:: Votre Personnage :: Présentations :: Fiches Présentations :: Présentations Validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Kisho Benkei

Kisho Benkei
Kisho Benkei
Indépendant
Messages : 489
Date d'inscription : 20/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Intendante - B
Ryos: 383
Expérience:
Kisho Benkei Left_bar_bleue979/1200Kisho Benkei Empty_bar_bleue  (979/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Kisho Benkei Sam 15 Sep - 15:44



Matricule ninja
NOM : Kisho
PRÉNOM : Benkei
GROUPE : Indépendant
GRADE : Jounin/Intendante
RANG : B
SEXE :
ÂGE : 29 ans
SITUATION : Célibataire
FAMILLE : Une soeur, Kanade.

Personnalité
QUALITÉS
Silencieuse
Patiente
Calme
Perfectionniste
Compatissante
Ouverte
Réfléchie
Protectrice
Patriote
DÉFAUTS
Perverse
Endormie
Air froid
Cruelle
Exigeante
Cynique
Pince sans rire
Discrète
Ambitieuse
AIME
Dormir
Son lit
La calligraphie
L'alcool
La guerre
Son clan
N'AIME PAS
Le bruit
Les insomnies
Les gens bruyants
Les samouraïs
Les villes
Les idiots
AUTRES
Joueuse de shogi et d’échecs
Chasseuse
Ecrivaine
PHYSIQUE
TAILLE :
1m96
POIDS :
75kg
PEAU :
Blanche-tire vers le gris
CHEVEUX :
Noirs
Longs
YEUX :
Bleus sombres
En amande
VISAGE :
Regard éteint, traits fins, peu souriante, air serein.
CORPS :
Menue, finement musclé.
AUTRE :
Corps bardé de cicatrices.
Histoire


J'écris une partie de mes mémoires, là maintenant. J'ai encore exécuté quelqu'un aujourd'hui ; un type qui voulait nous voler de la nourriture. Je me demande à quel point mon clan est en lambeaux pour qu'il n'ait même plus l'aura de terreur suffisante pour effrayer un affamé. Je l'ai étranglé contre un poteau et l'ait laissé en plan sur le chemin qui mène jusqu'à la forteresse du clan, histoire que les visiteurs inopportuns comme lui soient prévenus.
Nous sommes des Kisho, notre nindo est amoral et ni la violence ni la lâcheté ne sont punies s'ils n'interfèrent pas avec notre code d'honneur. Que cela serve de leçon aux autres.


► Je suis née à l'Enclave. Dans la forteresse du clan, j'ai grandi en côtoyant des ninjas, des burakumins qui me craignaient parce que je sortais de la matrice obscure d'une kunoichi. J'ai été entraînée par le clan, je me suis faite des amis ; certains ninjas, d'autres enfants de moins que rien. J'ai eu une enfance de bergère à surveiller des moutons, à jouer avec ma fronde toute la matinée avant que ma sœur ne me relaie pour l'après midi. J'en profitais pour apprendre tout ce qu'il fallait savoir sur les poisons pendant ce temps, envisageant une carrière de spécialiste du combat à distance puisque j'ai toujours manqué de force physique.

► J'ai eu une enfance étrange, sans être malsaine j'ai grandi dans l'attente d'une guerre à mener. Une guerre qui n'est jamais venue à moi, et c'est à mes dix-huit ans que j'ai décidé de partir en vadrouille dans le monde avec mon frère. Les anciens du clan étaient ravis que je parte de mon propre chef en quête de réponses à mes questions, surtout en tant que mercenaire. A cette époque s'il y avait déjà la paix, il n'en restait pas moins des tas de clans prêts à payer pour du renfort. J'ai très vite formé ma propre bande avec ma sœur.

► J'ai travaillé à Uzushio un temps dans le cadre d'une lutte contre la piraterie fluviale, à éclater des têtes avec ma fronde. Contrairement à d'autres bandes qui acceptaient volontiers les adversaires qui se rendaient je les faisais pendre haut et court, le Daimyo voulait une lutte efficace contre la vermine. J'ai fourni mes services un moment avant qu'on ne me fasse comprendre que je n'étais plus la bienvenue avec mes troupes. Sans doutes que briser les genoux des bandits qui se présentaient à nous pour se rendre, pour ensuite les abandonner sur place n'était pas l'image que voulait renvoyer le seigneur auprès de la plèbe.

