:: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Tourbillon - Uzu no Kuni :: Territoires d'Uzu Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ange gardien [rang C, Akai/Aoshi]

avatar
Messages : 224
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Ange gardien [Aoshi/Akai]

Passant une main distraite sur l'un des piliers de bois soutenant le préau de l'auberge où elle séjournait, dame Arano portait un regard aveugle sur la foule qui passait devant elle, ignorant certains regards qu'on lui portait avec toute l'indifférence du monde. Ce n'était pas la première fois que des badauds se demanderaient ce que venait faire ici une noble comme elle, loin du château du Daimyo de la région. Pourtant, aujourd'hui elle allait apprendre à devoir composer avec des shinobis ; une caste de la société qui l'insupportait principalement à cause de son ignorance de tout et rien. Toutefois, puisqu'elle n'avait plus l'occasion de porter un regard nostalgique sur les samouraïs, voire même de s'improviser Onna-Bugeisha, il fallait bien apprendre à faire avec le nouveau, chose qui lui était d'une difficulté affligeante. La guerre n'avait pas été clémente avec tout le monde, si certains avaient eu le luxe de s'en sortir bien portant et couvert de gloires, dame Arano ne faisait pas partie de ceux là.
Ce fût la première chose que purent remarquer les deux Uzushio-jins qui vinrent à sa rencontre, alors qu'elle attendait patiemment leur arrivée. Son regard ambré avait ce teint vitreux désagréable, celui-ci d'un individu plantant ses yeux dans ceux de son interlocuteur, sans toutefois pouvoir en tirer quelque chose. Une légère pointe de frustration vient lui croquer l'égo alors qu'elle faisait un sourire à son escorte qui ne pouvait que constater le tribut que la guerre avait pris ; la longue cicatrice allant d'un œil à l'autre, laissant une trace violette sur le nez en disait assez. La cécité avait été le châtiment pour une taillade mal esquivée.

-C'est un honneur messires. Commença Ai en offrant une légère courbette à ses interlocuteurs qui n'avaient pas encore eu le temps de parler. Je suis dame Arano Ai, c'est d'avance un plaisir de voyager sous votre garde et... Elle s'offrit le luxe d'un sourire un brin moqueur, mais rien de déplacé. J'espère avoir eu tort de vous engagé.

Si Akai pouvait se livrer à ses propres pensées de son côté, Aoshi remarqua quelques détails au premier coup d’œil qui pouvaient susciter l'intérêt ; à côté d'elle une boîte en acajou rectangulaire finement gravée, mais dont pendait une ficelle avec un étui en cuir assez long. Sans compter l'aisance avec laquelle la femme avait eu vent de la paire, et son assurance exceptionnel face à deux ninjas d'Uzushio.

Feat.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Miyamoto Akai
Uzushio no Genin
Messages : 45
Date d'inscription : 01/06/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Genin - Rang D
Ryos: 75
Expérience:
0/250  (0/250)
Voir le profil de l'utilisateur

Ange gardien (Mission ft. Aoshi Uzumaki, PNJ)


On arrivait moi et Aoshi-san devant l'auberge où notre mission allait commencer. Nous avions été commandité par une certaine Arano Ai, l'épouse d'un homme important d'Uzu no Kuni. Avant d'entrer, Aoshi-san se tourna vers moi et me conseilla de me comporter convenablement car la personne que nous allions escorter faisait partie de la noblesse. Ayant quand même envie de mener à bien ma première mission, je décidai d'écouter le jonin. Nous entrâmes alors dans l'auberge, saluant au passage l'aubergiste, et passâmes dans le préau. On se retrouva alors devant une femme, majestueuse, les cheveux noirs comme la vie et des yeux ambrés... C'est à ce moment que quelque chose me troubla, ce noble visage était barré d'une cicatrice, allant d'un œil à l'autre.

-C'est un honneur messires.

La noble Uzujin se courba légèrement vers nous, courbette que nous lui rendîmes moi et l'Uzumaki.

Je suis dame Arano Ai, c'est d'avance un plaisir de voyager sous votre garde et... J'espère avoir eu tort de vous engagé.

- Miyamoto Akai, enchanté de faire votre connaissance Arano Ai-dono !

Après m'être présenté, je repensais à ce matin...


