:: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Tourbillon - Uzu no Kuni :: Uzushiogakure :: Hôpital Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jônin & Kage [Pv Meyo]

avatar
Uzumaki Haruka
Uzushio no Jonin
Messages : 247
Date d'inscription : 24/12/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Perle d'Uzushio - Jounin Rang B
Ryos: 118
Expérience:
1089/1200  (1089/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
J'avais du mal à y croire... J'avais l'impression d'être dans un rêve... J'avais été promu au grade de Jônin, hier... J'étais entrée dans la cour des grands, je faisais partie de l'élite du village... J'avais crié de joie. J'étais si heureuse que j'avais du mal à contenir ma joie, je tournais en rond depuis que l'on m'avait promu. Je voulais faire une fête, partir en mission... Je ne pouvais pas tenir en place, je trouvais toujours un truc à faire pour bouger. Là, j'avais un rendez-vous médical à passer pour vérifier que j'étais apte à partir en mission dans la foulée. Envoyer un ninja blessé ou malade en territoire ennemi pouvait avoir de graves conséquences. Je n'aimais pas les rendez-vous médicaux. A chaque fois, il fallait attendre trois plombes dans une salle d'attente, or je n'étais pas la fille la plus patiente de l'univers naturellement et, la situation faisait que c'était encore pire.

Puisque je savais que je risquais de passer une journée abominable, à cause de la visite médicale qui risquait de prendre longtemps et toutes mes nouvelles obligations qui étaient le défaut de mon accession à ce grade, j'avais décidé de me vêtir en civil. Je portais un yukata jaune à fleurs noires, malgré ma tenue, j'avais conservé mon bandeau shinobi qui se trouvait attaché à ma ceinture obi. Il ne fallait pas que l'on se trompe sur mon compte et puis, c'était dissuasif... Rares étaient les personnes banales qui osaient affronter les machines de guerre qu'étaient les ninjas.

Alors que j'entrais dans l'infrastructure médical et que j'observer la grande salle dans laquelle j'étais entrée, j'aperçus quelqu'un que je ne connaissais que trop bien. Le Senkage... Je l'observais, puis quand je vis que son regard se dirigea vers moi - ou quelque chose autour de moi-, je fis un signe de main à son attention. Oui... C'était pas terrible de saluer un type aussi important d'un geste de main, mais moi et les règles de bienséance, c'était pas trop ça. Je savais pas comment il allait le prendre, mais au pire, me suffisait de m'excuser.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tsuri Meyo
Senkage
Messages : 29
Date d'inscription : 05/06/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Kage - rang A
Ryos: 15
Expérience:
93/2000  (93/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
Décidément, je ne m'y ferai jamais. J'avais beau avoir grandi avec un médecin de renommée, je ne parvenais pas à être à l'aise dans un hôpital. Ma mère m'avait donné un don pour la médecine mais j'avais hérité d'une empathie hors pair. Je sentais les gens souffrir. Ces gens dont j'étais responsable. Je passais dans les chambres, certains étaient seuls. En dehors des employés, personne ne passaient les voir. Et ces derniers, débordés par leur travail, n'avait pas forcément le temps de jouer les psychologues. C'était la raison pour laquelle je me trouvais ici. J'avais signé pour être le pilier des villageois, un symbole de paix et d'espoir. Cette mission qui m'incombait, n'avait de fin qu'à condition que la vie ait raison de moi.

La plupart de mes conseillers trouvaient que j'en faisais trop. Nous n'étions pas en temps de guerre, nous n'avions pas grand chose à craindre et à gérer. Je pouvais bien dépenser mon temps et mon énergie de la manière que je voulais. Ma dernière visite touchait son terme. J'étais quelque peu troublé, c'était systématique dès que je retrouvais le hall de l'établissement après mon oeuvre caritative improvisée. Tandis que je pouvais encaisser tout et n'importe quoi, j'avais beaucoup de mal à supporter la détresse des gens. Je ne voulais qu'une chose, la paix et la prospérité. Si je m'écoutais, j'aurai fais d'Uzushio, un lieu sans maladie et sans misère. Mon coté naïf complètement mégalomane me faisait parfois défaut, que voulez-vous.

Alors que je marchais pour rejoindre la sortie, on me stoppa pour me parler d'un fleuve potentiellement empoisonné. J'écoutais plus ou moins les paroles du shinobi; je ne demandais qu'à rentrer. Je cherchais de l'aide au loin, afin de me débarrasser de ce type. J'avais juste envie d'être seul, ou du moins de communiquer avec quelqu'un en bonne santé mentale et physique. J'avais besoin de faire part de ma propre détresse, seulement j'étais Tsuri Meyo, le Senkage. Je ne pouvais pas avoir les genoux qui flanchent devant qui que ce soit. Je gardais toujours mon calme, mettant à contribution ma patience. Comme toujours. Après tout, il n'y avait que ça à faire, il fallait respecter les codes : Un homme fort ne se plaint pas, ne pleure pas, ne souffre jamais plus de 5 minutes et doit porter sa famille.

