:: Zone Rp - Le Sekai :: Autres Régions :: Nord-Est Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Protection

Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Akuma Kameyo
Indépendant
Messages : 198
Date d'inscription : 18/12/2017
Age : 20

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 115
Expérience:
587/1200  (587/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Protection Dim 12 Aoû - 20:50
Spoiler:
 

Des extorqueurs de fonds chargé de la « protection du village ». Mmh… L’avantage d’être nomade : on a pas ce genre de soucis. Mais le clan a besoin d’argent, et puis… Kokkai a soif et faim. Je reste immobile à observer le village en pianotant sur le rocher où je suis assise. Mmmh… Une bande de bandits donc, je ne connais pas leur nombres, leur méthodes. Visiblement leur problème est le chef qui semble plus fort que les autres. Je ferme à moitié les yeux, qu’est ce que je dois faire ? Comment ? Je ne veux pas la mort de villageois sur mes mains, j’ai assez arracher de gorges innocentes pour rien. Si je peux éviter d’autres morts inutiles… je prends. Katashi est le seul à véritablement être utile. Il a des armes, donc je pourrais clairement faire des pièges. Mais j’ai besoin d’informations. Kokkai se frotta à moi.

« Tu ne veux pas tous les égorger dans une danse dont nous avons le secret ?
- Non Kokkai, je veux aussi préserver la réputation de notre clan. Mais tu pourras te déchainer ne t’inquiète pas. Mais, on est pas seul dans cette histoire.
- Dommage.
- Kokkai, s’il te plaît, reste à l’arrière pour l’instant.
- Ouais ! Compris. »

Je rouvre les yeux. Il n’y a que moi qui puisse entendre Kokkai, je lui parle dans ma tête. Dont, j’ai des informations à trouver moi ! Sinon autant égorger tout de suite tout le monde, prendre l’argent et partir. Je me lève avec souplesse. Je n’ai pas montré la moindre de mes armes pour l’instant. J’ai besoin de plus, j’observe le village en marchant, une route, plus simple pour les brigands de passer par là. Ils n’ont pas l’habitude qu’on leur résiste, mais rien ne dit qu’il n’y a pas d’espion parmi les villageois, quelqu’un qui prends de l’argent à chaque fois. L’ancien et le forgeron sont là.

« J’ai quelques questions avant de commencer le travail. Combien ces brigands sont-ils ? À quoi ressemble leur chef ? Les avez-vous déjà vu combattre ? Quels sont leur méthodes ? Pensez-vous qu’ils soit possible qu’ils aient un espion dans vos rangs ? Qu’avez vous comme armes ? Y a t-il des cachette où peuvent se glisser les plus faibles ? »

Ma voix se casse sur la fin de mes questions. Je ne parle décidément pas assez. Mais tant pis, je suis surtout là pour agir, pas pour autre chose. Kokkai s’agite un peu impatiente de voir ce qu’il va se passer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 401
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Protection Mar 21 Aoû - 18:55
Protection

L'ancien et le forgeron du village parlaient, non... Ils semblaient se disputer, mis ils s'arrêtèrent lorsqu'ils aperçurent la kunoichi. Elle ne leur inspirait visiblement pas confiance, mais c'était normal, rares étaient ceux qui ne craignaient pas ces machines à tuer aux pouvoirs surnaturels. Ils écoutèrent les questions de la femme. Katashi souffla, visiblement agacé par la présence de cette étrangère... Mais il resta là, face à elle, aux côtés d'Asatarô Chigiru, déterminé à ne pas baisser le regard, on aurait dit que c'était un combat qu'il menait contre les ninjas. Les hommes s'échangèrent quelques regards, puis l'aîné prit la parole en jouant avec ses mains, surement un tic trahissant sa nervosité et essayant tant bien que mal de cacher son dégoût -bien qu'il n'y parvint pas-.

- Nous ne savons pas vraiment combien ils sont... Ils envoient des émissaires pour collecter les taxes, ils viennent souvent à trois mais j'ai peur que toute la troupe vienne pour nous punir. Katashi en saura plus que moi sur leurs méthodes et leur chef, je pense...

- Tss... Ce type, je l'ai vu une seule fois, mais c'est un monstre. Il a des cheveux noirs, courts et des yeux rouges. Il a une cicatrice, comme celles des brûlures, sur la joue gauche. Il est très violent et maîtrise le feu de ce que j'ai vu. Ce devait être un shinobi...

- Oui, il maîtrise le feu ! Ces saletés aiment incendier ce qui se trouve sur leur passage, s'ils viennent, ils mettront le feu... On est perdu...

A regarder l'architecture des bâtiments du village, il était clair que le feu ferait un ravage. Les habitations étaient en bois et il y avait toutes les plantations du village juste à côté. Ce lieu de vie était situé dans une vallée, entre deux terrains montagneux, juste à côté d'une rivière. Il y avait même un pont, de bois, qui permettait de rejoindre l'autre côté. L'ancien se laissa tomber sur ses genoux, mais l'autre gaillard le saisit par le col et le releva avec un regard strict et fier. Criant qu'il était hors de question de se laisser faire et d'attendre tranquillement que ces "bêtes à l'apparence humaine" viennent les massacrer. Puis, il regarda la mercenaire engagée par le village et mordit sa lèvre avant de reprendre.

- Je forge socs, charrues et fers à cheval. Après, on a des haches, scies, marteau, râteaux, une ou deux lames des trucs du genre... Alors, même si je 'aime pas les gens de votre espèce, si vous en voulez, venez chez moi dans la soirée. Pour les cachettes, à par nos habitations, je vois pas... Je doute qu'il y ait un espion dans nos rang, mais je suis pas devin quant aux cachettes j'en connais pas. Sur ce, je vais ramener le chef du village chez lui.

Soutenant l'ancien, le responsable de la sécurité du village s'éloigna de la kunoichi, la laissant seule. Mais, parce que c'était une kunoichi, il ne devait pas s'en faire pour elle... Car, si elle n'était pas capable de réfléchir par elle même et de se débrouiller seule, il n'y avait aucune chance qu'elle protège le village. Et puis, il fallait bien qu'elle comprenne que dans ce monde, les assassins, pilleurs et autres hommes de la pire espèce n'étaient pas appréciés.

Il était intéressant de constater que la plupart des villageois ne sortaient pas de chez eu lorsqu'ils n'étaient pas obligés de travailler, ils devaient être apeurés par la menace constante qu'étaient devenus les brigands. Mais, certains fixaient Akuma Kameyo au travers de leurs fenêtres et, les rares personnes marchant dans les rues du villages, s'écartaient à l'approche de cette créature maudite. Le village était petit, mais nous y trouvions quelques commerces et éléments indispensables à la vie tel qu'une poissonnerie, une épicerie, une auberge, une forge, des écuries, quelques champs, quelques élevages... Un jeune colporteur ambulant venait de rentrer au village et entra dans un bâtiment, il avait dû ramener quelques produits d'un village alentour et devait bien connaître les environs.
Qu'allait bien pouvoir faire Kameyo ?
Feat.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Akuma Kameyo
Indépendant
Messages : 198
Date d'inscription : 18/12/2017
Age : 20

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 115
Expérience:
587/1200  (587/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Protection Mar 21 Aoû - 19:50
J’écoute avec attention le forgeron et le vieux. Le Vieux semble vouloir vomir en me regardant. Je sens Kokkai s’agiter un peu, elle non plus n’aime pas ce regard. J’ai décidé que ce n’était pas important. Le plus important étant les informations que je vais tirer de mon interrogatoire. Je croise les bras sur ma maigre poitrine en écoutant avec attention. Pas de nombre de bandit, un chef aux cheveux noirs et aux yeux rouges maîtrisant le Katon. Un Uchiha ? J’en doute. Une marque de brûlure sur la joue gauche ? Kagami n’est pas un bandit. Un abruti oui, mais pas un traître. Bref le feu dans un village fait en bois… Je retiens un ricanement, une bête à visage d’homme. Je connais déjà leur réaction si j’en viens à me battre. Le forgeron m’informe des potentielles armes qu’il a… mais pas de cachette ? Mmmh… Et il m’invite à partager sa maison. Je secoue la tête.

« Je vous remercie maître Forgeron, cependant, je ne tiens pas vous imposer la présence. De plus je préfère dormir à la belle étoile. Je vous remercie de vos réponse. Et bonne chance… »

Je m’éloigne en me mordillant la lèvre inférieure, consciente des regards au travers des vitres. Mon regard suit l’homme qui vient d’entrer dans le bâtiment et je le suis tout en discutant vivement avec Kokkai, mais uniquement dans ma tête.

