:: Zone Rp - Le Sekai :: Autres Régions :: Nord-Ouest :: L'enclave Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les parasites [Rang B, Hafu]

avatar
Messages : 436
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Les parasites.

C’était une sale journée à Hirochiji.
Non pas que remuer la terre à longueur de journée pour vendre les fruits de son travail soit une tâche comparable à l’extase divine, mais dans la solitude du travail, dans la fatigue apportée par les épuisantes tâches physiques du fermier, on pouvait trouver de la satisfaction.
Se faire dépouiller n’était jamais satisfaisant.
Même pour des gens habitués à la misère, surtout pour eux en fait ; certains touchaient le fond et se convertissaient dans le mercenariat et les travaux de l’ombre (les premiers à faire ça furent les Kishos si on se référait aux légendes locales), d’autres se laissaient crever.
Hirochiji n’avait pas encore atteint le point de non-retour mais les gens étaient à crans, dans le village Hafu n’avait croisé aucun regard ; les honnêtes gens baissaient les yeux et préféraient ne pas voir le shinobi qu’il était, d’autres préféraient tout simplement ne pas être vus. Surtout de la part d’un représentant de la race la plus meurtrière de la planète ; le ninja. Les plus vieux avaient encore en tête les souvenirs de n’être que des spectateurs impuissants, des affrontements entre forces de la nature et pyromanciens zélés, ombres qui teintaient la lune de rouge et combattants de la lumière qui plongeaient le monde dans des éclairs aveuglants.
La venue d’un autre shinobi en ville n’était jamais bon signe, parce que le shinobi est en règle générale un prédateur solitaire et territorial. Qu’est-ce qui allait se passer ?

« Oy, l’éphèbe. » Le héla sèchement un type.

Un seul coup d’œil suffit à Hafu pour comprendre que ce n’était pas juste un bretteur ordinaire, pas un guignol à faire des duels primés pour l’argent. Plutôt le genre de type à se battre pour l’amour de l’art, pour l’excitation maladive que provoquait un combat. Pas vraiment une lumière, mais dans son regard se lisait un certain amusement à voir un collègue, une future proie ?
Grand brun aux yeux un peu endormis mais à la carrure d’athlète, habillé dans une tenue assez similaire à celle d’Hafu si on exceptait la brigandine qui protégeait son torse. Sans être un ours ou une souris, un chat maigre à la limite. Ce qui mettait essentiellement la puce à l’oreille quant à sa profession, c’était essentiellement le no-dachi à côté de lui qui était éloquent. Comme pour rajouter le petit détail malin, le chapeau de paille à sa ceinture qui avait été décoré de nombreuses plumes colorées. Même si certains duellistes étaient assez douées pour se payer des fringues hautes en couleurs, pour avoir des plumes d’oiseaux rares il fallait se donner les moyens.

« Qu’est-ce que tu fous en ville ? Tu dois savoir que c’est le bordel, entre les petits enculés du coin qui se croient tout permis, le seigneur qui est obligé de prostituer sa ville à ces mafieux de première et le Daimyo qui va devenir fou s’il sait ça, ah oui, j’oubliais, le fait qu’il y ait un clan aussi dans la région. » Mais pouvait-on vraiment s’inquiéter d’un clan qui passait tout son temps ailleurs, à vendre ses services ?  « Ca va vite péter si ça continue comme ça. » Puis se rappelant ses bonnes manières, le bretteur plissa les yeux avant d’attraper son arme par le milieu du fourreau et de se diriger vers Hafu. « Je me nomme Yoshihige Atarashi. Mais tout le monde m’appelle Yoshi, et toi ? C’est quoi ton nom ? Ce soir je suis en picole, ça te dit de venir ? Je n’aime pas boire seule et t’as l’air… » Il eut un petit sourire en coin. « De ma trempe on va dire. Un peu comme œil de rubis. »

Un shinobi.
Et un bourrin de première vue les deux mètres d’acier qu’il se trimballait, mais probablement pas un des bandits en question. Ce serait trop simple et puis, quel homme qui craindrait la justice viendrait ainsi parler avec un collègue ?
Un fou peut-être.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Yuki Hafu
Indépendant
Messages : 30
Date d'inscription : 27/08/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Indépendant rang B
Ryos: 185
Expérience:
132/1200  (132/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Hirochiji, une ville bien lugubre, à ce que je vois. Il faut dire que ces satanés criminels ne leur rendent pas la vie facile. Et cerise sur le gâteau, le seigneur de la ville est de mèche.