Je n'écoutais plus, je voulais partir. Ce mal-être qui m'habitait ne me permettait pas de me concentrer et de toute façon je n'en avais plus envie. Mon regard divaguait dans toute la pièce, à l’affût d'une quelconque activité pour mon cerveau. C'est la main délicate de ce qui semblait être une kunoichi qui m'hypnotisa. Pris dans mes pensées, je ne réalisai pas qu'il s'agissait d'un salut envers ma personne. Elle me disait quelque chose. Je tapais sur l'épaule de mon interlocuteur pour lui dire que je revenais et m'approchais de Uzumaki Haruka. Cette fille se démarquait par son talent et son caractère bien trempé. J'esquissai un sourire, mes rapports avec son clan nous avait permis de nous découvrir un peu. J'avais appris la nouvelle, après tout, c'est moi qui avait donné mon aval. A 16 ans et quelques, Haruka avait déjà franchi tant de paliers. J'étais tout de suite plus détendu, les bras placés derrière la tête, j'oubliais, encore une fois, toutes les règles de bienséances pour un Kage.

" Oï Haruka-Chan ! J'ai appris que tu voulais ma place au plus vite. Alors quelle mission vas-tu me demander pour célébrer ta promotion ? "

Je riais en la regardant. J'étais content pour elle, elle semblait toute excitée, d'où son geste inattendu envers un membre des hautes instances. Son père l'aurait sans doute sermonnée, mais il n'était pas là. J'attendais sa réponse, sans la quitter du regard, j'observais chaque micro-geste. Sans doute la gênais-je un peu, mais elle était si belle et souriante dans sa tenue jaune, que je ne pouvais pas m'en empêcher.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Uzumaki Haruka
Uzushio no Jonin
Messages : 247
Date d'inscription : 24/12/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Perle d'Uzushio - Jounin Rang B
Ryos: 118
Expérience:
1089/1200  (1089/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
" Oï Haruka-Chan ! J'ai appris que tu voulais ma place au plus vite. Alors quelle mission vas-tu me demander pour célébrer ta promotion ? "

La place de Tsuri Meyo ?
...
La place de Senkage ?
QUOI ?! Mais... Mais non ! Pas... Pas du tout ! Je n'avais jamais songé à ça, pas une seule seconde ! Un tel rôle ne me convenait absolument pas, je n'avais pas autant de charisme que le dirigeant d'Uzushio et mes objectifs n'étaient pas aussi nobles que les siens... Ce devait être lui et personne d'autre ! Cet homme m'avait donné une motivation, c'était en partie grâce à lui que j'avais franchi tant d'obstacles. C'était un model pour moi -et surement plein d'autres shinobi-. J'avais véritablement envie de l'aider à faire de cet endroit un lieu paisible et prospère quitte à me salir les mains pour ça ! Ce que je faisais naturellement étant donné que les ninjas recevaient souvent des missions nécessitant vol, assassinat, espionnage, infiltration.
Je ne me voyais clairement pas travailler pour quelqu'un d'autre que cette personne. Tsuri Meyo était très proches des habitants et des shinobi, c'était l'une des raisons pour lesquelles il était si populaire et bien entendu, l'une des raisons pour lesquelles je l'appréciais tant. Il était probable que, s'il venait à mourir ou à céder sa place à quelqu'un d'autre, la politique du village vienne à changer et je n'avais pas envie que cela arrive. Si le dirigeant actuel et sa politique venaient à être remplacés pour une raison ou une autre, il était probable que je décide de quitter ce territoire qui m'avait vu naître quitte à laisser derrière moi ma famille, même si je les aimais.

J'eus un mouvement de recul face aux propos de mon supérieur, puis j'accueillis ses paroles avec un rire nerveux tout en tripotant mes cheveux, un peu gênée, avant de finalement lui répondre.

- Je veux que tu restes... Vous restiez à ta... Votre place, Tsuri...-san ? Je ne suis pas faite pour ça du tout !

Je m'octroyais quelques secondes pour réfléchir à sa question concernant la mission que j'allais bien pouvoir lui demander de me confier... Inconsciemment, j'avais croisé les bras et m'étais mise à fixer mon interlocuteur, complètement perdue dans mes pensées. Une mission, hein ? J'étais maintenant Jônin de rang B, alors peut être une mission du même rang ? Espionnage ? Non, la discrétion n'était pas trop dans mon champ de compétences... Traque ? Ça, c'était pas mal puisque j'avais des capacités sensorielles ! Escorte ? C'était plutôt bien ça pour quelqu'un comme moi... Enfin, pour choisir ma prochaine mission, je devais peut-être attendre de voir les résultats de mon rendez-vous médical, non ? Les médecins allaient peut être me conseiller de prendre des missions de rang D et C pendant un moment s'ils voyaient que j'avais un peu surestimé la résistance de mon corps.

- Je pense m'orienter vers une mission d'escorte ou de traque.