« On est pas dans la merde.
- T’es d’un optimisme. Le forgeron n’est pas un espion.
- Non, son cœur et sa respiration étaient beaucoup trop calme. Quant au vieux…
- Laisse tomber, il est bien trop faible pour ça.
- Mmmh… Tu pense qu’il y a un traître ?
- Clairement.
- Kokkai…
- Tu veux vraiment que je te dise le fond de ma pensée ? Oui il y a un traître, celui qu’on s’y attend le moins. Et tu devrais chasser ton propre repas. Je n’ai pas confiance en eux.
- On est deux. Et en combat ?
- Tu crois vraiment qu’ils vont combattre ? Ils vont se faire massacrer. Tu va devoir te débrouiller toute seule.
- Comme toujours ?
- Ouais. Et les pièges ?
- Je pense pas qu’on puisse les faire. Les bandits le verront immédiatement.
- … Mouais. Des charrues pourraient les empêcher de trop approcher ?
- Nan. Laisse tomber. Ça ne servira à rien. Reste attentive.
- Plus personne ne va sortir de ce village sans que je ne le sache. Ou sort et rentre tout court. »

Je pousse la porte de l’endroit et regarde avec attention le colporteur. J’écoute avec soin son cœur battre et laisse la porte ouverte derrière moi.

« Qui es-tu ? Sors d’ici s’il te plaît. »

Je préfère qu’il reste dans la rue et savoir qui il est. Je me méfie de tout le monde. Je tends l’oreille pour tout et n’importe quoi. Je fixe l’homme le visage grave.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 401
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Protection Jeu 23 Aoû - 10:49
Protection

Le colporteur devait avoir une vingtaine d'années, comparé aux autres habitants, son apparence semblait particulièrement soignée. Il se retourna lorsqu'il entendit la voix d'une femme puis son visage arbora une expression de surprise lorsqu'il fut sûr qu'elle s'était adressée à lui. L'homme était loin de se douter qu'il avait une kunoichi face à lui, néanmoins, il obéit bien gentiment et sortit de la bâtisse. Il regarda dans la rue et vit qu'il y avait peu de passants, puis, prêtant un peu plus attention à son environnement, il remarqua que les villageois observaient la femme depuis leurs fenêtres, cachés derrière des rideaux. Là, il commençait à être un peu nerveux et, faisant face à l'inconnue, il recula de quelques pas pour mettre une distance de sécurité sans doute et enfin, il répondit, hésitant.

- Je suis Etsuzaku Hiroshi, un colporteur ambulant. Si on veut des herbes médicinales, c'est chez moi qu'on vient et ce bâtiment duquel vous m'avez fait sortir, c'est là où je les entrepose toutes. J'ai quand même le droit de ranger mes herbes, non ? Maintenant, si vous voulez m'excuser, j'ai pas mal de travail et j'aimerai éviter d'être encore ici ce soir...

Innocent ? Espion ? Kameyo devait s'interroger sur la nature de cette personne qu'elle avait face à lui et c'était tout à fait normal qu'elle doute, si elle n'était pas si prudente, elle risquait de passer à côté de quelque chose d'important. Quoiqu'il en soit, le suspect attendait impatiemment la réponse de la femme qui terrifiait tant les autres habitants. La kunoichi comptait beaucoup sur son ouïe, mais tout ce qu'elle pouvait savoir grâce à celle-ci, pour le moment, était que des enfants jouaient non loin de sa position, que le forgeron s'était mis au travail d'après les bruits métalliques entendus et que l'homme face à elle était nerveux. Les autres villageois étant, pour la plupart dans leur maison l'espionnant ou en train de travailler.

- Au fait, vous êtes quoi au juste ? Vous faites partie du groupe de brigands ou vous êtes une kunoichi ?

Apparemment, cet être était intelligent assez intelligent pour conclure que cette femme, pour effrayer autant ses camarades, devait être hors-la-loi ou une de ces fichues machines à tuer qui s'étaient mises à bâtir des villages après avoir mis le monde à feu et à sang. Il s'agissait sans aucun doute des deux plus grands dangers pour ce village. Est-ce que les réactions de cet homme suffisaient à faire de lui un suspect  ou à l'innocenter ? Etait-ce une perte de temps ?

Tandis que les deux créatures discutaient ensemble, une tomate vola en direction de la femme-chat, évidemment, l'esquiver ou la parer était d'une aisance sans pareil pour la combattante aguerrie qui remarqua que le projectile venait d'une ruelle adjacente. Qui l'avait envoyé ? Un villageois qui n'approuvait pas le choix du maire ? Sans doute... Quelle réaction adoptée face à cela ?

Y avait-il vraiment un espion ? La femme employait-elle la meilleure des méthodes pour découvrir un traître ? Ne valait-il pas mieux faire le tour du village et des alentours pour découvrir des cachettes ou mettre en place des pièges ? Comment comptait bien procéder l'Akuma pour protéger le village ? Comptait-elle partir à la recherche des brigands ? Ou peut être qu'elle voulait interroger plus d'habitants ? Tant de possibilités... Mais quels choix faire pour parvenir au résultat voulu ?
Feat.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Akuma Kameyo
Indépendant
Messages : 198
Date d'inscription : 18/12/2017
Age : 20

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 115
Expérience:
587/1200  (587/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Protection Jeu 23 Aoû - 13:44
L’homme est nerveux. Mais plus… par surprise qu’autre chose. Du moins c’est l’impression que j’en tire. Il est surpris de me voir, il ne me connaît pas, je lui donne des ordres. Je l’observe avec attention, vingt ans, ses mains ne portent pas les stigmates d’entraînements, il n’a pas d’ailleurs la carrure d’un combattant. Enfin, je peux parler : je ne suis pas une combattante physiquement parlant. Mais il y a un aura chez les combattants qu’il n’a pas. Etsuzaku Hiroshi. Qui vend des herbes médicinales, et ici c’est son entrepôt. Donc, il n’a aucun intérêt à ce que ce village soit rasé et détruit par les brigands. Je plisse les yeux en réfléchissant, sans le lâcher des yeux. J’ai un petite sourire et hausse les épaules avant de secouer la tête.

« Je crains que vous ne pourrez pas partir Hiroshi-san. Je ne suis pas une brigand. Une simple Kunoichi à qui on a demander de l’aide contre les brigands. Je préfère que vous restiez ici, en cas d’affrontement, vos herbes nous serons très utiles, je pense que le village vous dédommageras pour leur utilisation. Mais si nous sommes tous blessés et que nous ne pouvons affronter ces brigands : je crains que votre stock ne soit perdu. »

Je penche simplement la tête sur le côté pour éviter la tomate qui s’écrase sur le mur en bois de l’entrepôt. Elle doit venir de l’une des ruelles… Mais j’ai une petite idée qui me vient. Je n’entends pas le moindre bruit de course. Je reporte mon attention sur le marchand ambulant.

« Vous me donnez une idée pour défendre et vos intérêts et ce village. Si c’est possible j’aimerais que vous me fabriquiez quelques bourses de poudre pour endormir les gens en une respiration si cela est possible. De plus… connaissez-vous quelques cachettes dans le coin ? »

Je quitte Hiroshi après quelques minutes de discussion avant de m’approcher des gamins qui jouent. J’ai un excellent contact avec les enfants, sans que cela ne soit ironique. Ma petite taille aidant sûrement. J’avance vers ce qu’il me semble être un gentil suiveur tout doux. Je sors un petit bonbon au miel et lui donne pour l’amadouer avec un petit sourire amical.

« Bonjour. Tu me semble être très malin. Dis-moi est-ce que tu connais quelques cachette dans le coin ? »

J’observe les autres enfants qui continuent leur jeux comme-ci l’autre n’est pas important. Juste négligeable. Avec un peu de chance il va parler.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 401
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Protection Sam 25 Aoû - 23:01
Protection

Simple kunoichi ? Ce qu'on demandait de supporter à ces villageois, c'était la peste ou le choléra, ni plus ni moins. Et le visage de cet homme exprimait clairement cette idée, il laissa même un soupire s'échapper de ses lèvres, apparemment, il ne comptait pas passer la nuit ici. Néanmoins, il ne se révolta pas contre cet être aux pouvoirs mystiques, il savait que c'était jouer avec le feu que de provoquer ou désobéir à une créature pareille. De toute façon, celle-ci avait raison, il risquait de perdre une bonne partie de son stock s'il décidait de quitter le village comme cela, mais peut être avait-il quelques autres entrepôts situés dans d'autres villages ou quelques connaissances susceptible de lui venir en aide. Cela pouvait expliquer sa réaction lorsque la femme lui conseilla ou interdit de sortir d'ici.  

« Vous me donnez une idée pour défendre et vos intérêts et ce village. Si c’est possible j’aimerais que vous me fabriquiez quelques bourses de poudre pour endormir les gens en une respiration si cela est possible. De plus… connaissez-vous quelques cachettes dans le coin ? »

Le colporteur haussa les sourcils, apparemment surpris par les propos du monstre à l'apparence humaine. Parfois, son regard était attiré sur par la trace rouge laissée par le fruit qui s'était écrasé contre la paroi, à la place de l'Akuma, il n'aurait certainement pas esquivé le projectile. Il avait écouté Kameyo jusqu'à la fin et avait croisé les bras juste avant de prendre la parole.

