:: Zone Rp - Le Sekai :: Autres Régions :: Clan Yamanaka Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les dernières candeurs de l'été [ft. Sayuri]

avatar
Yamanaka Ao
Indépendant
Messages : 92
Date d'inscription : 24/08/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: A
Ryos: 613
Expérience:
417/2000  (417/2000)
Voir le profil de l'utilisateur





Les dernières candeurs de l’été
ft. Sayuri
« ... Tu veux des tartelettes aux fruits? »




Les dernières ardeurs de la saison, le soleil de cinq heures du soir cogne à ma fenêtre. Les lueurs s'infiltrent dans ma chambre, coulent le long de mes murs, luisent dans ma tasse de thé. La plume au bout du doigt, le regard qui se cambre, mes pensées s'échappent dans les nuages noircis qui se glissent dans le ciel. Sauf que... ce ne sont pas des nuages...

« ...oh, c'est déjà ce temps-ci... »

Une pensée me frôle en petite criminelle, sachant comment allumer la flâme de mes souvenirs de gâmin. Les bonbons, la musique légère de l'été, les jeux d'enfants, les cracheurs de feu... J'entends encore les vifs brasiers du festival dansant du soleil, le goût des brochettes de viande se crampone encore à ma langue, après des années.

... Ah, et puis merde!

C'est avec grand regret que j'abandonne mon rapport de mission pour enfiler mon kimono rouge, me coincer dans mon obi vert, puis abuser mes cheveux avec mon épingle en or. Coincé de partout, mais particulièrement enjoué, je me glisse hors de la maison, me ravissant déjà devant l'idée que mon seul véritable regret serait l'apparition de poignées d'amour. Après tout, toute résistance est futile quand on parle de la recette de tartelettes aux fruits des aînées du clan.

***

C'est en claquant rapidement des sandales sur le sol que j'attendais ta réponse à la porte, sachant très bien que tu étais rentrée d'une mission il y a quelques jours et que tu ne peux pas déjà être repartie. Si moi, je préfère les travaux rapides et faciles, toi en revanche tu ne discrimines pas; j'en viens souvent à me dire que plus ta mission te fait souffrir, que plus tu pars longtemps, plus le jeu en vaut la chandelle dans ton cas. J'avais déjà cogné doucement deux fois, et tu sais bien que c'est dans mes cordes de continuer, quitte à y passer la soirée.

J'entends tes pas, je tape encore du pied sur le chemin terreux, tout chaud de la belle journée d'été. Ce n'est que lorsque tu finis par ouvrir que j'arrête, en profitant pour ajuster le petit panier en osier que j'ai attrapé à la hâte en sortant de chez moi, puisque je comptais bien me ruiner dans les jeux, dans les conserves, et dans les réserves de nourriture séchée.

« Salut Sayuri! ... Je sais que tu es en congé, mais je m'étais dit que tu aurais peut-être envie de venir avec moi au festival d'été? » Je souris, un peu timide face à ma propre demande, sachant que normalement, je vais faire mes petits tours tout seul de mon côté. « On pourrait aller trouver quelque chose à manger et regarder la parade des feux follets? Ça t'intéresse? »


Fiche par (c) Miss Amazing
Crédit image : ©️️ ForgottenPantaloons
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Yamanaka Sayuri
Indépendant
Messages : 117
Date d'inscription : 21/08/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Rang A
Ryos: 175
Expérience:
479/2000  (479/2000)
Voir le profil de l'utilisateur

