:: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Feu - Hi no Kuni :: Konohagakure :: Centre - ville Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La sauterelle et le chrysanthème

Aller à la page : Précédent  1, 2
Invité
Invité
Invité
Je pousse la porte de l’auberge, le plat de la main contre le bois, pour éviter qu’elle ne vienne guillotiner la gosse et m’aplatir la gueule. J’ai déjà le saké pour ça, pas besoin d’autre bois que celui du tonneau de maturation.

On m’a choyé, on m’a filé une adresse où faire remettre un coup de peinture sur ma carlingue, limite j’aurais pu baiser une gamine en extase devant mes biceps exotiques premier choix. Eh oui, on mange bien mieux quand on porte pas les gènes de la faiblesse entre deux cellules. M’enfin, à propos de manger, c’est de viande dont j’ai envie. Pas de viande de gamine… hein… quoique. Après le dessert. J’srais surpris de croiser Yurikô. Pour l’instant, j’ai déjà le sang sur la gueule, donc manque plus que le demi bœuf et je pense être satisfait.


"C'est tenu par des membre du clan de notre Hokage, les Akimichi. Les portions y sont donc généreuses, voire épiques !"

Ah oui, les gros. Les gros, juste les gros. Ils sont tous gros. Tous énormes. Ils doivent peser tous cent vingt kilos au bas mot. J’en ai entendu parler. Ils sont sujet à maintes prouesses, genre traverser plusieurs fuseaux horaires simultanément ou tomber du lit des deux côtés. On dit que quand les femmes passent en couche, le colis arrive. Vous savez pourquoi ? Parce qu’il faut une putain d’Anbu pour arriver à lever le chiard qui en résulte. Donc on va manger chez les gros. Bon plan. J’ai faim.

«-Cool. »

Ça sent bon la barback, alors je suis l’odeur jusqu’à une table vide… Oboïwaït comme on dit à Tetsu, c’est un mini-grill qu’il y a sur la table ?

Le fait qu’il soit sur la table me choque pas, c’est le fait que je puisse probablement loger dedans en position fœtale. À mon avis doit y avoir un cercle vicieux dans tout ça. Réfléchissez, un mec qui voit pas sa bite à cause de son bide, il doit forcément compenser deux fois plus non ? Je m’assois et le raclement de ma chaise est absorbé par le bruit ambiant. Je pose mon armure que j’ai remballée à terre.

J’ai soif.


"C'est un endroit plutôt sympa et populaire. Comme il est pas loin de l'Académie, les sensei y amène fréquemment leurs équipes de genin. Les jeunes ont besoin de viande !"

«-Connaît bien, quand je tranche pas des péquins c’est des nouilles que je cuisine. »

Ouais, je suis un peu crevé. Ça se sent, et s’entend probablement, encore soit-il qu’on puisse entendre quelque chose avec le bruit ambiant. Ma tête se lève et heurte rapidement de vue le plafond super bas. Forcément quand notre ossature se compose d’une sphère et qu’on possède un effet de lentille gravitationnelle avoir trois mètre de plafond pour ceux qui font un minimum de sport c’est désuet. Putain.

Le serveur nous passe sous le nez, je peux admirer les corps célestes, voir même candidater pour un poste d’astrologue, étant donné que je suis quasiment sûr que devant ma tête est alignée la Lune. J’ai très envie d’y glisser un doigt pour qu’il se retourne, mais je suis pas habilité à contenir les risques chimiques et bactériologiques. Alors bon je tire juste sa chemise en espérant qu’il soit dispo.


«-QUOI QU’EST-CE QU’IL Y A? »

Bon, je veux bien croire qu’il fasse brouhaha, mais c’pas une raison pour vouloir imiter la magnitude neuf virgule deux que tu fais en marchant avec la voix Dédé. Surtout que tu suintes, tu risquerais de glisser et de finir en introduction de film d’action si tu continues. Je lui fais signe d’abaisser la tête vers moi. Il se penche, enfin, se déplace angulairement comme on dit pour un cercle trigonométrique.

«-Une... »

Je regarde la gosse. Bah, elle l’a bien mérité.

«-Deux pintes de bières de riz, et un plat de choucroute. Avec de la viande.

Beaucoup de viande. »


Je regarde autour de moi et scrute par curiosité s’il y a des banquettes en ce lieu. Nein, autant dire qu’avec la concentration de personne, j’y vois pas grand-chose. Je me retourne vers la gosse et malgré le fait qu’elle soit ma Fürher Guide, je lui fait le signe d’un doigt sur les lèvres pour lui intimer le secret de mes plans lorsque la PUTAIN DE MARMITE ENTIÈRE DE CHOUX BORDEL AVEC LA MONTAGNE DE CINQ MOZÊRFÜKIN KILOS DE VIANDE. Comme on dit à Tetsu. Et ce avec deux pintes de bière. Cool.

Je trinque avec la gosse et lui fait un clin d’oeil… avant de descendre le tout rapidement. Fourchette, couteau, canines, je commence à bouffer le choux avec l’assortiment de charcutaille. Nickel. Oh putain c’est bon.