► Ensuite? J'ai continué ma carrière de routière un long moment, monnayant mes services à tous ceux qui en avaient les moyens ; aucun contrat n'est trop cruel ou trop complexe quand on est prêt à y mettre le prix. J'ai fait des exemples parmi les populations civiles pour le compte de Daimyo peu scrupuleux, j'ai été bourreau lorsque l'argent et les hommes venaient à manquer. J'ai tué, torturé, racketté et dépouillé sans le moindre remords parce que l'argent coulait à flot, je me suis vite lassée. Parce que c'est divertissant un moment, mais au bout d'un moment on se lasse. Ce qui s'était produit à Uzushio finissait inlassablement par se reproduire ailleurs.
Les seigneurs, les chefs de clans, ils finissaient par avoir peur d'une troupe de mercenaires qui agit pour le plus offrant. Ils craignaient qu'un jour, les bourgeois d'une cité ne se cotisent pour se payer leur tête s'ils m'employaient trop longtemps, qu'un jour on me paie pour glisser un parchemin explosif en salle des généraux.
Je l'ai compris lors qu’après un raid qui avait mal tourné, un clan m'a laissé fuir leur territoire sans même chercher à me poursuivre. Un an plus tard ils m'engageaient pour que je décime le commanditaire de ce raid.
Ce fût un cruel affront à mon honneur de savoir que je ne devais ma survie qu'à une manœuvre politique. Combien de fois cela s'était-ce produit?

► Je suis revenue à la maison, avec de l'or. Forte de mon expérience, on a fini par me nommer intendante du clan et même si j'avais l'air narcoleptique, les gens savaient de quoi j'étais capable.

► Aujourd'hui, j'ai une autre idée en tête. J'ai vu le monde à la botte d'autres gens.
Demain j'ai envie qu'il soit à la mienne.

Test RP

Une fois votre fiche complétée, le staff vous confiera un test RP sur la base des éléments donnés. Ce test RP déterminera votre grade.
Faites nous rêver !
Pour un rang D : 500-2000 mots minimum
Pour un rang C : 1000-2000 mots
Pour les rang B/A : 1500-2000 mots


« On l’a ramassé déguisé en serviteur, il a essayé de s’enfuir du château par un passage secret. » Le piquier lui tire l’oreille. « Heureusement qu’on était déjà passé hein ? »

Pas de doute, c’est bien Sa Majesté Aramusha qui nous honore de sa présence, habillé comme un pouilleux et avec comme ornements un cocard et le nez qui pisse le sang. Mes hommes profitent de la fin de la bataille pour se refaire une constance, ça va du capitaine qui renifle un filet de sang et rajuste sa ceinture au troufion qui se lave dans la rivière, sans compter celui qui remet en place sa bijouterie malgré ma présence.
Puis mon chef arrive. Le seigneur Asano, à cheval avec son garde du corps.
« Bon travail Benkei.
-De même Takeo. »
Il fronce les sourcils.

Je ne suis pas une pute à qui on demande de soutenir son regard quand on crache, il me parle comme à un sous-fifre, je lui parle comme à un collègue de boulot. Le seigneur Asano ne dit rien, se contente de marmonner quelque chose dans sa barbe avant de s’éclaircir la gorge, il ne dit rien parce que mes hommes m’entourent. Je peux claquer des doigts et ordonner à ce qu’on le fasse empaler sur un épieu, qu’on saccage son château pour se renflouer.
Il crève d’envie de m’insulter. Mais il ne le fera pas.