-  Je n'ai jamais confectionné de poison... Jusqu'à présent, je n'ai fait que des antidotes ou des bandages minimes, en de rares occasions, et ça m'a pris pas mal de temps, alors je ne suis pas sûr d'arriver à faire cette poudre... Pour ce qui est des cachettes, je n'en connais pas, néanmoins je connais quelques sentiers pour éviter les brigands. Je les connais par coeur.

Sur ces mots, le jeune villageois sortit une carte et la donna à la kunoichi. Sur cette carte étaient entourés en rouge quelques sentiers, surement les plus empruntés par les hommes menaçants le village, tandis que d'autres étaient entourés en vert, sans doute les plus sûrs ou moins dangereux. L'étrangère savait maintenant que le colporteur d'herbes pouvait créer des antidotes ou administrer des soins mineurs, de plus, elle avait obtenu, de ce même homme, une carte avec les chemins les plus dangereux et les moins dangereux. Petit à petit, lentement mais surement, grâce aux différents habitants et à ses propres compétences, elle reconstituait un puzzle qui allait peut être la conduire jusqu'à la réussite de sa mission.
Le pire, pour les brigands, était que cette créature avait encore pas mal de ressources. Elle venait tout juste d'être touchée par un éclair de génie, se précipitant vers les gamins pour leur demander, avec diplomatie, de lui donner quelques lieux de cachette pour les villageois, dans le cas d'une attaque. C'était un serpent vicieux, sous les traits d'une jolie jeune femme, qui tentait de soudoyer un petit garçon avec friandise, sourire et compliments. Cependant, contre toute attente, le gosse se mit à pleurer et alla se réfugier derrière une fille, d'une douzaine d'années. Tout le monde avait arrêté de jouer.

- Vous êtes une méchante kunoichi, laissez-nous tranquille ! Tout le monde l'a toujours dit au village que vous étiez des monstres à visage humain, dévorant enfants comme adultes !

Une femme sortie de sa maison en courant et attrapa le garçon, c'était apparemment la mère, mais, affolée par la présence de Kameyo, elle décida de rentrer chez elle sans pour autant quitter la chose des yeux...
Feat.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Akuma Kameyo
Indépendant
Messages : 198
Date d'inscription : 18/12/2017
Age : 20

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 115
Expérience:
587/1200  (587/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Protection Dim 26 Aoû - 10:13
Je reste un peu surprise de la réaction du gosse qui part en courant derrière une gamine plus grande. Autant pour ma capacité à approcher les gamins. Ce n’est clairement plus ça. Pourtant je ne suis clairement pas impressionnante, c’est même tout l’inverse. Face à sa réaction je me mis à rire, la petite est trop chou ! Je souris et observe la mère qui est nerveuse. Je secoue la tête toujours en souriant avant de parler assez fort pour que tout le monde entende bien. Je n’ai pas peur de ce que je vais dire : j’assume totalement. Je croise les bras sur ma poitrine avant de parler tout haut.

« Ahahahah ! Je ne suis pas méchante et je ne mange nullement les adultes et les enfants. Pour tout te dire, j’adore les enfants et tu vois j’en ai même deux. Deux petite filles de sept mois ! Elles s’appellent Jiyū et Mirai. Alors, tu sais, quand je vous vois je vois mes deux filles à votre âge. Je veux juste vous protéger. Dans mon clan : les enfants sont considérés comme des trésors. J’espère que mes filles seront aussi protectrices et méfiantes que toi quand elles auront ton âge. »

Je me redresse cependant, je ne vais pas insister et effrayer les enfants. En passant, j’ébouriffe les cheveux de la petite sans rien faire de plus. Je m’installe dans un coin tranquille pour observer la carte. Tout vas bien. Je m’approche rapidement du forgeron pour lui montrer la carte. J’ai confiance en lui, même si bon… Je serais beaucoup plus confiante avec deux autres Akuma pour m’épauler. Je lui montre les chemins sûrs.

« Au besoin on peut faire évacuer en partie le village par ces chemins. »

Je tourne la tête en entendant le bruit d’un cheval. Je fronce les sourcils en me tournant vers le chemin principal. Je reprends la carte pour la glisser dans ma poche avant de m’avancer lentement attentive. Je jette à nouveau un regard au forgeron avant de m’avancer à l’entrée du village attentive.

« Kokkai ?
- Prête au besoin. Mais tu ne devrais pas me retenir ?
- Nous verrons. »

Je croise à nouveau les bras sur ma poitrine attendant de voir de qui il s’agit.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 401
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Protection Lun 3 Sep - 18:47
Protection

Les propos de l'Akuma semblent avoir attisé la curiosité de l'enfant qui penchait la tête sur le côté... Elle se demandait peut être ce à quoi pouvait ressembler l'enfant d'un démon, si un tel enfant pourrait s'entendre avec elle. Alors, elle regarda la démone en silence, mais ne la quitta pas des yeux, cessant de jouer avec ses amis. Est-ce que cette créature pensait vraiment ce qu'elle avait dit ? Elle ne le saurait jamais... La créature aux origines félines se dirigea vers le forgeron qui, apparemment, avait fini de s'occuper de l'ancien. Il regarda la carte que tu lui tendait avec attention, tentant de mémoriser l'emplacement des chemins à emprunter en cas de besoin.

- Comment avez-vous obtenu cette carte ?

Les sens en alerte, la femme réagit au quart de tour en entendant les pas d'un cheval se rapprocher du village. Le forgeron partit s'armer d'un katana, après avoir vu la personne et glissé quelques mots à la combattante lui signalant qu'il s'agissait d'un émissaire des brigands qui était déjà venu à plusieurs reprises. Les habitants sortirent de leurs maisons, mais restèrent sur leur palier, assez proches pour entendre le messager, mais assez loin pour se sentir en sécurité. L'homme avait les cheveux bruns et les yeux bleus, un foulard vert ornait son bras droit. Ses vêtements bruns n'avaient rien d'exceptionnel, seul le katana se trouvant à sa ceinture et son fameux foulard laissaient penser que cette personne était spéciale. Il fit quelques pas, se positionnant au centre d'une place avant de prendre la parole, la main à la garde de son arme...

- Ceci est votre dernière chance... Payez les taxes avec les intérêts ou recevez votre châtiment.

Des voix s'élevèrent et passèrent un message clair à l'homme... Le village ne paierait rien. Alors, l'intrus s'égosilla en criant à ses camarades de lancer l'assaut. Dans la foulée, la machine à tuer entendit des bruits de pas se rapprocher, c'était des hommes qui courraient... Vers le village... Neuf ? Onze ? Quatorze ? Peut être quinze hommes. De la ferraille... Certains passaient par le pont, d'autres par les plantations... Que faire ?Ils étaient armés et nombreux, la question était maintenant de savoir si la femme pouvait rivaliser seule face à eux ou si elle allait demander l'aide du forgeron qui était de retour. Peut être voulait-elle éliminer tous les intrus ou laisser des survivants pour les faire parler. La balle était dans le camp de la kunoichi...

Indications:
 
Feat.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Akuma Kameyo
Indépendant
Messages : 198
Date d'inscription : 18/12/2017
Age : 20

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 115
Expérience:
587/1200  (587/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Protection Lun 3 Sep - 22:14
« Le colporteur me l’a donné. »

J’observe l’homme à cheval et penche la tête sur le côté. Les bandits viennent donc ? Bien. Je tends mon ouïe et observe autour de moi. Je plisse le nez, quinze ? Ils ne semblent pas être des samouraïs ou même des ninjas. Et l’autre qui menace… Je lève les yeux au ciel. Je devrais pouvoir danser avec tout le monde sans trop de soucis. Cependant les villageois vont me gêner. Je me tourne vers le forgeron

« Fais les reculer le plus possible et si tu peux fais les fuir. Ils viennent par les champs et le pont. »

J’observe les bandits avec soin sans pour autant sortir mes griffes. Mes yeux circulent entre les différents bandits alors que je fais lentement craquer ma nuque. Je sais très ce qu’il peut se passer, mais j’aimerais vraiment éviter encore ses regards de haine et de peur. Je soupire longuement, ce ne sont pas de vrais guerriers, les tuer ne servira à rien. Mmhh… Ah… Les humains sont si pathétiques ! Je fais claquer mes mâchoires avant de m’élancer. Je tutoie le vent je le sais très bien. Le cheval panique et s’agite lorsque je pose mes pieds sur ma croupe alors que mes griffes trouvent la gorge de l’homme et que je lui arrache son foulard montrant son visage à tous. Mes griffes viennent caresser le creux de sa gorge alors que je ne souris pas, que je suis mortellement sérieuse. Je parle fort cette fois, assez distinctement pour que tous m’entendent.

