elle pas réfléchi à faire une demande typiquement politicienne? Si elle était une membre éminente de son clan, pourquoi n'osait-elle pas en prendre l'initiative? Parce qu'elle était une femme? La kunoichi avait entendu des rumeurs concernant le climat régnant dans ce groupuscule armé, notamment sur les règles très masculines concernant la hiérarchie. S'imposer ne devait pas être une mince affaire.

En attendant, Benkei commença à énumérer un véritable arsenal. Finalement, elle semblait déjà avoir une idée sur tout le matériel qui lui fallait. Cependant, Konoha n'était pas un pays particulièrement militarisé. Le village était capable de former des ninjas d'élites, à ne pas en douter, mais il n'avait pas une politique dure et offensive comme leur voisin de Suna. Cela représentait beaucoup d'argent de rassembler autant d'armes et il était fort à parier que l'Hokage n'offrirait pas tout cela sans aucune compensation. L'enclave était peut-être pleine de ressources, mais ce n'était pas un territoire particulièrement séduisant en terme d'image. Pour convaincre, il faudrait plus de poids, plus de concret. Il fallait parler le même langage que ceux qui dirigeaient, que le projet à défendre ne soit pas simplement de belles idées.

" Vous m'avez établi ce dont vous avez besoin. Cela représente énormément en terme de coût financier, au delà des hommes à impliquer. Votre demande est ambitieuse, mais je ne suis pas certaine d'être capable de la défendre en l'état. Qu'en était-il de votre chef de clan? Serait-il prêt à s'allier à Konoha afin de négocier ce type d'échange? "

Les deux jeunes femmes n'étaient après tout que des pions de leur groupe respectif. Elles faisaient toutes deux parties d'une élite de kunoichi, mais pour ce qui était du reste... Elles ne pourraient refaire le monde à elles seules, ni prendre les lourdes décisions qui pourraient offrir un avenir différent à l'Enclave. Toutefois, Yuriko pensait qu'il y avait quelque chose à creuser. Le clan Kisho était des mercenaires dont on pourrait aisément être méfiants, mais il représentait un poing armée, fier et qui tenait à leur terre. S'ils pouvaient contenir les samuraïs du côté de leur frontière...



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kisho Benkei
Indépendant
Messages : 318
Date d'inscription : 20/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Intendante - B
Ryos: 50
Expérience:
543/1200  (543/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
-Pas de soucis.

Comme si le clan Kisho aurait accepté de fournir (toute proportions gardées) autant de matériel à un illustre inconnu, voir même à un autre clan. Un prêt-bail à un village ninja à la limite, mais encore. Le fait que mon interlocutrice essaie déjà d'arrondir les angles sans embellir la chose est au moins gage d'une relation franche, à défaut d'être saine.
Les questions sur une éventuelle alliance avec Konoha et la position de Tetsuo à ce sujet me laisse un instant songeuse, je ne cherche même pas à maquiller le petit silence qui s'installe en figure rhétorique. Parfois mieux vaut directement admettre ses faiblesses.

-C'est une demande faramineuse et si les places avaient été inversé, moi aussi j'aurai douté, j'imagine facilement que ma requête est difficile à défendre. Je fais craquer mes doigts contre mon cou. Mon chef de clan, Tetsuo, est surtout occupé à gérer les affaires internes de l'Enclave, il n'a cure de la diplomatie tant il me sait mieux qualifier que lui pour ce genre de choses. Nous sommes prêt à négocier avec Konoha. Honnêtement j'apprécierais de rétablir le dialogue entre mon clan et le pays du feu ; nous sommes en première ligne pour l'Empire et... J'aimerais que les relations que nous avons avec les différentes régions soient un peu plus qu'une simple cargaison le jour de l'an, avec tout ce qu'il nous faut pour contenir Tetsu de ce côté de la frontière. Même si ce serait appréciable. Avoir un dialogue constant et ouvert avec le village de la feuille m'attire bien plus que simplement du matériel.

Konoha n'est peut-être pas la puissance militaire dominante de la région, mais je suis sûr qu'elle peut se rattraper dans bien d'autres domaines. Mieux vaut avoir des bases solides mais pas extravagantes plutôt qu'un simple point fort qui montrera bien vite ses limite quand il faudra mettre toute la nation en branle fasse à un monstre comme le Shogunat.

-Nous n'excluons aucune alliance.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tadake Yurikô
Konoha no Jonin
Messages : 84
Date d'inscription : 20/09/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jonin - A
Ryos: 87
Expérience:
299/2000  (299/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
Des moutons et des bergères
feat. Kisho Benkei

" La vie du loup est la mort du mouton. "




Yuriko n'était pas une diplomate, ni même une ambassadrice. Néanmoins, elle n'en demeurait pas moins une kunoichi respectée, ne serait-ce que par le grade ou bien son statut de médecin. La politique n'était pas son domaine et à vrai dire, pendant de nombreuses années, elle n'y avait porté aucun intérêt véritable. Ses seules obsessions étaient d'élargir au possible ces connaissances dans le domaine du soin, mais aussi de sauver les vies qui passaient entre ses mains, voire faire plus encore. Mais avec les temps sombres et la guerre contre les samouraïs de l'Empire, un shinobi ne pouvait obéir aveuglément sans avoir une vue d'ensemble sur ce qu'il se passait... au delà de sa propre culture générale. Demeurer informer devenait une nécessité. Connaître ses alliés et ses ennemis également.

Face aux questions de la konohajin, un long silence s'installa, on n'entendait que le vent, les crissements de quelques insectes de la plaine... jusqu'à ce que Benkei en eut fini de sa réflexion. L'avantage avec cette femme franche était qu'elle reconnaissait toutes les faiblesses de sa proposition, et se mettait parfaitement à la place de Konoha. Les chances de défendre leur cause étaient particulièrement menues, toutefois, une demande n'était pas un engagement et Yuriko ne lui fit aucune promesse qui pourrait la laisser espérer quoique se soit. Si cela déboutait à quelque chose de positif tant mieux, le cas échéant, l'avenir le dirait...

" Une demande de dialogue avec le pays du Feu est une requête bien plus raisonnable. Mais comme pour le reste, je ne suis pas maîtresse de ce genre de décision, je ne m'en ferais que l'émissaire. "

Le regard de la jeune femme se posa une nouvelle fois sur le paysage de l'Enclave. Elle imaginait ce qu'une bataille en ces lieux pourraient être, et cela ne présageait rien de bon. Des morts, du sang, des blessés.... tout simplement la guerre.... Mais cette dernière était déjà à leur porte, tout n'était qu'une question de temps, mais de savoir qui y serait le mieux préparé. Face à cela, elle ne put retenir un soupir, avant de se tourner vers sa congénère et lui tendre la main pour la serrer.

" Je ne vous retiendrais pas plus ici. Je suppose que vous avez fort à faire, et il en sera de même pour moi de mon côté. Si nous arrivons à nous faire entendre de nos supérieurs, alors nous nous reverrons sans doute bientôt. Je vous souhaite bonne chance, Benkei Kisho. "

Un dernier salut, et la jeune femme reprit la route en direction de son pays, quittant la désolation de ces terres du Nord-ouest. Elle n'avait plus rien à voir, plus rien à véritablement apprendre. Elle n'était pas la maîtresse du destin de ce lieu, mais peut-être qu'elle pourrait ne serait-ce qu'un peu influencer le destin...

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Autres Régions :: Nord-Ouest :: L'enclave-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.