:: Votre Personnage :: Présentations :: Fiches Présentations :: Présentations Validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sera Kaguya [FINI]

Invité
Invité
Sera Kaguya [FINI] Mer 10 Mai - 22:10
Invité



Sera Kaguya
NOM : Kaguya; Shishiro
PRÉNOM : Sera
GROUPE : Indépendant
GRADE : Jounin
RANG : A
SEXE :
ÂGE : 26 ans
SITUATION : Célibataire
FAMILLE : Fille unique née d'une mère artisane et d'un père anciennement guerrier, originaire du clan Kaguya.

Personnalité
QUALITÉS
Loyale
Combative
Coriace
Caractérielle
Autonome
Réfléchie
Franche
Intelligente
Méfiante
DÉFAUTS
Vulgaire
Ingérable
Hargneuse
Autoritaire
Solitaire
Intrépide
Négligée
Intimidante
Défauts
AIME
La chasse
La pêche
Les entraînements/les combats
L'exploration
La montagne
Les plantes
N'AIME PAS
La lâcheté
La compagnie des autres
La cupidité
Les ninjas
Les nuisances sonores
La sédentarité
AUTRES
Autre
Autre
Autre
PHYSIQUE
TAILLE :
1m77
POIDS :
67kg
PEAU :
Blanche
CHEVEUX :
Bruns, mèches blondes
YEUX :
Bleus
Forme/Autre
VISAGE :
Sera possède un visage allongé, ferme et anguleux, dépourvu de nombreux traits caractéristiques à l'âge, étant donné son Kekkei Genkai, Shikotsokumyaku.
CORPS :
Un corps athlétique, musculeux et sec, témoignant d'excellentes dispositions au combat et d'une vie sauvage.
AUTRE :
Etant donné ses pouvoirs, Sera se vêtit légèrement de sorte à ne pas abîmer entièrement ses vêtements lors de l'utilisation du Shikotsumyaku et des multiples danses de combat de coutume au clan Kaguya. Elle compose régulièrement ses propres armures partielles en se servant de ses os ou de ceux de ses ennemis tués au combat.
Histoire


KAGUYA SERA
昨日の花は今日の夢

NARUTO  
暁天 忍者

Assise sur les marches d'un petit perron en bois, une petite fille taillait quelques bouts de bois. A l'aube, les pétales de sakura rayonnaient déjà de leur couleur chaleureuse et apaisante. En toute quiétude, l'enfant sifflotait quelques mélodies tandis que son coutelas taillait le bois. Face à elle, il n'y avait qu'une étendue verdoyante, ornée de quelques arbres aux écorces mousseuses, bordant une rivière calme et limpide. Mais derrière elle, sur la terrasse parquée, un fauteuil à bascule grinçait et Jin Kaguya, père de Sera, l'observait depuis le dessus de son bouquin tout juste entamé, dissimulant le bas de son visage. Un léger sourire d'amusement et de satisfaction marqua les lèvres épaisses du quarantenaire, qui poursuivit sa lecture.
Trente minutes plus tard, Ayane Shishiro, mère de ce foyer, sortit avec un plat de pâtisseries encore fumantes. Sentant de bonnes odeurs et les caresses de quelques filets d'airs chauds, Sera, enjouée, lâcha son bâton pour courir vers les gâteaux préparés chaque matin. Si la tendre Ayane correspondait au portrait d'une femme aimante et dévouée à l'artisanat, Jin était l'atypique guerrier ayant longuement combattu, et qui maintenant inspirait à une vie calme. Les innombrables cicatrices qui striaient ses bras étaient solides comme le roc, et ses mains épaisses inébranlables ; à douter si celles-ci pouvaient se saisir du tranchant d'une lame sans subir de blessure.  
Et Shishiro-Kaguya Sera, qui dévorait son gâteau aux cerises, semblait avoir acquise le plaisir perdu de son père. Ce n'était pas la première fois que de si bon matin, elle était éprise d'une envie de construire ses propres bô. Le talent inné de la petite pour la fabrication ne faisait que de prouver à quel point ses parents furent eux aussi brillants et honorables.


