:: Zone Rp - Le Sekai :: Tempête de lames : le siège de Baransu :: La Cité de Baransu Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Panique au Grenier

avatar
Orochi Otomo
Indépendant
Messages : 141
Date d'inscription : 09/03/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 100
Expérience:
459/1200  (459/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Spoiler:
 

Pas de temps à perdre.
Ce n'est pas très courant de ma part que d'employer ce genre de maximes lorsque je travaille. Mais cette fois, c'est différent. J’ai déjà peut être sorti ce couplet là, mais cette fois là, c’est vraiment différent.

Je ne sais pas du tout ce qui m’anime alors que je presse le pas et adopte des mouvements de bras franchement ridicules propre à l’homme pressé. Peut-être la rancœur, l’envie de travailler, l’envie de changer les choses ?

Je ne pense pas, je dirai plutôt que ce qui m’anime aujourd’hui, c’est l’envie de revoir des fantômes du passé.

Un être humain cherchera forcément une situation stable, à satisfaire ses besoins primaires comme manger, dormir ou se reproduire (certaines personnes ne se limitent qu’à ça, c’est bien une preuve de constance) . S’il trouve de quoi remplir tout ces critères, alors il accédera à un état de stabilité fort plaisant ou carrément inaperçu. Néanmoins, s’il perd ce Saint-Graal de l’espèce humaine, son instinct primaire aura associé ce qu’il le confortait dans son humanité à ce « bonheur biologique » perdu.

Et c’est là que les emmerdes commencent.

Le bonheur ne se voit que lorsqu’il est perdu, et on se sent obligé de le pourchasser à tout prix. Comme Tetsu me manque, on peut dire que j’aurais été heureux dans l’armée. Ce n’était pas facile, mais je crois que la discipline du bataillon m’offrait quelque chose que je cherche à retrouver.

À retrouver… que c’est pitoyable, comme si je pouvais chez les Shinobis retrouver le droiture d’esprit et d’honneur des hommes d’acier. Comme si je pouvais retrouver la camaraderie de la campagne des Grandes Forêts. Comme si je pouvais retrouver le plaisir innocent de tuer sans remords et sans reproches. Comme si je pouvais retrouver le vent frais dans les arbres du chemin du retour.

Comme si je pouvais retrouver ma famille qui m’attendait chaque soir en rentrant.

L’impossibilité est comme l’infini, il faut s’y confronter pour le ressentir pleinement. Mais comment ressentir l’impossibilité de faire revivre une femme et une fille en cuisinant dans un trou à rat, si ce n’est qu’en tuant ou en buvant seul ? C’est bien là le problème. Comment manier les sabres en sachant qu’on va fêter une destruction de cohésion familiale alors qu’on pourrait très bien être à la place du cracheur de sang qu’on vide à coup de naginata sur les pissenlits ?

Je cours encore après les fantômes, car je sais qu’ils sont une partie de moi que je ne pourrais jamais retrouver et encore moins récupérer. Alors j’en profite. C’est mensonger que de se dire que cette rencontre avec le Chrysanthème va me rendre heureux, mais que voulez-vous, c’est peut-être mieux comme ça.

Je passe alors le porche donnant dans la petite rue scellée d’un côté par la porte du stock de vivres et de l’autre une foule en rut se faisant la courte échelle pour escalader les murs. J’attends impatiemment l’étape où ils vont essayer d’enfoncer la porte, ça sera l’occasion pour moi de rire encore un peu de cette misère humaine.

Je me faufile à travers la foule sale et puante de bêtise et de primarité. Je donne des coups d’épaulettes que j’ai soigneusement camouflé avec de la toile pour en cacher les insignes Impériaux, les gens me hurlent dessus et essaient de me pousser en retour. Mais je trace vers porte en bois vert.

Que faire une fois arrivée là-bas ? Je n’en ai aucune idée, mon talent à moi est la dispersion des foules, par la diplomatie pour calmer ces dernières.


« -Oyez Oyez Peuple de Baransu ! L’État et la Citadelle ne peut se feindre de sa population en la privant de nourriture en plein moment de besoins ! »

Je regarde la figure endrapée de pourpre monter sur les quelques marches précédant les anneaux d’acier fermant les panneaux gigantesques des portes. Il se retourne et enlève sa capuche, car c’est bien un homme que je reconnais ici. Un crâne rasé, un visage dur et quelques cicatrices sur le nez et le menton.

Je regarde ses pieds, il est équipé de sandales de bois dans des guêtres de plutôt bonne facture.

On apprend toujours des gens en regardant ce qu’ils veulent le moins cacher.