« Tuez-le, lui et les autres prisonniers, puis rejoignez-moi à l’extérieur de la citadelle. Nous avons des choses à nous dire. »

Il s’éclipse avec son hatamoto comme une abeille qui irait butiner d’autres fleurs. Mes hommes me regardent avec circonspection, je me tourne vers notre prisonnier qui est censé mourir. Je n’ai pas envie de le tuer, la nuance est là ; je n’éprouve pas le besoin impérieux de le faire passer de vie à trépas, mais ça ne me gêne pas non plus que de lui éclater le crâne avec ma hache de bataille. J’enserre ma fidèle compagne avant de la brandir haute au-dessus de ma tête, cachant le soleil à ma victime pour ses derniers instants.
« Il vous a bien eu, et c’est moi qui ramasse. Je peux vous payer plus si vous voulez.
-Contre-offre ?
-Oui, dans mes quartiers, sous les tatamis vous trouverez tout l’or que vous voulez.
-Et j’imagine que vous voulez que je tue le seigneur Asano en échange de tout cet or.
-Oui.
-J’accepte. »
Je me raidis.
« Eh ! Je veux aussi la… »  Plus jamais il n’aura l’occasion de parler, le coup de hache le coupe autant dans sa phrase que dans sa vie.

Silence.

« Chef, il y a un an quand nous nous sommes échappés de justesse de cette bataille, au guet de Kokaboro, face au seigneur Asano, c’était vous non ? C’était votre génie qui nous a permis de nous en sortir pas vrai ? » Ça y est, les questions.

Et mon honneur qui saigne.

« Oui. » Ce n’est pas un mensonge de mon point de vue.

Je plante ma hallebarde au sol et observe les douves gorgées de sang.
Il y a un an, ce n’était pas une coïncidence, ni un coup de chance, ni même un acte de clémence ou une manœuvre politique.
Je dis ça, parce que beaucoup de gens oublient qu’à la base, une manœuvre politique désigne une façon d’aborder la chose publique, de gérer les affaires de l’Etat. Car une coïncidence ça n’existe pas pour un stratège, c’est un geste qui n’a pas pu être interprété correctement, tout comme la clémence n’existe pas entre un homme et un chien. Tout simplement parce que certaines choses peuvent s’avérer extrêmement biaisées en fonction du point de vue.
Un exemple tout con ; le fait que le seigneur Asano m’ait sauvé la mise il y a un an est une manœuvre politique pour lui et sans doutes pense-t-il que je lui dois beaucoup. Ce qui expliquerait aussi pourquoi il ait été déçu par mon manque de manières, de l’autre côté pour moi ce n’était pas un acte altruiste, mais bien une simple façon de pérenniser ses intérêts. Je ne lui dois rien parce que ce n’est pas un acte désintéressé.
Evidemment si je lui dis ça de cette façon, il va hurler et s’indigner de mon manque d’honneur. C’est en partie pour ça que j’ordonne à plusieurs de mes hommes de fouiller la chambre de notre victime, ainsi que de me faire part de toute découverte de richesses. Parce que j’ai en horreur les petits serpents qui pensent pouvoir s’en tirer à bon compte, en prétextant qu’ils m’ont sauvé la vie alors que ce n’était même pas une faveur de mon côté.
Si je nourris et héberge une orpheline de guerre, ça ne me donne pas le droit d’en faire mon esclave sexuelle personnelle, tout simplement parce que ce ne serait rien pour moi si ce n’est quelques piécettes lancées au fond de la rivière.
Je suis en colère contre Asano. Pas parce qu’il s’est servi de moi comme d’un outil, c’est exactement ce que je fais avec mes hommes dans le fond, mais bien parce qu’il pense que sous prétexte que j’ai été utile à ses intérêts, je vais devenir une petite pute servile qui acceptera gentiment que son saké coule le long de ma gorge. Il me prend pour une idiote qui devrait être humble et reconnaissante de ne pas m’avoir tué alors que, dans le même temps il se préparait à m’envoyer à pleine puissance sur le seigneur Aramusha.

« Nous avons trouvé de l’or. Beaucoup d'or. » Parfait.
« Kanade ? » Ma sœur se fige. « Réunis les hommes, qu’ils soient en formation lorsque nous irons voir le seigneur Asano. » Elle s’exécute en silence.