► … Indestructible physiquement mais profondément détruite mentalement, Kaguya Sera survécut à l'attaque de lointains ennemis de son père. Les ninjas du clan Kaguya, à l'aube de la découverte de différents clans, furent jugés monstrueux et trop dangereux. Alors, le seul membre reclus et pacifiste du tristement célèbre clan Kaguya se devait lui aussi de mourir -comme tous ceux qui furent pourchassés et l'étaient encore. De nombreux clans se livraient des batailles sans pitiés, et Sera, orpheline à ses onze ans, ressentait sa peau se reconstruire face à des ninjas avides de connaissances, mais également guidés par de sordides volontés. Ce fut la première fois que Sera était confrontée à ses origines en tant qu'une des héritières du clan Kaguya.

► L'objectif de ce sinistre groupe de renégats était de faire de Sera une machine à tuer : abusée, torturée et forcée à combattre, la violence qui lui fut quotidiennement donnée n'eut que pour seul but de la conduire à la haine. Contrairement à l'attente de ses bourreaux, Sera, adolescente, ne céda jamais, son pouvoir se fortifiant quant à lui grâce à la douleur. Son facteur auto-guérisseur apporté par le Shikotsumyaku lui permit également de manipuler sa masse osseuse. Son chakra une fois imprégné de calcium contribuait à faire pousser ses os à volonté, puis de leur donner de nombreuses formes différentes. Dorénavant capable de rester consciente et insensible à la douleur même lors des pires châtiments, Sera comprit donc la base de son pouvoir : si ses os déchiraient systématiquement sa peau en sortant de son corps, celle-ci se régénérait automatiquement, et les os perdus par extraction étaient aussitôt remplacés. De cette prise de conscience n'en ressorti qu'une seule volonté : celle de s'échapper et de faire couler le sang.
Des années durant, Sera continua à subir volontairement tous ces tourments jusqu'à ce que cette image d'un paysage magnifique et d'une famille aimante ne se résorbe, définitivement déchirée par la rage latente qui ne demandait qu'à sortir. La venue de deux nouveaux esclaves lui donna l'opportunité d'acquérir du soutien dans sa volonté à tuer les esclavagistes : Ikki et Kameyo, enfermés dans le même cachot qu'elle, apportèrent un peu d'espoir, mais également une raison de plus pour se venger.  
► Des années plus tard, la mutinerie pu opérer. Beaucoup de sang coula et très peu d'esclaves purent finalement effleurer la lumière du jour. Au milieu d'un barrage de nombreux guerriers, Sera, couverte du sang de ses victimes, avec sa chair, ses nerfs à vifs et ses os se dressant hors de son corps, vit avec effroi son ami céder à la douleur. Dans l'incapacité de le sauver dû à un trop grand nombre d'ennemis, elle fut obligée de fuir, promettant ainsi à Ikki et à son amie de les délivrer un jour.

► Aux aurores, Sera pu enfin retrouver la liberté, avec pour seuls atours une robe de sang dégoulinante. Épuisée après avoir abusé de son Kekkei Genkai et après avoir subit trop de blessures, ses plaies mirent plusieurs jours à se refermer. Comme lors d'une marche de la honte, elle se traînait, essayait de trouver refuge au moment où elle était vulnérable, avec au cœur de la colère seulement. Profondément marquée par ces treize années de tortures physiques, psychologiques et inadaptée aux sociétés se formant alors, elle appartînt à la nature, louvoyant et gagnant quelques vivres en pillant quelques groupes de bandits.    

► A ses vingt quatre ans, Sera regagna un peu la raison : la mémoire de ses amis et la volonté de les sauver lui permirent de récupérer une part de son humanité. Durant toutes ces années passées à survivre, elle pu découvrir par elle-même et par une rapide rencontre avec ses ancêtres l'étendue de toutes ses facultés. S'arrangeant quelque peu, elle pu finalement obtenir un peu de répit en apprenant qu'Ikki avait pu lui aussi retrouver la liberté. Ses pensées se tournèrent alors longuement vers Kameyo.

► Liberté, maître mot de Sera, âgée de vingt six ans.
Voyageuse intrépide en quête de découvertes, la peur de la servitude était omniprésente et ne cessait de guider ses actions des fois injustes. Son unique but étant celui de retrouver ses amis perdus, elle parcourt désormais le Sekai.

Test RP

Sera tu as vécu des années enfermée plus ou moins seule. Seule dans ta cellule mais pas seule dans cette situation. Raconte nous la première fois que tu as parlé à l'un de tes deux amis que tu recherche activement aujourd'hui le tout en 1500 - 2000 mots. Bonne chance et tu sais où me trouver si tu as es questions !