ft. YAMANAKA Ao

Un après-midi désagréable, un équipier embêtant, un festival imprévu

Festival improvisé




La soirée tire à sa fin. Appuyée contre le mur tu finis d’ajuster un dernier bandage, gracieuseté de ta dernière mission. Tes yeux s’accrochent au ciel rougeoyant d’une agréable fin d’après-midi. La chaleur de t’enveloppe toute entière et l’humidité de l’air fait frisotter la pointe de tes cheveux.
Tu inspires lentement. Tous les muscles de ton corps sont crispés, ton esprit est encore sur le qui-vive de ta mission, ton être tout entier est prêt à réagir à une attaque surprise. C’est bien l’effet qu’on les longues missions sur tout ton organisme. Pourtant, tu comptes repartir très bientôt. Aussitôt tes blessures guéries tu reprendras la route. Cette chambre impersonnelle ne te sied pas.
Le vent agite les feuilles du grand arbre près de ta fenêtre. L’épuisement de corps laisse ton esprit dans un état de bien-être. Oui, être sur le qui-vive, être prête au combat te fait ressentir un bien-être. Tu as l’impression de servir ta cause, ton devoir, la raison même de ton existence. Tes doigts glissent sur les draps de ton lit, alors que le doux visage de ta mère te vient à l’esprit. Sournois, indélébile, omniscient, il t’apparaît toujours dans un moment de faiblesse, lorsque ton esprit est à son plus faible, lorsque ton cœur cherche inconsciemment le repos.
Tu n’as pas envie de rester avec elle. Pas aujourd’hui. Pas demain. Tu veux l’oublier l’espace de quelques jours, le temps que tu panses cette plaie béante qu’elle a laissé en disparaissant de ta vie.
Pourtant, la nostalgie s’accroche à toi, un étau vidant l’air de tes poumons, un masque cachant la lumière du jour.
Respirer devient de plus en plus difficile.
Ta vue se brouille.
Pourquoi ?
Encore aujourd’hui l’évocation de son existence, même lorsque ce n’est que la manifestation de ton subconscient, met tes sens à vifs, te force à ressentir le vide et le froid.
Le son d’un visiteur à ta porte t’arrache à tes pensées, à ta désagréable introspection. Tu tentes de l’ignorer. Tu ne veux pas avoir à interagir avec le genre humain. Le son continue. Encore. Sans arrêt. Le tapement d’une sandale sur le sol. Cette personne est impatiente, mais tu t’en fous. Tu veux la paix, être seule pour gérer l’apparition impromptue de son visage dans ta tête.
Mais la présence persiste. Qui est-ce que ça peut bien être ? Tu ne connais qu’une seule personne qui puisse orchestrer une telle patience bornée envers ta personne. Ao. Il n’arrêtera pas. Tu le sais. Il est comme ça.
Un grognement s’échappe de toi alors que tu te lèves péniblement de ton futon pour ouvrir la porte. Aussitôt ouverte, Ao ouvre la bouche. Mais qu’est-ce que cette histoire ? Tu ne veux pas y aller. Ce festival ne t’intéressait pas (encore moins lorsque tu te rappelles la dernière fois que tu es allée dans un événement du genre).
Pourtant, ton équipier ne laissera pas tomber et tu n’as pas envie d’argumenter avec lui aujourd’hui.

« Deux heures. Pas plus.»

Tu refermes la porte derrière toi, t’assurant de la verrouiller au passage. Tu es consciente que tes yeux sont vaguement rougis et que ton pansement sur ta joue n’est absolument pas discret. Tu n’aimes pas te balader en public de la sorte, mais tu devras bien t’y faire, pour les deux prochaines heures du moins.
Tu es déchirée entre l’envie d’être seule et le soulagement coupable de ne pas l’être. Tout est tellement plus facile en mission. Tu n’as pas à t’incommoder d’émotion de la sorte.
Le festival n’est pas très loin. Ton compagnon et toi arrivez assez rapidement sur les lieux. Ton regard s’arrête sur une petite échoppe vendant quelques sakés exotiques.

« Je vais là-bas. »

Tu n’attends pas l’accord de ton partenaire avant de te diriger vers l’échoppe pour y acheter quelques bouteilles. Les sons qui t’entourent te font raidir. Les bains de foule ne sont pas ton fort, lorsque tu ne joues pas le jeu, lorsqu’une mission n’accapare pas tout ton esprit.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Yamanaka Ao
Indépendant
Messages : 92
Date d'inscription : 24/08/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: A
Ryos: 613
Expérience:
417/2000  (417/2000)
Voir le profil de l'utilisateur





Les dernières candeurs de l’été
ft. Sayuri
« ... Tu veux des tartelettes aux fruits? »




C'est devant ce genre de situation que je me rends compte que je suis taillé du mauvais bois. Je marche à ta suite, ton humeur froide m'incite à me taire pour un moment. On n'est pas en mission, il n'y a pas de ligne directrice quant au comportement que l'on doit impérativement adopter; c'est justement pourquoi c'est si difficile de savoir comment agir devant quelqu'un de frigide.