«-La crise est réelle ! D’abord la pluie, les cris de chevaux, et maintenant la privation ! La peur est déjà bien suffisante dans nos ventre, citoyens ! Pourquoi laisser le pouvoir en place y ajouter la famine lorsque nous savons pertinemment que les premier à mourir du fer Impérial seront nos femmes et nos enfants ? »

Je n’écoute pas son baratin, je sais déjà ce qu’il veut faire. Personne ne porte des sandales neuves avec un manteau trop large pour soi, et surtout personne ne prend la peine de faire attention à son discours et aux majuscules de « Impérial » à l’oral. Du moins s’il fait partie de la plèbe.

J’ai triché, j’avoue, j’ai fait mon service militaire sous le blason du Shogun, je connais un peu les techniques de l’Empire, mais son discours me fait quelque peu chavirer, il faut l’admettre. La nostalgie me monte au corps alors que ma capuche virevolte autour de ma tête encasquée comme les bannières des montagnes enneigées, celles face auxquelles ont faisait nos récitations du matin à la gloire du Shogun. Le Shogun, celui qui par la force faisait l’équité, celui qui par la violence faisait sortir les qualités, celui qui par le laid faisait du beau. J’ai les yeux qui partent dans le vague alors que des cris me font prendre conscience que je rêve devant le futur désastre de si je n’accomplis pas ma tâche.


«-Et donc monsieur je-pose-mes-couilles-face-au-Seigneur ? On fait comment pour accéder à cette nourriture ? »

Il prend le temps de sortir son bras de son chaperon pourpre et de le tendre en l’air comme s’il prenait un orbe invisible. Pitoyable, mais le fort du Chrysanthème n’a jamais été la poésie.

« -Prenez des armes, des outils, tout ce que vous pouvez avoir sous la main, montrez au pouvoir que vous êtes forts ! Que vous êtes le peuple, centre de gravité et d’équilibre de la Cité ! Churitsu vous tient à sa botte car il profite de votre faiblesse, devenez forts, et vous renverserez vos entraves pour accéder à la puissance ! »

À ça, pour parler de puissance il s’y donne à coeur joie, mais pour filer une métaphore, y’a plus personne. L’engouement me gagne aussi petit à petit, mais pas celui d’un discours pitoyable à la mord moi le nœud, non. Celui de la puissance sus-dite. Celle du temps où donner un coup de sabre dans une cage thoracique était un acte de révolte contre les codes de la condition humaine nous incombant à la faiblesse du corps et à la souplesse de l’Esprit. L’engouement nouveau d’un potentiel retour aux sources, sources chaudes comme la braise où on travaillerait les esprit pour les affûter et les durcir. Cette époque me fait défaut, et le fait que l’homme mette le doigt dessus me donnerait presque envie de faire fi de mon chakra pour retourner à la simplicité et la pureté de l'acier.

« -Mais on a pas d’armes ni d’alliées ! »

« -Il y a toujours une solution mes amis ! Réfléchissez… regardez autour de vous... »

Je connais le chemin de logique par coeur. Je sors alors du premier rang en expédiant un badaud au sol.

«-Vous sous-entendez rejoindre l’Empire ? »

Un silence de mort s’abat sur la foule alors que quelques exclamations continuent de se faire entendre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Orochi Otomo
Indépendant
Messages : 141
Date d'inscription : 09/03/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 100
Expérience:
459/1200  (459/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Dès lors que j’ai avalé les marches qui me séparaient de l’énergumène encapuchonné plus si inconnu que ça, j’ai pu sentir les regards vissés sur moi et mon poncho cachant ma cuirasse quelque peu suspicieuse. Apparaître au devant des foules n’a jamais été quelque chose que j’aime, mais c’est parfois une nécessité pour remettre les choses en place.

La solitude qui m’envahit ne m’est plus inconnue depuis longtemps, néanmoins elle continue de me prendre aux tripes et de me serrer la gorge au niveau du collier réglementaire. Le poids des pupilles sales et enbuéés braquées sur soi est beaucoup moins inconfortable que ce qu’on peut dire ou penser. Certaines personnes en font leur métier, moi mon métier est de tuer, ce qui ma toujours gratifié d’une certaine dépréciation systématique chez la populace.

Je présume que la reconversion professionnelle du rônin consiste aussi à apprendre à assumer sur statut. Quelle ironie, celui qui est en haut de la montagne ne pense à regarder son ascension qu’au moment où il commence à descendre à flanc de falaise.


« Suis-je obligé de vous rappeler les principes fondamentaux de l’Empire, ou dois-je d’abord faire rentrer un peu de bon sens dans vos crânes au préalable ? »

Des cris montent sur la scène du théâtre de la misère. Mon angoisse et mon bon sens contredits par les déclarations et l’attention de la scène n’est qu’attisée par les langues se déliant contre ma personne.

