:: Zone Rp - Le Sekai :: Tempête de lames : le siège de Baransu :: Le Grand Bazar et l'extérieur Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Quite the ragtag team of shinobis [mission rang B Ft. Aburame Hako, Hayasa Akizuki, Miyamoto Akai, Yamanaka Ao]

avatar
Yamanaka Sayuri
Indépendant
Messages : 78
Date d'inscription : 21/08/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Rang A
Ryos: 139
Expérience:
233/2000  (233/2000)
Voir le profil de l'utilisateur

ft. HAYASA Akizuki et ABURAME Hako

une équipe composée sur le tas, une mission urgente de rang B, une guerre surprise

Quite the ragtag team of shinobis




Appuyée sur le mur, tu écoutes le seigneur samouraï parler. Il explique ce qu’il attend de toi et de tes deux compagnons improvisés. Ce qu’il dit n’est pas stupide, car effectivement qu’importe la difficulté de cette mission, il est primordial de récupérer les prisonniers. Le moral des troupes en dépend, en fait, non, pas seulement le moral des troupes. Si leur seigneur ne réussit à protéger ses citoyens, les répercussions sur son règne seront désastreuses, autant pendant qu’après la guerre. Pourtant, ce ne sera pas très difficile selon toi. Il suffira d’infiltrer le camp et, ensuite, la partie plus difficile, il faut bien se l’avouer, sera de sortir les victimes, mais encore une fois, tu es confiante tu sais que tu pourras trouver une solution plutôt facilement pour les évacuer. Quelques tours de passe-passe, ces samouraïs n’y verront que du feu.
Comment déjà t’es-tu retrouvée dans cette situation ? Oh et puis, tu t’en fiches un peu. Tu regardes tes équipiers de fortune. Un chuunin uzujin et une petite konohajin, mais qu’est-ce que tu peux bien faire avec ça ?

«Parfait.»

Voilà le seul mot que tu adresses au seigneur de Baransu, avant de porter ton attention sur l’Hayasa et la petite fille. Tu n’es pas inquiète. Bien sûr la guerre t’est tombée dessus sans que tu ne t’y attendes -car soyons honnêtes tu ne serais pas ici si tu l’avais su d’avance- mais tu as la tête claire, la panique qui s’est emparée de la ville te laisse insensible.
D’un petit geste de la tête tu fais signe aux deux autres Shinobis de te suivre, mais tu quitte la pièce sans les attendre. Ton pas n’est ni pressé, ni lent. Ton visage exprime autant d’émotion que le mur que tu longe quittant le quartier mère des opérations. Tu ne t’arrêtes pas avant de trouver un coin plus tranquille, un peu plus loin de l’agitation. Courir ainsi, s’énerver, crier … ça ne sert à rien si ce n’est que de s’épuiser sans raison valable.
Tu te retourne vers tes deux compagnons. Quelle bande hétéroclite. Tu sais que vous ne vous compléterez pas. Une équipe composée dans le feu de l’action n’a beaucoup de chance de  Tu ne connais pas leur rang. Qui sont-ils ? Que peuvent-ils faire ? Tu en profite pour les étudier. La petite t’apparaît simplement ridicule sous ses fanfreluches vertes et rouges. Toute petite, elle semble très délicate. Elle semblait bien motivée, mais ultimement elle sera probablement inutile. L’autre, très grand semble robuste. Tu arc un sourcil.
Il va bien falloir se présenter un jour.

«Yamanaka Sayuri, kunoichi du clan Yamanaka.  »

Tu ne dis que ton nom pour te présenter et tu juge pertinent d’ajouter que tu es toi-même Kunoichi, car, en ce moment toi non plus, tu n’as pas vraiment d’une guerrière. Couverte d’un kimono brillant aux broderies délicates, les cheveux remontés sur ta tête dans une coiffure complexes comprenant plusieurs épingle et bijoux … À l’origine, tu n’étais pas venue à Baransu avec ta véritable identité, tu as prétendu être une noble d’un lointain pays. Tu n’étais pas venue pour le plaisir, tu devais être le témoin de ce qui pourrait se passer en coulisse lors du festival d’ombre et de lumière et le rapporter au clan. Mais voilà, tu te retrouve au milieu d’une guerre. Ce qui se passe sur le champ de bataille est loin d’être ta spécialité.

« Je peux nous faire passer au travers des lignes ennemies facilement, si vous faites exactement ce que je vous dis. »

Tu détournes le regard pour fixer une fois de plus les Shinobis et les samouraïs qui s’agitent un peu plus loin, toujours à courir et crier. Les nouvelles affluent de tous les coins de la cité, il s’en va de soi. Tous étaient pris par surprise. Ce n’était pas le temps de tarder plus longtemps. Toi aussi tu allais rejoindre le front, à ta façon cela dit. En quelques gestes précis, tu débarrasses ta tête de tous les artifices étudiant les réactions de tes deux équipiers, guettant tout changement d’expression sur leur visage. Tu voulais te faire une idée du genre personne à qui tu avais à faire.

«Je prendrai l’apparence d’un samouraï et nous guiderai jusqu’au camps. Une fois là-bas, On fera croire à un déplacement de prisonniers. Quelle forme de combat maitrisez-vous ? Je ne peux pas diviser un plan efficace si je ne sais de quoi vous êtes capable.»

Alors que tu parles tu noues tes cheveux en une queue de cheval bien haute et te retire ton kimono avec expertise. Sous ta tenue, tu portais quelque chose mieux adapté à une situation de crise une simple camisole et des short moulants te faisaient maintenant office de vêtements, sur ta cuisse ta pochette de shurikens et de senbons, à ta taille ton petit sac à kunais. Tu étais maintenant toute vêtue de noire. En somme, tu étais maintenant prête à intervenir plus efficacement.



Ordre de mission:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hayasa Akizuki
Uzushio no Chunin
Messages : 21
Date d'inscription : 19/08/2018
Age : 28

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang B
Ryos: 91
Expérience:
48/1200  (48/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
C’est le Seigneur Chûritsu lui-même qui prend la parole pour nous briefer alors que je demande un ordre de mission. Croisant les bras sur mon torse, j’écoute attentivement ses mots en jetant un nouveau regard à la jeune femme aux cheveux roses, puis à la petite shinobi de Konoha que je n’avais pas aperçu. Pourtant, elle sautille de manière plutôt impressionnante. Une équipe formée sur le volet, ça peut faire des miracles après tout. Ca permettra aussi de vérifier comment est-ce qu’on peut réussir à tous travailler ensemble dans un contexte d’urgence...

- Je viens d'apprendre que l'Empire a rassembler ses prisonniers dans un camp, un peu à l'arrière des lignes du front. Hommes de valeurs et puissants ninjas ont succombé à l'attaque surprise de Tetsu, mais certains ont été capturés. Les libérer nous fournirait de nouvelles troupes sans doute ardemment motivées à lutter contre l'Empire.

Je hoche la tête. Il a entièrement raison. Cela dit, c’est une mission très risquée. Se rendre derrière les lignes ennemies pour infiltrer un camp de prisonniers… Je me mordille la lèvre. Je ne suis pas particulièrement inquiet, mais ce genre de missions est loin d’être ma spécialité. Mais je fronce les sourcils quand le Seigneur continue son briefing.

- Et même si vous ne délivrez que des civils, l'effet sur notre moral sera des plus salutaires ! Il s'agit de mes citoyens ou de mes invités ! L'honneur dicte que nous devons leur porter assistance. Vous avez carte blanche !

Pas question de se limiter aux civils. Ce serait bien trop dangereux de revenir à la Citadelle en traînant avec nous des personnes qui n’ont pas les capacités nécessaires pour être sûres d’en sortir vivantes. Alors qu’avec les ninjas et les samouraïs, l’escorte du retour serait bien plus efficace. Je m’incline à nouveau quand il a terminé, le saluant avec les honneurs dûs à son rang, avant de tourner les talons vers mes compagnons de fortune.

L’indépendante nous fait signe de la suivre après n’avoir lâché qu’un seul mot et je me dis qu’elle a probablement déjà réfléchi à un plan. Ma première impression n’est pas mauvaise. Elle dégage quelque chose malgré son accoutrement à l’opposé de ce qu’on pourrait attendre d’un combattant. Cela dit, son attitude prouve bien qu’elle n’a pas forcément l’habitude de travailler en équipe, puisqu’elle ne nous attend pas pour quitter la pièce. J’échange un rapide regard avec la petite kunoichi de Konoha en haussant les épaules avant de la laisser passer devant moi pour sortir de la pièce. Nous suivons la belle jeune femme un peu à l’écart. L’ambiance dans la Citadelle est électrique et c’est normal, mais ça n’aide pas à la réflexion.

Quand nous atteignons un endroit qui la satisfait, elle se retourne pour nous toiser. Je maintiens son regard, sans animosité, juste pour qu’elle comprenne que ses grands airs ne m’impressionnent pas plus que ça. J’en profite pour étudier un peu plus attentivement le troisième membre de notre petit groupe. C’est une toute petite kunoichi qui ne paie pas de mine. Mais il ne faut jamais juger un livre à sa couverture et je gage qu’elle nous surprendra avant la fin de cette mission. La demoiselle aux cheveux roses finit par reprendre la parole pour se présenter. Yamanaka Sayuri… Je ne me rappelle pas avoir lu grand chose sur ce clan si ce n’est quelques rumeurs, mais rien de précis quant à leur politique ou leur style de combat.

M’adossant au mur derrière moi en gardant les bras croisés, je finis par suivre son regard après qu’elle ait annoncé pouvoir nous faire passer au travers des lignes ennemies sans difficulté, pourvu qu’on obéisse à ses ordres. Des voix paniquées nous parviennent, d’autres plus calmes et plus posées. Les rapports semblent venir de tout côté et ça prouve que l’attaque a plongé la cité dans une panique relative. L’Empire de Tetsu a bien organisé son assaut et personne ne s’y attendait. Mais si la situation ne s’équilibre pas rapidement, je pense que Baransu ne tiendra pas. Un soupir discret m’échappe. A mon tour de me présenter.

- Hayasa Akizuki, comme je l’ai dit plus tôt. Chuunin d’Uzushio, de Rang B.

La dénommée Sayuri profite de ce moment pour défaire son chignon extraordinairement compliqué en nous étudiant du regard. Elle a la main sûre et un doigté plutôt expert dans ce domaine. Elle finit par nous exposer un début de plan et je fronce les sourcils. Il n’est pas mauvais mais il est un peu trop… incertain à mon goût. Je vais pour prendre la parole mais le geste de la jeune femme m’interrompt. Elle est en train de retirer son kimono. Je détourne les yeux, plus par respect que par gêne, même si cette dernière est légèrement présente. La demoiselle est tout de même extrêmement mignonne et sa silhouette ferait fondre bien des hommes. Je rougis très légèrement à cette pensée, avant de me donner une gifle mentale pour plonger mon regard dans le sien.

- Je suis spécialisé dans le Taijutsu. Quant à ton plan… l’idée de la métamorphose est bonne, mais pour le déplacement de prisonniers, j’ai un immense doute. Nous n’avons jamais considéré Tetsu comme une menace sérieuse et nous n’avons donc aucune information sur leur force militaire. Mais en voyant cet assaut surprise, il est difficile de penser que leur organisation martiale n’est pas millimétrée sur tous les points. Ne sachant rien de leur hiérarchie, de leur coordination ou de leur façon de structurer leurs forces, tenter de leur faire croire à un transport de prisonniers pourrait nous démasquer tout de suite, surtout s’ils posent des questions à propos de la procédure…

Je réfléchis quelques secondes en posant une main sur mon menton et en fixant le sol.

- Peut-être que tu pourrais au contraire nous faire passer pour des prisonniers pour pénétrer dans le camp. Moi en tant que shinobi, et notre jeune demoiselle en vert comme la petite fille d’un riche marchand de la cité. Ca nous permettrait de nous infiltrer sans prendre trop de risques et ça nous mènerait directement aux cibles que nous sommes censés libérer. En commençant par délivrer les samouraïs et les shinobis, il serait plus simple de ramener le groupe de civils en ville... et en un seul morceau qui plus est.

Je relève la tête en haussant un sourcil interrogateur, interrogeant du regard les deux membres féminines de l’équipe pour savoir ce qu’elles en pensent. Je m’attarde néanmoins un peu plus sur la Konohajin. J’ai l’impression que son avis sur la question sera intéressant à entendre…
De toute façon, à la vue de notre groupe, je pense que je suis le moins bien taillé pour une mission d’infiltration de ce genre, sur nous trois. Mais si ça tourne mal, je compte bien rester en arrière pour ralentir les samouraïs et permettre à un maximum de gens de s’en sortir. Ca, au moins, c’est dans mes cordes...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Aburame Hako
Konoha no Genin
Messages : 190
Date d'inscription : 15/03/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Genin - Rang C
Ryos: 419
Expérience:
742/500  (742/500)
Voir le profil de l'utilisateur
Le camp n°13

Cela avait été une longue journée pour Hako. L'air de rien, même une gamine surexcitée et aimant le conflit n'était pas très emballée par se retrouver en pleine guerre.
Surtout qu'elle avait perdue de vue sa douce Yum-Yum dans la confusion et le "recrutement" plus ou moins forcés de toutes les forces vives de Baransu pour résister à l'envahisseur.

Mais elle savait que son amante Hyûga s'en sortirait, aussi le lutin vert de Konoha essayait de se rendre utile au mieux.
En tant que genin et de par sa petite taille (et d'une tenue un poil trop excentrique pour le samouraï Chûritsu moyen) qui la faisait paraître pour (encore) plus jeune qu'elle ne l'était, on ne lui avait confiée pour l'instant que des tâches subalternes.
La kunoichi vert-pomme bouillait intérieurement : elle rêvait de faire ses preuves et d'abattre le marteau de la Justice sur ces lâches et méprisables envahisseurs. Elle haïssait désormais l'Empire de Tetsu (dont elle n'avait jusqu'alors que vaguement entendu parler) : ces samouraïs avaient osés déranger ses plans parfaits !
Elle avait prévu de flâner dans le Grand Bazar, puis de s'isoler avec Yume pour regarder les feux d'artifices clôturant le Festival d'Ombre et de Lumière, avant de regagner la toute petite mais très intime chambrette qu'elles partageaient dans le bâtiment réservé par la délégation de Konoha et pendant la nuit...

Et Tetsu avait tout gâché. Hako brulait de leur exprimer son déplaisir à coup de poings, de kunai, de parchemins explosifs et légions d'insecte dévoreur de chakra.
Elle s'était donc rendue utile, mais n'avait pas encore occis de samouraïs, ni ne s'était vu confier de mission d'importance.
Jusqu'à maintenant.

Alors qu'elle terminait de porter quelques messages des troupes gardant les remparts aux gradés du bastion Chûritsu, Hako eut la joie et la surprise de se faire embrigader dans une mission extraordinaire, confiée par rien de moins que le dirigeant suprême de la cité. Bon, il faut dire qu'elle avait fortement insisté et c'était bien fait remarqué, mais quelques mots glissés par un caporal qui l'avait vu à l'œuvre et arrêter une volée de flèches de l'Empire avait convaincu le chef des défenseurs.
Il s'agissait donc d'aller délivrer les prisonniers, ninja et civils, qu'avait fait l'Empire lors de son premier assaut. Apparemment, il y avait un camp non-loin du front où ils seraient détenus.