« Ceci est votre dernière chance. Partez tous, laissez ce village en paix ou recevez votre châtiment, Et je crains… qu’il ne vous plaise guère. Après tout… ce sont les samouraïs qui m’ont apprit à châtier ceux qui se mettent au travers de ma route. Alors, peut-être que vous devriez réfléchir à deux fois avant de tenter de me menacer ainsi ainsi que ceux qui sont sous ma protection. »

Je saute à terre tenant le foulard et observe avec attention le reste des bandits. Je n’ai pas sortis la totalité de mes griffes, seulement la moitié. Vingt centimètres d’acier qui réclament à boire, qui réclame le vin qui coule dans les veines de ces mécréants. Mais pour l’instant je reste calme, ma menace est effective et mon rugissement prêt à déchirer leur moindre once de courage. J’écoute, j’observe, j’attends. Je suis prête à me battre. Les villageois sont pour l’instant à l’abri des combats et je crois avoir suffisamment focalisé l’attention des bandits sur moi pour qu’ils ne touchent pas aux innocents.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 401
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Protection Sam 8 Sep - 11:17
Protection

Le forgeron avait décidé de mettre sa fierté de côté pour protéger le village, obéissant à l'Akuma comme un Genin obéirait à son Sensei. Haussant la voix pour se faire entendre, il ordonna à tous les villageois de se rassembler et d'aller à l'arrière du village, demandant aux hommes à la meilleure constitution de l'aider à s'occuper des personnes âgées et aux femmes de bien faire attention à leurs enfants. Les villageois le connaissaient bien et se pliaient à ses ordres sans rechigner, évitant ainsi la panique générale. Rapide et efficace. La kunoichi avait bien fait de se reposer sur cet homme, mais cela ne réglait pas tous les problèmes... Le plus gros, elle était en train de s'en charger elle-même lorsque l'ancien combattant s'occupait des civils.

La créature aux pouvoirs surnaturels s'était élancée sur le messager, lui arrachant son foulard au passage. Ses griffes, aiguisées, avaient su se poser sur la gorge de l'homme. Il déglutit. Tout le monde s'arrêta chez les brigands et observa la machine à tuer qui avait su se montrer assez... Menaçante ? Ils observèrent la scène silencieusement tandis que les villageois s'éloignaient. Ils étaient hésitants. Partir à la poursuite des habitants et raser le village ou venir en aide à l'émissaire du chef ? Ils n'étaient sans doute pas habitués à prendre des décisions et ils se regardaient, les uns les autres, tandis que le messager, tremblant, essayait de glisser discrètement sa main à sa ceinture pour saisir son arme.

Les bandits étaient faibles et même s'ils avaient entendu parlé des ninjas et qu'ils les craignaient, ils estimaient peut être pouvoir l'emporter s'ils attaquaient tous ensembles. Ainsi, ils changèrent de cible et se ruèrent en direction de Kameyo, dans l'espoir de pouvoir sauver leur ami ou le venger si elle décidait de le punir pour le choix de ses camarades. Alors que la situation se corsait du côté de la prédatrice, son ouïe décela quelque chose d'anormal, des petits pas, semblables à ceux d'un enfant, se rapprochaient de la zone de danger. Et, si elle observait les alentours avec attention, elle devait être capable de déceler un petit corps, à l'ombre d'un bâtiment, celui de la petite qui lui avait crié dessus, un peu plus tôt.

Les mouvements des malfaiteurs n'étaient pas synchronisés, il était donc facile d'esquiver leurs coups pour quelqu'un doté de l'agilité d'un félin tel que la terrifiante femme engagée par le chef du village pour se débarrasser des dangers menaçant les habitants. Néanmoins, le nombre important d'ennemis rendait la tâche un peu plus ardue pour la kunoichi qui devait rester concentrer pour esquiver les coups et contre-attaquer si elle jugeait cela indispensable.

Indications:
 
Feat.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Akuma Kameyo
Indépendant
Messages : 198
Date d'inscription : 18/12/2017
Age : 20

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 115
Expérience:
587/1200  (587/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Protection Sam 8 Sep - 13:56
J’entaille légèrement le cou de l’homme lorsqu’il pose sa main sur son arme : j’ai entendue le bruit que cela a fait. Et je n’ai aucune hésitation à tuer. Les samouraïs et mes trois années passé à errer en luttant pour ne pas tuer le moindre être vivant que je croisais m’ont ôté mes hésitations à tuer. Tuer ou être tué. C’est ainsi que j’ai appris à vivre. Je voudrais cependant garder un témoins de ce qu’il va se passer : qu’il rapporte un message à leur chef. Mais pour l’instant : les faire se taper les uns les autres risque d’être des plus amusant. Je ne vais pas tout de suite éclabousser de sang le sol de ce village. Petite fille. J’ai entendu ses pas et je pris pour qu’elle ne s’interpose pas.

Je laisse mon chakra irrigué mes muscles et je bondis au milieu des bandits en rentrant mes griffes. Je ne veux tuer personnes, pour l’instant. Les Akuma ne tuent pas sans la moindre somation. Et notre somation à nous est notre rugissement. Les villageois sont assez loin pour ne pas en subir toute la violence, quant à la gamine… Je crains qu’elle ne fasse quelques cauchemars. Mais je vais rester assez près des bandits pour éviter de trop les affecter. Cependant, je plains celui qui est sur son cheval : l’animal va fuir en sens inverse. Je danse presque au milieu des bandits, m’amusant de leur airs si balourd et de leur lenteur. J’en vois même qui pourraient presque se frapper mutuellement. S’en est amusant !

J’atterris souplement sur mes pieds, aucun sourire aux lèvres et je sors à nouveau seulement la moitié de mes griffes. Je préfère garder quelques atouts dans ma manche. Je concentre un peu de chakra dans ma gorge avant de rugir en puisant dans ma colère pour les effrayer. Je ne regarde pas la petite fille qui est derrière moi, ni les villageois. Me focalise mon rugissement sur les malfrats. Je prends une profonde inspiration et de lancer un ultime avertissement. À la prochaine attaque : le sang giclera.

« Ceci est mon ultime avertissement. Partez immédiatement et ne revenez plus jamais ici. Je crains que dans le cas inverse je ne sois obligée de danser une valse mortelle avec vous. »

Je ne plaisante pas. Je les massacrerais s’ils osent une nouvelle fois tenter de m’attaquer , ou d’attaquer la gamine qui est bien caché derrière un bâtiment… Je me mets en position d’attaque, prête à trancher des gorges sans plus faire d’histoire. Cependant… Mon rugissement devrait avoir suffit pour les faire, du moins certains, se pisser dessus. Je sais cependant d’avance que les habitants me regarderont comme un monstre après. Tant pis… J’en ai l’habitude.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 401
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Protection Lun 10 Sep - 21:19
Protection

La kunoichi menaça le messager et l'empêcha de dégainer son arme. Puis, elle se mit à danser, esquivant avec agilité les coups désynchronisés des agresseurs au faible potentiel destructeur. La créature se mouvait avec fluidité et, apparemment, la petite fille fut comme charmé par ce spectacle auquel elle ne se serait pas attendue. Elle était aussi insaisissable que le vent et, cherchant à l'atteindre, les brutes sans cervelles se seraient presque frappés par mégarde. Ces quelques secondes à combattre dans le vent avaient suffis pour en décourager certains, c'était compréhensible de craindre quelqu'un ou quelque chose qu'on ne pouvait atteindre... Mais, ce qui acheva la confiance et les pensées belliqueuses de ces pauvres brebis égarées fut le rugissement du félin qui sommeillait en l'Akuma. Ils furent tous pétrifiés un moment, le temps que la femme leur donne un dernier avertissement après quoi, ils lâchèrent leur équipement de brute épaisse et se mirent à courir le plus loin possible du village, paniqués, sans même lui donner la moindre réponse. L'émissaire, quant à lui, avait du être conduit bien loin, auparavant, par sa monture qui avait fui le village.

Même si la machine à tuer avait fait fuir les bandits qui s'apprêtaient à attaquer le village, les habitants ne semblaient pas rassurés pour autant... Maintenant qu'ils savaient ce qu'ils avaient accueilli chez eux, ils semblaient inquiets, très inquiets... Mais, alors qu'un tas de pensées négatives fusaient, une personne avait vu la créature comme une héroïne, la petite qui s'était approchée pour voir la femme en action. Elle se rendit même auprès de l'invitée du village pour la féliciter ou plutôt la remercier, en personne.

- Merci de nous avoir débarrasser des méchants, madame la kunoichi. Vous n'êtes peut être pas aussi méchante que le pense ma maman.

Les villageois étaient partis pour rejoindre leur habitation respective, le forgeron en fit de même après s'être brièvement incliné, sans doute en guise de remerciement, mais ça, la gardienne du village ne le saurait sans doute jamais, cet homme devant être bien trop orgueilleux pour prononcer de tels mots face à cette créature embauchée par le chef. Quoiqu'il en soit, la kunoichi avait beau avoir repoussé les "méchants" comme le disait si bien la petite, mais son travail était loin d'être fini car, si elle s'était débarrassée des sbires sans pouvoir, il restait le dirigeant du groupe à trouver et à mettre hors d'état de nuire.
Mais, problème plus important, la femme n'avait pas encore trouver un endroit où rester pour la nuit, ni même pour se restaurer, et il lui manquait un certain nombre d'informations pour poursuivre la mission. Elle ne connaissait pas le repaire ennemi et n'aurait pas pu le trouver en suivant les sbires puisque ceux-ci étaient partis en s'éparpillant, ayant pour seul but de fuir le monstre maîtrisant le chakra. Qu'allait-elle pouvoir faire ? Attendre qu'une nouvelle attaque survienne ? Partir à la chasse en mettant en danger les villageois ? Y avait-il réellement un traître ?

