:: Zone Rp - Le Sekai :: Autres Régions :: Nord-Ouest :: L'enclave Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Du travail? Traversez la rue et on vous en donne. [PV Otomo]

avatar
Kisho Benkei
Indépendant
Messages : 291
Date d'inscription : 20/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Intendante - B
Ryos: 200
Expérience:
141/1200  (141/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Avantage perso:
 

-Les gens ne veulent plus travailler. Il n'y plus de passion d'entreprendre, les gens veulent rester dans le salariat avec leurs chaînes, plutôt que de s'affranchir du salariat par le capital pour avoir une meilleure vie. Les gens sont des fainéants, moi je traverse la rue et j'en trouve du travail. Minene aime débattre.
-Si les gens ne veulent plus travailler, c'est parce qu'il n'y a plus de plaisir à travailler, ils sont devenus les esclaves de la bourgeoisie qui engraisse sur leur dos. Ces sales bourgeois qui ne se distinguent même pas par le sang, ils ne défendent rien et ne produisent rien, c'est pour ça qu'ils ne sont même pas l'une des deux classes les plus prestigieuses de l'Empire. Ni des bushis, ni des paysans... Moi aussi.

Minene a un avis sur tout.
Moi aussi.
Lorsqu'il y a un débat, c'est à dire à chaque fois que nous n'avons rien à faire, les choses dérapent. C'est ainsi que sous le porche d'une auberge, nous sommes en train de débattre sur la pertinence de transformer des paysans en miliciens pour gonfler nos effectifs de façon artificiel. Elle me soutient que les soldats seraient des fainéants bons à rien, et que seuls comptent les ninjas et les samouraïs qui ont cet amour du travail (elle fait aussi un lien avec le fait qu'être droitier signifie aimer l'argent et le travail). Je pense le contraire, qu'il faut faire dans le social et persuader les gens de bien travailler grâce à des incitations énergiques (par exemple un coup de hache entre les fesses) à se dépasser. Enfin bref, qu'importe. Si papy nous voyait, que penserait-il de nous?

-Je pense dans tout les cas que papy serait fière de nous s'il nous voyait aujourd'hui.
-Oui. Toujours à comploter et tout vouloir micro-gérer, à imaginer comment acquérir les richesses de l'Enclave (son dernier plan était de vendre toutes les réserves de blé de la région à prix défiant toute concurrence pour provoquer une famine). Mais ça ne règle pas notre débat. Je vais le régler oui.

Je me tourne vers l'une des personnes qui marchent dans la rue et siffle le seul samouraï qui passe par là.

-Hey toi! T'es droitier? Tu veux du travail? On engage. Et on ne fait même pas dans la restauration. J'ai besoin de gens pour nettoyer l'Enclave au karscher katana, ça paie bien. Et aussi pour payer la rançon de Nobushi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Orochi Otomo
Indépendant
Messages : 166
Date d'inscription : 09/03/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 200
Expérience:
515/1200  (515/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Saloperie de musiciens de rue, avec leurs frusques en terre et leur dignité en carton. Les plébéiens ne peuvent pas s'empêcher d'aller chanter leur misère mérité dans les rues, comme si les tympans se retrouvaient facilement au marché noir. Putain, j'envisage sincèrement d'aller me faire réparer l'audition par un Omura car là c'est mes neurones que je suis en train de perdre devant tant de fragilité.

Le pire c'est que je l'ai dans la tête. Même le claquement de mon sabre contre mon épaule d'acier ne suffit pas à faire passer la voix nasillarde et pitoyable du chanteur de rue. Bordel de merde, et on s'étonne pourquoi est-ce qu'on fait le culte du silence dans l'Empire. On verra probablement le résultat dans quelques années, il faudrait que je soumette l'idée de faire passer un test d'intelligence aux esclaves et aux sujets Impériaux, histoire de varier un peu les preuves que j'utilise pour remettre les paysans à leur place.