Je suis venu ici pour les en débarrasser, mais cela ne va pas être facile. Quand je passe dans les rues, aucuns regards, tous le détournent et s'écartent, comme si je portais la peste. Ces brigands imposaient un régime de terreur, j'imagine, alors cela serait dangereux pour de côtoyer un mercenaire. Cependant, ça me rend la tâche complexe, en effet, je me demande bien où est-ce que je vais pouvoir avoir des informations...

Traverser la ville donne un bon aperçu de comment elle va évaluer si personne n'agit. Des famines, en masse, des personnes agonisant sur le côté, délaissés, pauvres... Cela me rappelle Kamahura. C'était pire, et personne ne l'avait vu venir. Les taxes ont augmenté d'un coup, et le prix des matières premières a fait de même. Toute une ville s'est retrouvée appauvrie et quasiment en ruine à l'heure qu'il est.

Perdu dans mes pensées, un gars m'interpelle, d'une façon plutôt rustre. Au premier coup d'oeil, je vois que c'est un possible danger. Ce n'est pas un sabreur ordinaire. Il est grand, fin mais musclé. Il parait faire partie de ceux qui aiment la sueur et le sang. Dans ses yeux, une lumière, de la joie, ou de l'amusement, et un regard presque de prédateur. Cependant, il ne semble pas briller par son intelligence. Une chose m'indique son rôle, le sabre à ses côtes : un nodachi. Ce katana de deux mètres de long est une arme redoutable dans la main d'un expert. Peu de personnes peuvent le manier aisément, mais ça a l'air d'être le cas de mon interlocuteur.

- Qu’est-ce que tu fous en ville ? Tu dois savoir que c’est le bordel, entre les petits enculés du coin qui se croient tout permis, le seigneur qui est obligé de prostituer sa ville à ces mafieux de première et le Daimyo qui va devenir fou s’il sait ça, ah oui, j’oubliais, le fait qu’il y ait un clan aussi dans la région. Ça va vite péter si ça continue comme ça...

En soi, il n'avait pas si tort, mais c'est pour ça que je suis là. Et de plus, je reste discret, le Daimyo de l'Enclave n'en saura rien, et le clan Kisho est trop occupé pour prêter attention à cette ville, alors pourquoi prêteraient-ils attention à moi ?

Le bretteur prend alors son fourreau par le centre, manière de dire qu'il vient en ami, et qu'il ne compte pas dégainer.

- Je me nomme Yoshihige Atarashi. Mais tout le monde m’appelle Yoshi, et toi ? C’est quoi ton nom ? Ce soir je suis en picole, ça te dit de venir ? Je n’aime pas boire seule et t’as l’air de ma trempe on va dire. Un peu comme œil de rubis.

Il faut que je me méfie de cet homme, son sourire (et son nodachi) ne m'inspire pas confiance. Par contre, je suis presque sur que ce n'est pas un des malfrats, jamais il n'oserait se présenter à moi comme cela. À moins qu'il soit complètement fou ? Nous allons voir ça.

- Hafu Yuki. Et bien, je suppose que tu peux m'appeler Hafu. Enchanté. Disons qu'un verre de saké ne se refuse pas, alors allons-y.

Je le suis alors dans une taverne. À l'entrée, que des regards mauvais, nous ne sommes clairement pas désirés ici. "Yoshi" fait fi de cela et va s'asseoir directement tout en commandant pour nous deux. Je m'avance prudemment et me met à côté. Une fois servi, je commence à boire puis décide de lui poser quelques questions :

- En fait, que fais-tu ici ? Les shinobis semblent mal vus ici... Aurais-tu l'intention de te battre contre les bandits qui règnent ici ?