"Au fait, ça mange bien de la viande, les samouraïs ? Z'avez pas un interdit ou une religion qui vous oblige juste à boulotter des bambous, des algues ou du tofu ?"

«-Hormis les esclaves pour des raisons évidentes, on a pas de régime particulier à Tetsu, c’est un peu le libre choix tant qu’on va pas piquer dans l’assiette du voisin. »

Un moment de silence embraye alors que je déguste le tas de choux qui me fait face. C’est bon la choucroute. C’est doux, un petit peu amer sur les bords, ça prend bien en bouche, en faisant baigner les molaires. Le choux c’est simple. C’est adapté à un soldat. Certaines personnes disent qu’on pourrait le faire pousser sur une autre planète si on le voulait… Je n’y crois pas. Mais je le savoure, car le fait que le meilleur légume du monde puisse se trouver partout dans ce dernier est une plutôt bonne chose.

"C'était sympa, je savais pas que les samouraï maîtrisait la foudre... Et j'espère que tu ne m'en veux pas pour les...hum... petites piques lancées dans le feu de l'action. Provoquer et déstabiliser l'ennemi est aussi une manière de combattre…

J'aurais dû tenter de te désarmer plus vite aussi ou utiliser une technique d'immobilisation pour t'empêcher de faire la patineuse sur le sol... Qu'elle technique bizarre !"


Je savoure la choucroute. On ne parle pas la bouche pleine.

"Je me demande si j'arriverais à briser cette armure à poing nu, avec une de mes techniques…
J'ai pas la moindre idée de comment on peut bouger si vite là-dedans ! Mais c'est un truc trop défensif pour moi... Je préfère l'offensif. Je me demande si j'arriverais à brandir ce nodashi. Il est presque plus grand que moi…"


«-On prend vite l’habitude. Et c’est ainsi qu’on devient plus fort. »

J’arriverai jamais à finir ce plat.
Revenir en haut Aller en bas
Aburame Hako
Aburame Hako
Konoha no Genin
Messages : 279
Date d'inscription : 15/03/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Genin - Rang C
Ryos: 891
Expérience:
La sauterelle et le chrysanthème - Page 2 Left_bar_bleue1458/500La sauterelle et le chrysanthème - Page 2 Empty_bar_bleue  (1458/500)
Voir le profil de l'utilisateur
La sauterelle et le chrysanthème

Visiblement, le rônin semblait un peu patraque après le petite échauffourée. Ou alors, le remède contre la gueule de bois avait cessé de faire effet après qu'ils aient sué un bon coup.
En tout cas, l'ex-samouraï avait un peu du mal à suivre la verve pétillante du lutin vert de Konoha qui l'entrainait dans une sarabande déchainée jusqu’à un restaurant proche de l'Académie Ninja.
Il manqua même de s'assommer, ce qui était un peu ridicule pour un combattant de sa trempe...
Bon, il n’avait qu’à pas être aussi grand aussi !

Hako espérait juste qu'elle n'avait pas tapé trop fort sur le vieil alcoolique en visite... Cela ferait du plus mauvais effet si elle se retrouver avec un corps sur les bras. Crise cardiaque ou malaise dû au manque de chakra (les kikaichuu n'étaient pas des tendres et la jeune Aburame avait encore du mal à... doser. Surtout sur un étranger, une sorte de ninja-samouraï-pile électrique).

Otomo prit les choses en mains (enfin, au moins la chemise d'un serveur rondouillard) et passa commande, peu intimité par la voix de stentor de l'Akimichi (c'est qu'ils avaient du coffre, ces gaillards ! Et résistant avec ça ! Hako adorait se battre contre des Akimichi).
En tout cas, Hako n'avait beau pas être la fleur la plus délicate de Konoha, elle soupira devant les manières déplorables de l'ex-tetsujin.
Niveau politesse envers le personnel, on repassera ! Mais bon, l'Akimichi ne s'en formalisa pas plus que ça, surtout en voyant le haussement d'épaule de la kunoichi vert-pomme et son bandeau de Konoha.

Cependant, un problème se posa vite : le cuistot (et la minuscule Aburame) n'avait pas la moindre idée de ce qu'était une "choucroute" et dû se faire expliquer le plat par le rônin.
Pour la viande et la charcuterie par contre, aucun soucis. Mais pour le choux, ce n'était généralement qu'un accompagnement, voir une simple décoration dans cet antre de la gastronomique riche en calories.

Néanmoins, dans un rire gras, le cuisinier Akimichi releva le défit et harangua ses marmitons. Ex-ninja, pour lui chaque commande était comme une mission ! Nul client ne devait repartir insatisfait ou pire, pas rassasié.
Il concocta donc une approximation plus que potable du plat, au fumet envahissant flattant les papilles.
Le tout avec un tombereau de viande, pour rappeler à ce client exigeant et bizarre les spécialités de l'établissement.