Je cherche dans mon crâne une chanson pour remplacer celle qui me hante. J'aimerais bien une cigarette, même si je fume pas, allez savoir pourquoi. Le heaume de mon casque fait bocal à idées, retenant celle qui me traversent, mais également m'enfermant dans une couche épaisse de blindage pour éviter au changement de rentrer. Lorsqu'il s'agit de se battre et de gagner, ne pas changer une équipe qui gagne est une bonne chose, mais quand il s'agit de changer de disques, c'est pénalisant.

J'ai trouvé.


"-Je me suis levé fou ce matin
J'ai rêvé que j'avais explosé
Dix mille gens crient mon nom
Je me suis encore endormi.

Rabaissez-moi
Prenez ma tête et faites la tourner
Inculpez-moi
Tout ce que je fais, vous ne le méritez pas.

Je me suis levé en enfer ce matin
J'ai parlé au diable
Il est parti
Tout mes amis étaient là
Sans temps à m'accorder.

Rabaissez-moi
Un pas en arrière et je cogne le sol
Inculpez-moi
Tout ce que je fais,vous ne le voyez pas.

Loin dans la nuit est une chanson que je connais
Tordue, ruinée et noire
Je peux me souvenir de qui ils étaient
Alors que personne ne sait s'ils vont revenir
Perdu dans les cendres du temps ils chantent
Les échos d'une romance mal finie.

Je me souviens d'eux mieux que toi
J'ai partagé leurs ténèbres
D'hommes morts et partis
Morts et partis.

Je me suis levé dans ma tombe aujourd'hui
J'ai rêvé que je t'avais entendu dire
Tout éternité est douleur
J'ai appuyé ma tête en arrière, encore une fois.

Rabaissez-moi
Vos lèvres bougent mais vous ne faites pas de son.
Inculpez-moi
Tout ce que je fais, vous ne le méritez pas.

Loin dans la nuit est une chanson que je connais
Tordue, ruinée et noire
Je peux me souvenir de qui ils étaient
Alors que personne ne sait s'ils vont revenir
Perdu dans les cendres du temps ils chantent
Les échos d'une romance mal finie.

Je me souviens d'eux mieux que toi
J'ai partagé leurs cauchemars
D'hommes morts et partis
Morts et partis."


Faut croire qu'on apprend des choses cools à l'armée. La terre de la ville reprend peu à peu de la couleur sous mes pieds en acier marchant dans la boue, et je sens mes narines reprendre conscience de l'air froid. C'est qu'il ferait bientôt nuit.

J'aime bien la ville la nuit, je commence à croire que la lumière du jour atrophie les gens et les esprits. Car bon, on peut apprendre des choses des marchands campés derrière leurs bars crasseux que j'écume sans relâche, mais c'est quand son service se termine et qu'elle s'exprime enfin qu'on peut apprendre à connaître vraiment une entitée. J'arrive dans le quartier des tavernes, il y a de fortes chances que ça soit ma table et mon lit pour ce soir, il n'empêche que je ne me pose pas tout de suite. Je suis encore un peu fatigué de l'assassinat de ce matin. Marcher seul avec un cadavre sur le dos peut fatiguer vos muscles, c'est surtout l'esprit que ça met à mal affreusement. Voir des couleurs et des cris, ça édulcore la chose comme un filet de liqueur de litchis dans sa pinte.


-Hey toi! T'es droitier? Tu veux du travail? On engage. Et on ne fait même pas dans la restauration. J'ai besoin de gens pour nettoyer l'Enclave au katana, ça paie bien.

Je m'arrête et dévisage cette singulière figure.

Grande, brune, un visage un peu calme et qui sait aligner plus de trois mots, je sens mes testicules se réveiller dans ma cuirasse au même titre que la peur de m'ennuyer cette nuit. Faisons d'une pierre deux coups, même si elle doit bien connaître elle aussi.

C'est une mercenaire, comment je le sais? S'habiller en shinobis au beau milieu d'une foule quand on fait partie d'un village, c'est couillu, risqué et surtout interdit, mais quand on bosse en free-lance comme moi, afficher son blason sur son tee-shirt en public provoque surtout une indifférence massive. Son gilet tactique à peine plaqué et les bagues vides de manière irrégulière que sa ceinture montre dévoilent qu'elle aussi à dû avoir une journée crevante. Autant ne pas faire ni la fine bouche, ni attendre.