Je fais alors couler dans ma bouche quelques gorgées de ce liquide qui me brûle la gorge, et qui est de piètre qualité ici, tout en écoutant ses réponses.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 436
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Les parasites.

Le mercenaire gloussa en entendant la question du jeune bretteur, il secoua la tête, posant son regard rougi par un train de vie orgiaque sur la serveuse qui déposa deux bouteilles de saké. Celle-ci lui rendit son sourire, il attaqua sa coupe après l’avoir levée en l’honneur d’Hafu. Le sabre à engager hausse les épaules en guise de première réponse, avant de sentir obligé d’expliquer ses motifs.

« Non. Ce n’est pas vraiment des bandits en plus. Plutôt des gentilshommes qui s’occupent des affaires du seigneur. C’est un coup à se faire des ennemis, et pas n’importe qui comme ennemis. J’aime bien l’Enclave moi, il y a toujours des gens qui me proposent du travail. » Yoshihige sortit un cure dent pour faire passer le temps. « Je reste en ville parce que j’ai des petites affaires qui me font rester. Mais bon, jouer l’enquêteur, attaquer des bandits dans les ruelles sombres, ce n’est pas ce à quoi j’ai été formé. Je m’en tiens au travail de gros et ça me va parfaitement. Enfin… » Il eut un silence un peu hésitant, jaugeant le pour et le contre de sa future phrase. « Tu ne serais pas le premier à vouloir faire justice pour des paysans, surtout ici. Les shinobis sont mal vus dans le coin parce que les bandits ont quelques-uns de nos camarades avec eux. Le chef de la bande et sa seconde par exemple. Ou plutôt son associée vu qu’ils ne peuvent pas se blairer. » Il pointa son œil gauche. « Tu sauras qui elle est quand tu la verras. Mais bref, vu le sabre à ta ceinture, partant pour une petite rixe amicale ? Entre sabreurs, il faut savoir où est-ce qu’on en est dans la route vers la voie du sabre non ? »

Qu’y avait-il de mieux pour connaître un homme que de se battre contre lui ? C’était peut-être le début d’une amitié entre les deux hommes, ou alors un piège savamment tendu par les brigands pour se défaire au plus vite du Yuki.

« Ou alors tu manies ta langue mieux que ton sabre et dans ce cas, j’ai un petit service à te demander, avant que je ne me décide à en dire plus. »

Il reprit une gorgée de saké, tout souriant de l’ambiguïté de sa remarque. Tentative de chantage ou alors tout simplement échange de faveurs ? Il allait falloir jouer pour comprendre les règles du jeu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Yuki Hafu
Indépendant
Messages : 30
Date d'inscription : 27/08/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Indépendant rang B
Ryos: 185
Expérience:
132/1200  (132/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Non. Ce n’est pas vraiment des bandits en plus. Plutôt des gentilshommes qui s’occupent des affaires du seigneur. C’est un coup à se faire des ennemis, et pas n’importe qui comme ennemis. J’aime bien l’Enclave moi, il y a toujours des gens qui me proposent du travail.

Ce n'est donc qu'un mercenaire seulement intéressé par l'argent... Moi qui espérait que ce soit un homme d'honneur, plus qu'à prier qu'il ne soit pas non plus à la solde de ces "gentilshommes".

Je reste en ville parce que j’ai des petites affaires qui me font rester. Mais bon, jouer l’enquêteur, attaquer des bandits dans les ruelles sombres, ce n’est pas ce à quoi j’ai été formé. Je m’en tiens au travail de gros et ça me va parfaitement. Enfin… Tu ne serais pas le premier à vouloir faire justice pour des paysans, surtout ici. Les shinobis sont mal vus dans le coin parce que les bandits ont quelques-uns de nos camarades avec eux. Le chef de la bande et sa seconde par exemple. Ou plutôt son associée vu qu’ils ne peuvent pas se blairer. Tu sauras qui elle est quand tu la verras.