***

J'avais reçu une convocation ce matin de Tsuri-sama. Un peu stressé de savoir ce que c'était, je me précipitai une fois la missive reçue vers le bureau du Kage.

Je toquais à la porte quand j'entendis un "Entre donc Akai" venant de l'intérieur. Une fois à l'intérieur, je me retrouvai face au Senkage ainsi qu'un homme gigantesque, au grand sourire à moitié caché par une barbe noire proportionnelle à sa taille.

- Akai, je te présente Uzumaki Aoshi-san. C'est un ninja très perspicace et qui t'accompagnera dans ta première mission. Le but de cette mission est assez simple, il vous faudra protéger...

Mais je n'écoutais déjà plus, souriant à cette nouvelle. J'allais enfin participer à une mission, de rang C qui plus est !

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Uzumaki Aoshi
Uzushio no Jonin
Messages : 68
Date d'inscription : 27/03/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang B
Ryos: 136
Expérience:
176/1200  (176/1200)
Voir le profil de l'utilisateur

Mission rang C: Ange Gardien [Akai/Aoshi]


L’ordre de mission était donné. Elle consistait à escorter une femme, épouse de haut dignitaire du territoire pour la ramener auprès du Damyo et de sa cours, que je n’affectionnais pas spécialement. Pourquoi cette femme avait demandé une escorte ? La situation en tant que tel ne laissait pas penser qu’une quelconque protection de ninjas étaient nécessaire. Je devais effectuer cette mission avec un jeune Genin du village, c’était pour lui sa toute première mission. Le jeune garçon se prénommait Akai, une nouvelle pousse du clan Miyamoto, un clan pour qui j’ai toujours eu beaucoup de respect.

A peine j’eu quitter le bureau du kage que je passais chez moi, j’avais préparé un petit panier de pâtisseries maisons accompagnées de fruits et de trois gourdes d’eau. Il arrive parfois d’avoir le ventre un peu creux lors d’escorte et une escale et un encas ne sont pas de refus. J’accrochais mon pinceau géant dans le dos et pris les provisions avant d’aller rejoindre Akai.

Nous avons rejoint la noble dame sous le porche d’une auberge et c’est elle qui engagea la conversation en modifiant un simple `bonjour` en un `c’est un honneur messire` emplis des manières que je reconnaissais de la noblesse. C’était surtout ce que je reprochais à la cours du Damyo, mondain et faux, tout dans le paraitre car seul l’image est une force… C’était plus fort qu’elle, une culture de noblesse normée était déjà ancrée en elle et elle ne pouvait plus s’en détacher.

Je remarquais immédiatement sa cécité, cette femme comme moi avait participé à la guerre mais contrairement à moi elle en était pas sortis indemne. Je me gardais donc de me présenter comme l’un des deux « Amants d’Uzushio » et préféré ne pas trop en dire sur moi, je ne voulais pas encore plus accablé sa probable tristesse bien caché en elle d’avoir perdu la vue.

C’était donc une combattante, pas une ancienne combattante car ce n’est pas quelque chose que l’on perd lorsqu’un de nos sens nous est privé. Je savais que les aveugles développait d’autre « sens » lorsqu’il perdaient celui de la vision et elle m’avait confirmé cette idée. Comment ? Car c’était elle qui avait engagé la conversation, elle savait que nous approchions et elle avait fait la différence entre Akai et moi et le reste des gens présent. Étant le plus gradé, je pris la parole en premier et ajoutai ces formes que je détestais tant à mes mots :

« C’est un plaisir Dame Arano d’être votre escorte pour ce petit déplacement. Comme vous le dites, j’espère que notre présence ne sera pas nécessaire. Êtes-vous prêtes ? J’ai préparé de quoi manger sur le trajet dans ce panier, avez-vous faim ? »


Alors que nous commencions à partir, je posais une question qui me brulait, presque, les lèvres :

« Puis-je vous demander ce qu’il y a dans cette boite Madame ? »

J’avais bien ma petite idée mais je n’étais pas sûr, je préférais qu’elle me confirme d’elle-même. En attendant, cela permettais de lancer une conversation puisque le trajet serait assez long et serait insupportable dans un silence total.