"-Gaucher au nodashi, et inféodé à l'Enclave. J'espère que vous pensez que la fin justifie les moyens, car y'a quand même moyen de faire affaire avec des solutions alternatives."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kisho Benkei
Indépendant
Messages : 291
Date d'inscription : 20/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Intendante - B
Ryos: 200
Expérience:
141/1200  (141/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
"-Gaucher SALE GAUCH... Au nodashi Voilà un homme qui en impose. Je suis sûr que la taille de... et inféodé à l'Enclave. Parfait ça me donne le droit de l'engager directement. J'espère que vous pensez que la fin justifie les moyens, car y'a quand même moyen de faire affaire avec des solutions alternatives."

Des solutions alternatives? Tout à fait. Il s'approche, il est stock, il est fort, il a du muscle et si je le domine de quelques centimètres taille, en largeur ce n'est pas tout à fait le cas. Il est bâti comme un roc, avec une masse corporelle et une armure à faire remettre en cause la justesse de la tauromachie sauvage. Le genre de type a étrangler un taureau pour se détendre après une dure journée de travail, ou alors à pouvoir gérer une classe de genins d'Uzushio à l'académie.
Sans compter que je le connais assez bien puisque ma cousine, Nobushi, s'amuse à m'en parler en long et en large et en travers.

-Je suis Kisho Benkei, l'intendante du clan Kisho. Inféodant l'Enclave et finalité de la guerre, comme beaucoup de ninjas, hélas où heureusement, à votre guise.
Je... Mhh...
Je réfléchis à une façon de faire une offre d'emploi, mais rien ne me vient à l'esprit. Ça me fait chier de parler pour simuler une quelconque civilité alors que nous sommes des ninjas et que nous buttons des gens pour de l'argent. Il y a un terrain d'entraînement à quelque pas d'ici, derrière l'auberge. On se bât et si vous délivrez une prestation performante je vous engage pour quelques missions, pour s'assurer de la prospérité de l'Enclave et de mon clan d'accord? J'ai aussi envie de me faire dérouiller par un homme.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Orochi Otomo
Indépendant
Messages : 166
Date d'inscription : 09/03/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 200
Expérience:
515/1200  (515/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Pas de retenue des prénoms ? Hein ? J’aime ça. La rue nous éclaire le visage alors que je me rapproche et me découvre lentement. Les bougies et torches accrochées aux devantures pour permettre aux paysans de danser dehors m’éclairent délicatement la peau. Ça fait du bien de pouvoir ressentir un peu la fraîcheur du soir sur soi autrement que par congélation latente de l’acier sur la peau. Je cliquette de partout alors que les derniers mètres entre nous deux s’écourtent…

Elle serait plus grande que moi ? 20/20, je taperais bien dedans si j’avais pas une famille à chercher.

Le fait qu’elle dirige l’Enclave me fait pas forcément sourire. Le truc cool avec l’ambiguïté d’un discours est par exemple ici montré… Pour elle, je suis un Enclavé, pour moi, je suis un Enclaveur. L’Empire reste néanmoins ma nation et pactiser avec une potentielle leadeuse de révolte me fait un peu grimaçer.

Je dois être fermé d’esprit. Écoutons plutôt ce qu’elle a à dir… Oh une bouteille sur une table vide. Je la prend et la décapsule avec les dents. Bargh, schnaps d’algues, immonde. J’avale péniblement.


«-Ça me fait chier de parler pour simuler une quelconque civilité alors que nous sommes des ninjas et que nous buttons des gens pour de l'argent. Il y a un terrain d'entraînement à quelque pas d'ici, derrière l'auberge. On se bât et si vous délivrez une prestation performante je vous engage pour quelques missions, pour s'assurer de la prospérité de l'Enclave et de mon clan d'accord? J'ai aussi envie de me faire dérouiller par un homme. »

«-Je ne suis pas un ninja. »

Je fais la moue en la toisant de haut en bas… Autant jeter une pierre sur un escargot, tout ce qui va en rester aura le goût et l’odeur de la puanteur latente de ma gorge marinée à la merde que j’ai très envie de recracher.