Infiltrer l'armée, se rendre au camp de prisonnier en douce et libérer les détenus ? Aucuns soucis ! Et quelle gloire pour la petite Aburame ! Bon, elle était plus adepte du rendre dedans et aurait préféré un affrontement plus direct, mais pas complètement idiote et savait compter... L'infiltration serait préférable.
Mais alors qu'elle réfléchissait, la jolie jeune femme aux long cheveux roses (trop cool comme couleur ! Hako aurait adorait avoir ça plutôt que sa crinière marronnasse en bataille) s'était déjà mise en mouvement, faisant vaguement signe de la suivre.

La lutin vert de Konoha s'élança aussitôt pour la suivre en sautillant gaiement (ou presque, elle essayait de paraître professionnelle, surtout au milieu d'une guerre). Évidemment, c'était (hélas) les adultes qui prenaient les choses en mains... Espérons qu'elle arriverait à travailler avec ces gens.
En chemin, elle examina la jeune femme. Belle mais une beauté froide (un peu comme Yume, même si on pouvait faire fulminer sa Hyûga si on la poussait assez), splendidement vêtue. Sans doute une de ces kunoichi qui usaient de leurs charmes dans leur mission.
L'air de rien, Hako aurait bien voulu essayer, un jour... Elle pouvait être féminine et sexy, si elle le voulait. Sans doute.

Arrivée dans un coin tranquille de la citadelle, la jeune femme se présenta comme "Yamanaka Sayuri". Même pour quelqu'un d'aussi obtus que Hako, le nom signifiait (vaguement) quelque-chose. C'était celui d'un clan de ninja indépendant fort respecté et habile politicien.
La gamine eut un petit rictus agacé en écoutant le plan de la noble aux cheveux roses, qu'elle trouvait un brin trop autoritaire et dirigiste à son goût... Bien sûr, sa tenue vert-pomme pleine de nœud fanfrelucheux n'aidait pas à se faire respecter, mais quand même, elle aurait pu se présenter plus avant et solliciter leur avis au lieu d'imposer son plan.

La jeune Aburame allait se présenter (et grogner un peu), mais rougit violemment et se détourna quand la Yamnaka se déshabilla pour se mettre plus à l'aise.
Et l'uzujin fut plus rapide, lui volant la vedette.
Un chuunin du Village Caché des Tourbillons. Génial, un pacifiste mou qui la dépassait en rang... Et l'autre hautaine devait aussi avoir un grade important, vu qu'elle semblait vouloir prendre la direction de l'affaire.
Quoique, à le regarder bouger... Il était fin, mais pas frêle et se déplaçait comme un prédateur. Ah, bingo ! Le chuunin au visage en lame de couteau confirma ses suspicions : elle avait bien reconnu un autre spécialiste de Taijutsu.
En tout cas, il semblait dubitatif sur le plan de la séduisante kunoichi et présenta sa propre version de l'opération.

Bon, c'était à son tour.
"Quant à moi, c'est Aburame Hako. Enchantée !" pépia-t-elle, gaiement, avec un sourire sardonique. "Un peu de politesse n'a jamais tué personne, vous savez. Arrêtez de jouer aux sunajin ! Et j’ai bien notée Yamanaka-chan que vous ne nous avait rien dit sur vos propres talents… Nous aussi on doit savoir, pour vous protéger ou bosser avec vous sans qu’on se gêne mutuellement..."

Elle ricana aimablement avant de poursuivre plus en détail sur ces talents.
"Je suis une genin de Konoha ! Comme Hayasa-san, j'aime tabasser les méchants à coups de poings et de pieds s'ils font l'erreur de croire que je suis sans défense... Car d'habitude, je me bats via l'intermédiaire des terribles insectes dressés de mon clan redoutable. Je suis donc une combattante à courte et mi-distance, disposant d'un panel de technique très varié pour aider tout le monde !"

La minuscule kunoichi vert-pomme hésita (un peu) devant les adultes, se dandinant d'un pied sur l'autre, mais elle devait se faire accepter comme un membre de valeur de l'équipe, dont l'avis compté. Elle déclencha donc l'avalanche verbale du haut de sa petite voix aigüe.
"Euh... Concernant vos idées... Ce que dit l'uzujin se tiens : on connait rien de ces mécréants. Ils ont peut être des codes ou des habitudes ou des chépasquoi. Si on applique le plan de mademoiselle Yamanaka, ça serait pas mieux d'essayer de capturer un gars de Tetsu pour lui faire cracher ce genre d'infos ? Quand au plan de monsieur Hayasa... J'avoue ne pas être super emballée de jouer à la prisonnière... L'Empire a capturé des ninjas, non ? Bon, c'était peut être des boulets, mais peut être pas. ça serait bien con de se retrouver enfermés dans le camps et de découvrir qu'ils ont un trucs pour nous ôter notre ninjutsu ou drainer notre chakra comme mes kikaichuu... Hummm... Remarque, on pourrait peut être utiliser des clones comme prisonniers et nous on ferait les gardes ! Je sais faire des clones solides à partir de mes insectes ! Mais ça résout pas le problème d'éventuels codes ou comportements à adopter en livrant les captifs..."

La jeune Aburame dû s'arrêter pour respirer. Bon, elle espérait avoir été utile, avec ses remarques.
Yume lui disait tout le temps qu'elle parlait trop, mais qu'il y avait parfois ("Pas souvent !") des idées géniales dans ses propos délirants.
Après avoir réfléchit un instant et (éventuellement) écouter ses coéquipiers du moment faire des commentaires, Hako poursuivit, exposant ses (trop) nombreuses idées issus de son cerveau hyperactif.
"J'propose qu'on attente la nuit pour sortir de Baransu." suggéra-t-elle, essayant d'établir elle aussi une sorte de leadership (kunoichi power !) malgré son jeune âge et sa voix pépiante. "Entre ça et la nuit, on se fera moins repérer pour sortir. Après on pourra ce henge ou tabasser des gars ou piller des morts pour se déguiser et franchir les lignes. Là, on pourra aviser. Tabasser des gens pour qu'ils parlent. S'infiltrer en douce. Jouer la comédie. On avisera sur place en fonction de la situation !"
Est-ce que ses camarades du jour écouteraient les idées d'une naine vêtue d’une tenue vert-pomme bizarre et froufrouteuse, une petite genin sans grande expérience ?
On verrait bien.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Yamanaka Sayuri
Indépendant
Messages : 78
Date d'inscription : 21/08/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Rang A
Ryos: 139
Expérience:
233/2000  (233/2000)
Voir le profil de l'utilisateur

ft. HAYASA Akizuki et ABURAME Hako

une équipe composée sur le tas, une mission urgente de rang B, une guerre surprise

Travail d'équipe




Tu regardes le chuunin alors qu’il présente ses doutes, des doutes raisonnables, bien sûr, mais tu les avais déjà envisagés. Sa réaction te fait croire qu’il n’a pas pensé l’instant d’une seconde que tes techniques ont avoir avec l’esprit de tes adversaires et la collecte d’information. Tu es experte en infiltration pour une raison. Tu le laisse parler, le temps de formuler ton explication, sans révéler tous tes secrets, car, à bien y penser, tu ne peux pas laisser deux villages cachés connaître les secrets des Yamanaka, pourtant, tu ne vois pas d’autre solution. Tu ne leur fais pas confiance, mais cette guerre est probablement le début de quelque chose de plus gros et tu préfères prendre un risque ici plutôt que de te faire réprimander par le clan lorsque les samouraïs seront aux portes du domaine.
Le jeune homme te semble loin d’être un imbécile, mais tu ne veux pas le juger trop rapidement. Il est facile d’être stupide et de prétendre être intelligent. Heureusement, Il s’avère être un spécialiste en taijutsu, voilà qui peut être utile si jamais au comble du malheur, l’infiltration s’avère un échec. Tu hoches la tête. L’ébauche de ton plan devient un peu plus tangible.
Alors que tu t’apprêtes à révéler un peu plus de détails sur ton plan, tu es coupée de court par la petite kunoichi. Aburame Hako, une genin. Tu veux bien l’interrompre, mais tu ne trouves pas vraiment d’ouverture dans son discours. Elle te mentionne la politesse, mais tu l’ignore royalement, tu n’es pas là pour être gentille, mais pour être efficace. Elle dit beaucoup de mots, trop de mots, son discours surchargé pourrait être résumer à quelques lignes. Lorsqu’enfin elle hésite, tu reprends ton souffle prête à t’insérer de nouveau dans la conversation, mais elle recommence, elle parle, laissant cascader une chute infinie de mots. Tu veux bien la faire taire, mais de créer des tensions avant même d’être partis est aussi intelligent que de te savonner avec de l’huile de crapaud jaune. Heureusement, son interminable monologue démontre une certaine intelligence. Elle s’inquiète des problématiques les plus pertinentes, du moins, celles qui le seraient si elle n’avait pas une Yamanaka dans son équipe.
Elle aussi dit être habile en taijutsu, difficile à croire vu sa très petite stature, mais tu ne crois pas qu’elle te mente. Elle parle d’insectes et de Kikaichuu – mais c’est quoi cette chose ? – puis elle mentionne l’unique problème avec lequel tu n’as pas encore prévu. Que va-t-il vous arrivez si vous n’avez pus accès à votre chakra ?
Elle se tait finalement – bon dieu, tu sais déjà que cette mission sera pénible – et tu peux enfin prendre la parole.

« Ce n’est pas mon premier rodéo. Je sais parfaitement que nous ne savons rien d’eux. Trouvez-moi un samouraï, nul besoin de le tabasser – vous êtes quoi, des sauvages ? – je peux en tirer toutes les informations que je veux avec une technique de mon clan et nous pourrons être certains que nous aurons la vérité. Ensuite, nous pourrons diviser un plan plus adapté à leur défense. Si le samouraï qu’on trouve n’a pas les informations qu’on veut, passe au suivant, sans laisser de survivant. Il ne faut pas que l’ennemi ai vent que l’on cherche des informations relatives aux prisonniers. Mon rayon d’expertise sont justement les missions d’infiltrations, toutes mes techniques me permettent de mieux me faufiler dans les rangs ennemis, d’en tirer des informations ou de les tuer lorsqu’ils ont le dos tourner.»

Tu inspire un bon coup. Ce n’est pas souvent que tu aligne autant de mots. Une petite partie de toi regrette cette mission. Devoir tout expliquer t’épuise. Tout serait tellement plus simple s’ils suivaient les ordres, comme les autre Yamanaka qui sont envoyés en mission avec toi. Le travail d’équipe n’a jamais été ton point fort.

« Je me bats directement avec mon adversaire le moins possible. Mes habiletés se trouvent ailleurs, comme je vous ai mentionné. Quitter la cité lorsque la nuit est venue me semble également une bonne idée, nous passerons plus inaperçus, avec un peu de chance. »

À ce dernier mot tu baisses les yeux sur la petite genin de Konoha arquant un sourcil. Sa tenue est trop extravagante, trop voyante et franchement ridicule, mais tu te mords la joue pour ne pas le lui dire, elle semble déjà assez susceptible ainsi.

« Un vert aussi clair va se faire repérer d’extrêmement loin, il faut prendre toutes les précautions possibles. »




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hayasa Akizuki
Uzushio no Chunin
Messages : 21
Date d'inscription : 19/08/2018
Age : 28

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang B
Ryos: 91
Expérience:
48/1200  (48/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Je le savais ! Je savais bien que cette petite Konohajin avait de la suite dans les idées et que c’était ridicule de la juger. Aburame, Aburame, ça me dit quelque chose. Je continue de l’écouter en essayant de me souvenir, mais je n’arrive pas à mettre le doigt dessus. Je secoue la tête pour me concentrer sur ses mots. C’est qu’elle éructe une sacrée diarrhée verbale la Genin. Et même si elle lance toutes les pensées qui lui viennent à la cantonade, certaines sont très pertinentes.

C’est vrai que je n’avais pas spécialement pensé au fait que les samouraïs savaient très bien qu’ils allaient attaquer pendant le Festival et que des ninjas seraient présents. Et comme ils en ont capturé, c’est fort probable qu’elle ait raison et qu’ils aient des contres-mesures contre nous. Au final, on pourra toujours se défendre à la force de nos coups sans utiliser de chakra, mais pour Yamanaka-san, ce ne serait pas idéal. Enfin, même pour nous. Frapper des types en armures complètes avec des coups de poings normaux, ça marcherait peut-être trente secondes, et encore, je suis gentil.

Elle finit par dire un truc qui me fait revenir sur son nom. C’est ça ! Le clan Aburame. On a peu d’informations sur eux, mais ils ont la capacité de manipuler des insectes un peu spéciaux qui peuvent, si je me souviens bien, aspirer du chakra et d’autres trucs dans ce genre. J’offre un regard un peu plus pénétrant à la petite fille qui reprend son souffle. Si elle maîtrise bien les techniques de son clan en plus du Taijutsu, ça va être un atout de taille pour cette mission… Je prends la parole pendant qu’elle arrête de parler.

- Enchanté, Hako-chan, Yamanaka-san.

Mon regard reste posé sur la verte.

- Tu as entièrement raison à propos des éventuels problèmes qu’on pourrait avoir si l’Empire peut effectivement nous supprimer notre chakra. Et je suis d’accord avec ton idée de capturer un samouraï. Par contre, les clones, ce n’est pas une excellente idée. Pour en revenir à ce que tu disais, s’ils ont des moyens de supprimer le chakra ou de déceler ce genre de pièges, les clones seraient rapidement dévoiler et on serait fait prisonniers aussi sec. Mais ta capacité pourrait servir en cas de combat ou de fuite. Ou simplement pour escorter les civils libérés…

Elle finit par reprendre ses suggestions. La sortie de nuit me paraît évidente et le reste, c’est de l’improvisation et l’improvisation est toujours une bonne solution de secours si les choses ne se passent pas comme prévu. Mais pour ça, il faut déjà prévoir. Son monologue se termine et c’est au tour de la belle kunoichi de parler. Bon sang, elle ne pourrait pas abandonner ses airs supérieurs et apprendre à redescendre du piédestal sur lequel elle est montée ?

Le paradoxe, c’est que ce qu’elle dit à du sens. D’ailleurs, ça expliquerait pourquoi personne n’a beaucoup d’informations sur les Yamanaka. S’ils peuvent influer sur l’esprit des gens et qu’ils sont des experts en infiltration et à ce que je comprends, en assassinat, c’est normal qu’ils réussissent à cacher leurs habiletés au reste du monde. Cela dit, c’est assez drôle qu’elle nous catégorise de sauvages. Entre tabasser des samouraïs pour leur soutirer des infos, ou fouiller dans leurs esprits avant de les assassiner, je suis pas sûr que la première éventualité puisse être considérée comme plus sauvage que la seconde… Mais elle a raison. Une fois qu’on a trouvé les bons pigeons, s’en débarrasser, c’est sans doute le meilleur moyen d’empêcher qu’ils préviennent le camp.