D'ailleurs... Qu'est-ce que le Senkage faisait-il à l'hôpital du village ? Était-il souffrant ? Pourtant, il n'avait pas l'air de se sentir mal... Il me souriait et s'était même mis à rire en m'observant, montrant ainsi qu'il était parfaitement à l'aise avec moi. Dans ce cas, il venait peut être voir un proche mourant... Peut être qu'il faisait le tour des différentes infrastructures importantes du village pour voir s'il y avait le moindre problème... Ou sinon... Il était peut être là pour me faire passer un test secret et final pour savoir si j'étais vraiment digne de mon rang. Je déglutis.

- Et toi... Vous ! Qu'est-ce que VOUS faites ici ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tsuri Meyo
Senkage
Messages : 29
Date d'inscription : 05/06/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Kage - rang A
Ryos: 15
Expérience:
93/2000  (93/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
Je te remercie Haruka.

Sans même s'en rendre compte, son regard s'était confié à moi. Sa timidité face à moi me surprendra toujours. Certes, j'étais le Senkage, mais ma très forte proximité avec son clan aurait casser certaines barrières. Surtout lorsqu'on la connaissait. J'avais l'ouïe fine, elle était bruyante et sans filtre. Mais dès lors qu'elle se retrouvait face à moi elle perdait ses moyens. Nous nous croisions souvent; je passais mon temps libre soit chez Soma&Co, soit au domaine Uzumaki. En souriant, je regardais sa chevelure de feu, j'attendais sa réaction. Il est vrai que je ne faisais rien pour la mettre à l'aise, j'aimais bien l'embêter et ma première réplique, je vous l'avoue, était clairement dans cet objectif.

- Je veux que tu restes... Vous restiez à ta... Votre place, Tsuri...-san ? Je ne suis pas faite pour ça du tout !

J'éclatais de rire dans l'hôpital et m'excusais l'instant d'après. Ce n'était pas le lieu mais cette sacrée Haruka avait encore plongé dans mon piège. Définitivement, en dehors d'Akai, les jeunes pensent que je suis très premier degré. J'étais vu comme une sorte de pantin comme on en fait à Suna. Je ne riais ni ne mangais et je n'allais pas non plus à la selle. La naïveté de ces adolescents me fascinait. Je la regardais se justifier, les joues couleur Uzumaki et cessa mon manège pour la mettre un peu plus à l'aise. Elle ne savait même pas si elle devait me tutoyer. Elle parvint à se désembourber comme une grande et changea de sujet.

- En fait, c'était une manière de te dire " Félicitations pour ta promotion en tant que Juunin ", Haruka-chan.

Je ne pouvais pas mieux faire, je la taquinais et la tutoyais sans scrupule. Si elle ne parvenait pas à saisir la perche et bien je prendrais un malin plaisir à continuer. Parfois, on me reprochait d'être trop laxiste, que la génération future était prometteuse mais que je risquais de la gâter en voulant les materner ainsi. Je ne sais pas d'où sort cette manie, sans doute un traumatisme lié à la guerre incessante lors de mon enfance. C'était d'ailleurs complètement contradictoire, ayant moi même envoyé la kunoichi en mission nécessitant d'ôter la vie.

- Ce que je fais ici ? Je viens rendre visite à nos héros de tous les jours. Les grands blessés qui ne peuvent pas quitter ce damné hôpital. Certains n'ont plus de famille, pas de visite. Uzushio continue à fonctionner aussi bien grâce à leurs membres sacrifiés. C'est moi qui ai envoyés ces gens sur le terrain. Ce n'est qu'un maigre tribut que de passer les voir de temps en temps.

Je prenais une pause, et l'observai.

- Je souhaite ne jamais avoir à te rendre visite autre part qu'au domaine Uzumaki, Haruka-chan. Aoshi-san ne me pardonnera jamais.

Pour rendre cette séquence moins dramatique, je posai ma main sur sa tête, ébouriffant un peu sa crinière, et l'invita à me suivre devant l'établissement afin de ne pas déranger les patients. Son rendez-vous attendrait quelques minutes, après tout il fallait bien profiter de certains privilèges de mon statut.

-L'escorte ou la traque, dis-je en tenant mon menton, pas surprenant vu ton clan. En tout cas, j'espère que ton équipe et toi remplirez votre mission avec succès. Si tu comptes prendre une équipe, bien entendu.

Je montais sur le banc, face à l'entrée et observait le ciel, laissant le vent s'échouer sur mon visage. C'était encore une bonne journée à Uzushio.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Uzumaki Haruka
Uzushio no Jonin
Messages : 247
Date d'inscription : 24/12/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Perle d'Uzushio - Jounin Rang B
Ryos: 118
Expérience:
1089/1200  (1089/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
- En fait, c'était une manière de te dire " Félicitations pour ta promotion en tant que Juunin ", Haruka-chan.

Il avait ri, sans gêne, au beau milieu de l'hôpital, suite à ma réponse plutôt gênée. Il me semblait que tout cela l'amusait beaucoup. Je me passais une main dans mes cheveux flamboyants, en détournant le regard. Un petit rire, nerveux, s'échappa de mes lèvres. Il m'avait bien eu ce renard... Ce n'était pas méchant de sa part, mais je ne m'y attendais pas vraiment... Au moins, ses réactions et sa façon de me taquiner montrait qu'il aimait être proches de ses hommes et cela me confortait dans mon idée de le soutenir le plus possible pour qu'il puisse accomplir son objectif concernant le village. Il me semblait être quelqu'un de naturellement bon et je ne pouvais que m'en réjouir.