«-La prospérité de votre clan ?... »

Je comprend maintenant à qui j’ai affaire. À une putain de remue merde qu’en temps normal je suis envoyé brûler. Nickel. D’un seul coup la perspective d’un combat me sied à merveille. J’avale la bouteille toute entière histoire d’avoir ma dose et de ne pas trembler une fois sur le champ de bataille. J’ai juste envie de dégueuler mais je tend la main vers derrière mon interlocutrice.

«-Je vous suis. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kisho Benkei
Indépendant
Messages : 291
Date d'inscription : 20/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Intendante - B
Ryos: 200
Expérience:
141/1200  (141/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
:pig:
 

-Tu ne devrais pas Benkei, c'est un samouraï. Vous devriez vous calmer.
-Il suffit. Cela ne viole aucune règle.
Vu dans le code des instances de l'Enclave, rédigé par moi-même, à l'article 5478 alinéa 4-1.

Attendu que, les ninjas et les samouraïs ont pour obligation de servir leur maître jusqu'à la mort de celui-ci, puis de commettre seppuku lors de sa fin. Sous peine de déshonneur. Que la mission d'un seigneur est le maintien de l'ordre public en vertu des missions qui leur sont confié par la tradition qui fait us et coutume, donc que la tradition fait droit. Que la lâcheté est une faute caractérisée par une violation des règles de l'honneur.

Attendu que, les ninjas et les samouraïs de ce fait, sont censés ne jamais refuser un duel car ceux-ci se référant pour la plupart à la vieille tradition samouraï qui fait office de règle suprême, le Hagakure, ont donc pour but de s'entraîner sans relâche pour se perfectionner.

Attendu que, un duel d'entraînement ne se refuse jamais, le prétexte de coups et blessures infligés dans l'exercice de celui-ci n'étant pas un facteur dédouanant, mais bien un facteur incitant à y prendre part. Car la citation de Jocho Yamamoto "mieux vaut mourir vainement que vivre grâce à un moment de lâcheté" tient pour tradition, et que la tradition fait loi.

Attendu que, Minene, tu m'incites à commettre une faute d'honneur, donc une faute supra importante en comparaison des lois appliquées dans le sekai par les daimyo, cela me rend coupable de lâcheté. Je ne peux donc m'y dérober.

Qu'en statuant ainsi, alors que je suis la personne assignant à duel un samouraï affilié à Tetsu par ses moeurs, sa nationalité, ses manières et sa citoyenneté, tu violes les règles ancestrales.

PAR CES MOTIFS :
JE CASSE ET ANNULE, ton incitation au calme et au respect daté de l'instant présent entre les parties ; remet, en conséquence, mes incitations au duel et à l'affrontement dans l'état dans lequel elles se trouvaient avant cet appelle à la modération. Pour être fait droit, je te renvoie devant une juridiction compétente, autrement composée.


Je me racle la gorge. Maintenant on va reformuler ça dans des termes plus simples.

-Minene tu es une chochotte, je te suggère d'aller te trouver un jeune gars fringuant et désinvolte, voire deux, voire trois, selon ce que tes reins te dictent, d'aller profiter un peu de ton existence, puis une fois que tu te seras retrouvé un peu de cran, de revenir me dicter ma conduite.
En attendant c'est pas très très courageux que d'inciter l'intendante à fuir un duel qu'elle a lui même proposé.
Je me retourne vers le samouraï. Allons y.

Nous passons dans l'arrière boutique, ou le vieux restaurateur fait semblant de ne pas nous voir avant d'aboutir dans une arrière cour ; les bâtiments forment un petit carré avec des préaux, au centre une arène, à moins que ce ne soit juste un terrain pour jouer aux boules. Qu'importe, nous ninja avons pour spécialité de pouvoir transformer n'importe quoi en zone de guerre. Le ciel est grisâtre mais il ne devrait pas pleuvoir.
Cette fois-ci c'est moi qui commence. Je vais commencer selon la tradition de mon grand père, qui semblait quand même avoir réussi à développer le Bakuton et le Shoton dans ses vieux jours, c'est à dire en bon Tokubetsu Kōgekitai.