Le repas arriva, accompagné de deux cruchon de bière de riz. Le serveur, hésitant, lança un regard énigmatique à la petite Aburame (qui l'évita soigneusement, feignant, mal, d'être accaparé par les plats), visiblement pas assez âgée pour consommer de l'alcool.
Son regard se fit plus soupçonneux et dur quand il posa le sake devant le rônin, qu'il jugeait visiblement responsable.
Puis il haussa les épaules. La petite était après tout une kunoichi, elle saurait sans doute se tenir, même si elle avait une réputation de trouble fête.

Otomo, complice, trinqua avec la jeune demoiselle toute de vert vêtue, ravie d'être traité en adulte.
Après tout, elle avait l'âge de briser la nuque des gens (en étant payé pour), elle avait bien le droit à un peu d'alcool !
Bon, vu ce qu'avait commandé le soiffard samouraï, ce n'était pas un peu... Mais Hako reculait rarement devant l'adversité.

Bien qu'incapable de gouleyer sa bière de riz comme le rônin, elle fit honneur à la boisson, tout en se gavant de viande (et parfois, anecdotiquement, en se sentant vaguement coupable, de choix cuisiné).
Hako avait bien évidemment un appétit d'ogre : elle s'était bien dépensée et était en pleine croissance (ou du moins, le rêvait). Et goûter l'étrange plat commandé par le rônin titillait sa curiosité.

Bavarde, ce fut la petite Aburame qui essaya d'animer un peu le repas avec son irrésistible bagout.
Elle interrogea Otomo et refit au moins mille fois leur entrainement, minant les choses avec des bouts de légumes et viandes qu'elle boulottait sans pitié à chaque fois qu'elle jugeait un plan foireux ou qu'une "technique" fonctionnait.

De son coté, Otomo était peu bavard, concentré sur son plat et son alcool.
Peut être que le vieux piquait du nez, en fait... Hako sourit (un peu niaisement, l'alcool commençant à faire son office malgré sa robuste constitution) mais aurait aimé qu'il soit un peu plus vif. Ou plus sympathique.
D'un autre coté, ça n'avait peut être pas été une bonne idée de le laisser boire de l'alcool, alors qu'elle l'avait brutalement décuvé grâce à un (infâme) remède miracle... Surtout après l'avoir bien secoué.
Faudrait pas qu'il tombe... Jamais elle ne pourrait le porter et le trainer jusqu'à son auberge !

Ou pire...
Il avait l'air un peu vert. Oh non, faîte qu'il ne soit pas malade !
C'était peut être le choux. Ou la nourriture trop abondante... En tout cas, par tout les Kami, faîtes qu'il ne vomisse pas son repas pantagruélique !
Elle aurait bien l'air finaude, s'il dégueulait partout dans le restaurant ! Jamais elle ne pourrait y remettre les pieds !
Et à tout les cas, on dirait que c'était sa faute, de ne pas avoir sut gérer l'estimé (ou pas à visiteur.

Du coup, la kunichi vert-pomme décida d'abréger le repas. Même en morfale adolescente, elle ne pouvait pas le finir et Otomo semblait aussi avoir eut son compte.
De toute manière, elle savait que la nourriture ne serait pas perdue : les Akimichi ne pouvaient s'empêcher de finir les assiettes en cuisine ou de cuisiner les restes pour les serveurs... C'est sans doute pour ça qu'ils faisaient des portions si généreuses.

Hako se força à finir son sake, même si le monde se troubla un peu et tangua. Bah, rien que ne pourrait régler ses kikaichuu et la technique antipoison que lui avait enseigné son père.
Si ça marchait sur les toxines, ça devait bien fonctionner sur l'alcool, non ?
En tout cas, elle devrait trouver un moyen de récupérer ses moyens avant de retourner chez elle : l'odorat de sa mère ne laisserait pas passer le sake.
Hmmm... Elle pourrait sans doute arguer que ça faisait partie de la mission... Hmmm... Taux de succès approximatif : 10%, voir moins.... Risqué.

La jeune Aburame (un peu titubante mais toujours aussi sautillante et dynamique) raccompagna le rônin jusqu'à son auberge : il voudrait sans doute se reposer de toutes ces péripéties.
Ou aller se saouler en compagnie d'autres personnes... En tout cas, ce n'était plus son problème : Hako considérait sa mission accomplie.
Elle avait bien soigné son invité et lui avait présenté toute la puissance et l'attrait de Konoha !

Là, elle n'aurait rien contre... Une petite sieste à l'ombre. Un peu de tranquillité, pour changer.
Dans un endroit qui tanguerait moins : elle devait user de tout son sens de l'équilibre de maîtresse du Taijutsu pour avancer vaguement droit...
Ouais, une pause s'impose.
Dans un parc discret. Sinon Konoha (ou pire : Yume) se foutrait de sa gueule.
Oooh, son estomac... C'était quoi déjà les mudra du Mushi Dokunuki ?

Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Feu - Hi no Kuni :: Konohagakure :: Centre - ville-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.