Elle enchaîne en parlant du fait d’agir de nuit et je hoche la tête pour montrer mon accord, avant qu’elle ne recommence à nous prendre de haut, surtout la Konohajin.

- Un vert aussi clair va se faire repérer d’extrêmement loin, il faut prendre toutes les précautions possibles.
- Autant qu’une chevelure rose bonbon…

J’ai relevé les yeux vers elle pour plonger mon regard dans le sien avant de me rendre compte que j’ai parlé à haute voix. Merde. Je fais un petit geste de la main en guise d’excuse en écarquillant les yeux, avant de soupirer.

- Désolé, c’est sorti tout seul. Et puis, je n’ai rien à dire, ma couleur de cheveux se voit aussi en pleine nuit, sûrement plus que vous deux réunies d’ailleurs. Mais on a des moyens assez simples de pallier à ça.

Je recroise les bras sur mon torse en les observant les unes après les autres en réfléchissant. Il est peut-être temps de faire un petit résumé de tout ce qu’on vient de dire et d’entendre.

- Bon. Je me rends bien compte que dans la situation actuelle, je suis le moins bien placé pour une mission de ce genre. Je suivrai le mouvement pour rester en soutien au cas où la situation dégénère et vous pourrez compter sur moi pour rester en arrière et protéger votre repli si ça tourne vraiment très mal. La mission passe avant le reste, surtout quand c’est aussi critique.

C’est dit. Je suis l’élément sacrifiable de l’équipe et j’endosserai ce rôle s’il le faut. Ca doit être évident pour mes deux compagnes de fortune. Je continue en me redressant.

- Si on veut capturer un gars de Tetsu ou en trouver un facilement pour lui extorquer les codes qu’ils utilisent, je suggère que nous commencions par le Grand Bazar. S’ils capturent ninjas et civils, on peut imaginer qu’ils ne vont pas s’arrêter, donc il doit rester quelques patrouilles qui cherchent encore des survivants à l’attaque surprise et la volée de flèches. Ou des fuyards.

Je me frotte le menton d’une main, les yeux dans le vague. Ca donne peut-être l’impression que je suis en train de rêver, mais c’est un moyen comme un autre de me faire passer pour moins dangereux que je ne le suis réellement.

- Une fois les informations en notre possession, Yamanaka-san, tu pourras nous faire passer au travers des lignes ennemies avec tes capacités, avec Hako-chan en soutien avec ses insectes, et je resterai sur mes gardes pour abattre ceux qui pourraient éventuellement nous repérer. Une fois aux abords du camp, on utilisera le Henge pour se métamorphoser en samouraï et faire croire à ce déplacement de prisonniers, ou autre selon les infos qu’on a, on ira libérer tout le monde, et on pourra échafauder un nouveau plan de repli vers la cité avec les ninjas et samouraïs libérés pour garder les civils en vie.

Je termine en jetant un regard aux deux autres, un sourcil relevé.

- Qu’est-ce que vous en dites ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Aburame Hako
Konoha no Genin
Messages : 190
Date d'inscription : 15/03/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Genin - Rang C
Ryos: 419
Expérience:
742/500  (742/500)
Voir le profil de l'utilisateur
Le camp n°13

Le déluge verbal de la minuscule genin Aburame vu diversement accueillit.
Mais, à sa grande joie, il fut prit en compte. Bon, même si un peu (voir beaucoup) de haut de la part de la sculpturale Yamanaka.
En tout cas, elle apporta des précisions intéressantes sur ces intentions et ses talents.
Visiblement, elle était une genre d'espionne-interrogatrice, ou un truc du style. Il y en avait quelques-uns, dans le clan Aburame : leurs insectes pouvaient aisément s'infiltrer partout et observer en toute discrétion pour leur maître. Elle même avait une technique de ce genre.
Quant à la partie interrogatoire... A Konoha, les Aburame étaient aussi très demandé dans ce domaine. Visiblement, pour les autres, sentir sur vous une masse grouillante d'insectes dévoreurs de chakra (mais tout à fait capable de percer la chair ou pire, d'emprunter les... voies naturelles pour vous grignoter de l'intérieur) avait tendance à pousser à la confession.

L'usujin au visage en lame de couteau semblait quant à lui plus poli, saluant ses interlocutrices et adoptant directement le tutoiement pour répondre au lutin vert de Konoha.
Il fit également quelques remarques pertinentes concernant l’usage des clones (ou de toute autre technique).
De toute façon, pour l'imprévisible Hako, mieux valait ne pas trop se focaliser sur un plan extrêmement précis. C'était la guerre et instinctivement la jeune Aburame savait que c'était propice au chaos. Il leurs faudrait sans doute improviser. Ça tombait bien, elle adorait ça...

La kunoichi vert-pomme en apprit aussi un peu d'avantage sur les capacités de son homologue (en plus gradée et expérimenté, mais comme si Hako s'arrêtait à ces détails) du clan Yamanaka.
Bien, elle avait donc des capacités fourbes, à distance. ça cadrait avec le personnage.
"Ok, c'est noté." déclara la jeune Aburame, singeant un salut militaire bien trop exagéré pour être honnête. "Du coup, je pense que Akizuki sera l'avant-garde et moi l'arrière garde, pour protéger Sayuri-dono si on se fait surprendre. En plus, les techniques de mon clan sont aussi efficaces à mi-distance ou pour vous appuyer... D'ailleurs, y'a besoin que le pauvre samouraï sur lequel va s'abattre le courroux de la justice de l'Alliance de Baransu soit conscient ou non pour que vous lui...hum... extirper des informations ? Parce que mes légions peuvent aisément drainer le chakra d'un couillon jusqu'à le faire tomber dans le coma..."
Ou le tuer. Mais bon, en bonne konohajin (et surtout suite à de mauvaises expériences), la jeune Aburame n'aimait pas tuer, malgré ses tendances un peu… rentre-dedans. Du moins pas sans raison en tout cas.

Hako ricana ensuite quand l'uzujin prit (plus ou moins) la défense de sa tenue extravagante et voyante.
"Akizuki-kun, on ne critique ja-mais les cheveux d'une kunoichi !" minauda-t-elle avec un grand sourire en agitant un doigts sous le nez du shinobi d'Uzushio. "On ne parle pas non plus de leur poids ou de leur...hum… Trop plein ou manque d'atours féminins. C'est la règle !"
Elle dédia ensuite un grand sourire à la Yamanaka (qui sur le visage de la jeune Aburame aurait fait reculer de deux pas tous les konohajin qui la connaissaient).
"Ne vous en faîtes pas pour moi..." susurra-t-elle d'un ton rogue. Des petits points noirs, de plus en plus nombreux virent parcourir son visage. "J'ai mes méthodes..."
Et suivant l'ordre de leur maitresse pour la démonstration, un effroyable meute d'insectes noirâtres, vrombissants et grouillants, ne tardèrent pas à recouvrir la quasiment intégralement petite genin, sortant de dessous ses habits froufrouteux.
Et un instant, elle ne fut plus qu'un nuage sombre et menaçant où seul se distinguait ees yeux verts et un sourire étincelant de requin.
"Je serais une ombre dans la nuit, un fantôme obscur, la mort qui rod...*Atchaaaa* ! Et zut ! Pas sur le nez, les bestioles !"

L'éternuement gâcha un peu l'effet de la jeune Aburame, mais sa... transformation avait surtout pour but de rassurer son ainée.
Oui, elle savait très bien que ça tenue n'était guère discrète (bah, ça aurait pu être pire, elle aurait pu la prendre orange). Ses vêtements étaient une rébellion silencieuse contre les tenues ternes du discret clan Aburame. Mais la kunoichi à froufrou savait bien que la mission passait avant tout.
Donc, après que le chuunin d'Uzushio est amendé leur plan, elle manda un serviteur Chûritsu pour qu'il lui trouve quelque cape à capuche bien sombre pour cacher au besoin sa tenue voyante.
De toute façon, elle ne comptait pas rester elle-même bien longtemps. Une fois estourbit, elle pourrait prendre l'apparence d'un samouraï... Mmhhh... Sa taille risquait de poser problème. Bah, de nuit, on verrait bien...
Qui sait, elle trouverait peut être aussi quelques effets de l'Empire sur le champ de bataille...

Un idée lui vint alors et elle s'approcha de l'autre maître de Taijutsu en sautillant gaiement.
"Tiens !" lança-t-elle, joyeusement, un insecte sombre sur son doigt. La bestiole s'envola pour aller se nicher dans les vêtements du ninja des Tourbillons.
Elle se tourna aussi vers la Yamanaka, une deuxième bébête sur l'index. Sans vraiment le vouloir (c'est sa taille ! Promis !), elle loucha sur le décolleté de la demoiselle, notant un tatouage vaguement insectoïde. Ou plutôt arachnéen.

Super cool ! Et ça voudrait peut être dire qu'elle n'allait pas pousser de hauts cris à l'idée d'avoir un insecte Aburame sur elle.
Hako se demanda si un jour elle pourrait se faire un tatouage comme ça.
A Konoha, sa mère ressentit un grand trouble dans le chakra et marmonna un "Non" ferme et absolu qui fit lever un sourcil à son mari.

"C'est des femelles kikaichuu, des insectes de mon clan." expliqua la jeune Aburame. "Grâce à eux, je pourrais vous retrouver plus facilement si on est séparé. Bon, les samouraïs de cet Empire du Fer sont pas sensé être des gros fourbes - encore que, avec leur assaut avec cet orage bizarre... - mais je saurais aussi que c'est bien vous . Dans mon équipe, à Konoha, j'utilise ça pour prémunir les infiltrations..."
Elle laissa donc les deux ninja étranger décider s'ils voulaient embarquer un petit passager clandestin à six pattes dans leurs vêtements. S'ils refusaient, Hako n'en ferait pas un drame (mais, jugerait, en son fort intérieur).

Ses serviteurs chitineux déposés sur ses alliés d'un jour, une tenue à capuche marronnâtre hâtivement nouée par dessus ses si jolis vêtements, Hako était prête à partir. Elle pointa un doigt volontaire en direction de l'extérieur.
"En avant ! Sus à l'Empire ! Nous avons des gens à sauver !"
Manque de chance, l'extérieur, c'était les jardins de la citadelle, et pas vraiment la direction à prendre si on en croyait les rapports des Chûritsu.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Yamanaka Sayuri
Indépendant
Messages : 78
Date d'inscription : 21/08/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Rang A
Ryos: 139
Expérience:
233/2000  (233/2000)
Voir le profil de l'utilisateur

ft. HAYASA Akizuki et ABURAME Hako

une équipe composée sur le tas, une mission urgente de rang B, une guerre surprise

...




La petite fille explique son plan de formation, il te parait pertinent alors tu gardes le silence. Malheureusement, cette petite parle trop, vit tout trop intensément et la quantité d’énergie qu’elle dégage t’étourdit. Sans ses petits défauts, elle serait une excellente kunoichi, et même toi tu te l’admets.
Le chunin n’est pas un imbécile non plus. Ce qu’il dit reste dans les limites du professionnalisme …
Ton sang s’immobilise dans tes veines, alors que tu reprends tes dernières pensées. Oh, non il n’a pas osé. Tu poses ton regard bleu sur lui. Si avais l’habilité de tuer par le regard, le pauvre petit n’aurait pas fait long feu, mais puisque tu ne l’as pas, tu le fixes, entièrement immobile. Il semble comprendre sa bévue, s’embarrassant lui-même de se paroles. Tu n’as pas le temps d’ouvrir la bouche pour faire connaître ton mécontentement que la petite genin prend la parole.
Ses mots sont sages. Il y en a certain qui devrait prendre exemple.
Puis il s’empourpre dans ses dernières paroles tentant de rattraper son erreur. Tu n’as pas pitié ne serait-ce que l’espace d’une seconde. Malgré tout, il a raison, tes cheveux sont très visibles, tu le sais et c’est d’ailleurs l’un de tes principaux problèmes en mission. Ces cheveux que tu tiens d’on ne sait où exactement. Ta damnation personnelle, le stigma de ton existence imprévue. Tu chasse rapidement cette pensé de ton esprit. Tu ne te laisseras pas emporter dans ce tourbillon d’idées noires. Ce n’est pas le temps. Tu es bien heureuse de pouvoir concentrer ton attention sur cette mission, plutôt que sur le visage de ta défunte mère à qui tu ne ressembles pas vraiment.
Hako approche son visage de toi, un sourire malsain au visage. Elle prépare quelque chose. Tu n’es pas vraiment surprise de voir ses insectes sortir de leur cachette, par contre, de l’avoir s’entourer d’eux comme si elle portait un manteau te fait frissonner. C’est franchement dégoutant ce truc, mais tu ne dis rien. Quelque part ans ton esprit, tu as déjà accepté que cette gamine allait repousser toutes les limites du ridicule. Son discours n’aide pas non plus à prendre sa démonstration au sérieux. Bien trop optimiste cette gamine.
Le chunin termine d’expliquer les détails de son plan, demandant ton avis et celle de la petite fille. Tu ne réponds pas. Il n’en est pas question. Il se répondra tout seul.
Du coin de l’œil tu vois la genin parler avec samouraï et revenir une cape sur les épaules. Ingénieux. Tu décides, donc, de l’imiter, demandant à ton tour une cape pour le bien de ta mission. Lorsque tu reviens vers le groupe, Hako te tends un insecte que tu fixes, encore en silence, alors que le regard qu’elle pose sur ton tatouage ne t’échappe pas. Tu te demandes un instant ce qu’elle en pense, avant de te ressaisir. L’insecte, tout petit, tout noir sur le bout de son doigt. L’insecte sera pratique, il n’y a pas de doute dans ton esprit. Tu opine de la tête et observe l’insecte obéissant aux ordres de sa maîtresse se faufiler sur toi et trouver un abri dans le noir de tes vêtements.
Rapidement, tu mets la cape sur tes épaules, remontant le capuchon pour finalement cacher tes cheveux … tes cheveux trop visibles, trop roses, pas assez Yamanaka. Tes cheveux que tu te fais un point d’ignorer la plupart du temps, lorsqu’on ne te fait pas y penser aussi brutalement. Tu jettes un dernier regard noir au jeune chunin avant de détourner les yeux et poser ton attention sur la simagrée de la jeune Aburame.
Le doigt de la petite fille pointe le jardin alors qu’elle déclare la guerre à l’empire. Tu soupires, prends sa main et pointe la direction du bazar avec le doigt volontaire de la petite genin. Puis tu passes devant elle, d’un pas qui ne se veut pas presser. Tu te glisse à l’extérieur, te faisant discrète, à la recherche d’un samouraï à capturer.





Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hayasa Akizuki
Uzushio no Chunin
Messages : 21
Date d'inscription : 19/08/2018
Age : 28

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang B
Ryos: 91
Expérience:
48/1200  (48/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
- Promis, Hako-chan, je ne ferai plus jamais de remarques désobligeantes de ce genre.