Feat.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Akuma Kameyo
Indépendant
Messages : 198
Date d'inscription : 18/12/2017
Age : 20

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 115
Expérience:
587/1200  (587/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Protection Lun 10 Sep - 22:56
Le cliquetis d’armées lâchées au sol était un son des plus agréable à attendre et encore plus le son de leur cœur paniqué. J’observe leur fuite sans bouger. Je n’ai pas eu à tuer. Pour l’instant. Je prends une profonde inspiration et quitte ma position d’attaque et mes griffes rentrent paisiblement dans ma chaire. Je tourne la tête vers la petite, pas si petite que ça elle est déjà plus grande que moi, en souriant. Elle est adorable. Je lui fais un grand sourire de grande sœur, ou de maman. C’est étrange de se faire remercier pour si peu. Mais j’ai l’impression que ce n’est pas finis : c’est beaucoup trop facile. Je vais rester ici quelques temps.

« Merci ! Je vais encore rester un peu, pour être sûre que les méchants ne reviennent jamais. Je serais triste qu’on s’en prenne à toi. Mais la prochaine fois, s’il te plaît, reste à distance. Rejoins ta maman, elle va s’inquiéter. »

J’ébouriffe les cheveux de la petite en observant les personnes du village. Je remarque à peine le forgeron, je lui demande simplement de ramasser les armes des brigands, mes sens sont concentrés sur autre chose. Une part de mon être réfléchit à la situation. Ce n’est pas finis, ils ne sont qu’un ramassis d’andouilles incompétents, il y a quelqu’un d’autres derrière et c’est lui que je dois abattre pour assurer la tranquillité du village. Quant à mes besoins… je devrais pouvoir passer une nuit dehors sans problème, quitte à montre la garde. Mais il y a un son… Je souris en comprenant, ce pas, cette manière de marcher. Je sais qui c’est. Shaon. Une Akuma plus qu’impressionnante du haut de ses deux mètres et à l’ouïe plus fine que celle d’une chauve-souris ou d’un chat.

Elle me rend mon signe de main et s’approche. Je me sens minuscule à côté d’elle. Elle tient une couverture et de quoi manger. Je lui fais signe de venir. Elle est immense, mais… sa carrure n’est pas impressionnante, elle est juste grande. Je m’installe par terre et ouvre le paquetage. Couvertures, et de quoi manger pour deux jours. Je mords dans la miche de pain et lui fais un signe de tête. Elle soupire.

« Mio tient le coup… Mais elle souffre, ça devrait arriver bientôt. De toute manière on ne peut pas bouger tant qu’elle n’a pas accoucher. Les jumelles restent auprès d’elle.
- Et Wayoko ? Sa fille, comment ça va ?
- Mortellement inquiète pour sa mère, mais elle est courageuse. Et toi ? J’ai vaguement entendu ton rugissement en venant. Tu te ramollis.
- Il y avait les villageois derrières… J’ai préféré… estomper.
- Pas de corps… Ils sont partis ?
- Pour l’instant. Ils vont revenir. Avec le chef j’espère. Et ça ira, j’ai pas besoin d’aide. »

Shoan hoche la tête et je finis de manger ma pomme en observant le village, les sens aux aguets. Je m’essuie la bouche d’un revers de main. Je bois longuement à la gourde d’eau qu’elle ma gentiment amené aussi. Le campement des Akuma est à une vingtaine de kilomètres, mais ce n’est rien si nous courons. Une petite heure de marche ? À tout casser ? Enfin, une heure de course. Shaon ne reste pas longtemps. Elle repart directement après la fin de mon repas.

Je m’installe enroulée dans ma couverture à l’entrée du village gardant mes affaires près de moi. Je ne sais pas trop ce qu’il va se passer encore. Je ne sais pas réellement quoi faire à part attendre pour l’instant. Je fronce les sourcils. Je ne peux pas laisser le moindre villageois se mettre en danger. Je ferme à moitié les yeux basant mon attention sur mon ouïe. Les bandits ne reviendront pas immédiatement. J’en profite pour me reposer un peu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 401
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Protection Mer 19 Sep - 17:37
Protection

La petite avait donné, pour seule réponse à la Kunoichi, un sourire, avant de partir en direction de sa maison. Dans ce village où régnait la peur, aussi bien des brigands que des shinobi, la femme avait pu trouver quelqu'un qui commençait à l'apprécier ou même à l'admirer... C'était un bon début, un très bon début. Qui pouvait dire ce que nous réservait l'avenir ? Personne... Personne ne pouvait savoir si, d'ici quelques années, les ninjas pouvaient passer du statut d'assassins sans foi ni loi à celui de héros ou de simple combattant.

La guerrière avait reçu une visite bien agréable de l'une de ses congénères, lui permettant de souffler un peu, dans ce village où l'ambiance était plutôt lourde et où des bandits venaient faire leurs petits numéros afin d'apeurer les plus faibles. une pause, un moment agréable, voilà ce que c'était. Les oiseaux chantaient, le vent caressait les feuilles, c'était une douce mélodie qui arrivait aux oreilles des deux amies. Une pomme, un peu d'eau, c'était un repas suffisant pour la créature aux pouvoirs mystiques. Le temps était magnifique...

Alors que son amie l'avait quitté, elle s'étaient enroulée dans sa couverture, les yeux fermés, pour tenter de se reposer un minimum avant de reprendre sa dure besogne. Mais, l'ouïe toujours aiguisée, rien n'échappa à l'Akuma qui perçue le son de pas qui se dirigeaient vers le village... C'était proche de sa position... Ennemi ? Allié ? Impossible de le savoir sans s'y rendre pour effectuer une vérification, car, d'ici, tout ce que la femme avait à disposition pour comprendre la situation était ce pas, léger -discret même- mais pas autant que celui d'un enfant. En tous cas, il était étrange que quelqu'un se promène dans les environs à une telle heure, surtout lorsque l'on prenait en compte le fait que cette personne semblait venir de l'extérieur... Si elle n'avait pas eu cette sensibilité auditive, elle n'aurait certainement rien entendu et ce malgré toute la concentration possible.


Feat.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Akuma Kameyo
Indépendant
Messages : 198
Date d'inscription : 18/12/2017
Age : 20

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 115
Expérience:
587/1200  (587/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Protection Mer 19 Sep - 20:08
Repos, calme, silence. Je reprends rapidement des forces, je n’en ai pas usé tant que ça. Et la nourriture saine des miens m’a agréablement réchauffé le ventre. Peut-être parce que c’est simplement le partage d’un instant avec quelqu’un qu’on aime ? Je souris en repensant à Maho, mais soudain mes pensées furent attirée par autres chose. Des bruits de pas. Venant de l’extérieur du village. Silencieusement je me redresse et bats des cils. Je mets rapidement en place ma vision nocturne pour savoir ce qu’il se passe. Je suis également prête à le suivre en me fondant dans les ombres . Reste à voir qui c’est et qui ou ce qu’il vient faire. À voire.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 401
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Protection Sam 22 Sep - 9:46
Protection



L'Akuma n'avait pas eu beaucoup de temps pour se reposer, mais cela lui avait quand même fait du bien de voir la pression retomber. Il faisait vraiment sombre, sans source de lumière, difficile d'y voir quelque chose, surtout que la lune était cachée par quelques nuages. S'élevant prestement, elle se dirigea vers la source du bruit rapidement et discrètement. La créature fit appel à ses pupilles félines afin d'avoir une meilleure vue dans le noir qu'un oeil humain normal, c'était une chance pour la kunoichi qui pouvait donc observer la personne l'ayant forcée à se déplacer, ainsi que son attitude, sans problème.
Il s'agissait d'une femme de taille moyenne. De longs cheveux sombres attachés en queue de cheval, sa tenue, elle-aussi, était sombre. Elle avançait vers le village, torche à la main, sans doute pour s'éclairer -mais c'était quand même dangereux-. En se rapprochant un peu plus et en passant devant elle, tout en continuant à te camoufler dans l'obscurité, la gardienne du village pouvait constater que cette personne avait un visage parfaitement calme et qu'elle semblait jeune. Même d'ici, ses pas étaient particulièrement léger. Kameyo n'avait pas remarqué cette femme, un peu plus tôt dans la journée, quand le village avait été attaqué...
Ou était-elle à ce moment-là ? Etait-ce au moins une villageoise ? Pourquoi était-elle là alors que tout le village semblait endormi ? Que faire ? Arrêter cette personne et l'interroger pour vérifier qu'elle ne représente pas le moindre risque pour le village ? Ou continuer à l'observer et attendre que quelque chose ne se passe ?