Le seul point qui trottait encore dans mon esprit était celui-là : Pourquoi, si elle était aussi doué même aveugle, cette dame avait fait appel à des services de ninja ?
Cette question, que je ne pouvais pas lui poser par politesse, me faisait rester sur mes gardes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 224
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Ange gardien [Aoshi/Akai]

La noble déclina poliment l’offre du jônin d’Uzushio, toujours avec le sourire : elle avait déjà mangé, peut-être plus tard, mais loin de l’agitation de la foule de préférence. Il lui était désagréable de se poser dans un endroit bondé, trop de présences dans ce qui constituait son unique perception visuelle de l’environnement. Toutes ces personnes  formant des points bleus plus ou moins colorés et d’intensité différente, n’étaient toujours que de simples tâches dans un monde noir. Malgré ses dons il lui était toujours impossible de déterminer qui lui voulait du mal, qui la dévisageait pour sa qualité d’aveugle, et qui était un bienfaiteur potentiel. Lorsqu’il fût temps de partir, Aoshi eut un bref rappel de sa qualité de victime de la guerre en le bras qu’elle tendit, en quête d’une main pour la guider. Ressentir la présence de ses pairs ne lui permettait pas de distinguer le paysage, ni même d’avoir une vague idée de son environnement, une aide extérieure allait s’avérer nécessaire si elle voulait éviter de mauvaises surprises.
Une fois ce détail régler, l’aîné du clan Uzumaki lança une question qui surprit légèrement l’épouse Arano, son sourire la quittant quelques instants avant de revenir un peu plus amère qu’au début de la conversation. Les deux Uzushio-jins purent distinguer une légère inflexion dans son regard assuré qui en disait assez long.

-Une relique du temps où je pouvais défendre ma maison et savoir si le thé était chaud sans avoir à me brûler les doigts. Un vestige de ma condition d’Onna-Bugeisha. Si les explications étaient assez troubles, elles étaient suffisantes pour qu’Aoshi puisse faire le lien avec ses précédentes déductions. Probablement une naginata ou une lance segmentée à l’intérieur du long coffret d’acajou. Le genre d’arme qui compensait le manque de force physique des femmes par une certaine allonge et inertie de frappe. Suffisamment intimidant pour effrayer les petits voleurs, mais jamais assez pour réellement me protéger d’un assassin déterminé.Mais une lame ne vaudra jamais autant que des alliés.

Le chemin jusqu’au palais seigneuriale en lui-même n’était pas dangereux ou mal fréquenté, mais il était long et sinueux, chose qui n’était pas forcément à l’avantage d’une aveugle, ou des shinobis qui devaient l’escorter. Néanmoins la seule présence de deux ninjas d’Uzushio suffisait à effrayer les tires laines en tout genre, sans compter les voyageurs les plus superstitieux qui prenaient une distance de sécurité avec le trinôme.
Toutefois pour d’autres, les ordres étaient les ordres, et l’ambiance se crispa considérablement quand, au détour d’une auberge plusieurs hommes quittèrent l’ombre du porche pour venir se planter devant le petit groupe. Cinq bandits de grands chemins à en juger par leurs kimonos débraillés et les sabres arrachés à leurs fourreaux, des amateurs déterminés et bien armés, mais pauvrement entraînés à en juger par l’attitude cavalière qu’ils adoptaient face à des shinobis. Avaient-ils seulement conscience de ce qu’ils avaient en face d’eux?

-Passez votre chemin ninjas, c’est une querelle de maisons qui ne vous concerne en rien. Lança le chef de la petite troupe. C’est la femme à qui nous voulons infliger une correction, vous n’avez pas à être blessé pour cette aveugle insignifiante.
-Des brutes qui ont mal digéré que leur tripot favori ait été fermé par les hommes de mon mari, sans aucun doute. Aï marqua une pause. Tuez-les. Grinça-t-elle avec toute la froideur d’une ancienne samouraï.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Miyamoto Akai
Uzushio no Genin
Messages : 45
Date d'inscription : 01/06/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Genin - Rang D
Ryos: 75
Expérience:
0/250  (0/250)
Voir le profil de l'utilisateur

Ange gardien (Mission ft. Aoshi Uzumaki, PNJ)


Après avoir poliment proposé à Dame Arano de quoi se nourrir et qu'elle ait refusé, Aoshi-san lui demanda quel était le contenu de la boite se trouvait à côté d'elle. Effectivement, maintenant qu'il en parlait, je remarquais que se trouvait à côté d'elle une boîte faite d'acajou, magnifique, de laquelle pendait une ficelle avec un étui en cuir. L'explication ne tarda pas à arriver :

-Une relique du temps où je pouvais défendre ma maison et savoir si le thé était chaud sans avoir à me brûler les doigts. Un vestige de ma condition d’Onna-Bugeisha.