Je regardais désormais mon supérieur dans les yeux, écoutant avec attention les raisons qui l'avaient amené ici. Il avait de nobles intentions, offrir un peu de son temps à des blessés de guerre, à des malades sans famille... Mais, pour une raison ou une autre, sans que je ne sache vraiment pourquoi, je songeais que ce serait cette gentillesse qui, un jour, conduirait notre cher Senkage à la mort. En tous cas, ses paroles me donnaient une idée du fardeau qui pesait sur ses épaules... Il devait souffrir à cause de la culpabilité d'avoir mené tant de gens à la mort ou pour leur avoir causé tant de souffrances. Je comprenais ce sentiment... Parfois, je ressentais la même chose, en mission... J'avais ressenti cette culpabilité lorsque j'étais allée sur cette île, lorsque j'avais vu un homme être sacrifié sous mes yeux, puis lorsque j'avais abandonné un blessé, assistant à ses derniers instants... Mon visage se voulait maintenant grave, tiraillé par la culpabilité et la rage... il se radoucit lorsque Meyo reprit la parole.

- Je souhaite ne jamais avoir à te rendre visite autre part qu'au domaine Uzumaki, Haruka-chan. Aoshi-san ne me pardonnera jamais.

Et bien, j'espérais aussi que je n'aurais jamais à faire un séjour prolongé à l'hôpital, voir au cimetière. En général, je n'aimais pas me rendre dans cet endroit. Je détestais les infrastructures médicales, même si cela permettait de sauver des vies, car j'étais persuadée qu'il y avait autant de morts que de personnes sauvées qui s'y trouvaient. Je souris à l'énonciation d'Aoshi, celui-ci étaient bien trop attachés à tous les jeunes et toutes les personnes un peu âgées qui venaient régulièrement lui rendre visite, même s'il était vrai que je le considérais comme mon grand père et donc que c'était un peu chez moi, sa demeure.

- Cela m'étonnerai d'Ao-jiji, il est bien trop gentil.

Je laissais l'homme ébouriffer mes cheveux, bien que j'émis un son ressemblant de près à un grognement... Puis, je le suivis à l'extérieur du bâtiment, tout était une opportunité idéale pour repousser un peu plus mon rendez-vous médical, voire l'annuler. Je le regardais tandis qu'il s'installait sur un banc.

-L'escorte ou la traque, pas surprenant vu ton clan. En tout cas, j'espère que ton équipe et toi remplirez votre mission avec succès. Si tu comptes prendre une équipe, bien entendu.

Les Uzumaki, hein... Dans le clan, nous n'aimions pas vraiment faire usage de techniques dites "de lâche" tel que le poison. Nous avions, pour la plupart, de bonnes réserves de chakra, alors, nous avions tendance à beaucoup nous appuyer dessus... Alors, les missions telles que l'infiltration ou le sabotage n'étaient pas trop notre truc... Le Senkage observait le ciel... Je me demandais quelle sorte de pensée pouvait bien traverser son esprit.
Je me plaçais face à lui, debout... Une équipe ? C'était peut être un peu tôt pour moi... Il valait peut être mieux, pour moi et pour mes futurs camarades, que je gagne d'abord en expérience en tant que jônin.

- Je pense que je ne suis pas assez expérimentée pour prendre une équipe... Pour le moment...

Et puis, il me restait quelque chose à faire... Je... Je devais retourner sur cette île et éliminer cet homme, cet ex-shinobi qui avait causé tant de tord à de nombreuses personnes, cet homme qui semblait s'être pris pour un Dieu... Il était hors de question que je laisse vire en liberté un homme pareil. Je voulais ma revanche... Hors de question de rester sur une défaite... Mais, est-ce que le dirigeant d'Uzushio me laisserait y retourner ?

- Meyo-sempai, est-ce que tu pourrais me donner des conseils ? Pour devenir plus forte et fiable...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tsuri Meyo
Senkage
Messages : 29
Date d'inscription : 05/06/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Kage - rang A
Ryos: 15
Expérience:
93/2000  (93/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
Il y avait beaucoup trop d'inquiétude sur ce visage. Je me trompais peut être de sentiment mais l'espace d'un instant je pus voir l'innocence de la kunoichi écarlate se briser. Comme si elle s'était rendu compte d'une horreur commise. Elle ne semblait pas vouloir en parler. Il fallait que je la mette en confiance. Son rapport était complet, même plus que nécessaire mais l'aspect personnel n'était pas pris en compte dans ce genre de documents. Je savais ce qu'il en était, à son age, j'avais déjà vu des centaines et des centaines de morts. J'avais du abandonner des familles condamnées à périr. J'étais la personne la plus à même de comprendre son désarroi.