« ... »

En même temps, je peux comprendre; tes actions sont ce que tu subis, c'est tout. C'est normal.

Tu n'es pas «la rebelle du clan» pour rien, je le sais bien. J'ai souvent entendu parler de toi, même quand j'étais jeune, de «la petite qui n'a pas de papa», de «celle aux cheveux roses»
et de «l'enfant de Tsubaki». Pourtant, je n'ai appris ton nom que lorsque j'ai été jumelé avec toi, que je l'ai entendu de ta bouche à toi. C'est tout.

Les Yamanaka sont subtils, c'est vrai, mais ils sont loin d'être les plus savants. On cultive des arts spéciaux, mais il reste que nous sommes l'un des clans les plus orgueilleux. Je n'oserai peut-être jamais le dire, mais tu sais que tu fais partie de la famille; ce ne sont pas tes cheveux qui feront changer ça. Ta volonté implacable à être forte, utile, importante, c'est ce qui fait de toi une Yamanaka.

Je te regarde partir, j'attends de voir. Un stand à boissons n'est pas mon fort, mais je ne veux pas que mes prochains mots soient un discours moralisateur comme quoi la modération et la sobriété gardent l'esprit clair. De mon côté, je zieute les bonbons à l'eau de rose et les thés aux fruits pendant un moment.

Pourtant, je remarque facilement dans quel état tu es; tu es nerveuse. Tu n'as pas l'air de vouloir partir, mais tu n'es définitivement pas à l'aise parmi ceux qui passent. C'est en m'immiscant dans la foule que je comprends pourquoi. Beaucoup de bruit. Pas bon pour quelqu'un toujours sur le qui vive. Je finis mon chemin à côté de toi, souriant grandement; je voulais essayer de te changer le moral.

« Si tu veux, on pourrait aller manger des grillades ou un sauté dans les petits restaurants; à cette heure-ci, on devrait avoir la paix. Est-ce que tu as faim? »


Fiche par (c) Miss Amazing
Crédit image : ©️️ ForgottenPantaloons
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Yamanaka Sayuri
Indépendant
Messages : 117
Date d'inscription : 21/08/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Rang A
Ryos: 175
Expérience:
479/2000  (479/2000)
Voir le profil de l'utilisateur

ft. YAMANAKA Ao

Un après-midi désagréable, un équipier embêtant, un festival imprévu

Ambiguïté




Tes yeux glissent sur les différentes bouteilles, alors que les arômes subtils d’alcool te montent au nez. Tu arrives à en reconnaître quelques-uns, mais tu n’es pas infaillible, ton nez à des limites. Tu souris très légèrement. Le saké a toujours eu sur toi cette effet apaisant. Il a toujours su dénoué le nœud que tes muscles créaient entre tes omoplates lorsque la tension était trop élevée.
Tu décides d’acheter deux bouteilles de ton favori. Tu voudrais déjà être rentrée, pouvoir boire ta boisson sous la lune, près du lac derrière le domaine.
Un passant effleure ton épaule tentant d’attraper tu ne sais trop quoi derrière toi. Immédiatement, tout ton corps se fige. Tu attends simplement qu’ils s’éloignent. Quelle idée d’être venue ici …
Ao le voit, il le sent. Au fil des missions, il en est venu à te connaître un peu, à reconnaître ton malaise des foules et des gens. Un restaurant, il te propose un restaurant. Quelque part de peu fréquenté à cette heure du soir.
Tu opines lentement de la tête. Oui, une excellente idée, loin des gens, loin des sons.
Ton pas est pressé, tes talons claquent le sol rapidement. Tes yeux scannent la foule sans cesse à la recherche d’une menace. L’échine droite, les sourcils froncés, tu entres dans le restaurant.
Le regard de la serveuse se plante sur le pansement, avant qu’elle ne détourne les yeux réalisant l’impolitesse de son action. Elle vous guide à une table, et vous offre, à chacun, un menu et un verre d’eau.

« Merci. »

Tu n’en dis pas plus, mais tu espères qu’il va comprendre que tu reconnais son effort. Tu prends quelques instants pour décider de ton repas.

