:: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Vent - Kaze no Kuni :: Sunagakure :: Terrain d'entraînement Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ce Shirogane expert en corps-à-corps

avatar
Sahara Denya
Suna no Jonin
Messages : 192
Date d'inscription : 13/12/2017
Localisation : À Suna

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang B - Consterne même les chats
Ryos: 646
Expérience:
384/1200  (384/1200)
Voir le profil de l'utilisateur

Shirogane Ren &


Sahara Denya

Ma marionnettiste de fratrie






An 15,


été


Je franchis la porte peu après le coup de feu en compagnie de deux marionnettistes qui étaient mon frère et ma soeur. Étaient accrochés à leur ceinture quelques kunai acérés, une oche externe de shuriken, un tanto dans le fourreau de mon fraternel. Passer cette porte dans le sens de l'entrée leur permettait comme à moi de rendre visite à nos parents à qui ils parlaient moins souvent que moi. Les clients connaissant l'histoire du restaurant appréciaient le contact entre les propriétaires et leurs enfants qu'ils pouvaient observer lors de nos venues. Ma marionnettiste de génération déplorait toutefois que son clan d'adoption ne leur accordât pas plus de temps. Leurs sandales fabriquées aux frais du village étaient à présent imprégnées de l'essence de la fragrance des fourneaux. Maintenant dehors, nous avions tous trois un sourire nous ornant le visage tandis qu'un chat se baladait tranquillement sur un toit. Entrepreneurs et marchands étaient actifs dans leur commerce, s'agitant à droite et à gauche en abattant des heures de boulot. Dans la rue où nous marchions, j'avais l'impression d'encore sentir le parfum des bons mets de papa et maman.

Tubu, Libi et moi discutions de la situation politique actuelle, puis ils me firent savoir en quelques phrases qu'au sein de leur atelier, un jeune homme, fin cuisinier, excellait en taijutsu et cherchait à apprendre de nouvelles techniques. Inspectrice de métier, je connaissais bien des dossiers, bien des personnalités, mais l'anamour que me portaient bien des membres du clan Shirogane ne m'avait jamais donné envie de connaitre en profondeur les personnes qui composaient notre armée de manieurs de pantins.



Et vous avez pensé à moi ?




Mieux ! Ils avaient déjà parlé de moi à Ren, car tel était son prénom. Ren, marionnettiste. Je ne savais rien de lui, ce nom était aussi évocateur à mes oreilles que le néant, jamais shinobi affublé d'un tel blase n'avait été gravé dans ma mémoire. Cependant, je n'étais pas réconciliée avec les marionnettistes et tant qu'ils n'acceptaient pas que mes bras de pantin n'étaient pas un symbole de  rébellion à leur encontre, je n'étais pas ouverte aux interactions entre eux et moi, ne souhaitant pas me faire observer comme une bête de foire ou une suspecte de haute-trahison, aussi j'interrogeai ma fratrie sur l'attitude de notre homme, mais apparemment, il s'agissait d'un shinobi discret, voire secret, pas des lus sociaux et ils n'avaient pas tissé avec lui un profond lien mais ne connaissaient de lui que son aptitude à la cuisine et au corps-à-corps. Un renseignement peu engageant qui prêtait à réfléchir. Le désir de transmettre mes connaissances à quelqu'un qui pouvait me témoigner un mépris sans faille lors du partage n'avait rien de motivant et je le fis savoir à ma marionnettiste de famille. Pourtant, enseigner était une joie mais si c'était synonyme de tensions, je ne tenais pas à raviver une flamme qui brulait suffisamment fort et la blessure émotionnelle avait laissé une cicatrice plus profonde que je ne le croyais et à quelques occasions, lorsque je repensais aux événements passés, ma sève était presque en ébullition. Aussi, je fis savoir que je n'étais pas emballée, sachant qu'il connaissait mon nom et surement mon apparence. Je n'avais aucune idée dece à quoi je pouvais m'attendre. Nous fîmes encore un morceau de chemin ensemble, eux tentant de comprendre si j'étais prête à changer d'avis, moi encore réticente lorsque je poussai un hurlement au milieu de la rue, faisant se retourner les passants et venir aux fenêtres les habitants proches. Mes globes oculaires visèrent Tubu et Libi sous des sourcils froncés. Bras croisés, tapotant du pied, soufflant par le nez, je me pinçai la lèvre inférieure avant de jeter un regard plus détendu à mon frère et ma soeur, puis je bondis et disparus sur les toits. Sautant, sautant, sautant encore, je me dirigeai vers le terrain d'entrainement afin de frapper sur d'innocents poteaux.

Denya et un Shirogane, quel drôle de tableau. J'imaginais mal la scène se dérouler, c'eût été une première d'un spectacle intéressant si la pièce amenait à un dénouement heureux mais la situation de départ manquait de clarté et l'un des acteurs, moi, était réticent quant à l'idée de prendre son rôle et devenir protagoniste d'un échange verbal si le scénario proposait un partage froid et peu plaisant. Le projet n'allait surement pas arriver sur les planches, tandis que j'arrivais sur devant le bois qui n'attendait que des coups de pieds et de poings. Tout d'abord, j'étirai mon corps et commençai l'échauffement dans ma tenue blanche que j'affectionnais.



Code repris à MISS AMAZING et Aburame Hako.


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Vent - Kaze no Kuni :: Sunagakure :: Terrain d'entraînement-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.