- Tu as l'air bien trop préoccupée pour une jeune fille de 16 ans. Même pour une kunoichi. Quelles leçons as-tu tiré de ta mission sur cette île mystérieuse. J'ai appris que le guru de la secte était toujours en vie et t'avais donné du fil à retordre. Racontes-moi.

Je la laissais s'exprimer, secouant la tête comme pour acquiescer mes propres certitudes. On aurait dit que la thérapie improvisée fonctionnait. Je me replaçais sur le banc qui avait endolori mes lombaires, toujours en l'écoutant.

Sa remarque sur Aoshi-san était tout à fait pertinente, seulement je ne pouvais m'empêcher de sourire. Il n'était pas toujours facile de vivre avec cette image. Cela ne laissait qu'une très petite fenêtre de tolérance. Tout ce qui était mal vu, était amplifié par sa réputation d'homme bon. Je savais de quoi il s'agissait. Il était vrai que cette sensation d'être épié jusqu'au moindre faux pas, était pesante.

- Tu sais, Haruka-chan, la gentillesse n'exclut pas la colère et la rancune. Certaines choses peuvent nous faire sortir de nos gonds peu importe à quel point on est gentil. Tout est une question de recul. C'est lui qui permet de ne pas réagir à chaud, et d'être considéré comme gentil et calme. La paix nous empêche de voir le véritable visage des gens. Dans le jeu de la survie, il n'existe plus grand monde d'intrinsèquement " gentil ". Nous sommes des êtres égoïstes mais qui ont besoin des autres pour exister. Étrange contradiction n'est-ce pas ? Je rabattais mes yeux vers mon interlocutrice. Mais je m'égare, excuse moi, Haru-chan.

Le regard, sans doute un peu trop insistant, sembla la laisser dubitative quant à mon humeur. Il n'y avait pas de crainte à avoir, c'était juste une discussion que j'avais eu avec un des patients aujourd'hui. Ne voulant pas la mettre mal à l'aise involontairement, je tournais mon regard vers le ciel éclatant d'Uzushio. Je l'écoutais parler, mais elle semblait vouloir toute mon attention et se plaça devant moi, un peu trop près. Je plongeais mon regard dans ses pupilles inquisitrices, elle semblait demander confirmation quant à ce que je venais de dire.

" - Il est vrai que tu es jeune. Depuis la création de ce système, nous avons toujours opté pour l'expérience. Nous ne souhaitons mener personne au cimetière. "

" Pour le moment .. " je n'étais pas dupe. Ce type l'obsédait et elle ne reprendrait pas son épanouissement avant de l'avoir vu sous les verrous ou six pieds sous terre. Elle se confiait à moi, peu de choses pouvaient me faire plus plaisir que d'aider quelqu'un qui me sollicitait. Je tenais mon menton entre mon pouce et mon index, mes yeux étaient en l'air, faisant fi de mes lunettes.

" - Plus forte et plus fiable.. Personne n'est infaillible, il faut connaître ses limites du jour afin de s'entourer des piliers qui te soutiennent. On ne peut pas tout faire seul. Regarde-moi, je suis sans doute l'un des ninjas les plus forts du village et pourtant si tu ne m'aidais pas, j'aurais du aller moi même mener l'enquête sur cette île.

Je fis une pause.

" - Pour ce qui est de devenir plus fort, nos aptitudes sont trop éloignées pour que je te donne un conseil. En revanche, à la lecture de ton rapport, j'ai compris que tu étais quelqu'un de doué en improvisation mais beaucoup trop distraite. Des événements auraient pu être évitées en te concentrant un peu plus. Dans notre monde, tu n'es censé affronté un adversaire qu'une fois. Créer ton propre schéma de combat et applique-le sans cesse. A force d'expérience, ton schéma s'étoffera, les scénarios s'accumuleront et ton panel de techniques suivra forcément, si tu es consciencieuse et que tu souhaites vraiment devenir plus forte et plus fiable. "


J'étais un roi de l'analyse depuis tout jeune. Avec cette ébauche de conseil et un peu de bonne volonté, elle devrait être capable de suivre sa propre voie et devenir la femme influente qu'elle rêvait d'être. Le ciel s'assombrissait. Cela ne signifiait rien de bon pour les vêtements de nos deux Uzujins.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Uzumaki Haruka
Uzushio no Jonin
Messages : 247
Date d'inscription : 24/12/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Perle d'Uzushio - Jounin Rang B
Ryos: 118
Expérience:
1089/1200  (1089/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
- Tu as l'air bien trop préoccupée pour une jeune fille de 16 ans. Même pour une kunoichi. Quelles leçons as-tu tiré de ta mission sur cette île mystérieuse ? J'ai appris que le guru de la secte était toujours en vie et t'avais donné du fil à retordre. Racontes-moi.