-Prêt? Oui? Bien. BANZAI!!! J'exécute un Shunshin sur lui, dans la fraction de seconde à laquelle je lui fais face, synthétise mon armure de cristal puis me colle mes deux parchemins explosifs avant de les faire sauter en même temps. En hurlant, parce que je suis une ninja, je suis préparée à mourir même si c'est un duel d'honneur. Il faut toujours être prête à mourir dignement. EXPLOSION!

On explose.
Ou, pour être totalement juridique.
Moi, personne détentrice de l'autorité publique dans l'Enclave, fait usage de deux dispositifs déflagrants pour porter atteinte à l'intégrité physique d'un professionnel de la sécurité indépendant, sans contrats avec l'état ou ses représentants.

Rapport de situation:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Orochi Otomo
Indépendant
Messages : 166
Date d'inscription : 09/03/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 200
Expérience:
515/1200  (515/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Alors comme ça les argumentaires en trois parties se subsistent au dialogue raisonné du poing dans la gueule ? J’avoue, subtil, dans le fond hein, parce que bon gueuler qu’on casse sa collègue et ses dires, c’est un peu brutal, et meneur d’arrières propos. J’avale une grande gorgée de la bouteille portée disparues, bargh, un cadavre de plus ou de moins, ça donnera du boulot aux juristes pour savoir si j’avais officiellement le droit de porter atteinte à l’intégrité corporelle dudit individu.

J’avance sur le dépôt calcaire dont les corpuscules individuels souffrent d’une inégalité de structure, leur taille variant entre 6.3µm et 200µm, enfonçant donc le solide supposé indéformable de mes sandales dans ceux ci, et me forçant donc à contracter mes muscles pour recentrer mon barycentre physiologique de manière à respecter à chaque pas successifs le principe fondamental de la statique, statuant que toutes les forces induites à l’ensemble référencé de mon intégrité physique s’annulent mutuellement, et statuant donc que je ne me casse pas la gueule.

Mes mains prennent mon casque auparavant accroché à ma ceinture. Mes doigts forment des surfaces de contact d’à peu près 3,5cm², ce qui me fait exercer la masse de ce dernier par l’accélération gravitationnelle locale du Sekai de 9,81m/s² divisée par ce modique nombre qu’est 10. Je relève les yeux vers ma cible, le calcul intégral quadruple des dimensions de son corps me donne un nombre total de cm³ parcouru beaucoup trop grand par rapport aux décibels lâchés par sa bouche. J’espère qu’elle projette moins de watts par mètre carré à un mètre de distance d’analyse qu’elle n’en débite avec ses bras, sinon entre ça et la force ridicule qu’il ne m’en faut pour soulever mon casque, je risque de m’ennuyer.


-Prêt? Oui? Bien. BANZAI!!!

« -C’est ma phrase ça connasse. »

Un simple mudra expulsé de mes mains, m’aidant à combattre l’ostéoporose hypothétique qui viendra me frapper dans mes vieux jours, et le chakra vient selon l’équation de gaz parfaits augmenter en température dans mon corps, ce qui le fait se dilater et naturellement sortir par les pores de ma peau. On contact de l’acier froid, la conduction de chaleur le fait se condenser en gouttelettes dont l’indice de viscosité sur surface rigide n’est pas assez haut pour les maintenir en place. De ce fait, je me concentre pour assurer la proportionnalité du débit de chakra avec ma température interne.

Une simple étincelle dans mon esprit. Le chakra sortant des pores de ma peau étant naturellement plus chargés électroniquement qu’un quelconque élément chimique neutre comporté dans l’environnement, la charge électrique équivalente au point unitaire de la dose de chakra possède une énergie potentielle électrique non nulle. J’attends quelques femtosecondes (1.10^-12), un électron se déplaçant à la vitesse de la lumière, c’est à dire à 299792458 m/s, la charge unitaires des gouttelettes proches se confondant devient beaucoup trop important pour la résistivité de l’air. Un éclair se forme.