Je souris à la jeune Genin qui agite son doigt devant mon visage. Ou, tout du moins, en direction de mon visage étant donné sa petite taille. J’aime beaucoup son enthousiasme et il est particulièrement communicatif. Elle me rappelle un peu Akai-kun, mon ancien élève. En un peu plus extravagante, tout de même. Et son plan de formation est extrêmement bien ficelé, qui plus est. Je hoche la tête pour lui faire comprendre que je suis entièrement d’accord avec ce dernier. Ca me paraît la meilleure idée. Si je peux être en première ligne et prendre les coups à la place de mes partenaires de mission, c’est parfait. Et grâce à ma vitesse de réaction, je pourrais agir rapidement si on croise une patrouille trop importante.

Je croise un instant le regard de Yamanaka-san et je lui adresse une moue d’excuse, même si à la vue de la lueur furieuse au fond de ses yeux, j’ai comme l’impression qu’elle n’hésiterait pas à me planter un kunai dans le dos à la moindre occasion. Je devrais faire attention à avoir un peu plus de contrôle sur mes pensées et surtout sur ma bouche qui a tendance à lâcher des phrases au pire moment. Je me note qu’il faudra que je m’excuse plus sérieusement avant que la mission ne débute vraiment. Je tiens à ce nous restions une équipe soudée malgré nos différences flagrantes.

Puis, Hako-chan nous fait une démonstration des plus intéressantes. J’écarquille les yeux à ses mots et surtout, en voyant la nuée d’insectes noirs qui l’enveloppe comme un manteau de ténèbres. Impressionnant, mais je doute que ce soit vraiment efficace, d’autant plus que vu son discours précédent, elle en aura besoin pour d’autres utilisations plus propice à notre objectif. Quand elle s’approche de moi, je hausse un sourcil et elle m’explique le rôle de l’insecte qu’elle fait voleter dans ma direction et qui vient se perdre dans mes vêtements. Je le sens à peine et je réponds d’un sourire.

- Excellente idée, Hako-chan. Décidément, tu es pleine de surprise et ça nous sera très utile. Après tout, dans le chaos de la bataille, il est de toute façon très probable que nous finissions séparés, même si je préférerais éviter ça. Si Yamanaka-san se retrouve seule contre une patrouille samouraï et qu’elle est repérée, ses capacités d’infiltration ne lui serviront pas et elle sera à leur merci. Et il n’est pas question qu’un membre de mon équipe soit mis en danger par ces envahisseurs.

Je récupère une des capes que nous ramènent les hommes de Chûritsu, avant de l’enfiler en imitant la belle kunoichi qui m’ignore toujours. Une fois la capuche mise en place, j’observe l’échange amusant entre la Konohajin et l’indépendante, qui me lance un nouveau regard. J’ai l’impression qu’ils sont de plus en plus noirs. Je soupire avant de m’approcher d’Hako-chan quand notre complice s’est déjà avancée en direction du bazar.

- Hako-chan, je compte sur toi pour assurer nos arrières. Je te fais confiance.

Posant une main sur sa tête, amical, je lui souris avant de rattraper en vitesse la kunoichi spécialisé dans l’esprit et l’assassinat, posant une main sur son épaule avec douceur, pour faire en sorte qu’elle s’arrête sans se sentir agressée.

- Yamanaka-san…

Je cherche mes mots quelques secondes, avant d’incliner la tête, humble.

- Je tiens à sincèrement m’excuser pour ma remarque. Elle était déplacée et je vois bien que vous semblez me haïr pour cette raison. Mais je voulais simplement vous dire que je ne voulais pas vous froisser, d’autant plus que je trouve votre chevelure magnifique.

Je me redresse en plongeant mon regard rougeoyant dans le sien, la main toujours sur son épaule, avant d’observer les lieux, dans la direction de Grand Bazar.

- Après la mission, vous pourrez me punir, m’insulter ou me frapper si vous le voulez, mais il faut que nous soyons soudés pour mener à bien notre mission et libérer les pauvres ninjas qui se sont fait capturer par ces samouraïs. Et comme nous l’avons convenu, je vais passer devant et m’assurer de vous prévenir d’un signe si nous croisons une patrouille trop fournie pour ce que nous recherchons, tout en vous protégeant si nous somme repérés avant de trouver un captif convenable. Ceci sera le signe de danger.

Je regarde Hako-chan qui nous suit et leur montre un petit signe de la main en espérant qu’elles le mémorisent, même si je n’ai pas vraiment de doute à ce sujet.

- Et maintenant, on évite le plus possible de parler tant que nous ne sommes pas sûrs d’être seuls.

Puis je m’engouffre sous la pluie, suivi de la jeune femme et de la Genin qui ferme la marche, me penchant pour être le plus discret possible, guettant le moindre mouvement, le moindre danger, sur mes gardes. J’en profite pour sortir un kunai de ma poche, serrant mes phalanges autour de l’arme pour parer à toutes éventualités. S’il faut tuer ou me sacrifier pour que la mission soit menée à bien et que mes camarades puissent continuer, ainsi soit-il.

Même si la nuit est tombée et que la pluie plus nos capes nous offrent une protection suffisante, on ne connaît pas les capacités de nos futurs adversaires, alors je préfère être trop méfiant que pas assez. Il est temps de remplir notre mission et de sauver les prisonniers. Tous, sans aucune exception.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Aburame Hako
Konoha no Genin
Messages : 190
Date d'inscription : 15/03/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Genin - Rang C
Ryos: 419
Expérience:
742/500  (742/500)
Voir le profil de l'utilisateur
Le camp n°13

Hako se drapa dans le manteau à capuche marronâtre sombre qu'elle avait demandé à un pauvre serviteur Chûritsu un peu dépassé par son déluge verbal et ses exigences (mais un bandeau frontal de Konoha faisait des miracles).
Ne pas afficher sa glorieuse tenue vert-pomme et tartan ne la mettait pas de bonne humeur.
Et plus, ce truc ressemblait (même, et surtout à l'odeur) à une vieille couverture qui gratte... Bah, s'il fallait en passer par là pour rassurer miss-rose-bonbon, elle ferait un effort.
Et puis, ils avaient de pauvres hères à sauver !

En tout cas, bien vite Hako retrouva son sourire malgré son sur-vétements des plus disgracieux. Les deux adultes (et ninja plus expérimenté) avaient (plus ou moins) écoutés ses avis et même accepter ses insectes-marqueurs.
Chose qui n'était pas évidente pour des non-konohajin qui n'avait sans doute jamais travaillé avec une Aburame. Tant de gens avaient une phobie déraisonnable des insectes... Et c'était encore pire après qu'ils aient croisé ou affronter un membre de son clan.

Le lutin vert de Konoha (hélas sous couverture) commençait d'ailleurs à bien apprécier l'uzujin. Fidèle à la tradition diplomatique de son Village Caché, il essayait d'arrondir les angles entre elle et la glaciale et hautaine Yamanaka.
Et puis c'était aussi un pratiquant du noble art du cassage de gueule à coups de pieds et de poings. Des gens souvent francs et directs, comme les appréciait Hako. En plus, il semblait avoir un peu d'humour, lui.
Il accepta même son ordre de marche proposé.
"Pas d'problème ! Je vais veiller sur vos mignonnes petites fesses !" assura-t-elle, prenant une pose victorieuse avec un sourire étincelant. "Allons-y, maintenant que la nuit est tombée !"

Sautillant, mais ayant (secrètement !) une petite boule d'appréhension au ventre. C'était tout de même une mission d'importance pour une genin, aussi douée soit elle. Et elle n'avait pas ses coéquipiers habituels, son senseï et sa douce Yume aux merveilleux yeux lavandes...
Elle prit une profonde inspiration et rassembla son courage (heureusement qu'elle n'en manquait) pas et sortis sur les remparts de Baransu battus par la pluie.
Allez, il était temps de prouver au monde la valeur des ninjas de Konoha !

Hako grimaça en sentant la pluie glacée (même pour un été) gorger d'eau sa cape déjà bien moche, la rendant encore plus sombre amis aussi plus collante. La jeune Aburame n'aimait pas la pluie, tout comme ses insectes. Ou alors, de loin, bien à l'abris. Mais au moins, cela réduirait la visibilité d'éventuelle observateur.
Hummm... Qui disait pluie disait boue, flaque, herbe et cailloux glissant... Mieux valait prendre ses précautions, déjà que le vent de cette étrange tempête menaçait d'expédier au bas des murailles la minuscule kunoichi.
Promptement, la petite genin signa quelques mudra.
"Suimen Hoko no Gyo !" murmura-t-elle, en concentrant son chakra sous ses pieds. Il serait idiot de se faire repérer en glissant comme une idiote dans la boue ou en faisant des bruits d'éclaboussure en traversant une flaque d'eau...

Usant avec parcimonie de cette technique pour descendre en silence le long des murs de la cité assiégée, Hako suivit ses coéquipiers du jour (enfin plutôt, de la nuit).
Il leur fallait traverser l'ancien bazar, réduit à néant par l'assaut de Tetsu et transformé en no-man's land bourbeux.
Hako ressentit soudain une colère intense envers Tetsu et son attaque sans pitié. Pour une fois que les ninjas du monde entier échangeaient en harmonie, voilà qu'ils venaient tout gâcher !
Et elle s'était tellement amusée à parcourir les étals chamarrés des vendeurs venus de tous horizons. Certain, ils vendaient surtout des instruments de mort et destruction pour des assassins à louer, mais l'ambiance avait été géniale, festive et exotique !
Et l'Empire avait tout gâché... Ils allaient payer !

Ah non. La mission. Se concentrer sur la mission : délivrer des prisonniers !
Malgré sa colère du juste, Hako doutait pouvoir défier le type qui avait décidé cette invasion et lui coller un bon coup de boule.
Elle se calma donc (un peu) et suivit les autres ninjas.
L'uzujin au visage en lame de couteau leur enseigna un signe, afin de communiquer en silence.
C'est vrai que les équipes de shinobi faisait souvent ça (elle se remémorait vaguement un cours là-dessus à l'Académie, mais sans plus... Elle devait s'être endormie, car ça avait l'air chiant).
Mais on était maintenant dans une opération réelle, sur le terrain et non dans une salle de classe. Elle prêta donc attention aux propos et au geste de l'autre spécialiste en Taijutsu.

La minuscule kunoichi avança rapidement, suivant le plan et fermant la marche. La jeune fille put alors constater toute l'horreur du conflit.
L'ancien Bazar n'était plus des ruines bourbeuses, des cratères ou des bouts de bois qui fumait encore malgré la pluie battante.
Et parfois... Des corps. De civils. De ninja. Mais aussi, de l'Empire : ninja et Chûritsu avaient âprement lutté contre l'assaut surprise.
Surmontant sa révulsion, la kunoichi vert-pomme s'approcha d'un cadavre d'assez petite taille. Oui, on dirait l'un des ennemis. Pas un samouraï, toutefois. Un pauvre péquenot en armure basique, sans doute à peine plus agée qu'elle, que Tetsu avait arraché à sa campagne pour l'envoyer crever dans la boue, une flèche Chûritsu dans l'œil sous les murailles d'une citée dont le seul tord était de tolérer une fois l'an les shinobi...

"Un instant..." souffla-t-elle à ses compagnon et en ôtant sa cape puis, sans pudeur une partie de ses vêtements voyants et froufrouteux qu'elle plia et rangea dans sa besace. "La taille ne va pas tout à fait, j'suis trop petite, mais de nuit et de loin..."
Elle s'empara de l'étrange casque conique (le jingasa, même si la petite Aburame n'en connaissait pas le nom),  et de quelques bouts bien voyant de l’armure abimée du guerrier de Tetsu, pas assez pour constituer la moindre protection, mais cela lui fournissait un début de déguisement. Après un instant d’hésitation, elle repassa la cape moche autour de ses épaules, sans mettre la capuche. Cela pourrait très bien coller avec ce qu’un pauvre gars de l’armée au cul gelée sous cette pluie aurait pu récupérer dans les décombres pour se tenir au chaud. Et ça lui permettait de masquer un peu sa corpulence de fillette.
"Mouaip... Pas terrible." maugréa-t-elle à voix basse en contemplant sa nouvelle apparence dans une flaque d'eau. "Mais ça trompera peut être les ennemi de loin et ça ne me ralentira pas."
Bien qu'elle ne connaisse pas le terme, mais si on l'apercevait cette nuit, sous la pluie, elle espérait passer de loin pour un ashigaru blessé et fatigué, regagnant ses pénates après une dure journée.

"On peut y aller... Trouvons un gentil monsieur pour nous indiquer les us et coutumes de nos nouveaux amis les samouraï de Tetsu..." souffla-t-elle avec un sourire goguenard.
Ils devaient également franchir les lignes ennemis et gagner la région du camp de prisonnier, donc l'emplacement leur avait vaguement était révélée par le survivant ayant échappé à la première rafle de l'Empire.

Étant la moins gradée, elle décida de laisser faire (que c'était dur) les deux autres ninjas pour l'instant, ne servant que d'arrière-garde au cas où.
Visiblement, la Yamanaka était une spécialiste de l'infiltration ou de l'espionnage (ou du moins, le croyait-elle). et elle avait un plan.
Hako se dissimula donc dans les ombres, suivant ses compagnons avec son nouveau "déguisement", l'œil aux aguets. Il faisait sombre, la pluie était encore bien présente, quoique moins qu'en ville. Elle essayait de repérer des feux de camps ou des torches de patrouille ennemie, qui pourrait gêner l'approche de ses coéquipiers du moment.
Elle se tint prête à intervenir au besoin.


Récapitulatif combat:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 334
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sing sing little ninja
La nuit aurait put être très calme si l’empire Tetsu n’avait pas eut la brillante ide d’attaquer Baransu. Le Shogun souhaitait faire un coup d’éclat, montrer à tous la puissance de son armée qui surpassait cet pathétique ninja. Mais le Shogun n’était pas là, heureusement ou malheureusement selon le point de vue : couper la tête du serpent était une bonne idée pour qu’il arrête d’attaquer, seuls ses troupes et certains de ses généraux étaient là. Le camp était protégé par une immense palissade de bois où étaient érigées des tours de gardes. Bien organisé en quartier il était solidement gardé et protégé. Il y avait deux quartiers de prisonniers : une véritable prison en dur destinée aux shinobis qui était beaucoup trop silencieuse et celle des civiles qui étaient composée de simples tentes entourées de samouraï. De temps à autre certains samouraïs venaient chercher des civiles pour les faire travailler. Un des quartier étaient également bouillant d’activités, au vu des odeurs : c’était le quartier des  soins, cela puait le sang et les humeurs putrides, mais le pire restait les hurlements et les cris venant d’une immense tentes ou un spectacle macabre se déroulait en ombre chinoise. Les tentes ensuite venaient grouillantes de vies de samouraïs Quelques tentes plus grandes et plus propres indiquaient des hauts rangs, mais la plus importantes se trouvait dans la prison des Shinobis. S’infiltrer dans ce gigantesque dragon s’annoncer plus complexe que prévu.