J'avais appris pas mal de choses... Cette fin ne me convenait pas, je n'étais pas satisfaite de ce que j'avais fait et de la façon dont j'étais partie. En fait, la seule chose que je trouvais de positif, c'était le fait que mon protégé aie rejoint les siens en vie, mais j'étais sûre que si j'avais fait les choses autrement, il n'aurait pas été blessé comme cela. De la même façon, si j'avais affronté le premier groupe de cannibales seule, sans l'aide des prisonniers, peut être que personne n'aurait eu à mourir. Si je n'avais pas perdu mon sang froid et ne m'étais pas confrontée au village entier, les choses se seraient surement passées autrement. Mon visage laissait clairement transparaître la haine que je vouais au Prêtre de l'île cannibale et le sentiment d'impuissance que je ressentais. Cela me faisait du mal de l'admettre, mais je n'avais vraiment pas assuré... Je ne voulais même pas en parler, mais je me disais que, peut être, cela allait m'enlever un poids des épaules, de parler avec Meyo.

- Alors que je prenais mon temps, j'ai vu un type être sacrifié, son coeur dévoré par un homme-lézard... En voulant optimiser mes chances de victoire, j'ai fait participer les prisonniers à un combat, un est mort, l'autre a été blessé puis est mort sous mes yeux parce que j'ai préféré assurer la réussite de la mission. Parce que j'ai perdu mon sang froid, je me suis retrouvée embarquée dans des combats inutiles et j'ai reçu des blessures que j'aurais pu éviter. J'ai même laissé Ichirô être blessé, parce que j'étais incapable de choisir quelle vie sauver et quelle vie abandonner.

Je ne savais pas si j'avais bien fait de me confier, mais puisqu'il m'avait invité à le faire, je n'allais pas lui dire non, surtout s'il était en mesure d'apaiser tout cela. J'écoutais ses explications quant à la raison qui le poussait à penser qu'Ao-jiji ne pourrait jamais le pardonner si je venais à mourir par sa faute. Je penchais la tête sur le côté. Je ne comprenais pas tout ce qu'il racontait, mais il semblait parfaitement sûr de lui. Cela sentait même le vécu... Alors, même si je ne le comprenais pas, je l'écoutais et tentais de mémoriser ses paroles pour chercher moi-même leur sens profond, méditer là-dessus. C'était amusant de constater que c'était uniquement lorsque j'avais pas le moral que j'étais volontaire pour cela.

" - Il est vrai que tu es jeune. Depuis la création de ce système, nous avons toujours opté pour l'expérience. Nous ne souhaitons mener personne au cimetière. "

Je le savais, je le savais pertinemment... J'étais loin d'avoir assez d'expérience, mais je pouvais toujours en acquérir... Cela risquait de me prendre un peu de temps, mais je comptais bien élargir mes horizons et en gagner pour être une kunoichi digne de ce nom. Je voulais bien le croire quant au fait que l'on ne pouvait pas tout faire seul, néanmoins l'on ne m'avait pas demandé grand chose et j'avais réussi de peu, s'il l'on pouvait appeler ça "une réussite". À mes yeux, il aurait clairement mieux valu que Meyo s'y rende. Je m'assis à côté de mon supérieur lorsque celui-ci commença à parler de progression. J'aurais tellement aimé qu'il m'enseigne... Le Senkage en sensei, cela devait être quelque chose. Je souris lorsqu'il parla de mes capacités en matière d'improvisation, puis je grimaçais lorsqu'il évoqua mon esprit assez distrait, à cause duquel je faisais un certain nombre d'erreurs.

- Qu'est-ce que tu veux dire par créer un schéma ? Il s'agit de sortes d'enchaînements, tel qu'une immobilisation suivie d'une attaque à distance puis une entrée au corps à corps ? En tous cas, merci pour ces conseils ! Est-ce que mon rapport t'as permis d'apprendre d'autres choses sur moi ?

Élaborer des stratégies, n'était absolument pas mon point fort, de la même façon qu'analyser les comportement d'une personne pour faire certaines conclusions dessus. J'étais plus axée sur les connaissances livresques... Je misais beaucoup sur mon excellente capacité d'adaptation et ma mémoire en mission, peut être que ce n'était pas la meilleure chose à faire. Il était toujours temps de modifier ces mauvaises habitudes.

- Au fait, Meyo-sempai, tu utilises quel genre de techniques au combat ? Par ce que, en fait, je n'arrive pas à t'imaginer en train de te battre...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tsuri Meyo
Senkage
Messages : 29
Date d'inscription : 05/06/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Kage - rang A
Ryos: 15
Expérience:
93/2000  (93/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
Son cerveau fonctionnait à toute berzingue. Sans un mot, elle triait les images et informations susceptibles de m'intéresser. Au vu de l'expression de son visage, cette mission avait du l'éprouver. Mais on sentait qu'une prise de conscience avait lieu. Son adversaire l'avait bien amochée,  mais ce n'était pas le plus marquant. Sacrifier une vie. Privilégier son existence à celle d'un autre. Des choix logiques mais si égoïstes. Cette tâche n'aurait dû être laissé qu'à notre Créateur, seulement notre mégalomanie en avait décidé autrement. Nous étions des monstres, d'un air grave j'observais Haruka. Je ressentais l'envie de cracher par terre. J'étais l'un des plus gros monstres que le continent ait porté.