Puis un autre.

Puis un autre encore.

Me voilà bobine.

Encore un mudra et j’échange de place avec un solide dont la masse est sensiblement à la mienne. La déflagration se fait entendre au loin, me laissant avec un sale 16,5KHz dans les oreilles et quelques alvéoles pulmonaires en moins. Malgré tout, j’ai évité le foyer de la déflagration d’énergie qui m’était officiellement destinée. Je vois depuis ma position que la charge statique profite des éléments ioniques soulevés dans l’air par l’explosion pour parcourir une petite distance et revenir à la terroriste Leader Price.

La conne, porter une armure face à une décharge électrique, forcément le fait que ça soit des métaux lourds indique une densité supérieure, mais également une plus haute position sur le tableau périodique des éléments, et donc un plus faible éloignement entre les couches électroniques du noyaux du composant. Bilan, l’énergie se transmet beaucoup plus vite, au même titre qu’une onde mécanique dépend de la densité de son milieu de propagation, l’électricité de ma permutation vient la tazer sévèrement.



«-Faut réfléchir dans la vie, hein. »

Récapitulatif:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kisho Benkei
Indépendant
Messages : 291
Date d'inscription : 20/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Intendante - B
Ryos: 200
Expérience:
141/1200  (141/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Oh non.
Un cancer, un gros cancer.
Je déteste les gros pleins de soupe en armure qui utilisent des éclairs, c'était lui le rêve prémonitoire que j'ai fait. Un endroit où je me battais face à un samouraï, sous la pluie battante de Baransu et il faisait des éclairs systématiquement. C'est nul! Où est le fair play? Où est la pertinence?
Mon armure encaisse la décharge électrique sans que je ne bronche ; des petits éclairs rigolos viennent égratigner le cristal. Je ne dis rien, mon blindage pare tout ce qui doit être paré, le samouraï entame des mudras au loin que je n'essaie pas d'interrompre et il forme une bobine tesla qui vient électrocuter tout ce qui trouve trop près de lui.
C'est donc ça, ce que Nobushi avait mentionné à propos de lui, un jutsu d'interdiction de zone, il a peur qu'on l'approche? Serais-je en présence du premier ninja agoraphobe du sekai? Ce serait pour ça la grosse armure alors? Pour effrayer les gens et éviter qu'on se moque de lui et son énorme katana?
Je balaie cette idée, ce doit juste être un kilo-mega-giga-tera-peta-exa bourrin.
Sauf que j'ai autre chose à foutre que de me battre face à un type qu'on ne peut pas approcher sans prendre des châtaignes. C'est suffisamment éloquent de sa capacité à se défendre et à être un bourrin lorsque la situation se fait sentir, aussi je ne cache ma moue agacée en comprenant que Nobushi n'exagérait pas.

-Très bien j'ai réfléchi. Shoton ; héroïne! Kinjutsu ; gomgom! Je me métamorphose en un petit blob bleu.

Rien à foutre du combat ; je préfère rester belle et présentable pour lui faire signer son contrat que de lui envoyer une lettre après avoir mordue la poussière.
Je reconnais des gros enculés quand j'en vois, je reconnais les bons combattants quand j'en affronte. Je ne sais toujours pas si c'est le dernier des mecs biens ou le premier des enculés mais dans tout les cas je ne le croiserai pas sur le champ de bataille.
Je laisse Isda négocier le contrat, qui a l'air un peu embarrassée d'avoir été appelée à ce moment précis.

-Euh, bonjour messire samouraï. J'imagine que vous avez suffisamment impressionner la patronne pour qu'elle décide de ne pas poursuivre la dérouillée qu'elle allait prendre.

Je saute sur les épaules de ma clone, voulant prendre un peu de hauteur pour regarder le samouraï de haut.

-Nobushi n'avait donc pas menti, vous êtes un casse-couille professionnel au combat, nul besoin de comprendre pourquoi elle vous a appris des techniques raiton ; elle ne pouvait être qu'impressionnée par autant d'agressivité.

Techniques utilisées ::
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Autres Régions :: Nord-Ouest :: L'enclave-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.