Des shinobis ? Ça va donc se réveiller plus coriace que ce que j'avais prévu. Je comprends du coup pourquoi je ne suis pas vraiment le bienvenue ici.

Mais bref, vu le sabre à ta ceinture, partant pour une petite rixe amicale ? Entre sabreurs, il faut savoir où est-ce qu’on en est dans la route vers la voie du sabre non ? Ou alors tu manies ta langue mieux que ton sabre et dans ce cas, j’ai un petit service à te demander, avant que je ne me décide à en dire plus.

- Et bien, écoutez, c'est avec plaisir que j'accepte avec ce duel. En effet, si on veut avancer dans la voie du katana et ne pas laisser nos rêves n'être que des rêves, il faut parfois accepter de se battre et juste le faire. Cela dit, quel est ce service dont vous parlez ? Je suis disposé à vous aider, si cela reste raisonnable.

C'est étrange, j'espère ne pas être tombé sur un mauvais gars. Si jamais il y a un danger, je pourrais dégainer Aisu, mais je crains de ne pas être à la hauteur face à lui...
J'écoute donc sa proposition, afin d'aviser quoi faire par la suite...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 436
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Les parasites.

Le shinobi haussa les épaules, étonné à ce que le gosse accepte l’idée du duel sans chercher à en savoir plus avant, puis il lui posa la question au sujet de la mission. Comme quoi il serait disposé à l’aider si c’était raisonnable. Raisonnable.
Comme si c’était raisonnable !
Ce qu’il allait demander à Hafu était peut-être minable en apparence, mais par le regard rayonnant d’Amaterasu, qui savait dans quoi il s’embarquait s’il acceptait de l’aider. Les quêtes impossible c’était son domaine, mais celle-là, même lui Yoshihige le bretteur navré, ne savait pas si elle était possible. Enfin, si c’était possible, mais en ressortir vivant c’était autrement plus chaud. A se battre contre Hafu ou à devoir réitérer l’expérience, il choisirait de se battre contre Hafu, vu que la dernière fois qu’il avait tenté le coup, son petit test avait failli lui couter bien plus précieux que sa vie de porte-sabre. Yoshi porta une coupe de saké à ses lèvres avant de la vider d’une traite.

« Eh bien, j’aimerais avoir des affaires en commun avec Œil de rubis, une femme qui j’ai entendu dire a des liens avec les brigands en ville. Si tu pouvais la convaincre de passer dans l’auberge me parler, ce serait bien. Je te rembourserai cette faveur plus tard si tu acceptes, je suis un peu fauché en ce moment, mais je suis certain que je peux aider d’une autre manière. »

Le sicaire se racla la gorge, conscient qu’il s’étendait peut-être un peu trop et conclut après un signe de main destiné à chasse ses dernières pensées.

« Qu’importe, elle crèche dans la meilleure auberge de la ville, tu ne peux pas la louper à cause de son œil. Si tu fais ça pour moi eh bien, tu auras toute ma gratitude et je suis sûr que tu auras besoin d’allié pour ce que tu comptes entreprendre. »

Mentionner les bandits n’avait peut-être pas été l’idée la plus lumineuse pour Hafu.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Yuki Hafu
Indépendant
Messages : 30
Date d'inscription : 27/08/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Indépendant rang B
Ryos: 185
Expérience:
132/1200  (132/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Ce n'était peut-être pas la meilleure des idées d'accepter, après tout je n'ai pas le temps de faire de la charité avec tout les sabreurs que je croises... Il avale alors cul-sec sa coupe de saké. J'ai toujours trouvé le fait de boire de l'alcool stupide, bien que beaucoup trouve cela viril et fort de boire un alcool fort sans faillir. Ils n'ont donc pas conscience que ça ne sert à rien de se pourrir la vie pour un liquide pourri. Quant aux ivrognes... c'est une autre histoire, ils ne valent même pas la peine d'être aider. Bon, écoutons ce que "Yoshi" a à me dire, tout en espérant que ce soit vraiment raisonnable...