« Alors, quelques conseils, le nouveau : tu ne touche pas à ses chaînes, tu ne la regarde pas et tu ne lui parle pas. C'est un monstre doublé d'une fichue tarée. De tous les prisonniers qu'on a, le chef semble beaucoup s'intéresser à elle. Faut dire qu'en plus d'être devenue super canon, ben elle est capable de trucs vraiment très bizarres. »

« Quoi comme trucs bizarres ? »

« Elle peut sortir ses os de sa peau et s'en servir comme armes. Et puis elle se régénère instantanément. L'autre fois, Eichiro l'avait complètement massacrée. Il disait que chaque plaie se refermait de suite, et que chaque os se remettait en place. En gros, en plus d'être complètement dingue, elle est quasiment immortelle. »

Deux gardes déambulaient bruyamment dans les cachots. Un endroit sinistre et grisâtre où l'odeur du sang et le bruit des chaînes étaient omniprésents. Quelques lumières vacillantes ombraient des cellules de prisonniers à fatigués, et à l'agonie. Mais arrivés devant une solide porte en fer, les deux hommes s'arrêtèrent net, se regardant avec une légère angoisse, mais pour le plus âgé, également avec un sourire carnassier. Gunsei, s'empara de son katana; le cinquantenaire était un robuste guerrier ayant perdu son œil à cause de « la chose de l'autre côté de la porte ». Cela faisait plus de dix ans qu'il s'en occupait à sa manière. La jeune recrue qui l'accompagnait, Kishin, gloussait et tremblotait à mesure des détails qu'on lui apportait. Ce jeune mercenaire avait fait ses preuves au sein de cette organisation de hors-la-loi, mais en nulle autre occasion on ne lui avait autant parler de cette chose, de ce monstre immortel capable de tout détruire et de résister aux pires tortures. Gunsei ria, et continua :

« Ahah ! Ouais... et puis quelques secondes plus tard, on a retrouvé des petits morceaux d'Eichiro un peu partout. Surtout, fais tout ce que je te dis, et ne cherche pas à la droguer, car ça ne marche pas. Alors si tu veux pas te retrouver en pièces, reste derrière moi. »

« Mais on doit faire quoi, au juste... ? » Murmura Kishin, inquiet.

« Ca fait une paye que le chef veut en faire une arme. Et ça, on peut dire que c'en est une. Seulement, elle est complètement ingérable. On a même dû l'isoler des autres parce qu'elle refuse catégoriquement de se battre contre les autres prisonniers un peu spéciaux... Alors ça fait un mois qu'on l'a foutue dans le noir. Là, c'est ma première visite depuis c'moment là. Pour être franc, il y a ceux que l'on surnomme les " spéciaux ". Ils sont au nombre de trois et comme par hasard, ils sont devenu copains comme cochons dès leur première rencontre. Il y a ce gars qui s'appelle Ikki, et cette fille aussi bizarre et tarée que sa copine. Kameyo, je crois. D'ailleurs, je crois que ces deux nénettes sont amoureuses. Des dégénérées... ces trois prisonniers intéressent particulièrement nos clients, alors du coup on est obligé de se les coltiner... »

Gunsei déverrouilla plusieurs serrures et leva plusieurs cales avant de faire signe de silence avec son index. Il ouvrit doucement la porte, et reconnu le bruit hideux que cette chose faisait lorsque des os sortaient de son corps. Une fois la porte ouverte, il l'entendait respirer bruyamment, comme une bête enragée à qui on aurait confisquer de la nourriture depuis plusieurs jours. Puis il l'a voyait renfermée sur elle-même, montrant de longues griffes acérées sorties de ses métacarpiens. Ses grands yeux verts perçaient l'obscurité de la pièce, et ses longs cheveux, lisses et gras, luisaient légèrement.

Spoiler:
 

« Bonjour, ma belle. Tout doux... » Murmura le garde, restant au seuil de la porte.

Un pas de plus, et s'en était fini. La colère incontrôlable de cette chose pouvait exploser à tout moment et pire encore, elle pourrait très bien s'échapper pour tout massacrer sur son passage. Gunsei, volontairement bien attentionné envers elle, sortit de sa besace un carton encore fumant dans lequel était prêt un riz cantonnais. Il s'agenouilla et fit déraper le repas au sol, se glissant entre les jambes de l'esclave. Aussitôt, celle-ci, toujours avec les griffes dehors, s'empara gloutonnement de son repas pour le dévorer. Avec un sourire narquois, le vétéran orienta un bref instant son regard vers celui de Kishin. Le jeune mercenaire était étonné de voir que ce soit disant monstre était en faite une jeune femme. Réputé impitoyable et puissant, il ne pu néanmoins s'empêcher d'éprouver un peu de compassion. Voyant le regard de sa recrue s'attendrir, Gunsei lui tapa l'épaule tout en riant.