Onna-Bugeisha... Qu'est-ce ? J'en étais sur d'avoir déjà entendu ce mot quelque part, mais je ne m'en souvenais plus où.

"Les Onna-Bugeisha sont les femmes combattantes de la haute société, tu n'as juste pas écouter en cours Akai ! " me dit Jairo.

"Certes, j'avais peut-être eu un moment d'inattention ce jour-là, mais ce n'est pas comme si c'était une information importante à retenir !" lui répondis-je par la pensée.

"Tout peut t'être utile Akai, retiens bien cela !"

Je n'ai pas voulu répondre, ne voulant pas provoquer un débat avec mon ancêtre alors que je devais être attentif à mon environnement en mission.

**

Nous étions sur un chemin tortueux, qui n'était pas le plus pratique pour notre mission de protection, mais c'est malheureusement la seule route pour la résidence seigneuriale. Nous avancions tranquillement sur la route quand, au détour d'une auberge, le calme fut rompu par cinq bandits venus nous accoster.

-Passez votre chemin ninjas, c’est une querelle de maisons qui ne vous concerne en rien. C’est la femme à qui nous voulons infliger une correction, vous n’avez pas à être blessé pour cette aveugle insignifiante. Nous dit celui qui semblait être le chef de la troupe.

-Des brutes qui ont mal digéré que leur tripot favori ait été fermé par les hommes de mon mari, sans aucun doute. Nous expliqua Dame Arano. L'ordre tomba alors... Tuez-les.

Je jetais un coup d'oeil rapidement aux cinq bandits. Ils n'avaient pas l'air d'être des bandits entraînés aux arts ninjas, ils ont seulement de bons sabres. Je décidai alors d'invoquer une image de Jairo derrière moi, ce devrait au mieux les surprendre, au pire les effrayer. Je canalisai mon chakra derrière moi et fis apparaître une représentation de l'esprit, sous une forme peut-être un peu plus menaçante. Se trouvait du coup derrière moi, le reflet d'un homme, dépassant presque Aoshi-san en taille. Ses yeux et ses cheveux noirs rendaient son visage encore plus menaçant qu'il l'était déjà. Espérant que cela put créer un effet de panique, j'utilisais alors une de mes techniques de fuinjutsu, le Bakuryugeki, au niveau le plus puissant que je maitrisais, ce qui fit apparaître un dragon de feu qui devrait se ruer vers les bandits et exploser.

Récapitulatif combat:
 


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Uzumaki Aoshi
Uzushio no Jonin
Messages : 68
Date d'inscription : 27/03/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang B
Ryos: 136
Expérience:
176/1200  (176/1200)
Voir le profil de l'utilisateur

Mission rang C: Ange Gardien [Akai/Aoshi]


Alors que nous débutons le trajet, la dame Arano, toujours fidèle à elle-même m’expliqua sur son ton que l’objet dans la boite était une relique du temps où elle était une Ona-Bugeisha. Comme je le pensais, c’était une ancienne combattante, le boitier devait donc renfermer un nanigata ou autre type d’arme compensant le manque de force de son utilisatrice pour une portée allongé dangereuse pour l’adversaire. Elle devait être forte, j’aurais aimé la voir en action, j’éprouvais une admiration pour les femmes qui se battent avec des armes tranchantes, plus que du combat, c’est une danse meurtrière.

« Mais une lame ne vaudra jamais autant que des alliés. »

Et elle n’avait pas tort, car de manière générale, les alliés pouvaient te sortir de bien des situations, comme celle-qui nous attendait en face. Elle avait aussi eu raison de nous appeler pour l’escorter puisqu’un petit groupe de malfrat arriva. Ils avaient l’air, armés de leurs épées, aussi doué qu’un nourrisson a qui l’on aurait donné son premier jouet coloré d’éveil. J’allai les laisser au jeune Miyamoto, cela me montrerai de quoi il était capable.