Les samouraïs malgré leur acharnement à se prouver qu’ils étaient meilleurs que les ninjas ressentaient malgré tout des besoins humains : fatigue, désirs de chair à consommer, tout type de chair, envie de s’enivrer. On voyait dans le campement plusieurs femmes voluptueuses se promener en riant vulgairement, arborant des chevelures colorées, coiffés sublimement, portant quelques vêtements les mettant en valeur en dénuant leur corps. Certains samouraïs avaient ôté leur armures abîmées et se délaissaient avant de retourner au combat. L’ambiance était étrange. Si bien que malgré l’assaut certains quittaient discrètement le camp pour aller uriner dans les bois où travaillaient les esclaves. Plusieurs cavaliers porteurs de messages allaient et venaient portant des rapports sur la situation. Et la situation pour les ninjas n’était pas forcement des plus brillante.
Feat.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Yamanaka Sayuri
Indépendant
Messages : 78
Date d'inscription : 21/08/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Rang A
Ryos: 139
Expérience:
233/2000  (233/2000)
Voir le profil de l'utilisateur

ft. HAYASA Akizuki et ABURAME Hako

une équipe composée sur le tas, une mission urgente de rang B, une guerre surprise

L'opération qui commence




Au contact de la main du chuunin, tu te raidis. Tu ne t’y en attendais pas. Alors qu’il t’interpelle, tu tourne la tête vers lui. Tes épaules sont crispées et ton regard ne présente aucune émotion. Il s’incline pour te demander pardon. Tu t’apprêtes à lui répondre sans animosité, pour une fois, soulignant ses manières, mais le dernier commentaire qu’il ajoute sur ta chevelure suffit à te faire détourner la tête.
Tu retires sa main de ton épaule dans un geste brusque et sans rien dire. Il continue son monologue, mais tu ne l’écoute même pas et avant même qu’il termine tu te retournes vers le bazar, signifiant que tu ne veux plus l’écouter. Mais qu’est-ce que son problème avec tes cheveux ? Peut-il cesser de les mentionner. Tu es prête à passer l’éponge s’il cesse de mentionner leur existence ne serait-ce qu’un instant ! En fait, c’est exactement ce que tu allais faire, mais il a fallu qu’il en rajoute !
Tu entends le jeune homme expliquer des signes à la petite genin, ceux qui permettent de communiquer les ordres les plus simples en silence. Puis, Hako déclare qu’il est temps de partir. La nuit s’est levée, installant un drap sombre sur le monde, déjà gris par l’orage qui ne s’est pas améliorée. Tu soupires avant de te mettre en route suivant la formation établie lors des dernières délibérations.
Devant toi, le Grand Bazar n’est plus rien. Que des ruines, plus aucune trace du festival et de ses festivités. L’air est lourd, chargé par la peur, la violence, la guerre. Bien que tu sois une kunoichi aguerrie, cette ambiance est tout de même la cause de serrement dans ta poitrine.
Des rigoles d’eau couvrent le sol boueux, les débris du bazar tombent sur les différents chemins rendant l’accès au site plus pénible. Partout, des corps ensanglantés, ou non. La mort règne en maître. Tu as tué dans ta vie, mais le spectacle sous tes yeux reste difficile à supporter. Tu es humaine après tout, aussi peu émotive sois-tu.
Hako demande d’attendre le temps qu’elle récupère quelques objets sur le corps d’un jeune homme probablement envoyé par Tetsu. Tu la regardes faire quelques secondes, mais tu n’accordes pas plus d’importance à ces actions. À la place, ton regard se tourne vers l’horizon. Tu cherches des yeux un samurai.
Mais en vain pour l’instant. Lorsque la petite kunoichi en vert eut fini son pillage, vous avez repris votre chemin, toi et ton équipe de fortune.
Il pleut toujours. Tu n’aimes pas la sensation de tes vêtements humides plaqués contre ton corps ou encore celle de ta cape qui se colle à tes jambes à chacun de tes pas.
Votre n’avancez pas à pleine vitesse, une mission du genre demande une certaine discrétion et le son de vos pas ne l’est définitivement pas, faisant un plic-ploc régulier.
Bientôt, dans les décombres, tu crois apercevoir une silhouette bouger. Tu prends couvert à l’arrière d’une poutre effondrée scrutant l’obscurité avec attention. Tu fais également signe à tes équipiers de s’arrêter.
Tu cherches quelque chose quoi que se soit qui pourrait t’aider. Un petit animal ferait ton affaire, clairement. Alors tu scrutes le sol pour trouver un rat ou quelque faune que se soit. Heureusement, tu en trouves un. Tout trempé et effrayé par ce qui vient de se passer qui tel un charognard fouille les décombres à la recherche de nourriture.
Tu tapotes du doigt l’épaule de l’Hayasa pour attirer son attention et tu pointes le rat. Tu ne dis pas un mot, n’étant pas entièrement certaine d’être seule, mais les gestes que tu fais avec tes mains laissent supposer que tu as un plan.
Fixant l’animal, tu fais un mudras exclusif au clan Yamanaka. Ton corps s’effondre au sol, alors que ton esprit se dirige vers le petit animal dont tu saisis le contrôle. Aussitôt dans son corps crasseux et répugnant, car il faut bien se l’admettre un animal de ce genre reste dégoûtant, même lorsqu'il apporte de l'aide, tu te redresses sur ses pattes arrières fixant tes équipiers tentant de leur faire comprendre que tu te trouvais désormais dans le corps de cet infecte animal (tu n’es pas réellement certaine d’avoir réussi, mais tu leur expliqueras plus tard, lorsque tu réintégreras ton corps pour faire un rapport de la situation), puis tu fonces dans la nuit pour mieux t’approcher de la silhouette que tu as cru voir. Tu avances assez rapidement malgré ce corps si minuscule. Son poil mouillé est encore plus inconfortable que tes vêtements. Clairement, tu n’es pas faite pour les guerres ...






Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Aburame Hako
Konoha no Genin
Messages : 190
Date d'inscription : 15/03/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Genin - Rang C
Ryos: 419
Expérience:
742/500  (742/500)
Voir le profil de l'utilisateur
Le camp n°13

Hako fermait la marche sous la bruine, au milieu de ce champs de bataille sordide et boueux. La jeune genin ayant revêtus les maigres effets d'un mort n'avait plus guère envie de plaisanter... Pour l'instant !
Un mince sourire torve s'étira sur son visage poupin dà demi-dissimulée sous l'ample jingasa conique. Elle n'allait pas se laisser abattre par l'ambiance mortifère du bazar dévasté. Son nindô la poussait à rire face à la mort, à la défier en ricanant.
Mais bon, bonbon rose acidulée serait sans doute contre et même une folle furieuse intrépide comme la petite Aburame se doutait que défier ainsi l'armée de Tetsu serait probablement une mauvaise idée.

Elle se contentait donc de suivre les ninjas adultes (sensément plus expérimenté), en silence, progressant d'abris en couvert et profitant de l'obscurité nocturne pour masquer sa progression.
La Yamanaka qui semblait s'être imposée (hélas) comme cheffe du groupe s'arrêta soudain. Elle devait avoir repérer quelques choses.
Hako rejoignit les deux adultes, attendant la suite. En tendant l'oreille, elle descella certain bruit dans la nuit. Au loin elle discernait également le reflet d'un vague éclairage. Ils devaient approcher.

La kunoichi aux cheveux roses leur fit signe de se taire, ayant repéré des mouvements non loin. Hako roula des yeux avec exagération : comme si elle était une idiote ! C'est pas parce qu'elle aimait s'habiller de vert provoquant qu'elle n'y connaissait rien en infiltration ! Son clan était même connu pour ça !
Mais la Yamanaka n'expliqua rien, même par signes codés ou murmures. Elle se contenta de caresser l'uzujin et de lui montrer quelque-chose que la petite Aburame ne vit pas dans le noir, notamment à cause de son imposant couvre-chef volé.

Et soudain, la froide ninja indépendante s'effondra dans les bras d'Akizuki.
Sérieusement !?
Elle allait le draguer ici ? Ou bien était-elle blessée ou sous l'effet d'une technique ennemi ? Fébrile, Hako se rapprocha, quittant son poste de vigie pour s'enquérir de l'état de la kunoichi aux cheveux couleur bonbon, jetant des coups d'oeil nerveux aux alentours.
Elle savait qu'elle aurait dû déployer ses légions de guetteurs, même si l'essaim faisait la gueule avec cette pluie froide !

"Ne me dit pas qu'elle s'est évanouie juste après un peu de marche sous la pluie..." grogna la petite Aburame à voix basse à l'oreille de l'uzujin.
Ce dernier secoua gentiment la tête et désigna un rat (beurk !) qui s'enfuyait. En chuchotant, il expliqua à la petite genin le principe du fabuleux (et terrifiant) ninjutsu propre au clan Yamanaka.
Hako siffla en silence, impressionnée. Ça c'était de la méthode d'infiltration et d'espionnage bien vile !
Mais bon sang, elle aurait quand même pu prévenir ou en parler ! Elle s’était inquiétait pour rien… Et elle aurait pu dire à la kunoichi au tatouage d’araignée qu’elle disposait elle aussi de manière d’espionner, avec ses insectes.

Soudain, l'uzujin se raidit à jura à mi-voix. Alors que Sayuri s'était mentalement absenté, une imposante patrouille à cheval de l'Empire du Fer leur arrivait dans dos ! Quel manque de bol !
Hako rougit : cela aurait dû être son rôle de surveiller ça. Et zut ! Elle n'aurait pas dû abandonner son poste pour se rapprocher !
L'uzujin lui confia le corps pesant de la kunoichi dont l'esprit hantait à présent un rongeur.
Il annonça qu'il allait faire distraction et lui confiait la garde de la rosée.

Avant que la kunoichi vert-pomme (déguisée) n'ai pu protester, le maître de Taijutsu des Tourbillons s'élança, attirant sur lui le regard des cavaliers. Tout de fer vêtu, ils portaient des masques grimaçant et des armures aussi sombres que la nuit.
Dans un hennissement, ils le prirent en chasse, laissant Hako et son fardeau à l’abri derrière une pile de débris.
La jeune Aburame resta immobile, attendant en silence le "retour" de la Yamanaka. L'uzujin quant à lui ne revint pas : cela avait tout l'air d'être une troupe d'élite qui l'avait pris en chance et il allait sans doute devoir les entrainer fort loin pour espérer les semer...

Pourraient-elles toutes les deux réussir la mission ? Deux kunoichi seules contre une prison de Tetsu, dont une genin. Et une spécialiste de l'infiltration, une espionne sensuelle... Comme elle avait été fort vague sur ces capacités, Hako n'avait pas la moindre idée de ses capacités de combat.
Seule dans le noir et sous la pluie, à veillait un corps évanouit qu'elle avait recouvert de sa cape crasseuse le lutin vert de Konoha sourit.
"Parfait..." souffla-t-elle d'un ton doux-amer. "J'ai toujours aimé les challenges ! Pas question d'abandonner !"


Récapitulatif combat:
 

HRP:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Yamanaka Ao
Indépendant
Messages : 56
Date d'inscription : 25/08/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: A
Ryos: 275
Expérience:
260/2000  (260/2000)
Voir le profil de l'utilisateur





Juste un ninja de plus
ft. Hako, Sayuri
« ... Bon. Qui est-ce qu’il faut que je tue.»




J’accompagnais Sayuri quand c’est arrivé. Mon travail était simple, pourtant; je devais la laisser faire sa cueillette d’information tranquille, rester aux alentours, profiter du festival, et intervenir si besoin est. Sur papier, ça semblait très simple, je l’avoue. Il y a juste eu ... des complications.

C’est suivant l’invasion que je l’ai perdue complètement de vue. Du moins, que je m’en suis rendu compte. Bon, on me dira que je suis nul de perdre Sayuri, au vu de quelques détails capillaires qu’il faut absolument taire, mais... oui, je suis nul, bon. J’étais trop occupé à rêvasser aux détours de chaques allées pour me rendre compte de mon échec, pourtant flagrant.

Au moment du regroupement, ne l’ayant pas retrouvée, je finis par me faire coincer et trier, puis confier une mission. C’est en questionnant monsieur Chôritsu, qui essayait de me refiler une tâche bidon (enfin j’imagine; j’avais trop de questions à lui poser pour l’écouter), que j’ai été informé qu’elle avait été envoyée au front. Au front. Sayuri. Au front. C’est après plusieurs longues minutes à faire mon obstiné que j’ai pu lui arracher une information vague à propos d’où ma camarade avait été déléguée.

Et c’est à cet instant qu’il m’explique que ma mission est de la plus haute-

Et c’est à cet instant que j’ai foutu le camp.

***

Je me suis précipité en direction du bazar; tu es accompagné d’une petite fille en vert relativement bavarde et d’un grand gaillard musclé avec un air un peu trop sévère, à ce que j’ai compris en harce-... m’informant auprès des forces spéciales de déploiement de zone. Malgré le terrain sinueux et les remparts qui l’entourent, je vais le dire... c’est un peu trop facile. Je suis habillé en kimono, le dos pressé par un obi vraiment trop attachant, et je trouve encore le moyen de me glisser sans effort, mais la bruine est lourde, et ça, ça me fait vraiment chier. J’ai passé beaucoup de temps à faire la coiffure de Sayuri, et aussi la mienne.

Un signe de vie au loin; je m’y dirige sans trop de bruit, rôdant autour de ce que j’imagine être les ruines d’une partie du bazar, près d’un campement. J’entends le son de chevaux, et je me faufile dans des décombres de ce qui était probablement une échoppe, silencieux. J’entends ensuite des bruits de sabots, et au dessus d’eux, un bombardement de pas de course rapides, voyant un homme s’enfuir plus loin, les sentinelles partant à sa poursuite. Puis, un rat. Je sors à la hâte d’entre les restes de murs, regardant la créature aux intentions obscures...

Qui me fait un signe avec sa tête.

Un signe insistant, avec sa tête, pour ensuite repartir.

J’ai rapidement compris, et je suis parti en direction opposée au rat; effectivement, je suis tombé sur ce que j’imaginais trouver. Sayuri encore partie fouiller dans les poubelles, un corps vide sous un épais matériau avec des cheveux roses qui dépassent, et une petite fille en vert.

«... Bon...» Je soupire.

Je regarde la petite, peu surpris de sa présence, et je lui parle d’un ton rassurant. «La fille que tu caches, je suis avec elle. T’en fais pas, je jure que je ne suis pas un ennemi.» dis-je en lui souriant, me joignant à elle en m’agenouillant par terre, près du corps léthargique de Sayuri. «Si tu ne me crois pas; elle a pris le corps d’un rat. Elle a les cheveux roses et elle déteste ça. Elle a un tatouage d’araignée, entre les seins.»

Je m’installe avant de fermer les yeux, en faisant un signe de main simple pour éveiller mes sens et déceler le chakra environnant; je compte bien rester caché ici jusqu’au retour de mon équipière, et veiller sur elle. Et oui, sur toi aussi. J’imagine donc que les bruits que j’avais entendu, c’était l’homme du groupe qui était parti en courant.