Contre toute attente, l'inconnue eu un mouvement de sursaut lorsque l'être aux attitudes félines posa, par mégarde, le pied sur une branche un peu trop bruyante à son goût. La personne, solitaire, devait donc être sur ses gardes ou particulièrement peureuse pour avoir eu une telle réaction. Elle se retourna d'ailleurs dans la direction de la créature aux pouvoirs mystiques qui avait le choix entre se cacher et l'observer plus longtemps ou se dévoiler...

Après quelques minutes avec cette inconnu, un bruit non-naturel arriva aux oreilles de la combattante, mais impossible de savoir de quoi il pouvait bien s'agir. La brise, bien que légère, amenait aux oreilles de celle-ci quelques bruits parasites qui l'empêchèrent de connaître l'origine de ce qu'elle avait pu percevoir. Une autre personne ? Un villageois qui est encore debout et qui exécute un tâche chez lui ? C'était bien trop calme, beaucoup trop calme... Pourquoi les brigands n'avaient-ils pas lancé un nouvel assaut dans la foulée ? Des préparatifs ou bien... La nuit était le moment adéquat pour lancer une attaque puisque cette obscurité permettait de camoufler les assaillants et ainsi, de prendre les cibles par surprise. Par chance, la kunoichi était doté de sens tels qu'il était difficile de passer inaperçu avec elle.
De nouveau, un bruit étrange survint. Cela venait d'un peut plus loin, c'était sur la route de la femme en noir. Cela ne ressemblait pas à quelque chose pouvant être produit par un animal... Un humain peut être ? Les feuilles s'entre-choquant étaient gênante... Et, maintenant que la créature ne se concentrait pas uniquement sur son ouïe, mais aussi sur sa vue, il était bien plus difficile pour elle d'analyser toutes les sonorités environnante... De l'eau ? Quelque chose était peut être tombé dans l'eau, les deux femmes approchaient du pont, après tout. Mais, s'il s'agissait d'un bruit produit par l'homme, cela signifiait qu'un habitant était sorti de chez lui en cette heure tardive. Pourquoi ?

Feat.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Akuma Kameyo
Indépendant
Messages : 198
Date d'inscription : 18/12/2017
Age : 20

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 115
Expérience:
587/1200  (587/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Protection Sam 22 Sep - 12:14
Je me tiens à quelques distances de la femme pour que mes yeux de chats ne soient pas gênés par la lumière de sa torche. C’est étrange… Je ne comprends pas et l’Autre non plus n’aime pas comprendre. Je préfère garder mes yeux de chats pour observer autour de nous en cas de besoin. Pour l’instant je suis la femme discrète parmi les ombres. Sa manière de marcher indique qu’elle a reçu un entraînement, elle ne pourrait pas marcher aussi silencieusement sinon. Non, elle est entraînée et je ne comprends pas ce qu’elle vient faire ici, avec une torche à cette heure. Elle se fiche de se faire voir… Sinon elle n’aurait pas prit une torche ? Plongée dans mes réflexion mon pied se pose sur une branche sèche qui craque avec violence sous mon poids. Merde.

« Putain Kameyo ! »

Merci de jurer pour moi Kokkai… Au moins je jure en silence. Je me tapis tout de suite dans les ombres sans lâcher la fille du regard. Elle est méfiante, trop pour que cela ne soit pas « anormale ». Elle est sur ses gardes. Tant mieux. Qu’elle me montre ce qu’elle souhaite faire. La brise m’apporte de drôles de sons… Et je ne sais pas quoi faire, on dirait un villageois qui sort de chez lui. Ce n’est pas normal. À moins qu’un habitant soit allé boire chez un autre ? Possible aussi. Je n’ai pas mémorisé tout les habitants. Mais cette femme n’en faisait pas partie, c’est sûr. J’hésite vraiment entre aller voir ce drôle de bruit et suivre la femme. Je scrute avec soin les ténèbres, le vent me gêne tout en m’aidant pour entendre tout ce que je souhaite. Avec la lumière de la torche j’ai largement de quoi voir tout ce que je souhaite. De toute manière Je suis prête à bondir en restant soigneusement cachée. Ce n’est pas cette femme seule qui va me faire peur. Nous sommes presque sur le pont. Si elle quitte le village… Non, je ne pense pas qu’elle quitte le village… Si mes oreilles sont braquées sur elle, mon regard est tourné vers le village et sonde les ténèbres à la recherche du moindre danger.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 401
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Protection Sam 29 Sep - 14:30
Protection

La femme qui était d'abord méfiante, suite au bruit qu'avait fait Kameyo par inadvertance, semblait avoir regagné confiance. Elle pensait peut être avoir eu une hallucination ou avoir été surprise par un animal sauvage qui était de passage. Quoiqu'il en soit, elle avait cessé de tourner la tête dans tous les sens et marchait maintenant normalement. La kunoichi avait décidé de jouer la sécurité et d'observer plus longtemps la femme étrangère au village qui se dirigeait vers le pont, espérant sans doute déceler un piège ou de vraies preuves. Quoiqu'il en soit, cette inconnue accéléra le pas lorsqu'elle entrevit une lumière, au loin, émaner du pont.
Malheureusement, il était impossible pour l'Akuma trop s'approcher de cette construction humaine puisque la zone autour du pont n'offrait aucune cachette à la protectrice du village. Néanmoins, grâce à son ouïe surdéveloppée et à ses yeux de félin, elle pouvait tout de même suivre ce qu'il se passait, un temps soit peu, sans se dévoiler. Elle observait donc la personne qu'elle suivait s'approcher d'un inconnu. Il s'agissait d'un homme qui tenait une torche dans une main et qui s'amusait à lancer des cailloux dans l'eau, en faisant des ricochets. Après quelques secondes d'observation et d'écoute, la combattante fut en mesure de déterminer qu'il appartenait au village. Mais, sa voix baissa soudainement lorsque l'autre lui demanda de se montrer prudent et à partir de ce moment là, il fut bien plus difficile de percevoir les mots qu'ils s'échangeaient.

-... Kunoichi... Comment... Combien de temps... Destruction... Village... Difficile.

La femme s'était jetée sur l'homme pour lancer, enroulant ses bras autour de son corps, tandis qu'elle répondait à ses paroles, en chuchotant à son tour.

- ... Vite réglé... Efficace... Mais dangereux... Auberge... Obéir... Chef.

- Aucun Problème. Je vais sur le champ m'occuper d-

- Chut !

La femme, dont le corps s'était violemment séparé de celui de l'homme, s'était mise à observer les alentours avant de lui répéter qu'il fallait être prudent. Puis, elle invita le villageois a regagner sa demeure, ayant prévu de dormir à l'auberge. Sur ces mots, les deux compères commencèrent à avancer vers le village tandis qu'un son de porte claquante se fit entendre. Encore une personne aux plan secrets ? Fallait-il suivre le binôme ou tenter de retrouver l'autre bien que ses pas étaient inaudibles de par la distance qui séparait la kunoichi du village, pour le moment.
Feat.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Akuma Kameyo
Indépendant
Messages : 198
Date d'inscription : 18/12/2017
Age : 20

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 115
Expérience:
587/1200  (587/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Protection Sam 29 Sep - 19:07
Je sens les battements de mon cœur s’apaiser. La fille n’a pas cherché plus que ça. Donc… Est-elle vraiment habituée à ce qu’elle fait ? À sa place, qu’aurais-je fais ? j’aurais vérifié le périmètre. Donc elle n’a pas l’habitude de ce qu’il se passe. Une nouveauté pour elle. Peut-être est-elle une bandit ? Je ne peux pas m’en assurer, mais là… Je me mords la lèvre sans rien dire en observant l’autre. J’entends quelques brides de conversations qui me laissent perplexe. Je ne suis pas sûre de tout saisir. L’homme qui visiblement connaît bien la femme, mais il semble du village. Je ne sais pas du tout de quoi il parle, les fragments m’interpellent, mais … Ce n’est pas assez. Il me faut plus surveiller ça. Ils vont vers l’auberge. Un très léger bruit me fait hésiter, le bruit d’une porte. Non, dans l’ombre je ne pourrais pas bien traquer. Il faut que je suive le binôme. Ils me semblent beaucoup plus dangereux.