« Pourquoi faire ça ? Aller au festival, je veux dire. Pour m’inviter d’ailleurs ? Ce n’est pas une mission ou quoi que ce soit, alors pourquoi ? »

C’est un concept qui t’échappe. Celui où des gens voudraient de leur plein gré passer un peu de temps avec toi, avec toi qui ne porte pas de masque ou qui ne cherche pas à plaire. Tu le sais, tu n’es pas une personne agréable à fréquenter. Toi, ça ne te pose pas de problème, tu es habituée de vivre avec toi-même et ton mauvais caractère, mais pourquoi Ao veut-il s’imposer ça ?

« Je ne comprends pas, Ao. Ce n’est pas . . . Je veux dire que . . . »

Tu ne termines pas ta phrase. Tu ne veux pas vraiment savoir. En fait, maintenant que tu as parlé, tu as peur qu’il réalise que lui-même ne veut pas passer de temps en ta présence.
Non, mais à quoi penses-tu ? Tu ne voulais pas venir à ce festival, alors pourquoi t’inquiètes-tu de te faire abandonner ? S’il part tu pourras rentrer et enfin boire tes bouteilles de saké . . .
Mais tu serais seule. Tu serais seule face à ta mère et son visage, face à ton obsession, face à tes échecs et tes peurs. Tu n’as pas d’amis (ne mentons pas, c’est toi qui l’aie voulu ainsi) mais si on te posait la question, Ao serait la personne la plus près de ce titre que tu connaisses.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Yamanaka Ao
Indépendant
Messages : 92
Date d'inscription : 24/08/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: A
Ryos: 613
Expérience:
417/2000  (417/2000)
Voir le profil de l'utilisateur





Les dernières candeurs de l’été
ft. Sayuri
« ... Tu veux des tartelettes aux fruits? »




En voyant la dame nous mener à l’une des tables de l’entrée, je décide de passer une petite intervention, histoire d’éviter l’embarras. «Une table au fond, s’il vous plaît!» En choisissant une table du fond, on évite au moins le risque que tes nerfs te jouent des tours. Pour m’assurer que tu ne sois pas trop nerveuse, je te laisse au moins la place du fond, que tu aies vue sur la salle, au cas où tu te sentirais coincée, sans pour autant laisser mon intention paraître. Il fallait le savoir, ce genre de détail est ma spécialité, probablement parce que je n’ai pas besoin de particulièrement me dévoiler.

«C’est surtout qu’y aller seul, c’est assez ennuyeux. Ça, et le fait que si le but est qu’on soit une équipe soudée, il faut au moins apprendre à se connaître un minimum,» dis-je, décortiquant rapidement le menu des yeux. Une salade très simple, suivie de grillades de boeuf avec un peu de riz blanc, puis du thé froid sucré; ça fait parfaitement l’affaire de mon côté.

J’hésite beaucoup, incertain de la phrase qui me vient, mais je finis quand même par la laisser passer, tout bonnement: «Puis, y’a de quoi devenir folle, à rester enfermée chez soi toute seule et partir en mission comme ça, sans jamais se reposer.» En te regardant dans les yeaux, ou essayant du moins, je lève la main pour passer avec rapidité la commande de ma salade et d’un peu de thé à la serveuse, qui passe vite. Une fois fait, je retourne à mes affaires. Je fouille dans mon panier, déjà pratiquement rempli à moitié, pour en ressortir quelque chose qui m’est tombé sous la main pendant ma petite ballade au stand floral quand j’ai acheté mes bonbons et mon thé. Je reprends rapidement mon placotage en me redressant.

Je glisse sur la table une petite boîte, je te laisse le soin de l’ouvrir. C’est une broche à cheveux avec un camélia en tissu accroché dessus. «En passant, j’ai trouvé ça au stand où j’étais, je me suis dit que ça pourrait te faire plaisir, tu voles toujours les fleurs du jardin pour les mettre dans tes cheveux avant de partir en mission.» Je souris, prennant quelques gorgées de mon verre d’eau.