Je n’écoutai même pas ce que c’est imbécile avait à dire, simplement c’est simplement que dame Arano qui m’interpella :

« Des brutes qui ont mal digéré que leur tripot favori ait été fermé par les hommes de mon mari, sans aucun doute. Tuez-les. »

J’avoue avoir été surpris, il invoqua une aura d’un géant me dépassant presque, pour dire qu’il était grand. Il était vraiment intimidant, si j’avais été un de ces petits bandits de route j’aurai vraiment eu peur, aussi parce j’étais là et que deux colosses font plus peur qu’un. Je me contenterai de leurs lancer des yeux noirs. Je ne bougeais pas et leurs laissait le doute, comme pour l’esprit invoqué, du niveau de dangerosité que j’étais pour eux. Ensuite, Akai envoya la technique de fuinjutsu basique Bakuryugeki sur les idiots au regard vide qui avait voulu pêcher un trop gros poisson.

« Nous n’allons pas les tuer, mais les aider à s’insérer pour qu’ils se rendent utile et soit des solutions au lieu d’être des problèmes… Tuer ces gens serait du gâchis. Pour s’en prendre à vous alors que vous êtes entourée de deux ninja est au moins un preuve de leur détermination !»

Ou de leur stupidité…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 224
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Ange gardien [Aoshi/Akai]

-Meh, c’est une illusion, aucun être humain n’est capable d’invoquer un démon ainsi… Une boule de feu interrompit sa phrase, en même temps que sa vie. Le dragon incandescent plongea le meneur dans les flammes, le transformant en torche humaine qui s’effondra au sol, calciné.

Les gros yeux d’Aoshi suffirent à faire fuir le reste de la bande alors que leur chef avait été transformé en un petit tas de cendres à forme vaguement humaine. Rendant inutile au passage sa tirade sur la réinsertion des criminels dans la société, car si à la limite la victime d’Akai pouvait être intégré à un potager, le reste allait être difficile à rattraper tant ils couraient vite et dans toutes les directions à la fois. Sans doute qu’assassiner sans demande d’obtempérer un homme n’était pas la meilleure façon de faire des prisonniers, un peu d’esbroufe n’aurait pas fait de mal. Dame Arano eut un le réflexe de se couvrir visage de la manche de son kimono, préférant s’épargner l’odeur infecte de cadavre calciné qui allait envahir la zone. Portant son regard sur la dernière position connue du défunt, avant que toute son énergie vitale ne s’éteigne dans l’indifférence générale, la noble essaya un instant de déchiffrer la scène avant d’abandonner.
Les bandits eux détalaient sans demander leur reste, il y avait une différence entre roué de coup une aveugle et être envoyé auprès des dieux sans aucun procès. Ils n’avaient pas été embauchés pour mourir face à des ninjas, surtout une paire ! Avec leurs talents et leurs capacités physiques, nul doute que la paire d’Uzushio pouvait facilement les rattraper pour finir le travail, tout comme ils pouvaient reprendre la route en ignorant la soif de sang que pouvait susciter l’adrénaline, elle avait monté un brin depuis le début de la mission. Les bandits ne constituaient plus une menace pour le moment, et reprendre la route pouvait s’avérer judicieux.

-J’imagine que ce n’est que justice. Glissa discrètement Aï, ignorant si elle avait toujours un interlocuteur à portée de voix ou si la paire s’était élancée à l’assaut des fuyards.

Ils n’étaient plus très loin du château, mais tout pouvait encore arriver.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Miyamoto Akai
Uzushio no Genin
Messages : 45
Date d'inscription : 01/06/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Genin - Rang D
Ryos: 75
Expérience:
0/250  (0/250)
Voir le profil de l'utilisateur

Ange gardien (Mission ft. Aoshi Uzumaki, PNJ)


J'observai avec effroi ce qui se déroulait sous mes yeux. Le chef de bande, qui se prit ma technique, était devenu une véritable torche humaine. Pourquoi ? Je n'avais pas voulu le tuer, je voulais simplement le décourager en les blessant un peu mais pas mortellement... Je ne comprenais pas... Les cris de ma victime résonnaient dans l'air et une odeur horrible de cadavre calcinée prit la place de la senteur des prés. J'ai tué quelqu'un... J'ai tué quelqu'un. J'ai tué quelqu'un ! Je n'arrive pas à le comprendre, je ne voulais pas, je ne savais pas que ça allait le tuer... Je n'avais pas le droit, je n'avais pas raison de le tuer...