Je me cachais derrière de lourdes ambitions, qui servaient le bien commun. Mais contre quoi ? Combien de vies ? Je m'y étais fais, mais seulement je ne donnais pas cher de ma peau lors de mon passage devant le juge céleste. Mes pensées se bousculaient beaucoup trop vite, de l'extérieur, on aurait dit que j'avais complètement pété les plombs. Le visage fermé, le regard livide, j'étais mort de l'intérieur. Cette gentillesse qui m'était intrinsèque était devenue forcée. Je ne voulais pas décevoir mes partisans. Je croyais toujours en ce que tout le monde appelait " Utopia " mais le parcours était rempli d'épreuves en tout genre. Ce genre de projets demande énormément de recul, jusqu'à en perdre son humanité. Je ne faisais que raisonner. La spontanéité m'avait quitté. La tristesse ? Je devais aller me baigner dans le nid d'ondes négatives qu'était l'hôpital pour ressentir une quelconque once d'émotion. Je me ressaisissais au moment où son regard se levait vers moi. J'étais de nouveau prêt à endosser mon rôle.

" Alors que je prenais mon temps, j'ai vu un type être sacrifié, son coeur dévoré par un homme-lézard... En voulant optimiser mes chances de victoire, j'ai fait participer les prisonniers à un combat, un est mort, l'autre a été blessé puis est mort sous mes yeux parce que j'ai préféré assurer la réussite de la mission. Parce que j'ai perdu mon sang froid, je me suis retrouvée embarquée dans des combats inutiles et j'ai reçu des blessures que j'aurais pu éviter. J'ai même laissé Ichirô être blessé, parce que j'étais incapable de choisir quelle vie sauver et quelle vie abandonner. "

J’acquiesçai en l'écoutant. Ne me demandez pas quoi. J'étais juste absorbé par son mini récit. Je me nourrissais de ses émotions à elle pour pouvoir me sentir vivant et utile. Nos humeurs cumulées avaient convoqués des nuages sombres et menaçants. J'observais le ciel, je ne faisais que ça de toute façon. En prenant une grande inspiration, je partageais mon point de vue avec la kunoichi.

" Il est toujours plus facile de se blâmer après coup. Nous sommes des shinobis, chaque décision peut être sujet à remords et regrets. L'important c'est de faire les choix qui nous semblent juste à un moment T. Tu es parvenu à revenir saine et sauve, avec ta mission remplie. Certes, ces prisonniers avaient sans doute des familles mais leur mort n'a pas été vaine. C'est ça le plus beau cadeau que tu peux faire à quelqu'un qui se sacrifie. "

Non mais écoutez-moi. Je m'étais convaincu moi-même. Alors qu'en soit un mort était un mort. Mais je refusais qu'on les appelle " dommages collatéraux ". Certains diront que c'est le cas, d'autres qu'ils étaient des héros mais qu'en est-il vraiment ? Je ne voulais pas le savoir, j'étais bien dans le cocon que je m'étais fabriqué. J'avais réponse à tout et réfutait toute interrogation trop complexe qui pourrait me trahir. Que faisait Shinonome ? Un peu de musique m'aiderait à évacuer mon cerveau de toutes ces sottises qui n'en sont pas. Je l'écoutais à peine, sans mon don, elle serait sans doute passer à la trappe. Je lui répondais en cherchant mes mots.

" Tu dois articuler ton combat en plusieurs phases. Il y a l'analyse. Comme son nom l'indique, c'est le moment où les adversaires n'en montrent pas trop. Cela permet de déceler les premières failles d'un combattant. Il ne faut pas se laisser avoir, cette étape est sans doute la plus complexe. Sans aucun indice, tu dois adapter ton niveau à l'autre. Il suffit de le sous-estimer pour finir avec un membre arraché.
Mais on peut aussi faire le choix de frapper très fort dès le départ. Les samourais ont tendance à exécuter cette version d'attaque. Dès lors que tu vois un membre de l'empire recroquevillé sur son fourreau, assure toi d'être à distance car il a énormément de chances de finir le combat en un coup.
Je prenais une pause, la regardais tout en triturant mon esprit. Ha oui ! L'épuisement, cette phase revient souvent, pousser ton adversaire à l'épuisement mental ou physique te donne un avantage certain.

J'avais au moins cette passion du ninjutsu et des techniques de combat pour égayer mes journées. J'avais hâte. Le festival de Baransu était pour bientôt. Il paraît qu'un événement spécial y aurait lieu. Je souriais à cette simple idée, tel l'être lunatique que j'étais. Je repensais à tout ce qu'elle avait dit. Elle était en deuil d'un homme qu'elle connaissait à peine. Son implication était sans faille. Sa question me fît sourire. Peu de personnes au village avait eu l'occasion de me voir me battre en dehors de mon escorte personnelle et quelques élus. J'étais " Tsuri Meyo, L'artisan de la paix ". Pour la plupart des personnes, j'étais un érudit sans talent particulier pour le combat. Cependant, en ces temps on sait bien qu'un cerveau sans puissance n'est pas pris au sérieux.