Fiche par (c) Miss Amazing
Crédit image : ©️️ ForgottenPantaloons
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Yamanaka Sayuri
Indépendant
Messages : 117
Date d'inscription : 21/08/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Rang A
Ryos: 175
Expérience:
479/2000  (479/2000)
Voir le profil de l'utilisateur

ft. YAMANAKA Ao

Un après-midi désagréable, un équipier embêtant, un festival imprévu

Réalisation




Ao était attentionné ou peut-être simplement observant. Il savait comment te mettre à l’aise, même dans une situation où tu te sens piégée, stressée, acculée dans un mur. Il sait comment amoindrir la tension qui traverse chaque parcelle de ton être, t’offrant une table au fond avec une vue sur l’ensemble du restaurant.
Il veut, par lui-même, lier avec toi. Il veut voir votre équipe être soudée. Tu le regarde, surprise, clairement confuse. Il parle comme si tu importais réellement, mentionne ton rythme de vie effréné, tes missions. C’est bien la première personne qui te mentionne que ton existence n’est pas seulement que d’enchaîner des missions.
Quand ? Quand est-ce que tu étais devenue quelqu’un et non seulement une arme ? Quand est-ce qu’Ao avait-il laissé une marque dans ta vie ? Quand étais-tu entrée dans sa vie suffisamment pour qu’il veule de lui-même créer un lien ?
Lorsqu’il commande sa salade, tu en profites pour commander quelques grillades et une boisson et un autre saké qui a attiré ton attention dans la liste. Il faudra bien, un jour, changer tes habitudes de vie avant de te tuer sous les bouteilles de saké, mais, ça ce n’est pas pour ce soir.
Il te tend une broche. Un camélia rouge. Tes yeux se braquent dans les siens. Une vague d’émotions te secoue de l’intérieur. Ta lèvre inférieure tremble un peu. Tes yeux se remplissent de larmes que tu ne laisses pas couler, probablement par orgueuil.
Un camélia, le sens même du nom de ta mère. Ta mère qui te manque tellement en cette soirée. Tu inspires, un souffle tremblant, chargé. Tu ne sais pas si c’est voulu de t’émouvoir ainsi. Du bout des doigts tu caresses le petit accessoire.

« Tu … tu es certain ? Je veux dire … Ce. »

Tu n’as pas de mot pour tes émotions. C’est comme si Ao avait su exactement comment toucher les parties les plus sensible de ton âme, de ta personne. Peut-être est-ce dû au fait qu’il soit un Yamanaka, qu'il soit habitué lui aussi à étudier les gens, mais quoi qu’il en soit, c’est à ce moment-là que tu réalises qu’il est bel bien entré dans ta vie. Avec ou sans ton accord il est bel bien là, et il semble vouloir y rester.

« M … Merci. Je hum … Désolée pour tes fleurs. Si … Si jamais … Enfin. J’ai un peu de temps lire avant de repartir pour ma prochaine mission, je peux venir donner un coup de main au jardin … Enfin, je ne veux pas m’imposer. »

Ta voix baisse après chaque mot pour se terminer dans un murmure à peine audible, comme si de simplement mentionner cette idée revient à jurer de la façon la plus odieuse que tu puisses imaginer.

« Oublie. Laisse tomber, c’est jusque que … Merci pour la broche, c’est …hum … apprécié. »





Revenir en haut Aller en bas
avatar
Yamanaka Ao
Indépendant
Messages : 92
Date d'inscription : 24/08/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: A
Ryos: 613
Expérience:
417/2000  (417/2000)
Voir le profil de l'utilisateur





Les dernières candeurs de l’été
ft. Sayuri
« ... Tu veux des tartelettes aux fruits? »




Je manque de râler avec grande envie de te dire de te ressaisir, de me laisser garder mon travail de grosse chochotte, mais je vois bien que recevoir un cadeau, pour toi, c’est quelque chose de gros, et ce serait franchement déplacé d’en rire. Alors, je m’abstiens, disant simplement que «tu n’as pas à t’en faire, c’est juste un cadeau. Ce n’est pas un reproche non plus, on a bien assez de fleurs pour en donner, mais si tu veux venir m’aider un peu avec les jardins, tu peux.»

Après avoir fini de m’expliquer, j’essaie de laisser la poudre retomber, de lâcher l’affaire et de me pencher sur un autre sujet, puisque je ne veux pas que tu te sentes trop mal. On m’apporte justement mon thé et ma salade, me laissant la chance de demander mes propres grillades lorsqu’on t’apporte ton alcool.