Non, ce qui me chagrine, ce n’est pas d’avoir été bernée, ça arrive même aux meilleurs, non. Ce qui me motive à préparer ma vengeance, c’est bien le fait qu’on se soit fichu de moi et qu’on daigne me réclamer le respect sans même en donner en retour.
J’ai été sotte de croire que je pouvais attendre le respect de la part d’un type qui possède l’ascendant sur moi, mais lui a été idiot de penser qu’on pouvait me traiter comme une pouilleuse. Je dirige des hommes depuis un long moment, même si je suis heureuse d’être en vie, je suis déçue de me savoir soi-disant redevable auprès d’un mauvais seigneur. En particulier un qui pense que je vais rester docilement à sa botte après le manque de respect criant envers moi ; l’honneur est une laisse très fragile, mais surtout, une laisse dont n’importe qui peut se libérer à n’importe quel moment. Ce n’est pas en tirant dessus qu’on renforce sa prise sur ses redevables, bien au contraire. Mais ça, il faut avoir été des deux côtés de celle-ci pour le savoir, le comprendre.
C’est comme gagner au Shogi face à un Kage : si je suis réservée, je peux espérer des compliments, alors que si je me montre mauvaise gagnante la seule chose que j’aurai c’est son ire. La même ici.
Je vais tuer Asano, pas parce qu’il m’a laissé partir il y a un an.
Je vais l’anéantir pour m’avoir manqué de respect en face de mes hommes, pour avoir pensé que j’étais une petite cheftaine reconnaissante d’avoir des contrats.
« Nakai ? » Mon subordonné se fige. « Tu connais la différence entre un brigadier et un brigand ?
-Non, mais je suppose que vous allez me l’apprendre.
-Il n’y en a aucune. »

Un brigadier, c’est un mercenaire qui s’est trouvé un seigneur à servir en temps de guerre. Un brigand, c’est ce même homme mais en temps de paix, quand plus aucun seigneur ne veut de lui et qu'il est temps de se reconvertir.

« Tu peux ressortir ton sabre de son fourreau, nous n’avons pas encore eu assez de sang aujourd’hui. »

Nous allons à l’extérieur de la citadelle.
Le seigneur Asano me regarde avec un air sombre, toujours sur son destrier tandis que mes hommes fourbus par la bataille observent la petite escorte du seigneur. Ils sont peu nombreux comparés à ma troupe, trop peu nombreux même.

« Où est mon paiement Asano ? »

J’aurais pu hurler voilà jusqu’où je peux aller que l’effet aurait été le même. Mon employeur grince des dents devant un tel manque de respect, tout comme m’appeler par mon prénom alors que c’est moi qui ai fait le gros du travail était inapproprié. S’il veut tutoyer quelqu’un, il n’a qu’à parler à son page, mais pas à moi.

« Il arrivera demain. Vous n’êtes pas si pressée de nous quitter n’est-ce pas ?
-Si. »
Je franchis le point de non-retour. « Vous m’interpellez comme si j’étais une servante docile et me donnez des ordres comme à un de vos samouraïs, sauf que ce n’est pas le cas. Parce que j’ai plus d’hommes que vous, qu’un mercenaire n’a qu’un devoir de loyauté envers son employeur que tant qu’il y a paiement, là à l’instant vous m’annoncez que vous allez être en retard pour mes frais. » Je soutiens son regard.
« Comment osez-vous…
-J’ose parce que je peux me le permettre. Parce qu’il y a un an nous avons perdu tous les deux les trois quarts de nos effectifs et que vous avez choisi de ne pas me poursuivre. Aujourd’hui, vous vous attendez à ce que j’écrase mon front contre le sol en vous remerciant d’avoir été sujet de votre clémence. Sauf que ce n’était qu’une manœuvre politique à votre avantage et vous m’avez tenue rigueur de ne pas avoir joué le jeu tout à l’heure, quand vous m’avez parlé comme à un clébard.
- Evidemment, vous êtes à la bande d’une armée de mercenaires crasseux et affamés, même pas bons à être rônins.
-En effet. C’est bien pour cela qu’un an plus tard ma bande a retrouvé sa taille normale, là où votre hatomoto est quasiment l’unique armée qu’il vous reste. Sinon vous ne m’auriez pas engagé pour tuer Aramusha. Mon salaire. Maintenant. »
La tension est palpable. « Ce que j’attends de vous, Asano, c’est que vous baissiez les yeux et que vous me remerciez d’avoir daigné accepter cette sale besogne. Parce que c’est vous qui me devez des dettes.
-ASSEZ ! »
Il tire son sabre.