Fiche par (c) Miss Amazing
Crédit image : ©️️ ForgottenPantaloons


”Résumé”:
 

”Hors RP”:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Miyamoto Akai
Uzushio no Genin
Messages : 115
Date d'inscription : 01/06/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Genin - Rang C
Ryos: 273
Expérience:
498/500  (498/500)
Voir le profil de l'utilisateur

POWERS RANGERS : ROUGE


Après ma rencontre avec le Konohajin et en cherchant un endroit où se reposer un peu, je croisai Akizuki-sensei. Cet homme était mon senseï de Taijutsu à l'académie, et il se battait rudement bien ! Je décidai donc de rester quelques temps avec lui, il semblait se diriger vers la Citadelle de Chûritsu.

Cependant, nous fûmes séparés dans la foule fuyante. Je ne le vis plus. Après tout, s'il se dirigeait vers la Citadelle, ce devait être pour prendre une mission, donc heureusement que je ne l'avais pas suivi, je l'aurai ralenti sinon.

Je décidai alors de me balader un peu, Kunaï au poing, regardant le champ de bataille au loin. Quel gâchis. Les hommes ne peuvent-ils donc jamais s'arrêter de faire la guerre. Je rêve du jour où on réussira enfin à instaurer une paix durable, quitte à éliminer les nations perturbatrices, comme le village de Suna, ou ce foutu empire de la Chrysanthème.

Perdu dans mes rêveries idéalistes, je fus d'un seul coup ramené à la réalité par un Kunaï qui atterrit juste à mes pieds. Tiens, au début, j'avais pu me dire que ce n'était qu'un Kunaï perdu dans le champ de bataille, mais non, j'aperçus un bout de papier accroché à la manche de l'arme. Un message sur un Kunaï, c'était typiquement la façon de faire d'Akizuki-sensei dans les cas d'urgence. Que s'est-il passé ?

"Akai, sors du Bazar et va dans la direction où ce Kunai a été lancé. Tu trouveras là-bas deux ninjas. Reste sur tes gardes, des ennemis pourraient se trouver sur ta route. Ton sensei, Hayasa Akizuki."

Mince, il avait donc besoin de mon aide. La main sur le fourreau de mon sabre, je partis dans la direction donnée...


***

Effectivement, l'itinéraire n'était pas des plus simples. Plus d'une fois, j'ai du fuir face à des samourais un peu trop menaçants.

Enfin arrivé, je pus apercevoir une... une enfant ? Mais que fait une enfant sur un champ de bataille ? Je remarquai alors le bandeau ninja sur son front. Le symbole de la feuille, c'était donc une ninja de Konoha. À ses côtés, une femme, au sol, de longs cheveux roses recouvrant son visage, comme inanimée, et un homme avec une teinture étrange. Sa chevelure bleue ne le rendait pas du tout discret au milieu de ce champ de bataille. Je décidai donc de me présenter :

- Enchanté, je suis Miyamoto Akai, ninja d'Uzushio, et ancien disciple d'Hayasa Akizuki. Il m'a envoyé un message comme quoi je devrais me rendre ici. Que faut-il faire ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 334
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sing sing little ninja
Le rat qui s’infiltra dans le campement des samouraïs puis voir clairement leur organisation militaire. Cependant, il semblait facile de s’y glisser du moment qu’on avait la bonne méthode. Des prostituées aux longs cheveux colorés, plus dévêtues que vêtues déambulaient avec grâce leur tatouages attirant l’œil ondulant sur leur peau. On entendait des rires et des bruits de sexes et de plaisirs dans quelques tentes. Certains samouraïs discutaient simplement avec les prostituées qui semblaient pouvoirs aller n’importe où dans le camps. Si une majorité étaient des femmes, quelques un étaient des hommes qui se faisaient tout autant tourner autour. On voyait également des membres de l’intendance se faufiler partout, cependant leurs zone de mouvement était réduite autour de leur cantonnement. Un des cuisiniers lança d’ailleurs un couteau sur le rat en le voyant. Une des prostituées s’assit un moment et discuta à portée d’oreille du rat avec l’une de ses collègues

« L’chef du camp est bizarre ! T’sais j’suis allée voir s’voulez d’moi, m’a fait demander ! S’appelle Ikaku Jin, ben, t’sais c’qui m’demandé ?
- Nan ?
- Si on’avait d’ptits garçons !
- Genre ?
- J’te le jure ! Il v’lait un p’tit bruns rien qu’pour lui ! L’a dit qu’payairait une belle somme si on lui en ramenait un… Un p’tit bruns, autour des douze ans quatorze max ! Plus jeune c’mieux quand même !
- T’es prête à faire ça ?
- J’suis pas une grosse dégueulasse ! Faire des trucs ouais, mais pas obliger un bébé à l’faire.
- T’as vu d’ailleurs ? Shigoti est pas v’nu ! Pourtant il a du succès !
- Il j’croyais que c’était elle ?
- Bah je sais pas ! Il paraît qu’iel fait les deux !
- Bah ça en fait plus pour nous ! »

Les deux femmes se levèrent et repartirent. De ce qu’avait glané le petit rats : les prostituées étaient assez bien vu et avaient de la liberté de mouvement, les ladyboy étaient recherché, et le chef de camp avait un faible pour les petits garçons. Sinon rien de plus sauf si le rat voulait aller voir vers les tentes, mais le moindre rat vers ces tentes était tué.À vous de voir.
Feat.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Yamanaka Sayuri
Indépendant
Messages : 78
Date d'inscription : 21/08/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Rang A
Ryos: 139
Expérience:
233/2000  (233/2000)
Voir le profil de l'utilisateur

ft. HAYASA Akizuki et ABURAME Hako

une équipe composée sur le tas, une mission urgente de rang B, une guerre surprise

Voilà qu'Ao se pointe, enfin quelqu'un qui te feras pas chier






Dans le corps poisseux et dégoûtant du rat, tu t’infiltras dans le campement de tes ennemis. On aurait davantage dit que ce camp était une foire. Des failles partout, des erreurs commises par un confiance débordante. Ils n’avaient clairement pas peur que des ninjas se rendent jusqu’à leur position. Tu couinas en guise de rire. Tu n’allais pas t’aventurer plus loin. Ce n’en valait pas la peine. Tu savais déjà ce que tu allais faire.
Tu annulas la technique de transposition qui avait transféré ta conscience dans le corps du rongeur. Alors que tu réintégras ton corps, tu te redressas d’un bond, inspirant bruyamment la une bouffé d’air.
C’est alors que ton regard se posas sur ton équipier (ton vrai équipier, celui que tu appréciais, pas un de ceux qu’on t’avait imposé à la va-vite et avec qui tu savais n’avoir aucune affinité) et, immédiatement ton expression changea. Confuse. Voilà. Sa présence inattendue, mais également fort appréciée dans se merdier te fit questionner l’endroit même où tu te trouvais. Tes yeux balayèrent ton environnement. Tu étais toujours derrière les décombres, mais ce n’était pas Akizuki qui te tenait dans ses bras, plutôt la petite genin à froufrous. D’ailleurs, il n’y avait pas que le visage de ton équipier qui s’était ajouter. Un jeune garçon d’Uzushiogakure au cheveux sombres se tenait non lion de vous. Il te fallu un effort surhumain pour ne pas bondir sur le garçon, une lame au poing lui posant une centaine de questions pour savoir ce qu’il faisait là, mais tu te doutais qu’il devait avoir dit quelque chose qui le classifiait maintenant dans tes alliés (de fortune et très temporaire) puisque tu avais l’impression d’un statut quo. Une impression facile considérant que tu venais tout juste de réintégrer ton corps et que tu ne savais absolument pas ce qui se passait.
Bon. Il fallait savoir s'adapter. Bien que de nouvelles présences survenue de nulle part de désarçonnaient un peu, tu n'en fis pas un plat. Tu voulais terminer cette mission. Tu en avais marre de la pluie, de la boue et des rongeurs.
Tes yeux glissèrent sur la jeune Aburame. Elle était trop près à ton goût. Tu te relevas rapidement, mettant de la distance entre toi et, dans le même mouvement, tu écartas la cape qui avait été posée sur toi.
Un soupire.
Tu pris la parole.

« Ao, ce camp, c’est n’importe quoi, une passoire. »

Tu regardes ses vêtements. Un kimono de toute beauté. Il ressemble encore à une princesse étrangère. Bien que ses cheveux soient trempés, plaqués contre son crâne et que son kimono ne soit pas en meilleur état, tu sais que ça fera l’affaire pour ce soir.

« On termine ça vite fait et essais de rentrer au domaine le plus rapidement possible. J’ai un rapport à faire … On va se déguiser, infiltrer le camp et ce habillés en prostitués. Tous les quatre. Ne dites rien, faites-le. J’étais au camp même où nous devons entrer il y a quelques secondes. Les prostitués se promènent en toute liberté. Sans restriction quelle qu’elle soit. »

Tu n’étais plus habillée avec ton beau kimono, mais ce n’était pas ça qui allait t’empêcher de ressembler à toutes ces femmes de petite vertu. Tu retiras ton chandail pour le remettre, mais cette fois-ci les manches étaient repliée à l’intérieur dégageant tes épaules et une partie de ta poitrine, exposant un peu plus clairement le tatouage que tu avais entre tes seins. Tu pris cape qui te recouvrait un peu plutôt et l’Attachas à ta taille comme un jupe. Bien sûr elle n’était pas colorée, mais tu savais qu’avec ta silhouette et, malheureusement, la couleur vive de ta chevelure, il était certain que tu allais attirer l’attention. De plus, pour mettre ta silhouette en évidence, tu roulas également le bas de ton chandail pour exposer ton ventre. Tu retiras le petit élastique qui retenait tes cheveux pour leur permettre de tomber dans ton dos, car, tu le savais, tu étais bien plus jolie avec les cheveux libre, alors qu’il ondulaient légèrement, en grandes vagues roses.
Tu portes ton attention sur l’unique personne que tu ne connaissais pas. Il était grand, malgré son jeune âge (car oui, il te paraissait vraiment jeune ce garçon et tu refusais de l’appeler autrement) et ses yeux étaient d’un rouge … Bon il n’avait pas vraiment tous les traits qu’espérait le responsable du camp, mais il allait te servir de toute façon. Sa posture te dit qu’il est extraverti, que ce n’est pas un garçon timide, mais il ne te semble aussi exubérant que la genin de Konoha.

« Ao, j’ai besoin de ta télépathie. On ne pourra pas rester ensemble lorsque nous serons dans le camp, alors il faut pouvoir communiquer. À moi et Hako. Toi, avec les cheveux noirs, tu me suis et tu fais ce que je te dis. Crois-moi je sais ce que je fais, d’accord ? oh. Et tu fais quoi toi ? Je veux dire … si tu ne sais pas faire de genjutsu, je ne vais pas t’en demander, mais pour ça, il faut que je sache que t’en fais pas … »

Tu n’avais pas envie de refaire toute l’explication ou d’entendre tout le monde faire leurs petites présentations encore. Pas alors que vous étiez si près du but et si près du territoire ennemi. Il fallait que vous tous restiez concentrés sur votre environnement.





Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Aburame Hako
Konoha no Genin
Messages : 190
Date d'inscription : 15/03/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Genin - Rang C
Ryos: 419
Expérience:
742/500  (742/500)
Voir le profil de l'utilisateur
Le camp n°13


Hako se demandait quand la dame-rat-rose-bonbon se réveillerait. Il se passait quoi avec sa technique louche si jamais un tetsujin un peu affamé (ou aviné ou s'ennuyant) décider de faire un carton sur l'animal qu'elle habitait ?
Est-ce qu'elle n'était pas juste en train de veiller sur un cadavre ?
Non. La kunoichi respirait encore.
Combien vous pariez qu'elle ne remercierait même pas la genin de s'être occuper d'elle et de l'avoir protégeait du froid et de la pluie ?

Soudain, un homme (?) sortit de la bruine morose qui douchait les ruines du champ de bataille. Immédiatement Hako fut en alerte, saisissant un kunaï dissimulée sous la pelisse/couverture/machin puant qui recouvrait son fardeau Yamanaka.
L'étranger sembla s'apercevoir du mouvement et essaya de rassurer la jeune Aburame sur ses intentions.
Il donna assez de précision pour vaguement convaincre la minuscule konohajin, qui resta néanmoins sur ces gardes.
"Ok..." marmonna-t-elle, essayant de passée pour menaçante et dangereuse (ce qui était discutable). "On va dire qu'avec ta tignasse et ses détails, vous faîtes la paire. Mais au moindre geste suspect..."
Elle ne termina pas sa phrase, mais les ombres s'agitèrent.
Car ce n'était pas que des ombres. Dans les anfractuosités alentours, dissimulée dans les ténèbres, des millions de mandibules cliquetèrent. Un flot noirâtre d'insectes dévoreur de chakra jusqu'alors savamment dissimulés regagna les manches de la jeune Aburame.

Soudain, une autre ombre sortis du rideau de pluie, révélant un jeune homme.
Celui-ci se présenta comme un disciple de l'uzujin, envoyé en renfort par son maître qui se chargeait de faire diversion.
Hako hésita : cela sonnait un peu trop gros, comme coïncidence. Bon, ça sonnait bien comme un niais uzujin, mais quand même. Cet adolescent (comme elle, mais évidemment c'était un gamin pour le lutin vert de Konoha et son ego) avait aussi une mine vaguement trop samouraïesque à son goût...
Mais avec le bleuet en plus, si elle devait affronter les deux tout en protégeant la rosée, ça allait s'annoncer pénible...

Alors qu'elle tergiversait, la Yamanaka dont elle avait la charge remua.
Elle reprit vite conscience et s'écarta presque avec dégoût de la jeune Aburame. Hako sourit méchamment : elle avait l'habitude de ce genre de réaction face à son clan. Ou alors bonbon-rose n'aimait le doux contact des femmes.
En tout cas, elle sembla aussitôt reconnaître l'homme... le garçon... l'androgyne aux cheveux bleues. Hako soupira de soulagement : elle avait bien fait de ne pas tenter de l'occire !
Du coup, l'autre uzujin était peut être lui aussi réellement venu en renfort... Elle lui exposa donc rapidement la mission, en étant la plus vague possible.
A contrecoeur, elle se sépara à nouveau de deux femelles kikaichuu qu'elle proposa à es deux nouveaux compagnon comme "marqueur".

Sayuri exposa au groupe encore plus bigarré qu'avant son nouveau plan, issus de ses observations.
Visiblement y'avait quelques-uns à Tetsu qui aimait la bonne chère ! Bah, on lui avait parlé de sa, lors de sa formation à l'Académie. Souvent à l'arrière des armées se trouvaient tout un tas de parasites : filles à soldats, dépouilleurs de cadavres et même trafiquants qui apportaient alcool et réconfort à la soldatesque. Les chefs toléraient ça (ou pas, selon les généraux) pour le moral des troupes loin de chez elles...