- Eh bien, j’aimerais avoir des affaires en commun avec Œil de rubis, une femme qui j’ai entendu dire a des liens avec les brigands en ville. Si tu pouvais la convaincre de passer dans l’auberge me parler, ce serait bien.

Quoi ? Je m'étouffe alors à moitié avec mon saké. Il veut que je fasse affaire avec une shinobi ennemi ?! Quel beau rêveur... Je me reprends en une seconde, et ne dis rien, écoutant ce qu'il a à dire d'autre.

- Je te rembourserai cette faveur plus tard si tu acceptes, je suis un peu fauché en ce moment, mais je suis certain que je peux aider d’une autre manière. Qu’importe, elle crèche dans la meilleure auberge de la ville, tu ne peux pas la louper à cause de son œil. Si tu fais ça pour moi eh bien, tu auras toute ma gratitude et je suis sûr que tu auras besoin d’allié pour ce que tu comptes entreprendre.

Donc ce jeune sabreur me demande mon aide pour faire affaire avec mes ennemis du jour ?! C'est peut-être un membre des brigands et il me tend peut-être un piège. Bon, cela dit, j'ai peut-être l'occasion de profiter de cela. Après tout, cette "Oeil de Rubis" fait partie du groupe de bandits, alors aller à sa rencontre est peut-être un moyen de trouver le reste de la bande.

- Et bien soit... J'accepte de faire ce marché avec toi, à une condition. Donne-moi ton nodachi, le temps que je ramène cette Oeil de Rubis, comme guise de confiance. Je te fais la promesse de te le rendre quand je t'aurais rendu service. J'attendrais à ton tour que tu me rendes service.

Peu de sabreurs serait capable de se débarrasser de leurs sabres, alors cette demande va m'aider à prouver une chose, et avoir une garantie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 436
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Les parasites.

Le sabreur pinça les lèvres en entendant la contre-offre du jeune Hafu. Lui ? Lui passer son sabre le temps qu’il aille rendre visite à la greluche ? Le priver de son outil de travail en espérant qu’il réussisse là où il avait déjà échouer ?
Un piège à con oui. Le mercenaire secoua la tête.

« Tu ne veux pas non plus que je t’invite chez moi pour que tu baises ma frangine ? » Lança à moitié outré Yoshi, ne sachant toujours pas si c’était une blague ou une offre très sérieuse. « Je ne vais pas me foutre au chômage technique en espérant que tu me dégottes une baise avec une borgne pour compenser. »


Le routier observa le fond de sa bouteille avant de la reposer sur la table, préférant ne pas boire de trop. C’était la première fois qu’on lui faisait une telle offre et il n’avait pas l’intention d’accepter cette escroquerie. La solidarité masculine semblait morte depuis un long moment, comme pour définitivement enterrer la possibilité d’accord à ce sujet, le mercenaire esquissa un geste de main évasif.

« Un service pour un service, ça se fait à la confiance ce genre de choses. L’honneur est-il une notion qui aurait été oubliée par chez toi ? » Demanda-t-il sur un ton à peine passif agressif.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Yuki Hafu
Indépendant
Messages : 30
Date d'inscription : 27/08/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Indépendant rang B
Ryos: 185
Expérience:
132/1200  (132/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Mince, je ne suis pas dans une très bonne posture. En effet, je ne sais pas quel diable m'a prit d'espérer que cela fonctionnerait.

Tu ne veux pas non plus que je t’invite chez moi pour que tu baises ma frangine ? Je ne vais pas me foutre au chômage technique en espérant que tu me dégottes une baise avec une borgne pour compenser. Un service pour un service, ça se fait à la confiance ce genre de choses. L’honneur est-il une notion qui aurait été oubliée par chez toi ?

Je décide alors de jouer la ruse et l'amitié, pour tenter d'arrondir les angles. Je me mets alors à boire un peu plus, je ris un bon coup et m'exclame :

- Haha Yoshi, ne te méprends pas, ce n'était qu'une plaisanterie ! J'tire ça de mon père, qui me disait toujours : si tu veux savoir si un bretteur a l'âme d'un combattant, demande-lui son sabre et regarde sa réaction ! Ah la la, Yoshi, reprends-toi, j'irais voir cette Oeil de Rubis et te la ramène dans l'auberge ! Inutile de me rembourser pour cela.