« Quoi ? T'es entrain d'tomber amoureux ? C'est un monstre, j'te dis. »
« Chef, c'est que... »
« Quoi, Kishin ? »
« C'est une femme. Une femme ordinaire. »
« Non. Non, Kishin. C'est un monstre comme il en existe très peu dans le Sekai. Elle ne craint plus rien : ni la torture, ni qui nous sommes. Tu devrais le savoir toi, t'as un fichu palmarès de meurtres et de conquêtes de lieux. »
« - Je n'ai jamais tué de femmes, ni d'enfants... »
« Elle n'a rien d'une femme, et tu vas pas tarder à t'en rendre compte... »

Derrière Gunsei et Kishin influa plus d'une dizaines de shinobi armés et équipés de solides liens. Tous prirent d'assaut la pauvre jeune femme qui soudainement fit preuve d'une violence sans nom. Avec des yeux écarquillés et une bouche bée, Kishin fut horrifié par le sanglant concert de griffes et d'os, empalant et déchirant la chair, répandant le sang dans toute la pièce, et éclaboussant son visage. Gunsei, lui, habitué à cette scène, souriait. Seul un garde subsistait encore avec quelques phalanges en moi. Néanmoins, la prisonnière était solidement attachée par d'épaisses chaînes en acier. Les deux hommes purent alors la transporter hors de sa cellule spéciale.

Hurlant et s'agitant, la pauvre détenue n'arrivait tout de même pas à se défaire de ses liens. Pas pour le moment, car Gunsei connaissait sa manière de s'y prendre : dans quelques minutes, elle se sera tellement agitée qu'elle aura réussi à se déboîter les articulations pour tenter de glisser en dehors des nœuds. Cela lui prenait un certain temps, et il fallait faire vite. D'un pas précipité, il la guidèrent jusqu'à une gigantesque cage où autour, de nombreuses personnes richement vêtues s'agitaient avec des poignées de ryos. Une fois enfermée dans ce qui s'agissait être en réalité une arène grillagée, Gunsei et Kishin reculèrent et se choisirent une place de choix pour contempler le prochain massacre.

« Un paquet de seigneurs et de chefs s'intéressent à elle. Ils veulent l'acheter. Alors, on leur montre la qualité de la marchandise. Mais autant te dire que ça ne se passe jamais comme prévu. Une fois, on croyait avoir réussi à la vendre... tu parles ! Elle a décapité la tête d'un chef de guerre comme de rien, et elle a tuer une dizaine de gardes. On était plus d'une quinzaine à la ramener dans sa cellule. »

« Et là alors, il va se passer quoi ? »
« Un Seigneur a fait une offre qu'on peut pas refuser. Du coup, il veut voir le monstre à l'oeuvre contre son champion. Un assassin réputé... mais à mon avis, il va pas tenir longtemps. »

Dans l'arène, la misérable avait réussi comme prévu à se défaire de ses liens. Face à elle, un ninja cagoulé et tout vêtu de noir était entré, armé de deux katanas majestueux, et assurément meurtriers. Furieuse et indomptable, ses griffes ressortaient dans une giclée de sang.

« Et maintenant, admire le spectacle. »

Kishin fut étonné de voir des os si solides qu'ils pouvaient résister au tranchant jusqu'à là inégalé d'un katana. Et Gunsei avait raison : il n'y avait rien pouvant évoquer des techniques de taijutsu dans les mouvements de la détenue. Elle se battait comme une bête sauvage ne craignant ni les coups, ni les plaies. Elle se régénérait instantanément en dépit de tout le sang versé. Sa furie allait croissant après chaque blessure. Plus elle endurait, plus elle était repoussée et malmenée, plus elle était violente. Baignant dans son propre sang mélangé à celui qu'on lui avait donné en pâture, l'assassin tentait tant bien que mal de résister à l'immense douleur de deux épaules et de deux jambes perforées. Son visage griffé et sanguinolent s'était finalement dévoilé. Il ne restait plus rien de sa cagoule, ni de son haut. Et finalement, la détenue au bord de la folie ouvrit ses doigts pour en jeter ses os, aussi rapides que des shuriken lancés à vive allures. Ceux-ci se plantèrent violemment dans le torse du ninja, entraîné à terre.
Le massacre ne s'arrêta pas là : criant d'agonie et ressentant l'intensité de chacune de ses blessures, l'homme hurla, et fut interrompu lorsque les griffes de la détenue empalèrent sa trachée.