"Si Akai, tu avais raison de le faire. Il te menaçait et menaçait la personne que tu escortais et donc mettait en péril le bon déroulement de ta mission. Ne t'en prends pas à toi-même, tu as fais ce qu'il fallait !"

Mmm... C'était peut-être vrai. Après tout, il allait quand même nous attaquer. Oui, en fin de compte, j'avais raison de le tuer, je ne dois pas m'en prendre à moi-même !

Je me repris alors et vis les autres bandits s'enfuir dans tout les sens. Au moins, mes techniques eurent l'effet désiré sur les autres criminels, c'est-à-dire les faire fuir. On pourrait les rattraper mais ce n'était pas le but de la mission et cela nous aurait juste fait perdre du temps. Après tout, ce n'était plus une menace pour dame Arano Aï alors autant continuer notre trajet.

-J’imagine que ce n’est que justice. Glissa discrètement Aï.

Je l'imagine aussi du moins, je tente de m'en persuader...

Nous reprenions donc la route. Le chemin vers le château arrivait bientôt à sa fin, mais mieux vaut rester vigilant, il pourrait y avoir d'autres ennemis sur notre trajet.


Récapitulatif combat:
 


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Uzumaki Aoshi
Uzushio no Jonin
Messages : 68
Date d'inscription : 27/03/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang B
Ryos: 136
Expérience:
176/1200  (176/1200)
Voir le profil de l'utilisateur

Mission rang C: Ange Gardien [Akai/Aoshi]


« Oh ! »

Des gros yeux de surprise et un air tout aussi étonné marquaient mon visage voyant la scène. J’avais finalement peut-être surestimé les jeunes bandits. L’un d’eux crama sur place sous les flammes du Bakuryugeki. Les autres couraient déjà dans tous les sens en s’enfuyant.

« Bon bah finalement il ira s’insérer bien loin du Sekai celui-là ! »

Et alors j’éclatais de rire a grande bouffé, coupant le silence. Je me tapais la bedaine et passais un doigt sous mon œil pour essuyer une larme. Comment ça ma blague n’étais pas drôle ? Quoi ? ce n’est pas une blague ? Vous n’avez aucun humour.

« Allez p’tit ressaisi toi ! Tu en tueras d’autre ! »

Reprenant mon sérieux, je donnais une bonne tape réconfortante bien cliché dans le dos du jeune homme.

« Dis-toi que contrairement à celui-là, les ninja à qui ôteras la vie seront pleurés, femmes, maris, enfants, famille, amis. Lui n’a personne, estime toi heureux. »

Cette fois-ci, le ton était sérieux. C’était un message de faire attention.

« Jeune Genin, cela t’apprendras à maitriser ta force la prochaine fois et à mieux juger tes adversaires… Prends cette expérience comme une leçon. »

J’ignorais totalement ce que la dame Arano, toujours avec son sarcasme inutile, lança à voix basse et perdue.

« Bon, maintenant terminons ce voyage ! D’ailleurs cette péripétie m’a donné faim, quelqu’un veut une pâtisserie »

Je sortais une des œuvres culinaires sucrés et la portais à ma bouche en proposant à mes compagnons de route.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 224
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Ange gardien [Aoshi/Akai]

Devant le silence qu’on lui répondit, et entendant le rire d’Aoshi qui ne rassura guère l’aveugle, qui eut une mine un brin gênée en apprenant que l’un de ses gardes du corps riait à la mort d’un homme. Elle accepta toutefois une pâtisserie, autant par politesse que volonté de ne pas faire de vague, le reste du voyage fut d’un coup beaucoup plus silencieux. Dame Arano prenant soin de minimiser au maximum le dialogue avec la paire, préférant des réponses évasives, et surtout permettant difficilement d’enchaîner sur un autre sujet. Force d’être qu’elle s’était fait une autre idée des shinobis d’Uzushio, elle se les imaginait plus fin et vif d’esprit, et sans doutes moins attirés par le sang. La fin du voyage se déroula sans encombre et les deux ninjas eurent l’occasion de contempler le château du Daimyo, même si ce n’était sans doutes par la première fois qu’ils le voyaient, l’imposante architecture de pierre de l’édifice forçait le respect. Comme le disait l’adage, les murs d’une forteresse sont à la hauteur du pouvoir de celui qui les détient.
Les deux soulevèrent quelques regards à proximité de l’entrée, souvent de la curiosité, parfois de l’admiration, un de dédain profond. Mais personne ne se fendit d’une remarque, que ce soit par manque de courage ou simplement par désintérêt de cet élément nouveau. Le trio se figea à la hauteur de la porte principale qui s’ouvrit lorsque dame Arano appela l’un de ses serviteurs de l’autre côté.
Un rônin apparut dans l’encadrement de la porte, sans doute le garde du corps du mari. Celui-ci salua les deux ninjas avec une grâce teintée d’indifférence, on les invita à entrer, le temps qu’ils encaissent le paiement. Même si le ton glacial qu’avait adopté par la suite Aï trahissait peut-être une gaffe ou deux en chemin, le serviteur chargé de remettre la somme aux deux n’en n’avait rien laissé transparaître en lui-même.