Je suis plus rapide et surtout, une hache n’a pas de fourreau, elle vient déchirer la gorge de son destrier qui s’écrase au sol dans un gargouillis sanglant. Mes hommes foncent sur ses troupes, le carnage tourne très vite en notre faveur.
Je m’assois sur la carcasse du cheval, alors que mon employeur est coincé en dessous. J’empale sa main libre de la pointe de mon arme.

« Vous allez mourir sur ce sol froid et ensanglanté, tout ça parce que vous avez cru que j’étais une idiote qui croit en l’altruisme. C’est dommage pour vous qu’Aramusha ait été un avare ; tout l’or qu’il cachait dans son château est à moi, car j’ai accepté un dernier contrat de lui avant de le tuer. Vous auriez dû vous souvenir de vos origines Asano, un samouraï il y a fort longtemps c’était un mercenaire qui protégeait des fermes pour de l’argent. Au lieu de ça, dans votre hypocrisie de seigneur vous avez perdu de vue que les mercenaires en temps de guerre, sont aussi les bandits des temps de paix. A cause de ça, vous avez cru que j’étais un petit soldat de plomb qu’on pouvait jeter à la rivière une fois que l’on n’en avait plus usage. Mes soldats me révèrent parce que je les mène à la gloire et à l’argent, les deux seules choses qu’ils cherchent. Pas parce que je suis un modèle, je connais ma place et mes privilèges. Vous auriez dû vous souvenir de la vôtre. Surtout face à moi, votre sang bleu coule aussi bien que mon sang rouge.
Adieu, idiot. »


Je récupère ma hache et fais mon office de bourreau.
Un Kisho honore toujours ses contrats, même si son employeur est mort.


Derrière l'écran
PSEUDO : Lys
ÂGE : 18 ans
CONNU PAR : Top site
AUTRE CHOSE ? TC de Kisho Nobushi qui va la remplacer vu qu'elle va disparaître durant l'event. pig
Revenir en haut Aller en bas
Correcteur
Messages : 1130
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Kisho Benkei Mar 18 Sep - 18:54
Bienvenue pour la 4ème fois, Ex-Nobushi/Takeshi/Arano/Benkei !

Sans plus attendre, voici ton test RP :

Test RP :
 
Revenir en haut Aller en bas
Kisho Benkei
Kisho Benkei
Indépendant
Messages : 489
Date d'inscription : 20/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Intendante - B
Ryos: 383
Expérience:
Kisho Benkei Left_bar_bleue979/1200Kisho Benkei Empty_bar_bleue  (979/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Kisho Benkei Mer 19 Sep - 13:01
Test RP posté et en attente de correction.
Revenir en haut Aller en bas
Correcteur
Messages : 1130
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Kisho Benkei Mer 19 Sep - 15:50


Kisho Benkei Pq2c


Test-RP et originalité

Honnêtement, je me suis régalé. Ce test RP est vraiment génial, on se sent impliqué dans le personnage, on comprend la raison de chacune de ses actions et tout est tellement bien imagé. Tu as plutôt bien respecté le thème, et je t'en félicite. Je dois avouer aussi une certaine admiration, je trouve que tu joues ton personnage à merveille !



Orthographe et grammaire

Tu t'es plutôt bien débrouillé sur ce test RP, il n'y a que très peu de fautes. De plus, tu fais preuve d'une bonne utilisation du français, des figures de style, et un respect de la syntaxe et de la ponctuation.



Avis général et verdict

Test RP bien mené, je te valide donc Genin de rang D Jounin de rang B et Intendante du clan Kisho ! C'est tout frais, c'est de bonne qualité, c'est cadeau !



Bon RP !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Votre Personnage :: Présentations :: Fiches Présentations :: Présentations Validées-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.