Toujours aussi silencieuse, je me remets à suivre le binôme. Il faut que je suive celui qui semble devoir faire quelque chose. C’est le plus dangereux des deux. Je ne pourrais plus maintenir très longtemps mon œil de chat si bine que je préfère le couper, les deux silhouettes ont encore des torches et son facilement reconnaissable. Dès qu’elles se séparent je prends en filature depuis les ombres l’homme. Lui je ne sais pas qui il est mais je veux m’assurer qu’il ne fasse rien de mal. J’ai des villageois à protéger et à sauver. C’est hors de question qu’il y ait de victimes. Autres que les bandits. Et puis quoi encore. Si cet homme est un bandit… Non je ne vais pas le tuer mais gentiment le capturer pour l’exposer à tous. Si ce n’est rien tant pis. Mais en même temps on parlait de moi, je ne suis pas stupide, mais quand même. Je laisse tous mes sens en alerte. Il faut que je suive cet homme. Sans aucun bruit je le traque en gardant à l’oreille le moindre son suspect. Kokkai est tendu au fond de moi et je la sens prête à bondir. Mais pour l’instant je tiens les rênes assez fort pour que même mes griffes ne pointent pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 401
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Protection Sam 6 Oct - 15:40
Protection

Le binôme marchait en direction du village, mais dans le silence. Ils ne semblaient pas avoir grand chose à se raconter et ils se quittèrent sans dire un mot. Apparemment, ils n'avaient pas perçu la présence de la kunoichi, celle-ci s'étant montrée particulièrement prudente. Il ne se passait rien de spécial et pourtant, Kameyo ne pouvait s'empêcher d'être méfiante. Ils avaient parlé d'elle, ils s'étaient vus sur le pont, pendant la nuit... Ils avaient des secrets et elle comptait bien les découvrir. Elle faisait ça pour protéger le village. Elle suivit l'homme et entendit une porte s'ouvrir puis se fermer, sans doute la femme. L'homme s'arrêta devant une maison, il souffla, arrangea ses vêtements, puis il entra.

En se rapprochant et en tendant l'oreille, l'Akuma fut en mesure d'entendre ce qu'il se passait à l'intérieur de la demeure. Elle se devait de vérifier que l'inconnu ne soit pas dangereux. " Bonsoir, tout le monde !" C'était la voix de l'homme, il n'y avait pas le moindre doute à avoir. "Salut, grand frère." Ça, c'était la petite qui avait crié sur la kunoichi engagée par le village, puis que cette dernière avait sauvée. " Maman n'est pas là ?" Sa voix qui avait été plutôt enthousiaste était devenue beaucoup plus sérieuse et moins chaleureuse. " Elle est à l'auberge, il n'y avait personne pour la remplacer, ce soir." L'homme souffla, il semblait déçu... Pendant que l'homme et la petite discutaient, deux autres enfants se firent entendre, ils s'agitaient, surement heureux de voir leur aîné de retour.

En tous cas, c'était sûr maintenant, le binôme était lié à l'auberge et à cette famille. Cette déception en était la preuve, l'aubergiste devait savoir quelque chose... Une autre chose étrange était que la petite famille ne vivait pas dans l'auberge... Pourquoi ? Il devait y avoir assez de place pour ça, non ? L'Akuma en devait en avoir marre de tous ces secrets, de toutes ces interrogations car elle décida de toquer à la porte. Plus aucun bruit dans la maison pendant quelques secondes puis, des pas qui s'approchèrent de l'entrée. "Qui est-ce ?" La porte s'entre-ouvrit... L'homme sursauta et les battements de son cœur s'accélérèrent, il avait la main tremblante. "Que voulez vous ?" Reprenant son calme, il continua à s'exprimer, quitte à couper la parole à la kunoichi. "Si vous cherchez un endroit où dormir, allez à l'auberge. Et si vous voulez des informations sur les brigands, je ne sais rien, allez voir aileurs."

Feat.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Akuma Kameyo
Indépendant
Messages : 198
Date d'inscription : 18/12/2017
Age : 20

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 115
Expérience:
587/1200  (587/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Protection Sam 6 Oct - 19:32
Je continue de suivre sans bruit l’homme qui rentre dans une maison. Je reconnais la voix de la gamine. Auberge ? Je vois. Pourquoi ils ne sont pas à l’auberge ? Pourquoi cet homme vient de l’extérieur ? Je vois… C’est lui l’espion ? L’auberge est suspecte maintenant. Toute la famille avec ? Non je ne pense pas. Pas les enfants. Le grand oui avec sa mère sans doute.Pourquoi sinon… Oui d’accord… Je vois. Intéressant. Donc, j’ai à me méfier de l’aubergiste et de ce petit garçon. Petit… Il est plus grand que moi. Appuyée négligemment contre un arbre je sens Kokkai venir à moi. Grande ombre noire qui m’entoure et me câline.

« Tue le.
- Non. J’ai besoin d’informations, de lui faire peur. Voyons si je peux le cuisiner sans le tuer ni même le blesser. »

Je m’avance en faisant volontairement du bruit et viens même frapper à la porte. Qui-est-ce ? Han… Le père noël ! Je retiens un soupire et croise les bras sur ma poitrine en attendant qu’on vienne m’ouvrir. J’entends les battements de son cœur qui sont affolés, il se sent coupable et ses mains tremblent. Je fronce les sourcils et reste neutre. Il est agressif, signe qu’il se sent en danger. Bien. Tant mieux. Je fais un signe de main et un sourire à la petite qui me fait un grand sourire derrière les jambes de son frère. Je finis par reporter mon attention sur le grand en penchant la tête sur le côté.

« Oh non. Je n’ai pas besoin de l’auberge merci, j’ai installé mon camp vers le pont. Non, j’ai vu une ombre ainsi qu’une femme porter une torche dans le village. J’étais inquiète de voir quelqu’un entrer dans cette maison. J’aimerais éviter qu’il arrive quelque chose aux enfants. Surtout quand ils sont aussi intelligent que votre petite sœur. Mais puisque je vois que vous êtes de la famille… tout va bien. Je vous souhaite la bonne soirée. »

Je fis une petite grimace à la petite avant de tourner les talons. Mes pas se firent absolument silencieux, indiquant que j’avais volontairement fait du bruit au jeune homme. Qu’il se chie dessus, je pourrais le suivre à la trace. Pour l’instant l’auberge. Je m’y glisse toujours sans bruit, il y a des villageois, mais celle qui m’intéresse est derrière le bar. Je m’approche d’elle avec un sourire amical. Tout est normal mais je soutiens son regard et mon ouïe est vocalisée sur les battements de son cœur.

« Votre fils aîné est rentré chez vous et il vous cherchait. N’est-ce pas dangereux de laisser son fils sortir sur les routes et rentrer de nuit alors que les bandits sont là ? »

Selon ce qu’elle dit, ou pas, je saurais si ma théorie est bonne. Un rendez-vous nocturne, il rentre de nuit alors qu’il y a des bandits. Non pour moi cela pue le traître.

« Tu ne veux pas le tuer ?
- Je n’ai aucune preuve Kokkai. »

Mon ombre grogne et s’agite, mais je reste calme et semblable à une mère inquiète pour le rejeton d’une amie. Je suis une Akuma, qu’ils réveillent mon ombre le sang tapissera les murs du village.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 401
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Protection Dim 14 Oct - 18:24
Protection

L'homme était clairement nerveux et son corps se crispa d'avantage lorsque la kunoichi évoqua la torche puis la femme, il sera les poings et avança d'un pas... On aurait dit un animal blessé qui se sentait en danger, près à sauter à la gorge de la source de sa peur. Cependant, il se calma et sourit. Il s'en sentait sans doute obligé... Sa soeur était là et semblait s'inquiéter de son comportement. Il ne devait sans doute pas vouloir sembler coupable à ses yeux. Ou alors, il avait regagné son calme car il se pensait incapable de vaincre la créature qu'il lui faisait face. Mais peut être avait-il d'autres intentions, plus vicieuses... A part le combat direct, la femme n'avait pas véritablement de moyen de reconnaître l'homme comme un shinobi, après tout.

Il était tard, ou plutôt tôt, très tôt... Quelques personnes se trouvaient dans l'auberge éveillées, quelques chuchotements venant de l'étage étaient perceptibles, mais rien d'intéressant n'était dit. D'autres étaient en train de jouer au cartes ou de manger, mais en silence. L'aubergiste était assise, au comptoir. La cloche de la porte d'entrée ayant sonnée quand l'Akuma entra, le regard de sa cible était posé sur elle. Pas de "bienvenu", pas de "bonjour" ni de "bonsoir", rien... Son regard se voulait sévère comme si elle était en train d'évaluer l'arrivante.

Les battements de son coeur s'étaient accélérés après que Kameyo lui ait parlé mais, pouvait-on réellement en conclure qu'elle avait quelque chose à voir avec cette histoire ? Le coeur de certains civils avait eu la même réaction au contact de la tueuse. L'aubergiste soupira. Puis, se grattant la tête, elle répondit. Sa voix ne se voulait pas agressive, mais elle n'était pas agréable pour autant, loin de là. D'ailleurs, elle détournait son regard, refusant de croiser les yeux de la féline.

- Il doit vouloir me demander de l'argent ou a du oublié où il a rangé ses affaires, cette tête en l'air peut bien attendre que quelqu'un vienne me remplacer. Il est grand, il sait ce qu'il fait et connaît les chemins à prendre pour les éviter.

Si la kunoichi prêtait attention aux personnes présentes au rez-de-chaussée de l'auberge, elle pouvait reconnaître la femme qui avait discutée avec le fils de l'aubergiste, assise, seule, à une table, un verre de bière, quelques fruits et un livre face à elle. Elle semblait d'ailleurs absorbée par sa lecture.
L'aubergiste bailla, apparemment fatiguée ou ennuyée, puis elle se servit un verre d'eau qu'elle but d'une traite avant de venir se positionner de nouveau face à l'Akuma. Le temps passait et bientôt, le soleil se lèverait. Or, il y avait peu de chance pour que les bandits laissent passer ce qui avait eu lieu avec le village et leur protectrice. Bientôt, une nouvelle attaque risquait de survenir.