-Toutes mes excuses messeigneurs. Commença le vieil homme. Mais il semblerait que dame Arano ait besoin de prendre du repos, vous devriez retourner auprès du Senkage. Une matinée de marche, un thé et les revoilà sur les routes. Voilà ce que ça sous entendait. Son époux est très affairé avec ce qu'elle lui a rapporté, et il ne me semble pas de bon augure que de profiter de l'hospitalité qui vous est accordé. Le metsuke Arano n'est pas un bon hôte lorsque les mauvaises nouvelles l'accaparent, et vous seriez certainement très ennuyés d'entendre le résonnement de ses remontrances à travers le château.

Une bien jolie façon de leur dire de partir, surtout que faire abstraction de la noble à certains moments de l'expédition n'avait sans doutes pas été de bonne augure. Sans compter la plaisanterie presque à côté d'un cadavre en train de brûler.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Uzumaki Aoshi
Uzushio no Jonin
Messages : 68
Date d'inscription : 27/03/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang B
Ryos: 136
Expérience:
176/1200  (176/1200)
Voir le profil de l'utilisateur

Mission rang C: Ange Gardien [Akai/Aoshi]


Après l’incident avec les bandits, nous avons continué notre chemin. Quelques temps encore. Dame Arano gouta a mes patisserie et resta assez distante le reste du voyage. Des réponses évasives aux tentatives de conversation que nous lancions. Sa carapace de noble, pleine de bonne manière avait-elle été fissuré ?

En fait, cela ne m’importait peu, voyant sa prise de distance, je fis de même si bien que la suite du trajet sembla assez silencieux, presque gênant, pour moi au moins. De temps en temps je levé mon regard, main en visière pour repérer le soleil, essayant de deviner l’heure et combien de temps il nous restait environ avant d’arriver. Puis, je voyais vite que cela me donnait un air bizarre donc j’arrêtais, préférant regarder où je mettais les pieds

« Tiens, le château du seigneur ! »

Je pointais du doigt la destination fortifiée. Heureusement j’avais controlé mes mots car j’avais manqué de dire « Regardez, le château du seigneurs ! » et dans ce cas je serais passé au mieux pour un vieux tête en l’air, au pire pour un malpoli agissant en totale conscience de l’handicap de la noble que nous escortions.

Plus nous nous approchions plus nous pouvions admirer la beauté et l’architecture du château. Si son but était d’impressionner, de montrer la puissance et le pouvoir, c’était réussi.
Alors nous rentrions dans la batisse… Avant d’y être vite fait remis dehors comme des malpropre. Un thé, le paiement et dehors. Mais attention, toujours dans les formes. La noblesse…

Alors je retournais vers Uzushio, je lançai à Akai quand même sur le trajet :

« Première mission Akai, réussie avec succès, tu peux être fier de toi. Et tout à l’heure, si j’ai un peu sur-réagis lorsque tu as tué cet homme. Sache que, sans plaisanter, la mort n’est pas la fin, c’est un nouveau début. Si cet homme n’était pas mort de ta main il l’aurait été de quelqu’un d’autre ou aurait fait une erreur qui l’aurait conduit à finir ne prison ce qui croit moi est pire que la mort. »

Enfin, je plissais les yeux et au détour de la route j’apercevais le village. Nous y étions.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Tourbillon - Uzu no Kuni :: Territoires d'Uzu-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.