" Le cercle de personnes à connaître mes pouvoirs est très restreint. C'est un choix stratégique. Ne faisant parti d'aucun clan, je suis la pièce maîtresse du village quant à sa défense. La renommée des clans qui composent la cité peut nous faire défaut. Je suis une sorte de " force de dissuasion " . A moins qu'un espion soit parmi mes proches nous gardons un léger effet de surprise. "

Je pouvais au moins lui dire ça, elle s'était confiée à moi je ne pouvais pas la laisser bredouille. Je poursuivais mon explication.

" Je préfère échanger les paroles plutôt que les coups. Je sais jouer bien des rôles mais aucun n'a de penchants pour la violence. Les coups sont donnés dans un objectif de soumission et de conquête tandis que les mots permettent la compréhension, le vivre-ensemble. Parfois, le choix est imposé alors nous frappons. "

Je regardais l'heure sur l'immense façade de l'hôpital. J'allais devoir rejoindre le Conseil, j'avais bien insisté sur l'horloge pour qu'elle comprenne que notre conversation allait bientôt s'achever. Je tenais à savoir si elle allait au bout de la confidence. Elle voulait y retourner, je le savais. Cela la hantait. Je détestais qu'on me tire les vers du nez alors sur le plan personnel, j'essayais d'appliquer cette règle de laisser les gens venir vers moi plutôt que de les manipuler pour les faire passer aux aveux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Uzumaki Haruka
Uzushio no Jonin
Messages : 247
Date d'inscription : 24/12/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Perle d'Uzushio - Jounin Rang B
Ryos: 118
Expérience:
1089/1200  (1089/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
" Il est toujours plus facile de se blâmer après coup. Nous sommes des shinobis, chaque décision peut être sujet à remords et regrets. L'important c'est de faire les choix qui nous semblent juste à un moment. Tu es parvenu à revenir saine et sauve, avec ta mission remplie. Certes, ces prisonniers avaient sans doute des familles mais leur mort n'a pas été vaine. C'est ça le plus beau cadeau que tu peux faire à quelqu'un qui se sacrifie."

Je savais que Tsuri Meyo avait raison, mais même s'il y avait quelques personnes qui étaient partants pour prendre des risques, celui que j'avais abandonné ne voulait pas se sacrifier, il avait les larmes aux yeux. Il ne voulais pas mourir, il avait peur et moi, je l'avais simplement regardé sombrer tandis que je marchais sur l'eau en traînant le fils du seigneur de Tonami. Certes, j'étais contente que les autres prisonniers s'en soient sortis et que les pirates aient été pardonnés, mais je ne pouvais m'empêcher de penser à cet autre homme... Même si, en y réfléchissant plus amplement, il y aurait certainement eu plus de victimes si je l'avais sauvé.

Je continuais à écouter le dirigeant du village, hochant régulièrement la tête. Trois phase... L'analyse, hein ? Je n'étais pas particulièrement mauvaise pour ça, mais je ne brillais pas non plus. Par contre, j'étais plutôt bonne pour les improvisations... J'étais plutôt axée tactique. Pour ce qui était d'estimer la force d'un adversaire, je pensais être assez juste ou je pensais avoir tendance à les surestimer, parfois, quand je stressais principalement. Frapper fort dès le début ? Je n'en voyais pas l'utilité, car si l'ennemi esquivait cela revenait à avoir jeté sa carte maîtresse à la poubelle. Et puis, qui disait puissante attaque disait grosse dépense de chakra... Épuiser son adversaire était une bonne idée, mais parfois c'était l'adversaire qui épuisait et cela pouvait vite devenir dangereux...

" Le cercle de personnes à connaître mes pouvoirs est très restreint. C'est un choix stratégique. Ne faisant parti d'aucun clan, je suis la pièce maîtresse du village quant à sa défense. La renommée des clans qui composent la cité peut nous faire défaut. Je suis une sorte de " force de dissuasion " . A moins qu'un espion soit parmi mes proches nous gardons un léger effet de surprise. "

Je comprenais sa situation, je la comprenais parfaitement bien que j'aurais souhaité en savoir quand même un peu sur ses capacités. On le disait être le plus fort du village, mais seul son "cercle" le connaissait vraiment. En vrai, il pouvait être le plus faible du village, personne ne pouvait le savoir avec ce secret qu'il entretenait si bien. Par contre, je ne pensais pas que la renommée de nos clans pourraient nous faire défaut. J'étais sûre qu'au contraire, cela effrayait certains brigands et attirait la méfiance des autres villages ninjas.

Je respectais cette volonté qu'exprimait le Senkage, son pacifisme. Il ne souhaitait pas avoir recourt à la violence, néanmoins, il faisait évoluer le village quitte à, parfois, se mettre en danger. Mon confident fixait l'horloge, il devait avoir un rendez-vous important... J'émis une petite hésitation, regardant tantôt l'horloge tantôt mon supérieur, puis je passais aux aveux ou, plutôt, je formulai un souhait avant de me retirer pour cesser d'importuner l'homme influent qui me tenait compagnie.

- J'aimerais retourner sur cette île... Je voudrais y retourner pour me venger de ce prêtre !

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Tourbillon - Uzu no Kuni :: Uzushiogakure :: Hôpital-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.