« Et voilà... encore un qui va repartir bredouille... »
« Pourquoi ? Ils ne vont pas l'emmener ? »
« Ah bah, Kishin... comme d'habitude, ils vont essayer. Si tu tiens à la vie, je te conseille d'aller fumer un cigare dehors, en attendant que ça se passe. Sinon, ils vont t'appeler pour la guider dans sa cellule. Allez, j't'en offre un... »
« Attends... »
« Eh... ? Je rêve, ou c'est toi qu'elle regarde de derrière la grille... ? T'as une touche, mon gars... »



Plaisanta Gunsei avant de taper l'épaule de son récent camarade, en tenant de son autre main son cigare. En marchant vers la sortie, il rajouta à son apprenti :

« Mais pas de bol pour toi, on dirait qu'elle aime les femmes ! Ahahah ! D'ailleurs, tu sais quoi ? Ça fait un moment qu'on traîne les deux autres dans ces foutus cachots. Depuis plus longtemps que ce truc, d'ailleurs. Mais quand elle était arrivée, une sorte de solidarité s'était crée entre elle et l'autre démone. Puis le dernier cinglé, le mec de la bande, semblait être un peu comme un grand frère pour elles. Mais un beau jour, alors que les deux félines semblaient tomber amoureuse, on a décider de battre Sera devant sa petite copine. Juste pour leur rappeler qui étaient les chefs ici. On l'a battu sans savoir qu'elle pouvait se régénérer instantanément, mais c'est pas pour autant qu'on avait fait doucement. Au contraire, on n'en avait pas grand chose à faire parce qu'on pensait qu'il s'agissait encore d'une future catin comme une autre. Et en faite non, elle s'est relevée et a décapitée plein de nos collègues. Je te parle même pas de la rage dans laquelle était entrée Kameyo, c'était presque pire... on a donc dû les mettre seules en cellule... depuis, Sera, car c'est comme ça que ce monstre s'appelle, vit dans ce cachot, dans le noir... et dans pas longtemps, elle va y retourner... »

Derrière l'écran
PSEUDO : DAVID HASSELHOFF !
ÂGE : 1 000 ans.
CONNU PAR : YUMYUM CHERIE ?!
AUTRE CHOSE ? Oui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hyûga Yume
Konoha no Genin
Messages : 84
Date d'inscription : 16/03/2017
Age : 19
Localisation : Konoha

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Genin Rang C
Ryos: 50
Expérience:
69/500  (69/500)
Voir le profil de l'utilisateur
Coucou toi ! Pas besoin de dire ce que je pense de ce perso tu sais que je l'adore !

Voilà ton teste RP

Spoiler:
 




Merci Ikki pour le Kit
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Re: Sera Kaguya [FINI] Jeu 11 Mai - 18:36
Invité
Test rempli ma Yumie !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hyûga Yume
Konoha no Genin
Messages : 84
Date d'inscription : 16/03/2017
Age : 19
Localisation : Konoha

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Genin Rang C
Ryos: 50
Expérience:
69/500  (69/500)
Voir le profil de l'utilisateur




Bienvenue sur le forum, je m'occupe de la correction de ta présentation o/



Respect test-rp et originalité

Je connaissais on personnage puisque nous en avons longuement parlé toute les deux. Je t'ai donné un test assez large et tu as réussis avec brio à le remplir en ayant une touche d'originalité ! J'adore !



Orthographe et grammaire

Comment dire … R.À.S ? Rie à signaler, je ne vous pas de faute ni de répétitions



Avis général et verdict

J'adore ton personnage, tu le sais ma petite Sera ! Tu respecte tout parfaitement ! Je te valide donc Shinobi ( ieurk xD ) indépendant de rang A bon jeux et à bientôt INRP



Correction par Hyûga Yume




Merci Ikki pour le Kit
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Votre Personnage :: Présentations :: Fiches Présentations :: Présentations Validées-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.