Je rebois un verre, et me tourne vers lui, redevenant un peu plus sérieux :

- Et du coup, elle est où, la meilleure auberge de la ville ?

J'espère qu'il va s'adoucir un peu et redevenir un peu plus amical. J'ai déjà suffisamment d'ennemis dans cette ville...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 436
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Les parasites.

Yoshi pinça les lèvres devant un camarade sabreur aussi... Atypique, d'autant plus que le travail qu'il lui demandait était assez pointu, pas très très social le ronin qu'il avait sous les yeux. L'homme posa un regard sur son no-dachi avant de comprendre que son instinct de guerrier avait raison ; c'était un coup à avoir des problèmes que de faire confiance à cet inconnu. Déjà qu'il n'avait pas l'air très porté sur le dialogue, le fait de faire passer la pilule ne lui donnait pas confiance, merde il voulait passer pour un grand romantique ou un idiot au cœur léger, pas à un boulet. Qu'est-ce qu'elle allait penser de lui s'il envoyait un type qui faisait des blagues comme ça?

« En fait, j'espère pour toi que tu manies mieux ton sabre que tu manies ta langue. » Il se retint encore une fois de se resservir. « J'irai me casser le dos à cueillir des fleurs pour elle demain, c'est plus sûr que de te faire confiance pour aller courtiser madame. »

Cette fois-ci, il ne tenait plus. Le ninja indépendant s'offrit une coupe de saké et la vida cul sec, ne souhaitant pas prolonger le dialogue avec Hafu. Il faudrait sans doutes revoir un peu la diplomatie pour les prochains échanges.
Déjà que les shinobis ne s'appréciaient pas forcément entre eux, certains particulièrement nerveux et prompts à dégainer pourrait bien prendre peur en voyant le détenteur d'une arme unique. Infructueux dans ses recherches, le rônin réussit toutefois à apprendre quelques indices sur ce qui se passait en ville ; Oeil de rubis semblait être de mèche avec le chef des bandits. Son calme olympien et son amour pour les endroits silencieux l'avaient fait s'établir dans une grande auberge au centre de la ville, avec des lampions rouges.
Certains disaient qu'elle connaissait bien trop la ville pour ne pas y avoir vécu un long moment, tant elle connaissait des lieux dont même le chef des bandits n'avait pas eu vent. D'autres que les relations étaient houleuses entre elle et le maître officieux de la ville, qu'importe, pour l'instant elle passait ses journées à boire, méditer et dessiner, à la joie de l'aubergiste qui était payé plus que généreusement pour une cliente peu envahissante.
C'était une piste.
Mais n'était-il pas trop tôt pour aller voir tout les ninjas qui traînaient dans le coin? Ne valait-il pas mieux discuter avec les petites gens?
Le Yuki était un enfant de l'Enclave, il savait comment les gens pensaient ; beaucoup d'opinions différentes, des ninjas des quatre coins du Sekai mais aussi du clan Kisho qui veillaient au grain. Les paysans n'appréciaient pas les bandits, mais au vu des temps troubles, étaient-ils déjà assez à bout pour prendre parti pour un étranger? Ouvertement?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Yuki Hafu
Indépendant
Messages : 30
Date d'inscription : 27/08/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Indépendant rang B
Ryos: 185
Expérience:
132/1200  (132/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
- En fait, j'espère pour toi que tu manies mieux ton sabre que tu manies ta langue.

Il n'avait pas tort, j'avais fais fort pour le coup.

- J'irai me casser le dos à cueillir des fleurs pour elle demain, c'est plus sûr que de te faire confiance pour aller courtiser madame.

Mince, il se ressert un dernier verre et s'en va, voila une occasion qui s'échappe... Bon, cela dit la possibilité que ce soit un piège me rassure, je ne vais pas me lancer dans la gueule du loup non plus sans le savoir si c'en était un.