Je souffle sur mon thé, fouillant dans mon panier pour prendre un peu de cristaux de sucre que je viens de me procurer. On peut les manger comme des bonbons, ou les ajouter à du thé pour le rendre plus doux et savoureux. Ce que je fais, effectivement. «Oh!» Oui, c’est vrai, tu repars en mission bientôt, j’avais presque oublié!

«Au fait, est-ce que tu es au courant de l’objectif de ta mission, déjà? Si tu as besoin d’un effectif de plus, je pourais probablement venir avec toi.» En vérité, le climat à la maison n’est pas le meilleur ces temps-ci, et je veux impérativement éviter d’endurer la mauvaise humeur de mon père. Ma mère veut partir quelques semaines chez certaines soeurs et cousines, et je voulais essayer de sortir de notre petit village. «J’ai entendu parler qu’un village est tombé sous la direction d’un chef un peu trop stricte qui brise l’économie de son peuple. Tu en as entendu parler? On m’a dit que le clan cherchait quelqu’un à envoyer.»

J’attaque avec lenteur ma salade, surtout préoccupé par mon thé sucré. J’en profite pour regarder un peu autour de moi, pour m’assurer que personne ne soit autour entrain de nous épier. S’il y avait quelqu’un, j’allais le repérer extrêmement rapidement.


Fiche par (c) Miss Amazing
Crédit image : ©️️ ForgottenPantaloons
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Yamanaka Sayuri
Indépendant
Messages : 117
Date d'inscription : 21/08/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Rang A
Ryos: 175
Expérience:
479/2000  (479/2000)
Voir le profil de l'utilisateur

ft. YAMANAKA Ao

Un après-midi désagréable, un équipier embêtant, un festival imprévu

Appréciation



Clairement, ce n’est pas autant significatif pour Ao de t’offrir cette broche que ce l’est pour toi, de la recevoir. Il te répond que tu peux venir aider dans les jardins si tu le désires. À cette réponse, ton visage s’illumine un peu.
Tu regardes l’accessoire que tu as maintenant au creux de te main. Te le serres entre tes doigts, sans trop y mettre de force, surtout pour le sentir bien calé dans ta main, comme un encrage. Ao n’ajoute rien. Il te laisse gérer la vague d’émotions qui déferle dans toi. Tu n’as pas l’habitude de ce genre d’attentions, ce genre de réactions chez ceux qui s’adressent à toi, la toi qui ne joue pas un jeu pour plaire, évidemment.
La serveuse apporte le thé et la salade d’Ao ainsi que ton saké. Tu le regardes ajouter du sucre dans son thé avant de siroter ton alcool.
Il mentionne ta prochaine mission. Mais toi-même tu ne sais pas laquelle tu auras, tu n’as pas encore reçu le briefing. Mais Ao semble en avoir une particulière en tête, peut-être demanderas-tu d’avoir celle-là. Ce que tu sais avec certitude, c’est que tu lui es reconnaissante qu’il n’insiste pas sur la broche ou sur ta réaction quelque peu exacerbée.
Tu te sens de nouveau calme, ton esprit apaisé par le goût de l’alcool et le silence à ta table. Tu as l’impression de t’être recentrée, d’être capable de réfléchir sans te sentir envahie par toutes ces émotions que tu ne sais toujours pas comment gérer.

« Ça me dit vaguement quelque chose. Si tu veux, je peux demander pour celle-là, elle correspond mieux à notre style, de toute façon. »

Tes yeux passent sur la salle rapidement, alors qu’Ao mange lentement sa salade. Tu n’ajoutes rien, réfléchissant à cette mission.

« Pour cette mission en particulier, je ne crois pas que la faire seule sois une bonne idée, alors effectivement je devrai demander ta présence. Mais avant de se lancer, j’ai quelque chose que j’aimerais te montrer. On peut considérer ça comme un remerciement pour le Shunshin que tu m’as appris. Par contre, ça ira à une autre fois ; j’ai des préparations à faire avant de commencer. Tu devrais y arriver en quelques jours, si ce n’est pas moins. »

La serveuse pose devant vous les grillades que vous avez commandées. Tu souhaites le bon appétit à ton équipier avant de commencer à ton tour de manger. Du poulet grillé et du riz. En prenant la première bouchée, tu réalises que tu n’avais presque pas mangé de la journée …