« Vous criez, vous criez, mais réfléchissez avant d’avoir la même haine contre le seigneur que celle qui fait brûler le cœur des Impériaux. »

Les cris continuent quelques secondes avant de cesser progressivement, laissant le silence et le vent chargé de chakra par la pluie me revenir aux tympans, ajoutant un souffle long et profond sur le fond de mes réflexions.

« Vous venez tous de tomber dans le piège du Chrysanthème, mes félicitations »

Comment leur en vouloir ? J’ai moi-même du chuter et y prendre quelques cicatrices pour me rendre compte du piège à loup refermé sur mes mollets.

« La haine sans cible rend l’homme volontaire déchu. Réfléchissez à qui vous en prendre avant de suivre le premier venu qui voudrait vous retourner contre le seul rempart face à votre destruction par l’Empire. »

Je fixe l’émissaire dans les yeux. Je suis incapable de lui en vouloir, quelque chose me pince trop au cœur pour cela.
Mais j’ai connu l’empire, j’ai connu ses rangs froids et fermes, j’ai connu le bonheur de l’acier tranchant et de l’esprit droit qui sont encore aujourd’hui la cible de tout mes fantasmes, avec une bouteille de saké évidemment. Mais le recul vient toujours joué sur les souvenirs, ce qui empêche de les penser de la même manière qu’on les a vécu.


« La violence sans raison rend l’homme puissant petit. »

La campagne des hautes forêts en est le parfait exemple, la victoire, oui, mais à quel prix. Maintenant que j’y repense, la gloire du fer est bien différente de la gloire de l’esprit, et le temps me laisse penser que l’on ne peut avoir le katana et l’âme aiguisés à la fois. Même si l’objectif de l’empire est noble et que sa technique est quelque chose d’unique en ce monde, il ne faut pas oublier que l’hydre reste un monstre, aussi magnifique qu’il puisse l’être.

J’avance alors vers l’homme au crâne rasé et bouche grande ouverte. Il est tout à l’image de sa patrie, il excelle dans son domaine mais se fait dépasser par ce qu’il ne connaît pas, que ça soit en usant de son logos ou sur un champ de bataille.

J’ai appris avec le temps que l’honneur ne fait pas tout, qu’on peut être droit dans sa vie et dans ses bottes, mais on peut quand même passer à côté de l’essentiel, celui qui nous est tellement essentiel qu’on ne le remarque que lorsqu’il est perdu. La rigueur sans recul rend l’homme droit obstiné. Je l’ai appris à mes dépends.

C’est donc avec tous les sentiments contraires qui renversent mes côtes que je resserre mon poncho à capuche sur ma cuirasse et plante mon regard froid dans celui vert et creux de mon… ami ? Ennemi ?

De mon collègue de misère. On est chacun dans  la merde je crois, juste qu’il en est encore à l’étape de l’ignorance alors que j’ai passé celle de la désillusion.

« L’Empire est grand, certes. Il est splendide, probablement. Il est incontournable, assurément. Mais la rigueur que je promulguais et que je porte encore aujourd’hui en haute estime fut ma prison.
Les choses sont ce qu’elles sont, la cage dans laquelle tu vis n’est pas plus confortable que celle dans laquelle le peuple est en train de s’enfermer.

Fuis, et que je ne t’y reprenne plus. »


Je le vois descendre lentement les marches qui sont socle de notre débat depuis le début, et qui ont du voir passer un nombre considérable de gens enfermés, d’une manière ou d’une autre. Même si ce sont les moins à même de s’enfuir lorsqu’on les attrape, ces pierres sont probablement plus libres par leur immuabilité que n’importe qui par ses pensées.

« Le premier qui touche à un cheveux du fuyard, je vous étranglerai personnellement pour avoir succombé à cette ultime bassesse qu’est la haine. Irréfléchie. »

La haine irréfléchie. Je viens enfin de trouver les mots gravés sur l’acier de la cage Impériale. Le Chrysanthème sait haïr, il ne sait juste pas faire autrement.

C’est ce qui me fait tilter maintenant que j’y pense, et probablement ce qui motivait mon débat depuis le début. Pourquoi ? J’ai été le premier à me mettre en rang pour aller trucider des gens sans visage, des inconnus dépeints en terroristes, et massacrer des familles aussi heureuses que la mienne.

Peut-être que vivre avec l’ennemi vous apprend à le connaître. Peut-être que l’homme se fait à tout, et s’habitue même à la présence de raclures au point de s’y attacher. Peut-être parce que j’ai connu la douleur à toute échelle et que la conscience de mes actes me rattrape…

Ou peut être parce que la vengeance sans pitié rend l’homme vertueux ignoble.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Tempête de lames : le siège de Baransu :: La Cité de Baransu-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.