Hako se creusa un peu la tête, essayant de se rappeler ses leçons d'infiltration "spécial kunoichi" basée sur la séduction.
Hummmm... Pas brillant. Elle n'avait aucune expérience dans la chose et de ce qu'elle s'en rappelait, sa formatrice n'avait guère insisté après l'avoir examinée d'un soupir las.
Du coup, elle était plutôt dubitative. Il fallait être franche avec elle-même : niveau atours féminins et charme, elle n'était pas très bien placée (surtout face à cette Sayuri dont c'était visiblement le corps de métier).
Bon, elle pouvait cibler un public très spécifique (et tordus) ou une Hyûga aux yeux lavandes, mais niveau de crédibilité en putasserie, le lutin vert de Konoha n'était pas terrible.
D'autant plus qu'elle avait déjà un vague déguisement.

Elle remit sa cape (faut pas gâcher) et se racla la gorge pour intervenir, un peu nerveuse tout de même de devoir contredire une adulte qui semblait si sûre d'elle.
"Euh... Je sais que je suis mignonne et en pleine croissance, mais pour attirer le feu du désirs de soldats, j'suis p't'être pas la plus compétente, même si je rajoute un henge... Bon sang, bleuet ici présent à l'air plus féminin et sexy que moi ! Et puis, ça va pas être un peu excessif, quatre putes de plus qui sortent de nulle part ?"

La jeune Aburame cogita un moment et son cerveau survolté ne tarda pas à lui fournir une ébauche de plan pour compléter l'idée de la Yamanaka aux cheveux roses (et aussi pour la ramener un peu).
"Eh ! J'suis déjà plus ou moins attifée en pequenot de l'Empire... Pourquoi ne pas me faire passer pour un jeune puceau un peu aviné qui vient de survivre à sa première bataille et dont les collègues lui on offert les services de quelques demoiselles ? Ou pour déconner, de damoiseaux ? Histoire qu'on est plusieurs couvertures... Genre deux clients et deux putes. Cela nous permettra au besoin de nous séparer une fois dans la place."

Elle attendit pour voir si sa proposition allait être acceptée. Il faudrait alors peut être trouvé quelque déguisement sur les corps pour ceux qui ne voudrait pas se grimer en prostitué. Et même peut être pour ceux qui le voudrait. C'était un bazar, ravagé certes, mais il serait peut être possible d'y dégotter quelque étoffe un peu sexy. Sans parler qu'il était possible qu'une ou deux kunoichi ou dame en visite soient aussi tomber au champs d'honneur...
Sinon, elle ferait comme avait dit la demoiselle Yamanaka et rafistolerait son costume, passant de l'ashigaru ayant connu la guerre et la demoiselle contrainte de vendre ses charmes et emballée comme un paquet cadeau pour les soldats qui auraient un faible pour les adolescentes...

Intriguée par une des remarques de la demoiselle tatouée, Hako questionna celui qu’elle avait appelé Ao (même pas fichus de se présenter… Ah, les ninjas étrangers ! Aucun savoir vivre !).
"Télépathie ? T’as une technique pour fouiller dans l’esprit des gens ?" demanda-t-elle gaillardement, le jeune homme(?) lui semblant plus accessible et sympathique que sa collégue au cheveux couleur bonbon. "C’est à la fois cool et très flippant… Tu peux…. Hum… aller jusqu’où avec ça ? Non, parce que je suis quand même un ninja de Konoha et que je n’ai pas spécialement envie qu’on perce malgré moi les indicibles secrets de mon Village Caché et de mon clan..."
Ni qu’on en apprenne plus sur ces fantasmes secrets sur une certaine demoiselle Hyûga.

Suivant les autres, elle se dirigea vers le campement qu'avait observé la kunoichi sous forme de rat. Si la rosée insistait pour qu’elle fasse le tapin comme les autres, elle laisserait son déguisement. Sa tenue habituelle lui fournirait assez de nœuds et de tissus froufrouteux pour jouer à la fille de mauvaise vie, il faudrait juste cacher les éléments les plus voyants… Et mettre en valeur sa féminité (pas gagné). Bon, vu qu’avant l’assaut elle avait prévue une soirée avec Yume, la petite Aburame portait des sous-vêtements qui auraient sans doute fait rougir même la Yamanaka (surtout sur un corps aussi jeune), mais si elle pouvait éviter d’en arriver là…
Mais si Sayuri se rangeait à son avis, elle jouerait le jeune soldat légèrement alcoolisé (ce qui éviterait de trop parler et masquerait, espérait-elle, ses impairs ou oublis des coutumes locales) et fasciné par cet étalage de chair libidineux.
En tout cas, il était temps de pénétrer dans l’antre de la bête !

En chemin, elle se pencha vers Akai, qui semblait plus proche de son âge.
"Tu es d’Uzushio, donc…" souffla-t-elle à voix basse. "Tu es un spécialiste du corps à corps, comme Hayasa-san ?"
Elle ricana, ne pouvant résister au plaisir de taquiner le jeune homme.
"Et bien, on risque de se retrouver dans un autre type de corps à corps !"


Récapitulatif combat:
 



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Yamanaka Ao
Indépendant
Messages : 56
Date d'inscription : 25/08/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: A
Ryos: 275
Expérience:
260/2000  (260/2000)
Voir le profil de l'utilisateur





Juste un ninja de plus
ft. Hako, Sayuri, Akai
« ... I wanna be a slut! =D»




Je savais très bien ce que j’avais à faire; il ne me suffisait que d’attendre que Sayuri revienne et de ne pas faire d’histoires. Visiblement, la petite semblait sur la défensive, surtout lorsque l’autre jeune homme fit son apparition. Je l’ai laissé approcher sans dire un mot; je m’étais dit qu’il serait étrange qu’il puisse localiser notre position si c’était un ennemi sans la moindre information, et que du coup s’il nous a trouvé, c’est qu’on l’y a aidé.

«...» Mon regard quitte la terrifiante petite avec ses pouvoirs d’ombre sournoises (Ça devait être une Nara. Du moins, c’est ce que j’envisageais.), puis je me braquais sur le gaillard. Puisqu’il était la seule menace à ma camarade dans l’état des choses, j’avais choisi de ne pas le quitter des yeux jusqu’au retour de mon amie. Chose se produisant plus ou moins rapidement.

Ce n’est que quand tu t’es relevée que j’ai fait de même, prêt à t’écouter. Enfin, jusqu’à ce que la petite sournoise ne me donne un ... oh. T’es une... ça?! Ma face de dédain en dit long, j’essaie de me ressaisir en acceptant sur moi la créature aux pattes qui chatouillent mon avant bras. C’est une Aburame! Elle est dans mon camp, et je suis très content qu’elle le soit. Je préfère un petit insecte en symbiose avec moi qu’une armée de rampants qui voudraient me sucer à mort. Si j’en connais plus que Sayuri au sujet de ce clan, ce n’est qu’un chouïa.

Au moment où on me dit que j’allais être une pute, je me suis retenu de m’insurger en tant que femme digne et respectable que je suis, et j’ai simplement accepté que oui, si Sayuri le veut, c’est ce que Sayuri aura. Je l’observe se préparer, se transformer en courtisane de bas-étage, puis j’imite au mieux ce que je vois; je défais ma coiffure (... je te hais tellement. Tellement.) et laisse mes tifs tomber à leur aise dans mon dos, replaçant d’une main le devant de ma tignasse pour cacher le peu d’homme qu’il y avait en moi. Je m’assure que mon arsenal ninja ne se voyait pas, puis je laisse les pans de mon kimono descendre un peu de sur mes épaules, histoire d’exhiber un peu ma peau de DÉLICATE PRINCESSE SENSUELLE.

Bleuet.

Je tuerai cette enfant. Moi-même.

Enfin.

J’obéis, exécutant le nécessaire à la technique de Télépathie avant de toucher le front de mon amie. Aussitôt, je sens qu’elle est impatiente, qu’elle veut finir rapidement cette mission et qu’elle n’a nullement confiance en Akai. Je voyais déjà la problématique de l’équipe; si Akai est doué en taijutsu comme son maître (ce que je crois comprendre, surtout qu’usant d’un peu de logique, il aurait fallu, entre la petite et Sayuri, un combattant), les poisons de Sayuri risquent de l’affecter s’il se bat corps à corps avec l’ennemi. La petite utilise des insectes, ils devraient pouvoir résister au poison. Je prends une petite bouffée d’air en écoutant ce qui se dit. La petite dit que je suis plus sexy qu’elle. Je l’aime, cette enfant. La remarque me fait sourire; enfin, on admet que je ne suis que volupté et perfection, prélude de tous vos péchés, le plus sexy de tous les tabous. Okay, je serai une pute!

J’ai une vague impression que les propos d’Hako (merci d’avoir dit son nom dans ta tête, Sayuri. Merci.) mettent mon amie dans un mauvais état, alors j’interviens. Sayuri m’ayant fait parvenir que le dirigeant cherchait des petits garçons, ce gros dégueulasse, j’ai mis les morceaux ensemble. «D’abord, je pense qu’il faudrait former deux équipes; Akai viendra avec moi, et Hako suivra Sayuri. Je sais que c’est pas ton plan, mais je crois qu’elle est un meilleur choix à présenter au chef du camp, sincèrement. Ébouriffe les cheveux, perds le capuchon, enlève le petit ruban, et c’est assez solide. Pendant que vous verrai le chef, Akai et moi, on pourra rester aux alentours pour intervenir, et on pourra monter la garde, en quelque sorte. Il sera le petit soldat, et je serai le jouet qu’on lui a payé.» dis-je, me permettant une autre bouffée d’air. Je regarde rapidement le petit, glissant un mot à la va-vite; «T’en fais pas, t’es trop jeune pour moi, c’est juste pour la couverture, okay? Bien.» Mes doigts frôlent sa joue, puis son front. Le transfert est completé, mon esprit est connecté au sien ainsi qu’à celui de Sayuri.

Une fois le groupe mis en marche, je viens m’accrocher au bras du jeune homme, histoire d’ajouter de la crédibilité avant que l’on arrive au campement, soufflant à son esprit que «tu n’as pas à t’en faire, c’est juste pour la science, okay?» Par la même occasion, en ricanant, je réponds à Hako que  «oui, je peux faire ça, Hako. Et je peux aller très, trèèès loin, du moment que c'est bien payé! T'en fais pas, je ne fouille pas dans ta tête, tes secrets et tes fantasmes sont à l'abris.» Je disais surtout ça pour lui faire peur, mais j'ai bien remarqué que cette petite est une vraie perverse. C'est difficile de me cacher ces choses-là.

Tout en restant connecté aux pensées de Sayuri et d’Akai, je surveille les environs, prêt à avertir le groupe en cas de danger. J'allais aussi les avertir si on tombait sur quelqu'un avec un chakra assez imposant pour être remarqué.


Fiche par (c) Miss Amazing
Crédit image : ©️️ ForgottenPantaloons


”Résumé”:
 

”État et techniques utilisées”:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Miyamoto Akai
Uzushio no Genin
Messages : 115
Date d'inscription : 01/06/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Genin - Rang C
Ryos: 273
Expérience:
498/500  (498/500)
Voir le profil de l'utilisateur

Équipe de choc (Mission de rang B ft. Yamanaka Ao, Sayuri et Aburame Hako)


Je me suis retrouvé si vite au milieu de l'action. Enfin, au milieu de l'action, plutôt au milieu d'un groupe de ninjas étranges : une konohajin plus jeune que moi, et deux indépendants plutôt étranges et aux cheveux atypiques.
La jeune Konohajin, qui s'était présenté sous le nom d'Hako, m'avait expliqué ce qu'il se passait. Mon sensei de l'académie, accompagné de la jeune fille et de la femme aux cheveux roses, a été envoyé en mission ici, où il y aurait un camp dans lequel l'empire de la Chrysanthème retiendrait des prisonniers. Libérer ces prisonniers serait bénéfique pour le moral des troupes, surtout s'il y a des soldats dedans. Soit, nous allons libérer ce camp concentrant des prisonniers. L'Aburame me tend alors un insecte, étrange, comme un marqueur. Oooooh ! Je vois ! Je me rappelle avoir entendu parler qu'un des clans du village de la feuille a une affinité avec les insectes, c'est donc les Aburame ! Un peu étonné par l'insecte, je l'accepte tout de même, cela peut être utile pour la mission. Je sens alors l'énergumène se faufiler sur mes vêtements, c'est vraiment un contact étrange.

La rosée prend alors la parole et nous présente un plan plutôt... étonnant. Nous allons devoir nous déguiser en prostituées ?! Même moi ? Les trois femmes, elles peuvent se camoufler, mais moi ? Je doute passer longtemps inaperçu.
La genin expose alors ses appréhensions, similaires aux miennes. 4 prostituées qui apparaissent, c'est trop. Elle nous fournit alors un plan qui me parait meilleur. Deux prostituées, deux clients. Moi et Hako en clients. Les deux Yamanaka en prostituées.

Sayuri, nom que j'ai appris plus tard dans la bouche d'Ao étant donné qu'elle ne s'est pas présentée, m'interpelle et me demande ce que je sais faire.

- Je ne sais pas faire de genjutsu, si c'est ce que vous voulez savoir ! Je lui réponds, un sourire aux lèvres.

Ao présente alors un plan final, enfin solide et crédible. Nous allons nous diviser en deux groupes : j'irais avec lui, et Hako ira avec Sayuri. Elles s'occuperont d'aller voir le chef de camp pendant que nous montrons la garde. Ça me parait parfait. Jusqu'à ce que le bleuet se penche vers moi et me glisse que je suis trop jeune pour elle... lui... ça, ce qui me perturbe un peu. Il me frôle alors la joue et le front avec ces doigts, d'un geste étrange. Peut-être a-t-il lié un lien télépathique entre nous, étant donné que Sayuri a évoqué sa capacité de télépathe plus tôt.

Sur la route, l'Aburame se penche vers moi et me demande si je suis un spécialiste du corps-à-corps, tout en rajoutant une blague douteuse, qui me fait un peu rire, sortie de sa bouche. Je lui réponds alors :

- Je suis plus axé sabre, comme tu peux le voir à ma ceinture, dis-je avec un clin d'oeil. Aussi, j'étudie un peu le Fuinjutsu, et toi ?

Le Yamanaka s'accroche alors à mon bras, ce qui me fait rougir, mais je secoue la tête et prend une grande bouffée d'air avant de redevenir sérieux. Il me parle alors dans mon esprit. Quel sensation étrange ! C'est même un peu dérangeant, c'est comme avoir un parasite dans son cerveau. Je continue toujours à marcher, tout en restant attentif aux alentours, et à mes camarades.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 334
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sing sing little ninja
Les samouraïs de gardes étaient particulièrement attentif. Contrairement à leur camarade à l’intérieur du camp leur seule mission était de veillée à la sécurité du camp pour que tous s’y reposent en paix. Les patrouillent étaient fréquentes et nombreuses. Les yeux des gardes ne se voyaient pas derrière l’obscurité de leur masque. Sur les nerfs ils sursautaient presque au moindre bruit et les prostituées savaient qu’elles n’avaient aucun intérêt à s’approcher d’eux sous peine de quelques bleues voir quelques mutilations pour les plus sévères. Ils patrouillaient autour de l’enceinte en bois que construisait les esclaves et vérifiait l’identité des gens entrant dans le camp. Le regard de l’un des samouraïs se planta sur le premier duo et il s’avança d’un pas vif en dégainant son sabre comme à chaque visiteur. Il posa al pointe de son arme sur la gorge de la prostituée.