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Yamanaka Ao
Indépendant
Messages : 92
Date d'inscription : 24/08/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: A
Ryos: 613
Expérience:
417/2000  (417/2000)
Voir le profil de l'utilisateur





Les dernières candeurs de l’été
ft. Sayuri
« ... Tu veux des tartelettes aux fruits? »




La femme se rapproche, j’arrive à la percevoir clairement, même avec mon visage vautré dans ma salade. Je termine ma bouchée lentement, cachant d’une main ma bouche de glouton pour remercier la dame qui approche, chargée de deux gros plats de grillades. Je finis le peu qu’il reste de ma salade pour pouvoir manger mon repas et te répondre.

C’est vrai, on a été jumelé pour des missions de ce genre, et je ne suis pas surpris que tu en saches un peu plus que moi. Je suis même certain que tu avais déjà un plan en réserve, au cas où. Te connaissant, je sais aussi que tu me promets une des situations les plus glauquissimes et je me vois déjà dans une tombe, une soue à cochons ou dans un buisson d’orties. Peut-être même pire: avec ma chance, tu vas foutre en l’air mon teint de porcelaine et je vais avoir l’air accidenté.

Je sépare mes morceaux de boeuf grillé pour les mélanger au riz blanc. Mon assiette me fait vaguement penser à la complicité entre toi et moi, honnêtement. Tu serais probablement la chair de notre stratégie, l’essentiel pour que la roue continue de tourner. Moi, je suis l’accompagnement, simple, fait pour rehausser ton propre potentiel, éviter que tu ne doives à chaque fois retomber sur les mêmes tactiques prévisibles, diversifier le goût de ton banquet mortel. Je suis quand même surpris que tu préfères le poulet au boeuf, et j’avoue me demander si ce n’est pas la raison de tes liens manquants avec les autres membres du clan. Tout le monde s’accorde à dire que le boeuf est la meilleure grillade. Je m’emporte.

«À t’entendre, tu as déjà pensé à un plan. Tu me tiens au courant du jour où tu vas aller collecter ta mission, et je t’accompagnerai. Pour la surprise, je me dis bien qu’on en ferait rien ce soir, j’ai déjà la soirée occupée avec le festival. Je veux juste savoir; est-ce que je devrais avoir peur?»

Je commence finalement à manger, lentement pour ne pas avoir l’air d’un monstre; si j’avais moins de contrôle, j’aurais fait de mon repas un punching bowl. Avec ma face. Après ta réplique, une pause s'installe dans la conversation, on prend chacun le temps de savourer notre repas. Ça nous laisse le temps de mettre de l'ordre dans nos plans, et ce n'est qu'après avoir fini de manger que je finis par demander quelque chose. «Est-ce que dans trois jours, tu serais disponible? Tu aurais le temps de faire tes préparations?»


Fiche par (c) Miss Amazing
Crédit image : ©️️ ForgottenPantaloons
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Yamanaka Sayuri
Indépendant
Messages : 117
Date d'inscription : 21/08/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Rang A
Ryos: 175
Expérience:
479/2000  (479/2000)
Voir le profil de l'utilisateur

ft. YAMANAKA Ao

Un après-midi désagréable, un équipier embêtant, un festival imprévu

Merci




Il mange du bœuf qu’il mélange à son riz. Tu regardes faire l’air absent. Tu penses à la mission. Plus tu y penses, plus elle t’intéresse. Dans ta tête tu échafaudes déjà les grandes lignes d’un plan.
Tu mange en silence écoutant les quelques mots qu’il dit. Après tout, tu n’as pas grand-chose d’intéressant à dire. Tu passes tout ton temps libre à t’entrainer où à te préparer pour une autre mission et tu sais que ce genre de chose n’est pas nécessairement le plus important pour Ao. Tu ne veux pas l’ennuyer non plus. De toute façon, le silence qui règne entre vous n’est ni lourd ni insupportable. Bien le contraire en fait. C’est un silence agréable, confortable. Le genre qui se partage entre bons amis qui se connaissent depuis toujours.
Tu aimes ça. C’est quelque chose de nouveau pour toi, mais tu aimes ça. Ce n’est pas comme avec ta mère, ce n’est pas comme lorsque tu tentes de séduire tes futures victimes. Ce n’est rien de ce genre.
Il te demande si dans trois jours, tu seras prête pour lui montrer ce que tu veux lui apprendre. Le coin de tes lèvres s’étire un peu alors que tu calcules dans ta tête le temps que ça te prendre tout mettre au point.
Trois jours, oui ça devrait le faire. Sera trois jours occupés, mais oui, tu seras prête.