- Vous voulez quelque chose ? Si vous souhaitez que je réponde à d'autres questions, ce ne sera certainement pas gratuit.


Feat.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Akuma Kameyo
Indépendant
Messages : 198
Date d'inscription : 18/12/2017
Age : 20

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 115
Expérience:
587/1200  (587/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Protection Dim 14 Oct - 19:22
Il est mort de peur. J’entends les battements de son cœur tel les ailes d’un papillon. Je vois. Mort de trouille et il me cache quelque chose. L’odeur nauséabonde de la haine flotte autour de lui et je dois faire un effort pour ne pas montrer mes dents et grondes avant de lui mettre mes griffes sous la gorge. Il paraît que l’acier plus que tranchant sous la gorge aide à délier les langues. Étrangement je pense que même n’avoir que le bout de mes griffes sur sa peau de larve puante aura presque un effet laxatif. Ça pourrait être très drôle à voir. Mais je n’ai aucune preuve et il y a la gamine aussi. Non, je ne ferais rien sans preuve, c’est bien trop dangereux. Je préfère partir en lui laissant penser que tout va bien.

Sa mère aussi a le cœur papillon. Pas autant que son fils, mais plus comme d’autres membre du village. Cependant, j’aurais mis mes griffes à couper qu’elle sait que son fils est ici et pourquoi il est rentré. Et pas simplement pour de l’argent ou des affaires. Son regard fuyant me conforte dans cette idée. Ne rien accepter de l’aubergiste ou de son fils. Je ne sais pas… juste un instinct animal puissant qui me hurle de faire attention à ce que je mange ou à ce que je bois. D’ailleurs, du coin de l’œil je vois cette jeune femme. Mais l’aubergiste me parle à nouveau et je l’observe avec beaucoup d’attention, comme si je pouvais lire ses pensées rien que d’un regard. Je fais un simple sourire.

« Oh non. Je vous remercie, ce que vous m’avez dit m’a… beaucoup aidé ! Je ne bois jamais pendant que je travaille. Bonne soirée. »

Ce que tu as dit, ou ce que tu n’as pas dis. Abrutie. Je me lève souplement avant de me diriger vers la femme qui lit. Je m’assois tranquillement en face d’elle tout en gardant à l’oreille les bruits extérieur. Je suis prête à intervenir. Mais le garçon m’intrigue toujours, sa mère a l’air plus futée que lui en tout cas. Mais la femme d’abord.

« Bonsoir. Je ne vous ai pas vu dans le village aujourd’hui. Mais je vois que vous avez un excellent goût pour la littérature. C’est rare de nos jours de voir quelqu’un lire du Yameka Yoshiru. Même si j’avoue préférer ses textes du début de sa carrière. »

Je souris, c’est une manière comme une autre d’engager la conversation. Je ne lui laisse pas vraiment le temps de répondre.

« Pardonnez moi. Je ne me suis pas présenté. Je m’appelle Kameyo. Je ne vous ai pas vu dans la journée dans le village, mais uniquement ce soir. »

Sous entendu : je t’ai vu arriver, parle ou je vais t’égorger.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 401
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Protection Sam 20 Oct - 11:40
Protection

Petit à petit, Kameyo obtenait des informations sur les villageois... Tout d'abord, le chef du village puis le forgeron, le colporteur et, finalement, la petite fille et sa famille. D'après ses recherches, son instinct initial, celui qui la poussait à envisager la possibilité d'une traîtrise, était presque devenu une évidence et si elle n'avait pas sévi c'était sans doute parce qu'elle ne voulait pas faire souffrir les enfants. Ou peut être qu'elle attendait quelque chose de précis de la part des suspects. Enfin, surement pas une boisson. Comment savoir si ce n'était pas empoisonné ?

La créature aux pouvoirs mystiques s'éloigna de l'aubergiste et se dirigea vers la compagne du fils de la gérante, une autre personne suspecte qui, en plus, ne semblait pas appartenir au village. L'Akuma eut une approche plutôt amicale, cachant ses intentions derrière un sourire et le commentaire du livre que la femme inconnue dévorait. Habilement, elle réussit à amener la conversation à la raison qu'avait la suspecte d'être là. Elle ne se braqua pas, elle souriait et, croisa les jambes, s'appuyant sur le dossier de sa chaise. Fermant son livre, elle croisa les bras et regarda la féline dans les yeux. Elle n'avait pas peur, loin de là, cela semblait l'amuser. D'un geste souple de la main, elle poussa son verre d'eau en direction de la protectrice du village.

- Je m'appelle Tejina Wakaba, enchantée. Je suis de passage, je suis arrivée dans la nuit. Je viens d'un village à une demie-journée de marche d'ici, je suis venue voir Tarô parce qu'on avait une petite affaire à régler. Je sais que de dangereux brigands traînent dans le coin, mais il m'a conseillé des chemins moins fréquentés par eux.

Elle avait sans aucun doute compris le sous-entendu vu ce qu'elle avait pu répondre à une phrase sans interrogation directe. Son histoire était crédible, mais pour obtenir des preuves de son innocence, encore fallait-il consulter l'autre village. Et puis, Kameyo la voyit un poil provocatrice pour une personne innocente. Sans oublier son coeur qui indiquait un état serein, or il était évident que la créature qui faisait face à l'inconnue était une kunoichi et, cela inspirait généralement la crainte et la méfiance... Mais, rien de tout cela n'était visible sur le visage de cette femme ou à l'écoute de son coeur.

L'Akuma n'eut aucun mal à remarquer que le regard de la gérante, Kameko Momo, était posé sur elles-deux. Elle n'était apparemment pas très confiante. Il n'y avait personne qui entrait mais des allers-retours étaient observables entre ceux qui mangeaient ou jouaient au rez-de-chaussée et ceux qui dormaient ou se reposaient dans leur chambre. La suspecte tourna la tête vers une fenêtre observant la luminosité de l'extérieur, faisant légèrement basculer sa chaise, puis elle regarda la kunoichi.

- Vous voulez jouer au shogi ?

Feat.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Akuma Kameyo
Indépendant
Messages : 198
Date d'inscription : 18/12/2017
Age : 20

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 115
Expérience:
587/1200  (587/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Protection Sam 20 Oct - 17:28
Une amie du gamin. Non mais… C’est sans doute vrai, mais je doute cependant qu’elle soit des meilleures amitiés pour ce village. Elle est trop forte. Il y a quelque chose dans son attitude, sa manière d’être qui hurle qu’elle peut m’affronter. Vraiment. Et pas comme les sous-fifres de tout à l’heure. Elle est dangereuse. Le terme « amusante » me vient en esprit. Si je dois l’affronter je m’amuserais. Autant qu’on puisse s’amuser en combattant à mort. De plus, elle reste parfaitement calme face à moi, donc : elle connaît ses capacités et elle estime pouvoir me vaincre. Je note. Comme le nom du gosse Târo. D’accord. Une affaire à régler. Je vois très bien. Pour moi elle est suspecte. Plus que suspecte. Je me méfie d’elle sans pour autant l’afficher au grand jour. Je garde mon sourire et ma pose détendue. J’entends les mouvements et sens les regards. Ils sont pénibles. Si j’étais un chat j’aurais plaqué mes oreilles contre mon crâne. Je souris à la femme.

« Un shogi ? Je ne suis pas la meilleure joueuse, loin de là, mais pourquoi pas. »

Je n’ai rien à perdre et tout à gagner. Si je sais jouer au Shogi, effectivement je ne suis pas une bonne joueuse. Mais si ça peut la faire parler et se déconcentrer. Je refuse de me laisser prendre au jeu. J’écoute toujours autour de moi avec beaucoup d’attention. Le moindre son suspect me fera réagir. J’ai trop l’habitude de vivre en perpétuel danger. Et ici c’est pareil. Je place d’un geste lent les pions sur le plateau.

« Vous avez lu quoi d’autres de Yameka Yoshiru ? Je suis curieuse au sujet de la littérature. Et vous connaissez depuis longtemps Târo ? Êtes-vous douée au Shogi ? En tant que nomade, je ne prends pas réellement le temps de jouer. Puis je préfère lire, il faut bien l’avouer. »

Il faut dire que c’est la littérature et la culture qui m’a permis de tenir. Je repousse lentement mes cheveux en arrière pour dégager mon visage avant de poser mon premier pion. Je regarde tranquillement de temps à temps dehors avant de me redresser avec un sourire.

« J’ai un peu chaud, permettez. »

J’ouvre en grand la fenêtre. J’ai mes sens aux aguets, mais je regarde toujours droits dans les yeux la femme. Voyons ce que tu me réserves ma chère. Je me demande de qui de nous deux est la plus rapide. À ta place je ne parierais pas sur ta victoire. Kokkai à soif de sang et de combat.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Autres Régions :: Nord-Est-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.