Quelques instants plus tard, je me retrouve moi aussi dehors. Il me faut trouver une autre piste. Sans plus attendre, je rétrécis la forme d'Aisudo, jusqu'à ce qu'il prenne la taille d'un poignard, que je range discrètement dans ma veste. J'entre ensuite dans une autre auberge et commande un plat au hasard tout en prêtant l'oreille aux ragots et rumeurs en tout genre. Après une bonne demi-heure, je réussis à avoir un peu plus d'informations : cette Oeil de rubis, sûrement de mèche avec les bandits, logerait dans une grande auberge au centre d'Hirochiji. Apparemment, ce serait une habitante de la ville depuis belle lurette et elle aurait des relations difficiles avec le chef des malfrats. J'ai donc une localisation possible. C'est une bonne piste.

Maintenant, aller tout droit dans la gueule du loup ou attendre encore un peu ? Telle est la question...

Même si les paysans sont ceux les plus touchés, ils craignent trop les malfrats pour me venir en aide. Je dois donc me débrouiller seul. Je me dirige donc discrètement entre les rues de la ville vers le centre. Après quelques minutes de marche, j'apercois une auberge un peu plus grande que les autres. Je prends d'abord le temps d'examiner le bâtiment et ses alentours avant d'y aller, qui sait, il y a peut-être des bandits autour qui guettent.
Finalement, rien à l'horizon, je rentre dans la batisse. Je vois alors une femme à l'oeil atypique, sûrement la fameuse Oeil de Rubis. Je m'approche d'elle et m'annonce, jouant le rôle que j'étais sensé jouer, émissaire de Yoshi :

- Bonjour Madame ! Je vous prie de m'excuser, j'ai été envoyé par Yoshihige Atarashi, un mercenaire qui cherche à faire affaire avec vous.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 436
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Les parasites.


L'auberge était relativement peuplée, quelques hommes buvaient au bar en passant le temps comme ils pouvaient, occupés à se mettre une murge. A l'écart de tout, assise dans un coin de la pièce, la dénommée Oeil de Rubis qui semblait dessiner une scène de la vie quotidienne d'une main distraite, prenant à intervalle régulier une petite gorgée de sa coupelle de saké. La grande blonde jeta un oeil curieux au nouvel arrivant avant de se replonger dans sa peinture, du moins avant que celui-ci ne se décide à venir lui parler.
L'arrivée impromptue d'Hafu tomba comme un cheveux sur la soupe dans son moment de détente, assez pour qu'elle abandonne son pinceau sur une feuille de papier prévu à cet effet. La kunoichi toisa le bretteur avec une certaine curiosité indifférente, avant de finalement se fendre d'un sourire bienveillant. Celle-ci s'inclina et rajusta ses cheveux d'un geste trop innocent pour être volontaire, dévoilant son œil droit qui n'était rien d'autre qu'une pierre précieuse rouge, donnant au tableau de muse qu'elle formait par sa seule présence un air malsain.

« Mes respects, illustre inconnu. Vous lui direz que j’apprécie son initiative endiablée mais que je ne souhaite pas poursuivre nos rapports pour le moment. » Elle glissa un moon sur la table, petit pourboire pour un coursier bien direct. « Ce fût un plaisir. »

Sans même attendre sa réaction, elle se replongea à son aquarelle comme si de rien n'était. La façon dont elle avait envoyé boulet le jeune enclavé suscita bien malgré lui l'hilarité d'un bandit à l'oreille un peu traînarde.

« Putain ça n’arrête pas et ça empire même ; l’autre ronin il avait eu le temps de répondre au moins. Gamin viens boire avec nous. On cherchait à quoi trinquer, on va trinquer à celle qui faisait chavirer tout les esprits du coin. »

Oeil de rubis ne semble pas s'offusquer de la remarque, presque flattée qu'on lui accorde autant d'attention.
Pour Hafu, il allait manifestement falloir trouver une autre approche.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Autres Régions :: Nord-Ouest :: L'enclave-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.