« Oui, j’aurai le temps de tout préparer, je crois. Si jamais il y a changement je t’avertirai, mais je pense que tout sera bon … Repose toi d’ici là, tu auras besoin de tes forces. Ce n’est pas quelque chose de facile, tu vois … ça demande préparation. »

Tu fais signe à la serveuse et lui demandes la facture. Une seule. Tu te retournes ensuite vers Ao.

« C’est moi qui offre. Merci de m’avoir invité au festival. »

Bien que tu t’étais opposée à l’idée de venir à cet endroit au départ, tu ne pouvais pas t’empêcher d’avoir apprécier. Ao t’avais sorti de ta zone de confort et t’avait fait vivre quelque chose d’inattendu.
Tu lui souris lorsque la serveuse revient avec la facture et tu paies pour vous deux avant de te te lever et de quitter le restaurant.

« Ça fait déjà deux heures qu’on est ici. Je vais rentrer. Je dois préparer quelque trucs pour la technique et … Enfin. Amuse-toi. Bonne soirée. »



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Yamanaka Ao
Indépendant
Messages : 92
Date d'inscription : 24/08/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: A
Ryos: 613
Expérience:
417/2000  (417/2000)
Voir le profil de l'utilisateur





Les dernières candeurs de l’été
ft. Sayuri
« ... Tu veux des tartelettes aux fruits? »




... Bon.

Je peux déjà confirmer que ce sera une épreuve d’apprentissage, c’est déjà ça. Lorsque tu avances toi-même l’idée de payer, je ne fais qu’obtempérer, me disant bien que débattre de la situation ne mènerait à rien. Je vais seulement m’assurer que ça ne devienne pas une habitude, puisque ça deviendrait un problème. Néanmoins, pour le coup, je sais comment te couvrir un peu; en prenant mon panier avant de me lever, je laisse sur la table une ample portion d’un pourboire. Assez pour nous deux, c’est chose certaine.

«Ça fait plaisir, c’était amusant! Il me reste juste quelques broutilles à aller récupérer, aller voir la parade du feu, puis je vais rentrer; c’est l’affaire d’une heure, peut-être. » Je te suis vers la sortie, confirmant derrière moi d’un regard que la serveuse ait pris son pourboire, puis je passe la porte. C’est une fois dehors que je prends le temps de m’étirer un peu et de me dégourdir.

«Je vais venir cogner à ta porte vers 17h dans trois jours. Comme ça, tu pourras me faire un briefing, et si jamais il te reste des trucs à préparer je pourrai t’aider.» En te voyant, prête à partir avec ton sac en main, je te fais moi-même un signe de la main pour te saluer. «Bon, je te laisse. Passe une bonne fin de soirée, et à bientôt!»

Je pars alors de mon côté, te laissant faire de même. C’est en marchant au travers des rues tachetées des couleurs rosées du soir, au milieu des miens, que je finis ma course à nouveau vers les stands pour m’acheter les tartelettes congelées que j’allais presque oublier. Puis, j’allais regarder la parade des danseurs du feu, traçant mon propre chemin vers ma maison tranquillement, en terminant toutes les choses que j’avais à faire et à voir.

Par contre, la réalisation m’attrape lentement mais sûrement; si Sayuri et moi finissons par obtenir la mission, on aura à assassiner un dignitaire, peut-être même affronter son “garde du corps aux pouvoirs célèstes”... J’avoue moi-même qu’en mission, je suis généralement le moins confiant de mon lot, et j’ai tendance à choisir très consciencieusement mes missions. Parce que je suis une grosse chochotte. Enfin, c'est à voir; on trouvera sûrement un moyen d'éviter le pire.


Fiche par (c) Miss Amazing
Crédit image : ©️️ ForgottenPantaloons
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Autres Régions :: Clan Yamanaka-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.