« Décline ton nom, ton vrai nom et ton pseudonyme de prostituée, et qui c’est ça ? Pour qui tu travaille ? Qui est ta grande sœur ? »

Il ne plaisantait pas, près à tuer à la moindre fausse réponse. Il semblait très sûr de lui comme si il connaissait toutes les prostituées venant ici. Il enfonça très légèrement la pointe de son arme pour inciter à une réponse rapide. Un autre Samouraï s’approcha avec un flambeau pour mieux éclairer la scène. Il était clair que les deux groupes subirait le même interrogatoire avant de pouvoir rentrer. Et à l’intérieur rien ne disait que les autres prostituées seraient de leur côtés.
Feat.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Yamanaka Sayuri
Indépendant
Messages : 78
Date d'inscription : 21/08/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Rang A
Ryos: 139
Expérience:
233/2000  (233/2000)
Voir le profil de l'utilisateur

ft. HAYASA Akizuki et ABURAME Hako

une équipe composée sur le tas, une mission urgente de rang B, une guerre surprise

Interceptés





Tu haussas un sourcil à la réponse du garçon. Il ne faisait pas de genjutsu. Okay, c’était bon à savoir. Mais en quoi est-ce que ça répondait à ta question ? En quoi est-ce que de savoir qu’il ne faisait pas de genjutsu était pertinent ? Est-ce que c’était parce qu’il faisait tous les autres styles de combat du monde ? Tu en doutais fortement. Un garçon de cet âge, ne pouvait pas être polyvalent dans tous les domaines. Tu ne lui posas pas plus de questions, il n’allait pas répondre. Tu te disais qu’il n’allait pas t’en dire plus de toute façon.
Ao fait sa technique de télépathie liant maintenant le groupe à son esprit. Il vous était donc possible à partir de ce moment-là de partager vos pensées. Une fois cela fait, Hako prit la parole, ce qu’elle dit n’était pas entièrement stupide. Elle souleva son manque de féminité, mais aussi l’apparition fortuite de quatre nouveaux visages dans le rang des prostituées, le fit, encore une fois, sans aucune efficacité, gaspillant son souffle et votre temps. Cependant, le plan proposé par Ao te plaisait. Tu te demandas pourquoi tu n’y avais pas pensé toi-même.
Hako n’était pas féminine et c’était parfait. De cette façon, il serait encore plus facile de la faire passer pour un garçon. En plus, elle correspondait au désir du chef militaire. Ce plan était vraiment de meilleur goût.
Tu écoutas d’une oreille distraite les quelques mots échangés entre les deux enfants où tu découvris que le garçon s’y connaissait un peu en fuinjutsu. Tu roulas les yeux. Il ne voulait pas te parler, mais à la gamine, oui ?
Lorsque vous fûtes finalement en route pour vous rendre au campement des samouraïs. Sur le chemin, Ao vous indiqua à quelques reprises la position d’ennemis que vous avez brillamment évités.
Cependant votre chance tourna lorsque Ao vous indiqua la que nous allions inévitablement croiser un groupe de deux samouraïs. Mais de toute façon, cela devait arriver tôt ou tard. Tu t’es donc préparée mentalement à leur faire face.
Lorsqu'un de ces deux hommes de fer te mit une lame sous la gorge tu laissas un petit couinement t’échapper alors que ta respiration s'accéléra un peut. Tes yeux s’agrandirent de surprise et tu pris quelques secondes pour te ressaisir.

« hum … j’vois t’es jamais v’nu voir toi. Sinon tu me reconnaîtrais. On me n’oublie pas. Moi, c’est Sayuri, mon p’tit nom. Et pourquoi tu veux mon vrai nom ? ça te sert à quoi ? Me demander en mariage ? Ma grande sœur c’est Shigoti…. Enfin « sœur » … De toute façon. Je ramène le gosse pour le chef. Il l’a demandé. »

Tu soupiras, l’agacement plein le visage. Tu avait l'air Dans ta tête, tu ajoutas : « Ao. Temple du nirvana. » Tu changeas ton centre d'équilibre de pied, gigotant un peu.






Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Aburame Hako
Konoha no Genin
Messages : 190
Date d'inscription : 15/03/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Genin - Rang C
Ryos: 419
Expérience:
742/500  (742/500)
Voir le profil de l'utilisateur
Le camp n°13

Le (la ? el ?) ninja aux cheveux bleus sembla entendre quelques arguments du lutin vert de Konoha, ce qui fit rosir de plaisir la juene Aburame.
Elle suivit donc ses conseils d'expert et modifia un peu sa tenue, mélangeant les atours dérobés sur le champ de bataille et ses effets habituellement haut en couleur et fanfrelucheux.
De fait, elle ressemblait maintenant réellement à un étrange petit cadeau androgyne pour le pervers en chef du camp : elle pouvait soit être une jeune demoiselle aux formes peu développées (ce qui était la réalité) ou un jeune garçon que l'on avait pris soin d'efféminer.

L'équipe se sépara en deux groupes, lié par la télépathie mystérieuse du clan Yamanaka (et pour le repérage, les insectes-marqueurs du lutin vert de Konoha).
Manque de bol pour la bouillante Aburame, elle écopait de la revêche et dirigiste Yamanaka aux cheveux couleur bonbon et non de celui (celle ?) à la tignasse bleutée.
Zut ! Il avait semblait plus sympathique et ouvert à ses suggestions que la charmeuse de rats...

D'autant plus que son apparence et ses façons d'être fascinaient Hako : jamais elle n'avait croisé quelqu'un comme lui (en tant que genin elle n'était guère sortie de Konoha).
Il (elle ? L'essaim d'Hako était presque sûr qu'il s'agissait d'un homme au vue de ses phéromones mais elle ne pouvait décemment pas demander à la femelle kikaichuu d'aller vérifier) semblait cultiver à dessein son apparence androgyne et en jouer (comme il le faisait avec le jeune uzujin au sabre).
Hako, qui s'était découvert à l'adolescence une passion pour les demoiselles, aurait beaucoup aimé discuter de choses et d'autres avec lui, notamment le fait d'assumer son aspect efféminé dans un monde violent et impitoyable, prompt au jugement et qui glorifiait la virilité martiale...

Mais la mission avant tout. Bon gré mal gré, le lutin vert de Konoha suivit la shinobi indépendante pour jouer son nouveau rôle.
La minuscule konohajin n'avait pas à (trop) jouer la comédie de la nervosité : elle se demandait jusqu'où elle devrait jouer le jeu pour assurer sa "couverture". Sayuri lui paraissait du genre à la pousser à aller jusqu'au bout, par pur plaisir sadique...
En temps que kunoichi, Hako avait bien évidemment reçu des cours spéciaux (mais surtout théoriques) sur l'infiltration par la séduction et comment tiré profil des penchants lubriques des hommes... Mais jamais elle n'avait songé qu'on lui confierait si vite une mission de ce genre (celui qui aurait suggéré ça d'elle à Konoha aurait sans doute récolté des éclats de rire ou une moue de dégouts).
Mais bon, elle était prête à essayer !

Il fallait cependant franchir la première étape : s'introduire dans le camps, avant de se faire conduire auprès de son chef.
Là, Hako s'en remettrait au conseil de Sayuri : elle devait bien avoir un plan.
La jeune Aburame supposait que le dirigeant de ce campement de prisonnier devait être quelqu'un de redoutable. Après tout, chez les ninjas, ceux qui dirigeaient des équipes étaient souvent plus puissants que leurs disciples... L'Empire suivait-il une hiérarchie basé sur la puissance personnelle ? Ou bien comme chez les civils, la naissance ou l'influence arrivaient à supplanter le pouvoir martial d'un individu ?
Elle verrait bien. Elle n'était pas seule. Elle était légion.

Le premier obstacle se présenta sous la forme d'un samouraï de garde un brin trop inquisiteur, les sommant de s'identifier. Un second s’approchait avec une torche, aussi la jeune Aburame se décala un peu, comme rendue nerveuse par la présence des hommes en arme visiblement agressifs, afin de rester un poil dans l’ombre afin de rendre encore moins évident son déguisement et son sexe réel.
Dans son rôle de jouet timorée, Hako laissa répondre Sayuri alors que son instinct lui soufflait d'occire promptement cet imbécile en armure.
La Yamanaka devait bien avoir un plan pour se sortir de là et répondre aux questions.

S'accrochant au kimono de la splendide kunoichi aux cheveux roses, Hako dédia un sourire timide au garde, baissant les yeux au lieu de lui arracher la tête. Elle calculait ses chances de lui arracher sa lame avant qu'il ne blesse Sayuri si les choses s’envenimaient. En effet, la petite Aburame n'avait qu'une confiance mitigée dans les capacités de combat de son ainée en cas de confrontation directe.
"J-j-je... On m'a dit de m’appeler Aiko, sa-samouraï-dono." souffla-t-elle d'une voix volontairement hachée pour répondre elle aussi à l'interrogatoire qu'elle essaya de rendre un poil plus grave pour simuler celle d'un garçon n'ayant pas encore mué. "A-avant, on m'appelait B-botan, mais m-m-mademoiselle S-Sayuri, ma grande soeur ne t-trouvait pas ça a-assez joli. E-elle a dit que je...j'étais r-réservé pour quelqu'un de s-spécial. Et..et qu'il aimait p-pas a-attendre."

Hako puisait sa comédie dans les quelques récits d'aventures un peu osé (avec des princesses de contrées exotiques esclaves en fuite et des samouraïs au torse huilé, de vils ninjas maléfiques et de grand vizir fourbes et cruels) qu'elle avait dégotté dans une boîte au fond de l'armoire de sa mère.
Elle se demandait si elle en faisait trop, tout en battant des cils de façon  (faussement) innocente, se mordant les lèvres en signe de (fausse) nervosité.

En vrai, le lutin vert de Konoha avait envie de vomir devant le spectacle abject qu'elle devait donner. Si seulement elles n'avaient pas besoin de discrétion...
Un coup de pied pour faire sauter le sabre, un coup du tranchant de la main pour faire tomber la torche du second samouraï et ensuite un bon vieux massacre à coups de taijutsu et d'insectes dévoreurs de chakra...
Mais bon, il fallait être réaliste : elle ne pouvait pas lutter contre un campement entier de samouraï.
En tout cas, vivement qu'elle se retrouve en tête à tête (si possible pas trop nue) face au chef de ces pervers et que Sayuri l'autorise à le tabasser !

Bon, elle se tint prête à déchainer le courroux de Konoha si leur bluff ne passait pas.
Elle se demanda si l'autre équipe, qui essayait de s'introduire dans le campement d'un autre coté, rencontrait les mêmes difficultés. Surement : malgré la débauche apparente d'une partie des troupes, ils y avaient visiblement des gardes qui assuraient convenablement la sécurité du camp.

Récapitulatif combat:
 



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Yamanaka Ao
Indépendant
Messages : 56
Date d'inscription : 25/08/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: A
Ryos: 275
Expérience:
260/2000  (260/2000)
Voir le profil de l'utilisateur





Juste un ninja de plus
ft. Hako, Sayuri, Akai
« ... I wanna be a slut! =D»




Après le début de notre marche, je commence mon propre travail; si Sayuri est le chef d’expédition, c’est moi le navigatteur. Je sais rapidement quelle division de groupe adopter pour éviter les ennuis; Akai et moi restons en retrait, je le force à ralentir en faisant de même, toujours accroché à son bras. On reste à une vingtaine de pas derrière Sayuri et la petite, et j’avertis ma camarade des divers gardes qui faisaient leur ronde, sentant facilement leur énergie lorsqu’ils étaient proches. Mine de rien, la télépathie mélangée aux pouvoirs de senseur apportent beaucoup de coordination et de souplesse à un groupe formé sur le tas.

«Sayuri; on va bientôt croiser des gardes. Ils semblent un peu plus solides que nos petits, mais ils ne devraient pas poser de problème. Attends.» Rapidement, je me suis dirigé vers Hako pour récupérer le casque et la cape qu’elle avait, qui semblaient venir de l’empire, lui soufflant que «j’en aurais besoin, pour Akai... excuse-moi.» Puis, je retourne vite auprès du jeune au sabre. «Tiens, Akai; enfile ça, comme ça tu auras plus l’air d’une vraie recrue. Sayuri; on peut continuer d’avancer, maintenant. On restera en retrait et on avisera une intervention quand ce sera le temps.» Je récupère le bras du jeune homme.

Donc, je laisse une distance entre nos deux groupes en essayant d’emmener Akai avec moi, à l’abris des regards des deux gardes. J’écoute la scène à travers les pensées de Sayuri; je comprends qu’elle ne semble pas sentir de danger. J’entends sa demande très clairement. Temple du Nirvana?

J’y pense rapidement, n’ayant pas beaucoup de temps sachant que ma consoeur avait une lame sous la gorge. Non. «...Mauvaise idée. Le camp est juste à côté, et c’est fichtrement risqué si les gardes rappliquent parce qu’ils se doutent de quelque chose. Nirvana a trop de portée, ça peut nous causer problème. Je sais ce que tu penses; tu veux leur faire l’interrogatoire mental. On devrait se contenter de passer, puis on trouvera quelqu’un à interroger une fois sur le terrain.»

Après un moment, voyant Hako gigoter, je décide qu’il est temps pour nous d’y aller, jugeant que notre arrivée serait propice; arriver en même temps serait suspicieux, mais laisser trop de temps s’écouler aussi, comme si notre Grande Soeur ne nous aurait pas envoyé plus ou moins au même moment. «Viens..», je chuchote à Akai en tirant doucement sur son bras. «C’est le moment de jouer la nouvelle recrue!»

Je m’avance après avoir pris un tournant vers où Sayuri se trouvait, pour simuler que je venais d’arriver avec quelqu’un, que nos deux groupes étaient distincts. Les deux hommes qui la menacent prennent une seconde pour me zieuter. Rapidement, je décline mon identité comme ma consoeur l’a fait avant moi. «Bonsoir! Je suis Ao, Aohime, petite soeur de Shigoti! Iel n’est pas là ce soir, j’viens pour son remplacement, j’m’occupe de cette nouvelle recrue!» Faisant mine de ne pas savoir ce qui se passait, j'exclâme ma surprise de la présence de mon amie. «Oh! Sayu'? T'as pas encore ramené le petiot au chef? Shi-shi a dit que ça pressait...» En réalité, je communiquais à Sayuri que «Toi et moi, on va avoir ces deux loubars. On peut essayer de se les mettre dans la poche! J’utiliserai Nirvana si jamais ça part en couille.» Je regarde les deux hommes avant de zieuter le sabre qui se trouve entre nous. «Oooh... ça, c'est un gros sabre, dis donc... Si vous voulez, après le bizutage de la recrue, passez à ma tente?»

Fiche par (c) Miss Amazing
Crédit image : ©️️ ForgottenPantaloons


”Résumé”:
 

”État et techniques utilisées”:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Tempête de lames : le siège de Baransu :: Le Grand Bazar et l'extérieur-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.